Passwort vergessen? Einfache Anmeldung

Nahrungsmittelführer von Michel LUISIER

Last restaurant viewed

Le Pavois (Hotel Mont-Blanc Au Lac)
Le Pavois (Hotel Mont-Blanc Au Lac)
Atelier des Saveurs
Atelier des Saveurs
Le Goût des Autres
Le Goût des Autres
Hôtel de l'Union
Hôtel de l'Union
Vapiano
Vapiano

Wants

Au Vieux Navire
Au Vieux Navire
Auberge de la Pleyeux
Auberge de la Pleyeux
Au Chat Gourmand
Au Chat Gourmand
ô5
ô5
La Fromagerie
La Fromagerie

iTaste News

Et caetera
Et caetera
03.07.2014, 11:15
Un lieu sympathique, situé en face de l'entrée du parc de la Grange et proposant une cuisine italienne de bonne qualité. Une première, hier soir, avec un choix au niveau des entrées de roquette et parmesan, d'un carpaccio de boeuf et, pour suivre d'un plat italien (battilarda) composé d'un choix de charcuteries et de fromages, de linguine aux mongoles. Les plats servis étaient bien présentés, copieux et fraichement composés. De bon goûts et saveurs pour une offre de qualité.
0 Kommentare   11 Votes   En savoir plus
Insens (Lounge)
Insens (Lounge)
04.06.2014, 14:30
Ce lundi midi, découverte de ce lieu improbable, au dernier étage de l'immeuble de la Suva et où passer un moment apporte un magnifique sentiment de détente ou, plutôt, de zénitude ! Décor épuré où le calme et la tranquillité de l'endroit font que l'on décompresse en dégustant le thé apporté spontanément ! Pour le midi, proposition limitée à un plateau végétarien ou avec protéines, notre choix s'est porté sur la partie "verte", c'est-à-dire un tartare de tomates et guacamole, suivi d'une salade d'asperges vertes et quinoa à la menthe, pour terminer une salade d'ananas frais aux herbes. Il est vraiment appréciable de manger sans stress, d'être accueilli avec une grande gentillesse, de pouvoir bien apprécier le cadre offert et, aussi, d'avoir la possibilité de manger sur la terrasse qui fait le tour du local et complète une offre plaisante.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Café de Certoux
Café de Certoux
01.06.2014, 11:00
Il y a déjà bien longtemps que je n'étais retourné au Café de Certoux et, je dois dire, que je n'ai pas été dépaysé ! Tout est encore à sa place avec, certes, de nombreuses petites améliorations mais l'impression d'ensemble reste inchangée, nous sommes dans un bonne maison qui respecte tant le client que la tradition. Pour déjeuner, nous avons suivi la proposition d'une entrée sous la forme d'une poêlée de chanterelles, vraiment bien préparée, les champignons étant juste saisis, un goût magnifique et un assaisonnement simplement avec des herbes et de l'ail ne masquant pas la saveur des chanterelles. Pour suivre, toujours dans la proposition de poisson d'eau douce du jour, les filets de perches pour l'un et la noisette de selle d'agneau d'Ecosse rôtie accompagnée de gnocchis à la roquette (original est bon) et d'artichauts poivrade. Une viande excellente et une préparation et présentation du plat absolument irrésistible ! Les filets de perches étaient, eux aussi, parfaits, rien à voir avec les produits que l'on mange dans les établissements qui leur sont consacrés; une belle et bonne différence. Terminons avec les desserts soit la noisette en crémant onctueux sur un salpicon de fraise, perles croquantes et sorbet rhubarbe, belle présentation et dégustation plaisante, et, la griotte et la pistache sur un sablé aux amandes et glaces amarena - là aussi, belle présentation mais ensemble un peu trop doux pour notre goût. Le repas a été accompagné de vin au verre, gamay ultimo de Henri Cruchon et gamaret de Lully, tous deux se mariant fort bien avec les plats choisis. Un très bon moment gustatif, un service attentif et souriant et, comme toujours, l'accueil aimable de la soeur du patron des lieux.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Hôtel de l'Union
Hôtel de l'Union
30.05.2014, 08:50
Promenade au pied du Jura et, par hasard, arrêt à Gimel pour se sustenter par cette belle journée. Une fois entré dans cet ancien bâtiment, on arrive directement dans le café à l'ancienne où il nous est proposé, vu le beau temps, de manger en terrasse et, après un périple au travers de la bâtisse, nous découvrons une charmante petite terrasse, ensoleillée, au calme absolu où nous est proposée une carte simple mais dont les produits sont locaux et frais. Notre choix s'est porté sur le roastbeef (rumsteck), sauce tartare, frites maison et salade, qui s'est révélé un bon choix au vu de la qualité impeccable de la viande, les accompagnements était bien frais et nous avons bu un verre de pinot noir, correct sans plus. Pour terminer, une excellente crème brûlée à la vanille a accompagné les cafés. Service aimable et attentif, le sourire et la gentillesse du chef et de sa fille ont également contribués à une belle découverte d'un endroit où l'on ne s'arrête pas forcément. Il faut souligner que les produits sont locaux et frais, que la cuisine est faite à la commande.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
L'Adresse
L'Adresse
30.05.2014, 08:50
C'est sur le conseil d'une connaissance qu'hier, j'ai fait la découverte de L'Adresse, nichée sur le haut de la rue du 31-Décembre et également au premier étage d'un immeuble avec un accès par un escalier tapissé de rouge ! Donc, hier, nous avons pu nous installer sur la terrasse qui est en fait le toit d'un local commercial adjacent aménagé en une terrasse qui longe la salle à manger/boutique de mode. Accueil très sympathique, service cool et plein d'humour, chapeaux de paille pour les clients souhaitant se couvrir le chef, vraiment une bonne ambiance ! Le choix du menu du jour ayant été fait, celui-ci proposait un tartare de crevettes cuites au piment d'espelette et pignon de pin, entrée joliment présentée mais peu conséquente, suivi de joues de cabillaud shitaké, pousses de soja, coriandre fraîche et pâtes de riz asiatique, un plat agréable sans plus. Nous avons accompagné ce repas par un verre de bordeaux et terminé par des desserts (tarte du jour et un duo de choux maison pétillants spéculons et mangue, agréables tant aux yeux qu'aux papilles. Très bon moment passé dans un lieu qui mérite qu'on le découvre.
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus

