Passwort vergessen? Einfache Anmeldung

Nahrungsmittelführer von Conus Denis

Last restaurant viewed

Alimentation La Gardienne
Alimentation La Gardienne
Les Boucaniers
Les Boucaniers
Le Léman
Le Léman
The Hamburger Foundation
The Hamburger Foundation
Brasserie de Montbenon
Brasserie de Montbenon

Wants

Inamo
Inamo
Le Du
Le Du
Poppies Fish & Chips
Poppies Fish & Chips
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
L'ajOupa
L'ajOupa

iTaste News

Ossek Garden
Ossek Garden
10.01.2015, 05:12
Restaurant coréen situé à deux pas de la place de la République. Personnellement je ne connaissais pas le barbecue coréen et c'est une bonne découverte. Des tables équipées d'un four cylindrique à gaz en son centre. Une plaque en inox avec des aération afin de mieux laisser passer la chaleur et le tour est joué. Vous grillez votre propre viande ou autres... Nous avons choisi la formule à 16.90 avec deux entrées, soupe miso, ensuite une fois les raviolis et leurs crêpes coréennes farcies au fruits de mer. Pour le principal nous avons choisi le poulet épicé "moyen".
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Brasserie de Montbenon
Brasserie de Montbenon
16.12.2014, 17:03
Première visite à la Brasserie de Montbenon. Magnifique cadre, très bien restauré, le restaurant était complet, on a été installé sur les tables face au bar. Du coup, prévoyez de réserver car ces dernières son à partager, donc si vous avez des choses plus discrètes à raconter ce n'est pas l'idéal. De bonnes préparations, des plats maisons, des mets de brasserie qu'on s'attend de trouver dans dans un lieu tel que celui-ci. L'équipe du Café de Grancy est à fond avec son chef François Grognuz et Bruno Kaufmann que je connais depuis son passage au Central du Mont-sur-Lausanne. Pour ma part j'ai choisi les rognons de veau à la moutarde ancienne,servi avec des tagliatelles et une jolie jardinière de légumes frais. Finalement ce sont les légumes que j'ai le mieux apprécié, les rognons étaient très bons, avec une bonne sauce à la moutarde crémeuse. Relativement classique, il manquait un peu d'originalité dans l'interprétation de ce classique et la quantité était assez petite à mon goût. Revenons aux légumes, j'ai apprécié le choix de ceux-ci, il y avait un beau choix, avec notamment des carottes violettes, du panais et d'autres légumes moins conventionnels ce qui est tout à fait louable et qui change par rapport à la plupart des restaurants de Lausanne. Par contre j'ai remarqué le cordon-bleu maison au poulet fermier qui a juste l'air d'une parfaite tuerie... De grands encouragements à toute cette nouvelle équipe et au plaisir de lire pleins d'autres commentaires sur ce site...
0 Kommentare   10 Votes   En savoir plus
Le Mont-Salève
Le Mont-Salève
18.05.2014, 11:33
J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Luxury Hotel Rwanda
Luxury Hotel Rwanda
09.05.2014, 04:33
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ndara Coffee Shop
Ndara Coffee Shop
09.05.2014, 04:29
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus

Last comments

Restaurant coréen situé à deux pas de la place de la République. Personnellement je ne connaissais pas le barbecue coréen et c'est une bonne découverte. Des tables équipées d'un four cylindrique à gaz en son centre. Une plaque en inox avec des aération afin de mieux laisser passer la chaleur et le tour est joué. Vous grillez votre propre viande ou autres... Nous avons choisi la formule à 16.90 avec deux entrées, soupe miso, ensuite une fois les raviolis et leurs crêpes coréennes farcies au fruits de mer. Pour le principal nous avons choisi le poulet épicé "moyen".
Rien, le service un peu long.
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Première visite à la Brasserie de Montbenon. Magnifique cadre, très bien restauré, le restaurant était complet, on a été installé sur les tables face au bar. Du coup, prévoyez de réserver car ces dernières son à partager, donc si vous avez des choses plus discrètes à raconter ce n'est pas l'idéal. De bonnes préparations, des plats maisons, des mets de brasserie qu'on s'attend de trouver dans dans un lieu tel que celui-ci. L'équipe du Café de Grancy est à fond avec son chef François Grognuz et Bruno Kaufmann que je connais depuis son passage au Central du Mont-sur-Lausanne. Pour ma part j'ai choisi les rognons de veau à la moutarde ancienne,servi avec des tagliatelles et une jolie jardinière de légumes frais. Finalement ce sont les légumes que j'ai le mieux apprécié, les rognons étaient très bons, avec une bonne sauce à la moutarde crémeuse. Relativement classique, il manquait un peu d'originalité dans l'interprétation de ce classique et la quantité était assez petite à mon goût. Revenons aux légumes, j'ai apprécié le choix de ceux-ci, il y avait un beau choix, avec notamment des carottes violettes, du panais et d'autres légumes moins conventionnels ce qui est tout à fait louable et qui change par rapport à la plupart des restaurants de Lausanne. Par contre j'ai remarqué le cordon-bleu maison au poulet fermier qui a juste l'air d'une parfaite tuerie... De grands encouragements à toute cette nouvelle équipe et au plaisir de lire pleins d'autres commentaires sur ce site...
Le service est jeune, sympathique et charmant, cependant je reste un peu dubitatif si la formule est bonne pour une brasserie de ce style. A mon avis le style sans style peut passer au Café de Grancy ou au Saint-Pierre, le look trendy, barbu, tatoo, percing pourquoi pas, mais j'espérais un service tel que dans une brasserie à la lyonnaise ou à la parisienne comme chez Lipp ou dans un bouchon. Dommage, décidément un tel lieu n'existera peut-être jamais à Lausanne dans un volume tel que celui-ci... Sniff
0 Kommentare   10 Votes   En savoir plus
J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
La carte est très réduite. Cependant tous les produits sont ultra frais et locaux. Dommage qu'il ne soit pas proposé un poisson.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
La rapidité, mais cela est assez général en Afrique.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
L'accès n'est pas très facile si vous allez sur la terrasse qui domine le restaurant (escalier étroit et assez raide) surtout pour remonter. Les alentours ne sont pas très beaux. Le buffet est disponible du lundi au vendredi. La direction possède également le Kamelia, situé le long du boulevard de la République et qui est plus accueillant.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
Si il y a un seul endroit que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c'est bien celui-ci! Pour ceux qui connaissent, c'est comme si vous vous retrouvez dans le film "Out of Africa" vous êtes au cœur de l'Afrique, en face de vous, vous contemplez le lac Kivu et vous voyez la république démocratique du Congo. Ce Lodge avec ces maisons individuelles en bois construites à flanc des collines vous procurent l'impression d'être en harmonie avec la nature. Parlons en de cette nature, des oiseaux multicolores chanterons le matin à vos fenêtres, vous apercevrez le matin les pêcheurs en pirogue, poser leurs filets. Les cormorans ne seront pas bien loin, si vous ne les voyez pas leur cri assez reconnaissable et bruyant vous indiquera où regarder. Question nourriture, nous avons pu goûter leur cuisine en soirée et le petit-déjeuner. J'ai pris un filet de capitaine en méli-mélo et mon ami le tilapia du lac Kivu braisé entier. Le goût était excellent, les accompagnement également. J'ai demandé des pommes croquettes et pour mon invité des pommes frites. Le défaut en Afrique c'est un peu les détails, les poissons, viandes, omelettes sont toujours trop cuit, si on se réfère à nos habitudes européennes, mais chez eux c'est leur standard et je penses que malgré tout si l'on veut éviter les soucis inutiles, il vaut mieux manger ainsi pour tuer les éventuelles bactéries que pourrait contenir les aliments. Dans toutes les évaluation que j'ai fait depuis le début de mon séjour au Rwanda, je n'ai pas déduit de notes au sujet des cuissons, ni de certains détails, comme les commodités qui sont souvent très sommaires, si on se réfère à nos critères. Dans le cas du Cormoran Lodge, les toilettes sont plutôt accueillantes et il y a même des serviettes en tissu pour s'essuyer les mains. Leur carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Le petit déjeuner était également bon. L'assiette de fruits exotiques était très bien présentée et le choix assez copieux. L'omelette est en supplément (2'200 RWF) soit environ 3 CHF. Par contre elle était plutôt cuite à l'européenne, car elle avait le cœur légèrement baveux. Donc un conseil, si vous voyagez au Rwanda, il faut absolument venir ici si vous projetez de découvrir le lac Kivu. Les agences vous conseillerons de séjourner à Gisenyi, mais Kibuye c'est plus sauvage et le littoral est encore très préservé par les habitations. Depuis Kigali, compter trois bonnes heures pour venir ici, vous pouvez venir en voiture ou en bus (Impala Tour, direction Kirambo) et après vous devez prendre un taxi moto ou avoir un 4x4 pour arriver jusqu'à l'hôtel (la route est très accidentée).

