Passwort vergessen? Einfache Anmeldung

Nahrungsmittelführer von Conus Denis

Last restaurant viewed

Le Mont-Salève
Le Mont-Salève
Bamboo Cuisine
Bamboo Cuisine
Bourbon Coffee @ UTC
Bourbon Coffee @ UTC
Le 7 (Anne-Sophie Pic)
Le 7 (Anne-Sophie Pic)
Karibu
Karibu

Wants

Inamo
Inamo
Le Du
Le Du
Poppies Fish & Chips
Poppies Fish & Chips
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
L'ajOupa
L'ajOupa

iTaste News

Le Mont-Salève
Le Mont-Salève
18.05.2014, 17:33
J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Luxury Hotel Rwanda
Luxury Hotel Rwanda
09.05.2014, 10:33
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ndara Coffee Shop
Ndara Coffee Shop
09.05.2014, 10:29
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
Cormoran Lodge
Cormoran Lodge
06.05.2014, 09:31
Si il y a un seul endroit que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c'est bien celui-ci! Pour ceux qui connaissent, c'est comme si vous vous retrouvez dans le film "Out of Africa" vous êtes au cœur de l'Afrique, en face de vous, vous contemplez le lac Kivu et vous voyez la république démocratique du Congo. Ce Lodge avec ces maisons individuelles en bois construites à flanc des collines vous procurent l'impression d'être en harmonie avec la nature. Parlons en de cette nature, des oiseaux multicolores chanterons le matin à vos fenêtres, vous apercevrez le matin les pêcheurs en pirogue, poser leurs filets. Les cormorans ne seront pas bien loin, si vous ne les voyez pas leur cri assez reconnaissable et bruyant vous indiquera où regarder. Question nourriture, nous avons pu goûter leur cuisine en soirée et le petit-déjeuner. J'ai pris un filet de capitaine en méli-mélo et mon ami le tilapia du lac Kivu braisé entier. Le goût était excellent, les accompagnement également. J'ai demandé des pommes croquettes et pour mon invité des pommes frites. Le défaut en Afrique c'est un peu les détails, les poissons, viandes, omelettes sont toujours trop cuit, si on se réfère à nos habitudes européennes, mais chez eux c'est leur standard et je penses que malgré tout si l'on veut éviter les soucis inutiles, il vaut mieux manger ainsi pour tuer les éventuelles bactéries que pourrait contenir les aliments. Dans toutes les évaluation que j'ai fait depuis le début de mon séjour au Rwanda, je n'ai pas déduit de notes au sujet des cuissons, ni de certains détails, comme les commodités qui sont souvent très sommaires, si on se réfère à nos critères. Dans le cas du Cormoran Lodge, les toilettes sont plutôt accueillantes et il y a même des serviettes en tissu pour s'essuyer les mains. Leur carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Le petit déjeuner était également bon. L'assiette de fruits exotiques était très bien présentée et le choix assez copieux. L'omelette est en supplément (2'200 RWF) soit environ 3 CHF. Par contre elle était plutôt cuite à l'européenne, car elle avait le cœur légèrement baveux. Donc un conseil, si vous voyagez au Rwanda, il faut absolument venir ici si vous projetez de découvrir le lac Kivu. Les agences vous conseillerons de séjourner à Gisenyi, mais Kibuye c'est plus sauvage et le littoral est encore très préservé par les habitations. Depuis Kigali, compter trois bonnes heures pour venir ici, vous pouvez venir en voiture ou en bus (Impala Tour, direction Kirambo) et après vous devez prendre un taxi moto ou avoir un 4x4 pour arriver jusqu'à l'hôtel (la route est très accidentée).
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Chez John
Chez John
03.05.2014, 10:30
Voici à nouveau un restaurant dans le quartier cossu de Kiyovu proposant un buffet africain à discrétion. Les plats sont bons, la quantité et le choix proposé également. Le prix est très correct en vue de l'emplacement du lieu.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus

Last comments

J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
La carte est très réduite. Cependant tous les produits sont ultra frais et locaux. Dommage qu'il ne soit pas proposé un poisson.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
La rapidité, mais cela est assez général en Afrique.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
L'accès n'est pas très facile si vous allez sur la terrasse qui domine le restaurant (escalier étroit et assez raide) surtout pour remonter. Les alentours ne sont pas très beaux. Le buffet est disponible du lundi au vendredi. La direction possède également le Kamelia, situé le long du boulevard de la République et qui est plus accueillant.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
Si il y a un seul endroit que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c'est bien celui-ci! Pour ceux qui connaissent, c'est comme si vous vous retrouvez dans le film "Out of Africa" vous êtes au cœur de l'Afrique, en face de vous, vous contemplez le lac Kivu et vous voyez la république démocratique du Congo. Ce Lodge avec ces maisons individuelles en bois construites à flanc des collines vous procurent l'impression d'être en harmonie avec la nature. Parlons en de cette nature, des oiseaux multicolores chanterons le matin à vos fenêtres, vous apercevrez le matin les pêcheurs en pirogue, poser leurs filets. Les cormorans ne seront pas bien loin, si vous ne les voyez pas leur cri assez reconnaissable et bruyant vous indiquera où regarder. Question nourriture, nous avons pu goûter leur cuisine en soirée et le petit-déjeuner. J'ai pris un filet de capitaine en méli-mélo et mon ami le tilapia du lac Kivu braisé entier. Le goût était excellent, les accompagnement également. J'ai demandé des pommes croquettes et pour mon invité des pommes frites. Le défaut en Afrique c'est un peu les détails, les poissons, viandes, omelettes sont toujours trop cuit, si on se réfère à nos habitudes européennes, mais chez eux c'est leur standard et je penses que malgré tout si l'on veut éviter les soucis inutiles, il vaut mieux manger ainsi pour tuer les éventuelles bactéries que pourrait contenir les aliments. Dans toutes les évaluation que j'ai fait depuis le début de mon séjour au Rwanda, je n'ai pas déduit de notes au sujet des cuissons, ni de certains détails, comme les commodités qui sont souvent très sommaires, si on se réfère à nos critères. Dans le cas du Cormoran Lodge, les toilettes sont plutôt accueillantes et il y a même des serviettes en tissu pour s'essuyer les mains. Leur carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Le petit déjeuner était également bon. L'assiette de fruits exotiques était très bien présentée et le choix assez copieux. L'omelette est en supplément (2'200 RWF) soit environ 3 CHF. Par contre elle était plutôt cuite à l'européenne, car elle avait le cœur légèrement baveux. Donc un conseil, si vous voyagez au Rwanda, il faut absolument venir ici si vous projetez de découvrir le lac Kivu. Les agences vous conseillerons de séjourner à Gisenyi, mais Kibuye c'est plus sauvage et le littoral est encore très préservé par les habitations. Depuis Kigali, compter trois bonnes heures pour venir ici, vous pouvez venir en voiture ou en bus (Impala Tour, direction Kirambo) et après vous devez prendre un taxi moto ou avoir un 4x4 pour arriver jusqu'à l'hôtel (la route est très accidentée).

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Voici à nouveau un restaurant dans le quartier cossu de Kiyovu proposant un buffet africain à discrétion. Les plats sont bons, la quantité et le choix proposé également. Le prix est très correct en vue de l'emplacement du lieu.
La salle est assez sombre, les nappes sur les tables sont un peu défraichit. Cependant si vous avez la chance de trouver une place sur la terrasse à l'entrée ou celle de l'arrière salle, c'est beaucoup plus joli et lumineux. Les sanitaires sont toujours aussi vétustes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ce petit magasin d'alimentation situé dans le quartier de Kiyovu est spécialisé dans la préparation de sambusa. Qu'ils soient à la viande ou végétarien, ces petits triangles de pâte farcis sont délicieux. Appelé également : Samosas, samoussa, samossa avec deux s, toutes ses spécialités restent identiques, c'est leur farce qui fait leur différence. Celle-ci est particulièrement goûteuse, très bien épicée, un fumet qui donne envie de croquer dedans. La pâte est très croustillante sans être grasse. Lorsque arrive la pause de midi ou la fin du travail, de longues files de voitures sont garées le long de la route pour aller en acheter avant de rentrer à la maison.

0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé dans le quartier résidentiel de Kigali, à deux pas du Palais présidentiel et de la banque nationale du Rwanda, vous découvrirez ce restaurant plutôt fréquenté par la bonne société du pays. Une très belle vue sur la capitale, surtout en soirée et une terrasse agréable et spacieuse. Le service est plutôt attentionné et efficace, tout d'abord on vous accueillera en vous remettant une serviette chaude et humide. Nous y avons goûté le poulet braisé et un cordon-bleu de veau, sauce dugléré le tout servi avec des frites maison. Les portions sont plutôt bien servies et les goûts sont bons avec un assaisonnement assez équilibré.
Comme dans toutes mes évaluations précédentes, les toilettes sont un peu obsolètes mais relativement propres. La cuisine manque un peu de finesse, mais on peut remarquer tout de même un petit effort du chef de montrer une touche d'originalité et d'essayer de se rapprocher un peu des standards européens dans le dressage des assiettes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé au dernier étage de l'immeuble T2000 (5ème étage), vous y découvrirez un très grand restaurant chinois sous les toits. Le soir c'est plus impressionnant car des petites lumières rouges et scintillantes donne un air de Chinatown au cœur de l'Afrique. La vue sur Kigali et son cœur commercial est également l'atout majeur de ce restaurant. Nous avons commandé des nouilles sautées aux légumes, car nous n'avions pas très faim. Elles étaient très bien servies et un très bon goût. La boisson, une bière rwandaise, Mutzig si je me souviens. Il y a de nombreuses brasserie dans le pays, c'est celle-ci est Primus les plus connues mais il y en a de nombreuses autres. Nous allons y revenir pour faire un repas plus copieux.