Last comments

Un lieu sympathique, situé en face de l'entrée du parc de la Grange et proposant une cuisine italienne de bonne qualité. Une première, hier soir, avec un choix au niveau des entrées de roquette et parmesan, d'un carpaccio de boeuf et, pour suivre d'un plat italien (battilarda) composé d'un choix de charcuteries et de fromages, de linguine aux mongoles. Les plats servis étaient bien présentés, copieux et fraichement composés. De bon goûts et saveurs pour une offre de qualité.
Un grand point négatif: le service qui n'en a que le nom et l'on ne peut même pas dire que la personne en charge se donne de la peine et en a... Cet aspect nous a fait renoncer à un dessert comme aux cafés vu le manque total d'intérêt porté aux clients. De ce fait je ne retournerai pas dans cet établissement !
0 Kommentare   11 Votes   En savoir plus
Ce lundi midi, découverte de ce lieu improbable, au dernier étage de l'immeuble de la Suva et où passer un moment apporte un magnifique sentiment de détente ou, plutôt, de zénitude ! Décor épuré où le calme et la tranquillité de l'endroit font que l'on décompresse en dégustant le thé apporté spontanément ! Pour le midi, proposition limitée à un plateau végétarien ou avec protéines, notre choix s'est porté sur la partie "verte", c'est-à-dire un tartare de tomates et guacamole, suivi d'une salade d'asperges vertes et quinoa à la menthe, pour terminer une salade d'ananas frais aux herbes. Il est vraiment appréciable de manger sans stress, d'être accueilli avec une grande gentillesse, de pouvoir bien apprécier le cadre offert et, aussi, d'avoir la possibilité de manger sur la terrasse qui fait le tour du local et complète une offre plaisante.
le café qui provient d'une machine "nespresso" !
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Il y a déjà bien longtemps que je n'étais retourné au Café de Certoux et, je dois dire, que je n'ai pas été dépaysé ! Tout est encore à sa place avec, certes, de nombreuses petites améliorations mais l'impression d'ensemble reste inchangée, nous sommes dans un bonne maison qui respecte tant le client que la tradition. Pour déjeuner, nous avons suivi la proposition d'une entrée sous la forme d'une poêlée de chanterelles, vraiment bien préparée, les champignons étant juste saisis, un goût magnifique et un assaisonnement simplement avec des herbes et de l'ail ne masquant pas la saveur des chanterelles. Pour suivre, toujours dans la proposition de poisson d'eau douce du jour, les filets de perches pour l'un et la noisette de selle d'agneau d'Ecosse rôtie accompagnée de gnocchis à la roquette (original est bon) et d'artichauts poivrade. Une viande excellente et une préparation et présentation du plat absolument irrésistible ! Les filets de perches étaient, eux aussi, parfaits, rien à voir avec les produits que l'on mange dans les établissements qui leur sont consacrés; une belle et bonne différence. Terminons avec les desserts soit la noisette en crémant onctueux sur un salpicon de fraise, perles croquantes et sorbet rhubarbe, belle présentation et dégustation plaisante, et, la griotte et la pistache sur un sablé aux amandes et glaces amarena - là aussi, belle présentation mais ensemble un peu trop doux pour notre goût. Le repas a été accompagné de vin au verre, gamay ultimo de Henri Cruchon et gamaret de Lully, tous deux se mariant fort bien avec les plats choisis. Un très bon moment gustatif, un service attentif et souriant et, comme toujours, l'accueil aimable de la soeur du patron des lieux.