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Voici à nouveau un restaurant dans le quartier cossu de Kiyovu proposant un buffet africain à discrétion. Les plats sont bons, la quantité et le choix proposé également. Le prix est très correct en vue de l'emplacement du lieu.
La salle est assez sombre, les nappes sur les tables sont un peu défraichit. Cependant si vous avez la chance de trouver une place sur la terrasse à l'entrée ou celle de l'arrière salle, c'est beaucoup plus joli et lumineux. Les sanitaires sont toujours aussi vétustes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ce petit magasin d'alimentation situé dans le quartier de Kiyovu est spécialisé dans la préparation de sambusa. Qu'ils soient à la viande ou végétarien, ces petits triangles de pâte farcis sont délicieux. Appelé également : Samosas, samoussa, samossa avec deux s, toutes ses spécialités restent identiques, c'est leur farce qui fait leur différence. Celle-ci est particulièrement goûteuse, très bien épicée, un fumet qui donne envie de croquer dedans. La pâte est très croustillante sans être grasse. Lorsque arrive la pause de midi ou la fin du travail, de longues files de voitures sont garées le long de la route pour aller en acheter avant de rentrer à la maison.

0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé dans le quartier résidentiel de Kigali, à deux pas du Palais présidentiel et de la banque nationale du Rwanda, vous découvrirez ce restaurant plutôt fréquenté par la bonne société du pays. Une très belle vue sur la capitale, surtout en soirée et une terrasse agréable et spacieuse. Le service est plutôt attentionné et efficace, tout d'abord on vous accueillera en vous remettant une serviette chaude et humide. Nous y avons goûté le poulet braisé et un cordon-bleu de veau, sauce dugléré le tout servi avec des frites maison. Les portions sont plutôt bien servies et les goûts sont bons avec un assaisonnement assez équilibré.
Comme dans toutes mes évaluations précédentes, les toilettes sont un peu obsolètes mais relativement propres. La cuisine manque un peu de finesse, mais on peut remarquer tout de même un petit effort du chef de montrer une touche d'originalité et d'essayer de se rapprocher un peu des standards européens dans le dressage des assiettes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé au dernier étage de l'immeuble T2000 (5ème étage), vous y découvrirez un très grand restaurant chinois sous les toits. Le soir c'est plus impressionnant car des petites lumières rouges et scintillantes donne un air de Chinatown au cœur de l'Afrique. La vue sur Kigali et son cœur commercial est également l'atout majeur de ce restaurant. Nous avons commandé des nouilles sautées aux légumes, car nous n'avions pas très faim. Elles étaient très bien servies et un très bon goût. La boisson, une bière rwandaise, Mutzig si je me souviens. Il y a de nombreuses brasserie dans le pays, c'est celle-ci est Primus les plus connues mais il y en a de nombreuses autres. Nous allons y revenir pour faire un repas plus copieux.