0 Kommentare   7 Votes   En savoir plus
Situé dans la grande tour de Kigali, ce restaurant inspiré d'une célèbre chaîne de bar à café américain propose des spécialités de cafés et thés comme sa grande sœur mais également une restauration froide et chaude. Nous y avons dégusté leurs hamburgers, ils étaient bons mais un peu petit. Les prix sont relativement chers pour le Rwanda mais il y'a le wifi et les commodités occidentales ce qui justifie cela. Le prix moyen des hamburger sont à 4'500 RWF soit 6 CHF
Portions un peu petite, mais c'est bien placé et c'est également un endroit où rwandais et occidentaux aiment se rencontrer.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
À quelques pas des hôtels chics que sont le Serena et le fameux hôtel des Milles Collines tristement rendu célèbre pendant le génocide pour avoir permis de sauver de nombreuses vies, vous trouverez ce joli endroit ombragé en face de l'école belge. Le Karibu propose, midi et soir un buffet copieux, avec viandes en sauce, légumes, salades, fruits, riz, féculents africains, pommes de terre, le tout pour 2'500 RWF soit environ 3,50 CHF par personne. Le soir et le week-end le prix est à 3'000 RWF (4 CHF). Accompagné d'une bonne bière rwandaise à 1'000 RWF (1.50). Le jardin ombragé invite à la détente, les parasols et les grands arbres protègent du soleil et de la pluie.
Les toilettes sont un peu sales et ressemblent à des toilettes de camping, mais bon il faut être un peu tolérant car c'est l'équivalent d'un restaurant de plage pour chez nous.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus

Unter Freunden

Ficcin
Ficcin
25.10.2014, 14:40
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/10/fccn-istanbul.html Un séjour à Istanbul est toujours trop bref. Ce premier octobre 2014, voici déjà venue notre dernière soirée dans cette fascinante cité. Un dernier repas qui se fera à Beyoğlu, district d'Istanbul de loin le plus intéressant du point de vue culinaire, très vivant et en perpétuel mouvement. Après une ultime balade sur l'animée Istiklal et ses rues perpendiculaires, nous aboutissons dans une petite allée nommée Kallavi Sokak, en vue de déjeuner au Fıccın. Il ne sera d'ailleurs pas difficile à trouver en cette voie resserrée car ce qui n'était à l'origine qu'une enseigne s'étend aujourd'hui à pas moins de 4 ou 5 établissements dans la rue. Autre témoignage de son succès, la clientèle stambouliote en tout genre, familles, travailleurs, amis, qui s'y presse de même que les touristes qui les singent. Ces 5 enseignes sont en réalité 5 salles ; la cuisine est centralisée en un lieu et les plats se baladent le long de la rue pour être présentés aux clients. Rassurez-vous, les distances sont courtes et les plats arrivent à bon port chauds et bien faits. Les différentes salles sont généralement d'une grande simplicité : des tables resserrées, habillées de blanc, tout juste dressées, de-ci de-là quelques décorations murales sobres, c'est simple, propre, relativement nu mais cela donne un sentiment d'espace au milieu de la foule qui s'y agglutine. Le service est serviable et chaleureux et malgré la masse de travail, saura toujours être attentif aux besoins des clients. La carte du Fıccın est courte et sobre, proposant une cuisine traditionnelle qui pourrait sembler ne pas se différencier des autres restaurants : soupes en entrée, salades et mezzés, quelques plats de viandes grillées, poissons grillés ou frits mais également quelques spécialités caucasiennes qui font la célébrité et la personnalité de Fıccın. Mais au-delà du choix, ce qui différencie les restaurants traditionnels les un des autres, c'est ce petit quelque chose dans l'assiette qui fera passer le repas de la qualité « standard » à la qualité « bonne » à « exceptionnelle ». Comme dans la plupart de ces restaurants, nous sommes très vite pris en charge. Nous sont présentés sur plateau un assortiment de mezzés froids. Tous sont des plus appétissants. Il nous faut toutefois bien nous décider. Nous nous partagerons trois mezzés que nous consommerons avec un pain mi-blanc simple et de bonne facture. D'abord une spécialité caucasienne de poulet émietté augmenté de noix et d'ail. Il s'agit d'une pâte assez massive, bien parfumée de piment concassé, une pointe de sumac et autres, riche en saveur et de texture crémeuse et épaisse. C'est vraiment excellent. Puis une préparation d'aubergine frite au yaourt et à la tomate : à nouveau énormément de saveur ! Malgré le fait que l'aubergine soit frite, il n'y a pas de sensation de gras. La texture est extrêmement agréable et l'ensemble est d'une grande gourmandise. Enfin un « Haydari », une salade d'herbes au yogourt. Le yogourt est excellent et très frais, riche en herbes avec des saveurs d'aneth, de menthe, relevé d'ail et de poivre, rafraîchi d'un jus de citron, simplicité parfaite ! L'essentiel de la table a cédé à l'une des spécialités de la maison, les raviolis caucasiens à la viande en sauce au yaourt. Généralement on trouvera dans les restaurants turcs les « mantı », qui sont de toutes petites bourses de la taille d'une phalange, farcis de viande à la sauce au yaourt. J'en raffole et n'en ai que mangé rarement au restaurant. Ici les raviolis sont plus gros, la pâte un peu plus épaisse offrant plus de mâche et la farce plus généreuse. Cette dernière est tout à fait savoureuse, de viande de boeuf augmentée d'oignon, d'ail et herbes, très gourmande. La sauce au yaourt est d'une grande simplicité mais excellente, arrosée d'une huile d'olive légèrement piquante. Nous est donné à côté un assortiment de petits condiments, du sumac, du piment concassé et du thym sauvage séché. C'était un grand bonheur, qui a tout de la « confort food » et on aime cela. L'un des convives a aimé son plat au point d'en demander du rab. Le quatrième convive préférera le loup grillé, servi comme le veut la tradition tout en simplicité avec son quartier de citron, sa rondelle d'oignon et sa salade d'herbes aromatiques, un peu piquante qui pourrait en saveur être une variété de roquette mais avec beaucoup plus de profondeur gustative que notre habituelle herbette. Durant ce repas, nous avons consommé de l'eau, ainsi qu'un vin rouge plutôt bon, « Yakut » Kavaklidere, d'Ankara, qui était plutôt bien charpenté, déployant plutôt des saveurs de bois et d'épices. Gourmands que nous sommes, nous nous sommes partagés les trois desserts de la carte : Une pâtisserie à la banane et au biscuit qui fut une préparation de banane écrasée et parfumée enrobée de biscuit en poudre était probablement le moins intéressant : c'était certes bon mais j'ai toujours trouvé la saveur de la banane très lourde en dessert. Le pudding garni de kadayif et parfumé à la noix était d'une grande gourmandise, de texture fondante, frais et riche en saveur, c'était un grand plaisir et probablement le dessert le plus plaisant. Enfin, la semoule aux graines de pavot était surprenante déjà de par sa teinte verdâtre pâle mais surtout de par sa texture très aqueuse qui fond dans la bouche. C'est très doux et gourmand. Le service en salle est à l'image des lieux, simple, sobre mais accueillant. L'ambiance des lieux est joyeuse et ce fut un plaisir de passer notre dernier repas de ce séjour au Fıccın. Notons qui plus est l’addition des plus douce qui s'est montée à 150 TL pour ce repas de titan. Verdict : réservez votre place, sinon il est peu probable que vous trouviez la possibilité de vous sustenter en ce lieu très agréable !