0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Promenade au pied du Jura et, par hasard, arrêt à Gimel pour se sustenter par cette belle journée. Une fois entré dans cet ancien bâtiment, on arrive directement dans le café à l'ancienne où il nous est proposé, vu le beau temps, de manger en terrasse et, après un périple au travers de la bâtisse, nous découvrons une charmante petite terrasse, ensoleillée, au calme absolu où nous est proposée une carte simple mais dont les produits sont locaux et frais. Notre choix s'est porté sur le roastbeef (rumsteck), sauce tartare, frites maison et salade, qui s'est révélé un bon choix au vu de la qualité impeccable de la viande, les accompagnements était bien frais et nous avons bu un verre de pinot noir, correct sans plus. Pour terminer, une excellente crème brûlée à la vanille a accompagné les cafés. Service aimable et attentif, le sourire et la gentillesse du chef et de sa fille ont également contribués à une belle découverte d'un endroit où l'on ne s'arrête pas forcément. Il faut souligner que les produits sont locaux et frais, que la cuisine est faite à la commande.

0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
C'est sur le conseil d'une connaissance qu'hier, j'ai fait la découverte de L'Adresse, nichée sur le haut de la rue du 31-Décembre et également au premier étage d'un immeuble avec un accès par un escalier tapissé de rouge ! Donc, hier, nous avons pu nous installer sur la terrasse qui est en fait le toit d'un local commercial adjacent aménagé en une terrasse qui longe la salle à manger/boutique de mode. Accueil très sympathique, service cool et plein d'humour, chapeaux de paille pour les clients souhaitant se couvrir le chef, vraiment une bonne ambiance ! Le choix du menu du jour ayant été fait, celui-ci proposait un tartare de crevettes cuites au piment d'espelette et pignon de pin, entrée joliment présentée mais peu conséquente, suivi de joues de cabillaud shitaké, pousses de soja, coriandre fraîche et pâtes de riz asiatique, un plat agréable sans plus. Nous avons accompagné ce repas par un verre de bordeaux et terminé par des desserts (tarte du jour et un duo de choux maison pétillants spéculons et mangue, agréables tant aux yeux qu'aux papilles. Très bon moment passé dans un lieu qui mérite qu'on le découvre.

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Etablissement découvert ce jour pour déjeuner, le mot "découvert" trouve tout son sens par le fait que l'entrée n'est pas ou mal signalée..., une fois dans les lieux l'endroit est agréable, calme, l'accueil souriant et le service suivi. Nous avons opté pour l'une des propositions du jour, en l'occurrence un tartare de saumon avec toast et frites précédé d'une petite salade fraîche et bien assaisonnée ceci à des prix très raisonnables. L'ensemble était bien et le décor fort plaisant, à relever que l'on peut aisément tenir une conversation normale ce qui devient fort rare de nos jours !
La signalisation de l'accès à la salle du restaurant.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Un déjeuner en terrasse avec une vue magnifique sur le Léman pour partager le menu du jour soit des filets de rouget. sur un lit d'aubergines accompagnés de riz sauvage. Un plat agréable, bien servi. Un verre d'un pinot-gamay et un espresso et le tour est joué. Service attentif et prix raisonnable ont contribués à nous faire passer un bon moment.

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Découverte de ce petit établissement de la rue Caroline aujourd'hui pour y déjeuner en étant invité. Vu le beau temps, nous avons mangé sur la petite terrasse qui, malheureusement, donne sur la rue mais est quand même sympathique. Notre choix s'est porté sur la proposition du jour, à savoir une belle salade suivie d'un roastbeef accompagné de pommes sautées et de petits pois ceci avec un verre de pinot noir et, pour conclure, tiramisu et crème brûlée. L'ensemble est bien réalisé, les produits sont frais mais, pour le menu du jour, rien d'exceptionnel. Accueil et service souriants et attentionnés, nous avons passé un très bon moment dans ce petit restaurant. A refaire pour tester l'offre de la carte.