0 Kommentare   7 Votes   En savoir plus

Unter Freunden

Ottolenghi Islington
Ottolenghi Islington
29.01.2015, 14:57
http://labobouffe.blogspot.com/2015/01/ottolenghi-islington-londres.html Toujours à la recherche de nouvelles sensations, j'ai réservé ce soir du 29 décembre 2014 dans un lieu plutôt célèbre où officie un chef d'origine israélienne nommé Yotam Ottolenghi. A l'origine journaliste, philosophe, il entamera dans un second temps une école de cuisine à Londres, sera chef pâtissier puis cuisinier. Il développera un style de cuisine profondément inspiré de ses origines qu'il mêlera d'inspirations méditerranéennes et asiatiques. Fort de son succès, il possède aujourd'hui quatre restaurants où il exprime ses inspirations au plus grand bonheur de ses clients. Autant dire qu'il faut réserver ! L'essentiel de ces restaurants sont des « relis » (ou « Delicatessen »), des lieux tout à fait particuliers à mi-chemin entre épicerie et restaurant. Son dernier établissement, le Nopi, est lui, plus proprement un restaurant, dont vous pourrez apprécier l'art avec l'excellent article d'Hedofoodia. Il a par ailleurs publié trois livres de recettes qui rencontrent, également, un énorme succès, où les légumes on part belle et où sa créativité est partagée au grand public dans un déluge de saveurs et de couleurs. C'était donc avec beaucoup de réjouissance que je me suis rendu dans son établissement d'Islington, district du Grand Londres plutôt populaire et très vivant, rassemblant bon nombre de bars, pubs et restaurants, très agréable et plutôt beau, illuminé de ses décorations de fêtes encore présentes. On longera relativement longuement l'Upper Street pour atteindre sa destination. Malgré son succès, dans l'étalage de lumières et d'enseignes de l'Upper Street, il passerait presque discret, avec sa petite vitre et son enseigne rouge, si l’œil n'était pas immanquablement attiré par l'outrageuse débauche de pâtisseries gourmandes et colorées. On entre dans un établissement accueillant, aux lumières blanches mais douces sur des murs essentiellement blanc. A gauche, un comptoir qui sert de « caisse » de la part épicerie du lieu, mais où s'empilent des assiettes d'entrées froides qui tenterait n'importe qui, ainsi qu'au mur, la suggestion du moment en terme de vins. Le long du mur, à droite, des pots d'épices, de sauces, de pickles, de confiture, bouteilles de vinaigre et j'en oublie rivalisent de couleurs. Accueilli avec beaucoup de chaleur par une équipe jeune et hyper professionnelle, je suis mené plus loin dans cet établissement tout en longueur. Un bonne moitié de l'espace est occupé par une table commune, qui n'a rien d'une table de cantine : d'un blanc virginal, entourée de sièges confortables également blancs, parsemée de jolis chandeliers. C'est convivial et intime à la fois, c'est très agréable et j'y serai installé. La seconde moitié de l'établissement contient des tables plus petites et intimes qui ont tout d'un restaurant chic et romantique. On me propose directement de l'eau puis on me porte la carte. Tout juste composée d'une douzaine de propositions, elle est partagée en deux parties : « From the counter » et « From the kitchen ». On comprend très vite que l'on pourrait comparer grosso modo cela à « mezzés froids » et « mezzés chauds », d'une grande inspiration et créativité, promettant fraîcheur, précision, saveurs et voyage... et là, c'est le drame : pas une seule des propositions de la carte ne me fait pas envie. C'est d'autant plus frustrant qu'à une table de 4 à 6 convives, on explore assez aisément toute la carte. Seul toutefois, j'éviterai de tenter de relever le défi. Fatalement, je fais un choix, un plat froid et un plat chaud, on verra plus