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
La Dolce
La Dolce
25.10.2014, 02:44
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/10/la-dolce-san-jose-del-cabo.html Il faut bien reconnaitre que la plupart du temps la cuisine mexicaine dans la majorité des établissements standards n’est pas trop originale et quelque peu lassante. Comme les tables de « San Jose del Cabo » sont la plupart encore fermées en raison des dégâts occasionnés par l’ouragan de force 4 « Odile », nous nous sommes « rabattus » sur un Italien pour cette soirée. Cela ne m’arrive quasiment jamais de manger Italien au Mexique… mais la….le choix était trop restreint. A vrais dire nous étions passés plusieurs fois devant « La Dolce » et l’extérieur du bâtiment était plutôt engageant, l’intérieur plutôt assez fréquenté. Une belle demeure mexicaine joliment restaurée avec les murs extérieurs couleur brique et un éclairage mettant en valeur le bâtiment. Un hall d’entrée assez élégant avec un lustre de fer forgé au plafond et peintures sur les murs qui vous amène directement dans les cuisines et par la suite vers quelques escaliers qui aboutissent dans un très joli patio où se trouvent un certain nombre de tables. Dans un coin de ce patio, un four à bois où évidement l’on cuit pizzas et autres mets. La cuisine que l’on traverse est plutôt joliment décorée et inhabituelle avec ses lustres de verres rouges qui confèrent une ambiance assez intime. La salle intérieure elle aussi est très agréable et est accessible par le hall ou se trouvent quelques peintures. Un bar devant lequel se trouve quelques tables ; des murs de briques apparentes ; il y a quelque chose de quand même très mexicain et de bon goût dans cette décoration. Mais la température agréable de cette soirée nous dirige vers l’agréable terrasse du patio. Nous choisirons pour accompagner le repas une bouteille de Malbec argentin «Omilen » en 2012 qui s’avère être un vin de la maison « Freixenet » plutôt connue pour ses « Cavas» que l’on trouve un peu partout. Il s'agit d'un jeune, vin équilibré avec une bonne longueur et persistance en bouche. La teneur en alcool de 14%. Comme l’on peut s’en douter la carte est italienne mais on fera tout pour identifier quelque chose qui pourrait nous rapprocher du Mexique… C’est donc avec une pizza « Diavola » que nous démarrons à base de saucisson pimenté, champignons, oignons et piments « Serrano ». La pâte est de bonne épaisseur et croustillante, le goût du feu bois est très plaisant et les composantes sur le dessus de qualité avec un petit goût mexicain lié aux piments utilisés. Une très bonne pizza. Une salade mixte pour accompagner la pizza qui s’est avéré être fraiche et bien assaisonnée. Des spaghettis al Cartoccio, des pâtes aux fruits de mer et sauce tomate. Le genre de plat qui peut-être quelconque ou délicieux ! Ici servi étonnement dans un papier aluminium en forme de cygne et qui ensuite est ouvert par le garçon à table. Une très belle assiette de pâtes avec des fruits de mer de première fraicheur abondamment servis et une sauce tomate tout aussi goûteuse. Les pâtes seront cuites « al dente » ! Je prendrai la suggestion du jour qui est des raviolis farcis aux champignons et fromage servis avec une sauce au piment « poblano » frais. Je suis agréablement surpris par la qualité des pâtes, la finesse de la farce et surtout la délicieuse sauce crémée au parfum si délicat de ce piment. En réalité au Mexique, tout s’appelle piment mais souvent les saveurs sont plus proches du poivron que de ce que l’on considère en Europe comme étant toujours fort. Voici une agréable expérience dans un lieu très agréable ou la cuisine italienne est fidèle a ce que propose une bonne trattoria. On peut y trouver quelques plats qui lorgnent vers le Mexique si l’on ne veut pas totalement manger Italien ; le service est efficace et jovial. Une bonne adresse lorsque l’on veut changer de type de cuisine.
0 Kommentare   1 Votes   En savoir plus
Solomon's Landing
Solomon's Landing
24.10.2014, 10:54
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/10/solomons-landing-cabo-san-lucas.html Deuxième essais dans la « marina » de « Los cabos » avec l’une de ces terrasses qui offrent une jolie vue sur les bateaux. Cette fois-ci c’est sous une autre « palap », toit de paille que nous nous arrêterons à notre retour de plongée. « Solomon’s Landing» a priori semble être un peu moins la proie que son voici mais cela ne nous garantit pas grand-chose. Comme un peu partout un bar central et des dizaines de tables disposées tout autour. Un décor peut-être un peu moins américanisé et moins tape à l’œil mais toujours aussi agréable lorsque l’on mange en plein air. Pour ne pas perdre ses habitudes, une « margarita » qui ne m’a pas semblé être différente de beaucoup d’autres établissements. Généralement elles sont bien réalisées et ce que je qualifie « d’exceptionnel » se trouve plutôt dans les tables de haut niveau. Ce midi, nous resterons dans le « classique tex-mex » avec pour moi un « Hambuguesa Mexicana » qui lui est confectionné avec du « guacamole », haricots noirs et chorizo. Je dois reconnaitre que ce « burger » est plutôt bon et bien meilleur que dans beaucoup d’endroits. Sur une moitié de pain le « guacamole » , la viande fraiche bien cuite, fromage fondu, oignons rouges et le saucisson finement rissolé. Sur l’autre moitié, salade, tomate et cornichons. Les pommes de terre sont croustillantes et correctes. Pour l’autre convive, un choix de « quesadillas » avec poulet, crevettes, bœuf et poisson. Accompagné de « guacamole » et de « pico de gallo », ce mélange de tomates, oignons, coriandre et piments verts. Les « quesadillas » sont recouvertes d’un peu de chou blanc râpé pour apporter une touche croquante. C’est plutôt bien fait mais ne laissera pas un souvenir impérissable non plus. Une boisson désaltérante pour conclure ; un « jamaica tea » qui est cette infusion de fleur d’hibiscus que l’on trouve un peu partout. Une adresse recommandable et simple dans la « marina » de « Los Cabos ».