0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Il y a déjà un certain temps que je n'étais pas revenu déjeuner à la Zinette et c'est donc avec un immense plaisir qu'aujourd'hui nous avons passé un très bon moment à la table d'hôtes de ce sympathique établissement. Au menu du jours, choisi par deux d'entre nous, petite salade, filet de dorade sur un lit de riz vénéré avec des brocolis, pour le dernier convive son choix s'est porté sur le rack d'agneau accompagné d'un magnifique gratin, l'ensemble tout à fait réussi et apprécié en accompagnant le tout de l'assemblage rouge "Zinette" qui s'est avéré un bon choix. Pour terminer de manière gourmande, les desserts ont été le trio de crèmes brulées de mon enfance (carambar, fraise tagada et réglisse), le Toblerone à ma façon (délicieuse mousse avec une glace au nougat) et pour terminer des expressi ! Accueil et service adorables et souriants, ambiance familiale pour la table d'hôte, un pur moment de plaisir et de partage.

0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Endroit sympathique avec un nappage à carreaux qui avec le mobilier donne bien une ambiance de bistrot. Bon accueil, tables proches mais nous avons eu la chance d'être placés dans un coin bien tranquille. Service attentif et conseils avisés. Nous avons opté pour des salades en entrée, simple batavia pour l'un et aux endives et roquefort pour l'autre, suivies d'un oeuf poché truffé (entrée prise en plat) et d'un onglet au St-Marcellin le tout accompagné d'un gamaret genevois assez intense mais bon de chez Dupraz. L'ensemble était bon, bien servi et a été apprécié.

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus

Unter Freunden

La Potinière
La Potinière
15.08.2014, 11:09
Lunch en compagnie de mon amie Portia qui souhaitait avoir mon avis concernant la Potinière. Nous arrivons à 12h30 tapantes, réservation un peu laborieuse puisqu'il a fallu téléphoner à de nombreuses reprises ce matin pour pouvoir effectuer la réservation (répondeur téléphonique en allemand...) Nous avons attendu un petit moment debout avant que qqn nous installe, alors qu'il n'y avait personne de très occupé. Un coca citron pour mon amie (citron qu'il a fallu réclamer une fois) et un verre de pouilly fuissé pour moi. La carte propose plusieurs entrées à chf 18, terrine de brochet du lac, burratta au lait genevois et piadine croustillante. Pour les plats, cote de bœuf, broche du jour et filet de fera. On sert également des tapas de 12 chf 18. Il existe également des formules du buffet à midi uniquement, dont la broche du jour à chf 22. Je pensais prendre le foie gras, mais il est vrai que d'évaluer un restaurant sur la base d'un foie gras c'est relativement difficile à faire. alors je me suis rabattu sur la fera et mon amie sur la buratta. Le poisson ne me laissera pas un souvenir impérissable, trop cuit à mon avis, les légumes qui accompagnaient ce plat n'étaient pas top non plus. Quant à la buratta, d'après mon amie, la vinaigrette n'était pas en accord avec ce plat. Il a fallu réclamer à plusieurs reprises l'adition. dommage. On laisse toujours une deuxième chance à un restaurant, je reviens une autre fois pour avoir un avis définitif. Ce jour-là il y avait passablement de bruit. En effet, des camions démontait les stands qui avaient été montés pour les fetes de genève, mais sans aucun doute lorsque cela sera fini, l'endroit est agréable.
0 Kommentare   11 Votes   En savoir plus
La Maison des Bois
La Maison des Bois
05.08.2014, 18:28
On est chez Marc Veyrat et non pas au restaurant de Marc Veyrat. Ce qui fait une grande différence, on se sent entre chez lui, chez nous, le lieu n’est pas guindé et pourtant tout est magnifique. Les gens viennent habillés simplement, pas de chichi, c’est une maison d’hôtes, on s’y sent très bien. Nous étions deux personnes et avions réservé non seulement le repas du soir mais également le logement avec le petit-déjeuner. Il est également possible de ne venir que pour le déjeuner où le diner, mais il est important de réserver si l’on veut s’assurer d’avoir de la place car il n’y a qu’un peu plus de 20 couverts, mais il parait que certaines fois avec un peu de chance… on arrive à trouver une table à la dernière minute… Après avoir pris nos logements vers 15h00 où un gouter nous attendait dans les chambres (cake aux fruits confits et au rhum, confitures maison, etc), nous sommes allés faire le tour des lieux, sauna, hammam, piscine, sentiers botaniques, des ruches, une serre, un studio d’enregistrement pour ses émissions, nous sommes personnellement invités par le Maître des lieux qui souhaitent nous payer « un coup ». Avoir lui avoir faire part de notre préférence pour du blanc, celui-ci nous fait découvrir un vin de la région. Il s’assied avec nous dans la salle principal et papotons un moment, échange très sympathique. Nous retournons plus tard dans nos chambres, le maître d’hôtel nous demande si nous sommes plus « sucré ou salé ». 30 minutes plus tard ou nous apporte un énorme plat de viandes froides et de fromages, avec un pain maison ainsi qu’une bouteille d’un vin blanc de Savoie, Les Perles du Mont-Blanc, domaine Belluard tout simplement magnifique. Tous les convives se retrouvent ensuite à 19h30 vers la cheminée dans la salle principale. Un verre de vin pétillant nous est offert, avec des amuses bouches préparés et chauffés dans la grande cheminée qui sert également au fumage des jambons. On nous apporte une soupe de pois cassés avec ses fausses ravioles de parmesan au parfum de lard, un burger de foie gras confiture de figues ainsi qu’une flamenkuch. C’est à ce moment-là aussi que nous choisissons le vin pour le repas, une bouteille de Puligny-Montrachet Les champs Gain 2011 à eur 198, nous choisirons en cours de repas un verre de vin rouge (meursault rouge) pour le plat principal et le fromage. Je m’aperçois que le lendemain que les apéritifs et les deux verres de vins rouges ne m’ont pas été facturés à la demande de M. Veyrat. La carte des vins est magique, on peut bien sûr aller visiter la cave pour aller choisir sa bouteille dont les prix oscillent entre 40 à 15'000 euro la bouteille. Pour l’anecdote la serveuse nous dit : j’ai le plaisir de vous offrir, tel ou tel amuse-bouche… Et là le Chef dit : offrir… c’est un bien grand mot… ils ont payé pour ça… Bon début… Nous allons ensuite à l’étage pour passer aux choses sérieuses. C’est là que le festival commence, Virtuel de foie gras jus à l’oxalis, hostie au carvi Œuf de poule écumé de mais poudre de cèpe gelée des montagnes, boudoirs fait avec des coquilles d’œuf. Langoustine royale, feuille de berce, servi sur un bloc de pierre qui remplace les assiettes Truite sauvage sauce serpolet (sans beurre, sans crème) cuit dans des écorces de sapin Écrevisse