0 Kommentare   1 Votes   En savoir plus
Asitane
Asitane
23.10.2014, 22:00
http://labobouffe.blogspot.com/2014/10/asitane-istanbul.html L'an passé, je suis allé seul au restaurant Asitane et en suis sorti enchanté. Impossible de ne pas y mené mes co-voyageurs, ce 30 septembre 2014. Sis dans des quartiers passablement excentré, il faudra prendre le bus et traverser la ville vers l'ouest pour s'y rendre. Des vieux quartiers, plutôt pauvres, mais néanmoins calmes et agréables et possédant un certain nombres de beaux rendez-vous touristiques. N'ayant pas autrement changé, je passerai sur la description des lieux que vous pourrez dans l'autre article dédié à ce lieu. Je reproduirai toutefois quelques photos prises cette année, offrant une vue de jour de la terrasse sur laquelle nous nous installerons. Nous sommes très vite pris en charge et placés sur cette jolie terrasse. Le fond de l'air n'étant pas si chaud que cela, les chaises sont équipées de couvertures dont pourront se revêtir les clients. Nous buvons l'apéritif en consultant la carte. On la découvre toute composée de mets impériaux, nous faisant voyager de 1453 à 1918 à travers les produits, les épices, les saveurs. En effet, pour rappel, les chefs d'Asitane ont fait des années de recherches sur les cuisine des palais de Topkapı, Edirne et Dolmabahçe, à la recherche des mets qui régalaient les sultans et leurs invités. Nous recevons très vite deux pains différents d'une très grande qualité, deux petits ballons, d'un plutôt à la cannelle et au sésame, l'autre à la cannelle augmenté de grains d'anis. Ils se marient très bien avec ce petit concassé de pois chiche épicé et cette huile d'olive herbeuse de très belle qualité. Deux gourmands prendront deux entrées, tandis que les deux autres convives se contenteront d'une seule. A la table, deux « Toyga Aşi », soupe de yaourt au boulghour et pois chiches, une recette du XIVe siècle, servie froide. Gourmande et fraîche, le boulgour assez grossier de même que les pois chiches donnent saveur et mâche. Les épices sont délicates, poivre, un peu de cumin notamment, et le tout est enfin arrosé d'une huile d'olive parfumée à la menthe. C'est excellent. Une personne a pris une soupe d'amande douce, la « Badem Çorbası », selon une recette de 1539 que j'avais goûtée l'année passée. Toujours aussi délicieuse, tout en douceur et rondeur, elle est assez nourrissante, parfumée de muscade et grenade. En deuxième entrée, un convive prendra les « Asitane Lokmalari », un assortiment de quatre préparations présentées comme « Fiertés d'Asitane ». J'avais dégusté l'an passé ce plat délicieux composé d'un « Humus lokması », recette de 1469 présentant une pâte de pois chiche aux épices, pignons de pin et cannelle d'une gourmandise folle, un « Lor Mahlutu », préparation de fromage frais un peu granuleux aux échalottes, persil, poivre vert, tomate, assaisonnée au romarin et paprika, recette de 1898 excellente une « Fave », préparation de fèves mixées assaisonnée d'aneth et huile d'olive agréablement herbeuse en bouche une « Dövme Hiyar Salatasi », recette de 1844, une salade de concombre au yaourt augmenté d'oignon et de pistaches, un ajout qui twist bien ! Le convive était heureux. Il est vrai que s'il on peut reprocher quelque chose à cette entrée, c'est d'être hyper nourrissante. Un « Gömlek Kebabı » (1764), une préparation de viande hachée d'agneau et de boeuf parfumé à la coriandre, cumin, pignons, enrobé de crépine et cuit à l'huile d'olive. Moelleux, riche en saveur et gourmand, ces préparations sont présentées sur une excellente salade d'oignon rouge avec quelques feuilles de roka parsemée de graines de grenade. Cette entrée à beaucoup plu à l'intéressé. Pour ma part, je serai plus intéressé par le « Vişneli yaprak sarması », recette de 1844 présentant des feuilles de vignes farcies de cerises de type griottes, riz, oignon, pignon de pin, tout cela assaisonné d'huile d'olive, poivre noir et cannelle. Association très intéressante et heureuse, la douceur acidulée de la griotte se marie parfaitement bien avec la gourmandise de la feuille de vigne farcie. Passons aux plats ! Une personne prendra le « Mahmudiyye », goûté d'an passé, recette de 1539. Il s'agit d'un poulet cuit à l'étouffée avec des abricots secs, raisins sec Rezaki, des amandes, le tout parfumé de cannelle et de clous de girofle. C'est toujours aussi savoureux et a beaucoup plu à la concernée. A nouveau une souri d'agneau à table, ce soir, avec le « Yufkada Kuzu İncik Beğendili », recette de 1844 où elle est présentée sur une purée d'aubergine, le tout dans un « bol » croustillant. Très parfumé, la viande est parfaite et nappée d'une épaisse sauce de viande aux saveurs de muscade et de cannelle, un bonheur. Un troisième convive prendra le « Kırma Tavuk Kebabı » (1764), deux fines tranche de poulet parfaitement grillé servi avec des oignons rouges sautés au vinaigre et du chou rouge en pickels. Un plat plus léger, sans doute plus simple, sans être moins bon. Pour ma part, cette fois, j'ai été très tenté par l'improbable « Kavun dolması » (1539), un melon de la taille d'un gros grapefruit farci et cuit au four. De chair jaune, devenue fondante, plutôt douce en saveur, elle est farcie d'une mémorable préparation de viande très finement émincée (essentiellement de l'agneau), du riz, des pignons de pin, des amandes, des épices (allspice, cannelle,poivre noir...) et des petit cassis séchés. C'est