patte rouge, sucettes de reine des prés, bleu de termignon, Bouillon de légumes hostie à la sève de sapin disparaissante Purée de rattes, cacao et truffes noires Bonbon magique à l’azote, senteur des forets (cèpe, girolles, fougères) Tendron de veau dégraissé, écume de noisette, cuit pendant 12h avec des pives de sapin, bouquet garni lié au manioc donc pas de graisse Pour la digestion, soda-veyrat, qui est une infusion digestive à base de serpolet et verveine, à la fois acide et sucrée. Plateau de fromages. Desserts, le premier en hommage à ses grands-parents, où un morceau de pain de trouve sur l’assiette qu’il ne faut pas toucher, on essuye l’assiette avec le morceau de pain avant de la retourner, sur le verso de l’assiette se trouve alors une crème à la reine des prés. Le 2ème, gelée d’agrumes à la verveine. 3ème, mille-feuille au chocolat blanc, noir. Ou encore ces coques de chocolat blanc et amer, sa sauce de chocolat chaud, émulsion de reine des prés et du génépi avec un soupçon de chartreuse, le tout servi dans une cloche avec de la fumée. Avec les cafés, il nous est également apporté des guimauves, macarons à la framboise, crèmes brûlées, etc etc… Les superlatifs me manquent pour transmettre l’émotion de ce repas et le moment magique que nous avons passé. Il est vrai que le prix du menu est de eur 345, mais on paie, les ingrédients, le travail, la recherche d’un plat, son originalité ainsi que la recherche d’ingrédients peu ou pas connus. Nous sortons de table pour ensuite tous nous retrouver près de la cheminée pour un génépi ou une gentiane nous sont offerts, pour après regagner nos chambres, prêt… pour le lendemain matin pour tester le meilleur petit-déjeuner au monde selon la définition des Relais & Château, et discuter avec les autres convives du repas de la veille. Je tiens à préciser que Monsieur Veyrat est présent à chaque instant de la journée pour nous donner des conseils. Ce n’est pas compliqué, si Monsieur Veyrat n’est pas là, et bien on ferme la table d’hôtes et il n’y a pas de service. Le personnel est très gentil et professionnel, se sont tous des passionnés Chez Veyrat, on a une émotion, avant, pendant et après. Franchement si j’avais pu, je l’aurais noté plus que 20 pts. Il le mérite amplement. Monsieur Veyrat a pris des coups durant sa carrière, c’est une personne vraie, accessible et c’est définitivement un vrai gentil. Je peux définitivement dire que mon Chef préféré n’est pas étoilé…en tout cas pour le moment, mais moi… j’étais proche des étoiles… sur un nuage…j’arrive pas à redescendre, merci…
0 Kommentare   13 Votes   En savoir plus
The Jugged Hare
The Jugged Hare
01.08.2014, 15:18
http://hedofoodia.blogspot.co.uk/2014/08/the-jugged-hare-londres.html Comme je suis dans une phase « cuisine britannique », mon choix ce soir s’est porté sur un « gastropub » que j’avais depuis longtemps envie de visiter mais qui à chaque fois était complet. On se rappellera que la signification d’une telle appellation est l’association évidente des mots gastronomie et pub. Jusqu’il y a quelques années en arrière, la plupart des pubs servaient plutôt de la bière ou des boissons alcoolisées et rien de vraiment très excitant pour la nourriture, souvent grasse et commune tels que des « pies », des saucisses-purée ou « fish & chips ». Le terme en réalité date depuis plusieurs années puisqu’il a été créé dans les années 1990, ce qui fait presque un quart de siècle ! Il existe même en dehors de Londres un célèbre « gastropub » où il faut réserver une année à l’avance pour dénicher une table… le « Hands & Flowers » avec même deux étoiles au guide Michelin ! Bref, ce soir cela sera non loin du quartier de Barbican que je me rendrai pour dîner au « The Jugged Hare », le « civet de lièvre »… Le terme « jugging » consiste donc à cuire de la chasse marinée dans une casserole pendant une longue période avec du vin, du genièvre, du sang et du porto. Il ne faut généralement pas s’attendre à de la cuisine créative mais à une cuisine locale souvent injustement décriée qui peut vraiment être délicieuse. Une cuisine britannique parfaitement réalisée équivaut l’on dira à une cuisine de bistrot type « bouchon » et voir même brasserie. Au coin d’une rue, ce lieu est déjà unique dans son genre car il s’agit d’un pub qui se targue d’être presque un rendez-vous de chasse. Animaux empaillés ; lièvres (évidement) mais aussi des oiseaux et une tête de cerf géante dans un coin. Comme nous sommes en été, la clientèle juste venue prendre un verre n’hésitera pas à occuper la rue. Phénomène amusant et tout à fait courant à Londres. L’intérieur est vraiment très beau avec une ambiance enjouée. Un bar comme dans tous les pubs mais tout de même une certaine classe. Serveurs avec gilets de tweed et doublure de soie rouge. Derrière ce bar une série de vitrines avec des bêtes empaillées comme dans un musée d’histoire naturelle ou un intérieur de taxidermiste. C’est donc ici que je démarre avec une bière tirée directement du tonneau, bière portant d’ailleurs le nom de l’établissement à ranger dans la catégorie des « bitter ». Cette « Jugged Hare Pale Ale” est produite par le brasseur Duncan Sambrook (London’s Sambrook Brewery) http://www.sambrooksbrewery.co.uk/, réalisée avec du malt, blé, eau et levure ; des produits tous provenant de Grande-Bretagne. Un goût citronné, épicé avec une légère amertume. C’est en descendant quelques marches à droite et dépassant le mur de têtes de lièvres que vous arriverez dans la salle du restaurant. Une fois après m’être annoncé à l’hôtesse, me voici installé face à la cuisine ouverte ou le chef Richard O’Connell orchestre les activités de son équipe. Une cuisine mais également une rôtisserie. Une jolie salle plutôt classique et comme le pub à l’entrée, dans une gamme plus chic que la plupart des établissements de cette catégorie. En saison, la spécialité est évidement la chasse mais de mars à juillet, période de reproduction, il est interdit de vendre du gibier. La carte tout à fait intéressante proposera un joli assortiment de plats plutôt roboratifs, tous lorgnant vers la Grande-Bretagne. Une fois la prise de commande passée, me voici amené une planche avec pain plutôt bon et un beurre salé. Je choisis pour commencer ce qui est considéré comme un snack mais en réalité la taille est plus proche d’une entrée. Il s’agit de croquettes de boudin irlandais Clonakilty avec une sauce Guinness. Tout de suite ceci m’avait interpelé est c’est avec surprise que je découvre quelques chose de vraiment succulent. Le boudin Clonakilty http://www.clonakiltyblackpudding.ie/ est fabriqué depuis 1880 par plusieurs générations et la recette est tenue secrète par la famille Twomey. Il est ici retravaillé en forme de croquette et ensuite passé à la friture. La sauce en accompagnement est réalisée avec la célèbre bière. C’est une très belle entrée servie sur une belle planche de bois. Autre entrée, de la langue de bœuf, salade de betterave, cornichon. Quelques tranches bien cuites accompagnées de cette salade légèrement vinaigrée et des cornichons plutôt doux. Simple mais parfaitement réalisé. Dans les spécialités du jour, je choisis en plat principal le cochon de lait de Tamworth rôti, caramel de pomme, sauce gravy. Le « Tamworth » est comme le nom l’indique une race originaire de la ville de Tamworth en Angleterre, proche des vieilles populations de porcs européens descendants directement du sanglier. Ce cochon s'est développé en Angleterre, aux États-Unis, au Canada et en Australie, avant de connaître un fort déclin. Les effectifs sont faibles aujourd'hui et il est menacé dans chacun des pays où il a été introduit. C’est est un porc rustique de taille moyenne, de couleur rouge doré à rouge foncé. Il produit d’ailleurs des jambons appréciés avec une faible teneur en gras. C’est d’ailleurs sur le comptoir de la cuisine que l’on peut observer la tête déposée sur une assiette… Un porc avec une chaire vraiment très suave, une peau très croustillante et une magnifique sauce que les britannique appelle « gravy ». Une sauce traditionnelle à base de jus de viande où l’on ajoute un peu de farine et du bouillon. Le goût de cette viande me rappelle un peu le type de cuisson des cochons de lait que l’on peut aussi déguster en Espagne. Comme accompagnement une parfaite purée de pomme de terre. J’ai vraiment passé un excellent moment dans cet endroit car commencer par le pub reste une très belle expérience. La salle de restaurant est très agréable, le service adéquat et la carte représente probablement ce qu’il y a de mieux dans la cuisine britannique. Tout est parfaitement cuisiné avec d’excellents produits et les préparations sont soignées. Si vous êtes intéressés à découvrir ce qu’est une excellente cuisine anglaise, voici sans aucun doute l’endroit.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Elliot's Cafe
Elliot's Cafe
31.07.2014, 09:42
C’est cette fois-ci c’est non loin du « Borough Market» que je me suis décidé de me rendre, au sud de la Tamise et non loin du « London Bridge ». J’avais un excellent souvenir de cet endroit car il y a quelques années de cela, il m’arrivait de travailler dans le coin. Le « Borough Market » est un marché traditionnel de comestibles qui existe depuis 1755 et qui mérite une visite dans la journée car c’est vraiment ici que l’on trouve de très beaux produits comme probablement rarement ailleurs. Tout restaurateur ou gourmet avertit viendra surement un jour ou l’autre s’approvisionner ici. J’en profite également pour glisser une adresse de fromagerie tout bonnement exceptionnelle se trouvant juste en face du marché ; « Neals Yard Diary » qui est selon moi une de plus belles fromageries que je connaisse. Évidement spécialisé en fromage de Grande-Bretagne avec des pâtes que probablement vous n’aurez jamais dégustées auparavant. En quelques années, l’endroit a plutôt changé car les tavernes ou bistrots se sont un peu propagés dans le quartier entre le pont et la tamise. Cependant il ne s’agit pas de restaurants à touristes mais plutôt une série de pubs qui sont combles en début de soirée et quelques bistrots vraiment « à la page ». Clientèle en train de discuter dans la rue en train de prendre une bière…ambiance garantie. « Elliot’s » est justement l’un de ces établissements qui fait le bouche à