d'une gourmandise exquise et si original. Les sultans savaient vivre ! Pour le dessert, autant dire que plus personne n'avait faim, ni même n'était en capacité d'ingérer la moindre chose, aussi nous avons renoncé au dessert. Le serveur nous a toutefois offert à nous partager un « Südlü Zerde », un joli pudding au lait, avec un peu de riz sur le fond parfumé au safran et au miel. Même si nous nous sommes un peu forcés, le geste était très sympathique et le dessert était d'une grande finesse et pas lourd du tout. Côté boissons, nous avons pris d'abord un rosé du pays, « Isinda Roze », du producteur Likya, 2011, produit à partir d'un cépage indigène nommé kalecik karası qui a accompagné notre apéritif et les entrées. Un rosé de couleur franche, très frais et un rien effervescent, qui, en bouche, est plutôt bon, simple, assez proche d'un rosé de pinot noir. Pour le rouge, ce fut un « Château Kalpak » 2010, produit par la maison éponyme, sur des cépages de kalecik karası et de merlot, un vin franc, assez corpulent et boisé tout en exprimant des notes de fruit, il est joliment structuré et nous a offert beaucoup de plaisir. Le service est toujours aussi serviable et efficace. Qui plus est, au moment de nous apporter l'addition (525 TL) nous nous sommes vus offrir une confiture de prune de la maison... mais l'auteur de ce blog, distrait qu'il est, l'a laissée par mégarde dans son bagage à main... aussi elle est restée à l'aéroport -_-'' Autant dire qu'Asitane est un lieu qui mérite d'être découvert. Certes dans un quartier éloigné et pas forcément très accueillant de prime abord, mais néanmoins riche en histoire avec à ses côtés probablement l'une des plus belles église byzantine qu'il soit, Saint Sauveur in-Chora, ainsi que des anciennes murailles romaines de la cité et du palais de Constantin Porphyrogénète
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Casa Don Rodrigo - Dvur
Casa Don Rodrigo - Dvur
23.10.2014, 15:09
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/10/casa-don-rodrigo-dvur-san-jose-del-cabo.html S’il y a une table à découvrir à « San Jose del Cabo » et même dans la région du sud, cela sera sans aucun doute ce « Casa don Rodrigo-SVUR » dont je garderai un impérissable souvenir. Situé dans la vieille ville dans une maison historique, voici un lieu tout à fait remarquable pour maintes raisons. Cette demeure appartenait à Monsieur Aragon, le grand-père et depuis novembre 2013 est devenu un remarquable restaurant. Ce qui surprendra immédiatement c’est la décoration intérieure car tout a été fait avec énormément de goût. La structure intérieure de cette maison mexicaine du début du siècle a été conservée mais rénovée pour en faire un lieu de plaisir, un lieu épicurien. On entre soit par le bar où l’on peut observer un joli choix de Tequila sur le bar ainsi qu’une série de bouteilles ou crus au verre conservé dans une mini cave à vin ; ce qui est rapidement signe de raffinement de l’endroit. Ce qui est très beau sont ces photos d’un autre siècle car le patron, Jesus Aragon a souhaité honorer sa famille en décorant son établissement de vieilles photos brunes ou noir et blanc de « San Jose del Cabo » du siècle passé. A gauche du bar, ses grands-parents se trouvent là comme les gardiens de l’établissement… Le barman nous sourit, un personnage qui se présente avec humilité comme l’un des derniers indiens de la Basse Californie car avant l’arrivée des Espagnols, certaines ethnies indiennes régnaient sur la région, puis ce fut pirate et espagnol qui envahirent l’état. Jesus Aragon, le petit fils est un remarquable personnage, plein d’humour, d’émotion et surtout de gentillesse qui prendra le temps de vous expliquer l’histoire de sa famille, de cette maison et qui pourra également vous expliquer si intérêt chacune des très belles photos murales. Des photos d’ailleurs assez surprenantes où l’on voit tout le monde « endimanché » avec costume, cravate et chapeau ! Toutes les pièces de cette maison ont une histoire et chacune sera illuminée avec douceur afin de créer une atmosphère unique. Un peu plus loin une seconde pièce ou plutôt patio où la charmante femme de Jesus sera la comme une hôtesse de maison prête à recevoir ses convives. Dans le mur une niche avec une croix et sur les côtés, de jolis porte-bouteilles, ce qui laisse présager que le vin a une certaine importance dans cet établissement. Quelques tables agréablement dressées qui sont réalisés de vieux morceaux de bois recouverts d’un plateau de verre. Le hall d’entrée sur la gauche ressemblerait plus à une galerie d’art et permet d’accéder au patio par un autre endroit. Une très belle salle privative pour une dizaine de couverts peut être réservée pour diverses réceptions. Grande table blanche magnifiquement décorée avec chandelier et vaisselle choisie ; toujours un admirable jeu de lumières ; structures boisées brutes conférant au tout un charme certain. Dans la bibliothèque, un certain nombre d’objets choisis ; livres, disques, vieil appareil de photo et objets divers. Cette table dressée qui attend ses hôtes a quelque chose de grandiose, d’une autre époque… Jesus se fera également un plaisir de vous présenter sa cave a vin réfrigérée qui propose une magnifique sélection de vins d’Amérique du sud dont même des vins mexicains. Une fois à table, Jesus qui est presque en quelques minutes devenu un ami, nous parle de sa ferme dans les hauteurs de « San Jose del Cabo » où sa famille vit et où il possède un élevage bovin. C’est là qu’il produit lui-même son fromage qu’il propose immédiatement en dégustation en deux variations : 3 mois et 6 mois. A la question « à quoi ressemble son fromage mexicain ?», il nous répond que cela serait un peu comparable à du parmesan. Un fromage réalisé chaque semaine par sa famille et lui-même depuis plusieurs générations. Mais pour commencer, nous ne pourrons pas manquer les fabuleuses « margaritas » proposées ici. Une première au « Jamaica ». Quelques mots sur ce « Jamaica » que l’on trouve assez souvent dans la région. Il s’agit en fait de fleurs d’hibiscus comme l’on trouve en Egypte sous le nom de « karkade ». Ces fleurs séchées sont ensuite réhydratées comme des feuilles de thé et colorent l’eau d’un rouge très profond. On sucre la boisson que l’on peut simplement servir froide ou alors utiliser une décoction du jus pour réaliser, sauces, cocktails et mais aussi un chutney. Le goût est plutôt citronné et très rafraichissant. Cette « margarita » est tout simplement exceptionnelle ! Ma « margarita » qui elle est classique sera également un modèle du genre. Le bon dosage de sucre, la qualité de la Tequila, l’ajout de Cointreau et la magie du barman… La cuisine que l’on trouvera ici peut être qualifiée de « nouvelle cuisine mexicaine » à savoir l’utilisation d’ingrédients locaux, de produits frais et bios, ainsi que des recettes repensées ou remaniées. Cela sera donc avec le plateau de fromage que nous commencerons le repas. Je ne sais pas si ces pâtes dures sont vraiment semblables à du parmesan mais toujours est-il que les yeux fermés, l’on aurait pu identifier ceci à un vieux Cantal. C’est quand même un exploit que de produire un tel produit dans un tel endroit ! Les deux fromages ont des textures assez différentes, le premier étant plus friable et le second plus ferme. Quelques petites noix de pécan pour accompagner. Autre entrée avec des piments « jalapeño » farçis avec du fromage manchego et servis avec une sauce maison. Le « jalapeño » est long de 5 à 6 cm, d'un vert variant de moyen à foncé, mais virant au rouge lorsqu'il est mûr. Celui-ci est relativement doux, mais peut parfois créer quelques surprises. Ici ils sont frits dans une pâte à beignet très fine et remplis d’un fromage blanc assez goûteux. J’imagine qu’il s’agit d’une version mexicaine du célèbre fromage espagnol. C’est léger, parfumé, délicat et la sauce à base de coriandre se marie à la perfection. Des « banderilla » de crevettes avec un chutney au « Jamaica ». Normalement le menu affiche un chutney à la mangue mais en raison de l’ouragan « Odile », les mangues ont simplement disparus…probablement toute tombées… Donc…les crevettes sont entourées d’une panure de noix de coco ; elles sont ensuite frites et on les trempe dans ce chutney. C’est une entrée délicieuse avec des crevettes tendres et croustillantes sans être surcuites, accompagnées de cette petite sauce acidulée. Le « ceviche » de poisson aux pommes. Comme l’autre plat, celui-ci aurait dû être à la mangue mais celles-ci furent remplacées par des pommes pour les mêmes raisons évoquées ci-dessus. J’ai eu l’occasion d’en manger depuis des jours des « ceviche », mais celui-ci est une perfection. Le poisson est encore cru en son centre, la sauce est subtilement parfumée probablement à l’orange et pas trop astringente. Les « tostaditas » ont été préparées sur place, ce qui fait aussi la différence. Une entrée certes classique mais ô combien réussie ! En met principal, un délicieux poulpe rôti à l’ail servi avec sur le côté avec du riz et une sélection de légumes de la ferme. Dans un « tamales » (feuille de maïs), on trouvera du riz et celui-ci sera recouvert d’un poulpe très tendre subtilement aillé. Ceux qui le souhaitent peuvent associer un pain grillé à ces morceaux de poulpes comme des « tapas » ; c’est selon son choix. Pour moi, un thon pané au piment, dans une sauce « poblano » et un « tamales » aux champignons « huitlacoche ». Le thon est cuit à la perfection car encore cru à l’intérieur, le côté est subtilement parfumé avec ces piments doux broyés. La sauce « poblano » réalisée avec ce piment relativement doux, d'un vert foncé tirant sur le rouge foncé, qui se nomme d’ailleurs « poblano » lorsqu'il est consommé vert, c'est-à-dire frais et jeune. Il faut toutefois le faire griller pour enlever la peau avant de le cuisiner et de réaliser la sauce. Le «huitlacoche » aussi appelé « charbon du maïs » est une maladie de la plante qui produit alors un champignon. Ce parasite est très recherché est un ingrédient de la gastronomie mexicaine est transformé en une fine sauce brune. Quelques légumes frais de la ferme tels que carotte, asperges et un riz pour accompagner. Un magnifique poisson avec une recette très inspirée. Les « maragaritas » étant tellement fameuse, je prendrai celle considérée comme le « secret » du barman à base du piment « jalapeño ». Impressionnante de justesse car le goût du piment est juste là pour donner le goût mais ne pas emporter la bouche. « Casa don Rodrigo-DVUR » est une table où l’on passe un magnifique moment avec un patron passionné par son métier, d’une extrême gentillesse. Rien n’est fait de manière improvisée car l’on sent immédiatement qu’ici l’on veut faire la différence ! Le lieu est magnifique, l’ambiance musicale entre Louis Armstrong et Frank Sinatra apporte une touche un peu rétro à l’ensemble, la cuisine traditionnelle est revisitée et l’on y passe un moment vraiment épicurien. A ne pas manquer à « San Jose del Cabo » !
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus

Mein Profil

Conus Denis
 Mitglied
Stadt des Restaurants: Lausanne

Gefällt mir: L'acceuil, le professionnalisme Le sourire, la sympathie Une cuisine bien réalisée et maîtrisée. La décoration, la touche d'originalité

Ich mag nicht: Le contraire écrit précédemment

78
Freunde
12049
Rating-Punkte

Freunde

Ferruccio Gadani
 Mitglied
41 Freunde
1628 Rating-Punkte
Manuel Martinez de Tejada
 Mitglied
849 Freunde
41882 Rating-Punkte
Martine ROTHACKER
 Mitglied
296 Freunde
19496 Rating-Punkte
© 2008 - 2014 iTaste SA