oreille dans les milieux « foodiste » de la « city ». J’avais déjà réservé au préalable mais c’est en discutant chez « Lyle’s » que le nom est à nouveau été mentionné comme étant une des « jolies tables » à visiter. Juste en face donc du marché et non loin des ponts de briques sur lequel passe si je ne me trompe pas les métros, vous ne saurez manquer « Elliot’s » inscrit en grand sur une façade. Une petite terrasse avec quelques tables à l’extérieur et un très joli intérieur dans le style bistrot contemporain. Un mur de brique sur côté qui atteste de l’ancienneté du bâtiment et en face le bar. Au fond une extension type véranda qui prolonge agréablement cette salle avec ces tables et chaises en bois, et sur l’une de parois, un résumé des approches culinaires de l’établissement. A partir de 19 :30 l’endroit est comble et l’on fera la queue pour espérer pouvoir manger quelque chose si l’on n’a pas réservé. Comme l’on peut s’en douter, « Elliot’s » s’approvisionne quotidiennement au marché pour proposer divers plats avec un côté britannique plutôt innovant mais aussi quelques incursions plus vers le sud de l’Europe. Ici ce sont les meilleurs produits locaux qui seront sélectionné afin de créer cette carte qui change quotidiennement. C’est plus un concept « qu’est-ce que je trouve au marché et que je prépare… », que l’inverse. D’entrée je suis ébahit en goutant le pain qui m’est apporté. Je croyais avoir gouté d’excellents pains mais celui-ci dans son genre est plutôt exceptionnel. La carte qui m’est proposée par la sympathique serveuse est plutôt courte mais ô combien intéressante. On y trouvera un ensemble de plats que l’on peut se partager, une approche assez courante ici et même un peu partout maintenant dans la plupart des grandes villes. Et il y en aura pour tous les goûts ! Même de grandes pièces de viande de 3 à 5 personnes rassies pendant 35 jours. Cela sera pour commencer des calamars grillés, bouillon de crabe et pois chiches. Une très belle assiette bien colorée avec un calamar d’une incroyable fraicheur, cuit à la seconde et tendre, dans un bouillon très parfumé où l’on trouvera des pois chiches, quelques petites tomates cerise bien sucrées et une tombée de crème. C’est un plat vraiment gourmand avec des associations tout à fait justes. Pour suivre des petits pois, épinards et fromage Wigmore. Une assiette pleine de fraicheur avec un mélange de petits pois et de fèves fraiches sur un lit d’épinards rapidement sautés. Sur le dessus un fromage de brebis produit dans le village de Risley dans le Berkshire produit à la base par Anna et Andy Wigmore. Un petit jus en fond qui probablement devait avoir une larme de vin blanc. J’apprécie énormément ces plats simples mais parfaitement réalisés avec d’excellents produits. Pour terminer, du ris de veau, fèves, chanterelles et bacon. Une poêlée à nouveau bien gourmande avec les ingrédients parfaitement cuits, quelques tiges de petits pis et même quelques graines de cumin pour apporter une petite touche gustative originale. Le patron semble être un fanatique des vins bios et propose une jolie carte avec également des crus au verre. J’ai sélectionné le Mas des Agrunelles, Poivre d’Ane, Languedoc 2011. Un agréable vin avec quelques notes épicées et beaucoup de fraicheur. Voici un délicieux endroit où l’on mange une cuisine soignée de bistrot avec de magnifiques produits dans une ambiance très décontractée. Tout s’est avéré être excellent, bien cuisiné et préparé avec sans aucun doute de la passion. Une très jolie adresse à ne pas manquer de l’autre côté de la tamise.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
La Table d'Edgard (Lausanne Palace)
La Table d'Edgard (Lausanne Palace)
30.07.2014, 19:15
Nous étions 5 itasteurs à venir à la Table d'Edgard, pas seulement à la table, mais à la table d'hôtes. Franchement splendide de voir officier les cuisiniers, les serveurs, et le Chef Bovier. Nous avons eu le plaisir de pouvoir discuter à plusieurs reprises avec lui et le sommelier, c'était très sympa et instructif aussi. je ne me souviens malheureusement plus de l'intitulé des plats, mais j'ai posté toutes les photos. des entrées aux desserts tout était parfait. C'était un menu surprise avec un verre à chaque plat. le cout était de chf 270 p.pers. Seul petit hic, je crois qu'il faut réserver longtemps à l'avance pour avoir la table d'hotes. Nous avons eu également le plaisir de découvrir des vins, comme par exemple le Manni Nössing qui est une vendange tardive du sud tyrol ainsi qu'un excellent vin chilien, un santa rita casa real. je ne peux que vous recommander.
0 Kommentare   11 Votes   En savoir plus

Mein Profil

Michel LUISIER
 Mitglied
Stadt des Restaurants: Genf

Gefällt mir: La qualité des mets servis, le service et, bien entendu un cadre agréable.

Ich mag nicht: Un service impersonnel voire hautain ou prétentieux. Une multitude de plats proposés, gage de non qualité.

67
Freunde
4568
Rating-Punkte

Freunde

Ion Barra
 Mitglied
149 Freunde
23710 Rating-Punkte
Claudia Eftimie
 Mitglied
133 Freunde
5934 Rating-Punkte
PleaseDelete aSupprimer
 Mitglied
53 Freunde
1252 Rating-Punkte
© 2008 - 2014 iTaste SA