tard si j'aurai encore faim après. On m'apporte pour patienter un trio de pains manifestement maisons, beau, avec une odeur chaude et délicieuse. Un pain mi-blanc, un autre apparemment au levain et un final au pois chiche et épices qui était vraiment magnifique. À côté, une très belle huile d'olive piquante et herbeuse comme je les aime. « From the counter », donc, je me lance pour une préparation fortement inspirée du Japon avec du thon albacore pêché à la ligne, juste saisi dans une croûte de graines de sésames blanc jaune et noir. Le produit est saisi au millimètre laissant un intérieur cru et gourmand. Finement assaisonné (sans doute mariné au soja et miel) et enrobé d'une croûte de tenue parfaite, le résultat flatte déjà les yeux et les papilles. Mais trempez seulement ce poisson dans la sauce soja-miel et gingembre qui l'accompagne, enrobez le tout de ciboule, et le bonheur est complet. « From the kitchen », je me serai intéressé par des kofta de gibier. Les kofta sont des spécialités d'origine persiques que l'on trouvera dans les pays d'Orient comme du Maghreb, mais aussi d'Europe orientale sous différentes appellations proches (kofte, köfte, kufta...) et désigne pour faire simple une boulette de viande. Ici elle prend une forme toute particulière, déjà en étant préparée à partir de chasse, mais en plus accompagnée d'un surprenant et assez méconnu « green tahini », du chou plume, oignon confit et sauce au citron. M'arrive une jolie assiette nourrie de trois gros kofta, juste passée dans une fine chapelure et frite. Ici, il n'est pas question de chasse discrète : ça explose en bouche, ça sent de l'intérieur, viande, épices, c'est intense et riche avec tout le bonheur du moelleux et croustillant. Le chou a été simplement revenu avec ces oignons confits apportant une jolie acidité augmentée encore par la présence du citron. Le « green tahini » était une surprenante sauce apportant un peu d'amertume et beaucoup de saveurs d'ail, de sésame et d'herbes (persil, cresson) et un trait de citron. Splendide ! Pour accompagner mon repas, sinon de l'eau gazeuse, j'ai pris deux verres d'un très joli rouge de Navarre, un Aroa Garnatxas 2013 des Bodegas Aroa, travaillant exclusvement avec des méthodes biodynamiques. Il s'agit d'un vin 100% Grenache qui révélera des saveurs profondes de fruit, d'une grande douceur, presque grasses, un bel équilibre, il m'a beaucoup plu ! Si je ne suis pas plein à craquer, je me garderai pour un dessert. Oui, ceux qui m'ont fait de l’œil avant-même l'entrée dans le restaurant. Ce ne sont que des créations du jour une bonne quinzaine, dont 5 « habituelles » sont recensées sur la carte des desserts ; on me suggérera d'aller au comptoir pour faire mon choix. A nouveau, c'est terrible car face à un tel étalage, on se sent comme un enfant et on veux goûter à toutes ces pâtisseries gigantesques et colorées. Je me déciderai pour l' « orange cake ». C'est un vrai monstre, magnifique de moelleux, très riche en saveurs d'orange, magnifié par un glaçage au chocolat noir riche. Il est servi avec une crémière de savoureuse crème vanille. Avec cela, un verre d'un vin rouge de dessert, à nouveau espagnol, un Ramblis, des bodegas Bernabe Navarro, 2011, riche et gourmand, presque un dessert en soi. Il me faut mettre un terme à ce repas et commande l'addition qui s’élèvera à 49.65£. Ottolenghi, c'est la promesse d'un moment différent, d'autres saveurs, beaucoup de créativité emprunte de tradition, dans un cadre élégant, certes, mais surtout chaleureux et communautaire et géré par une équipe jeune, dynamique, pleine de savoir-faire. Disons-le, j'ai adoré.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Chez Henri
Chez Henri
29.01.2015, 08:08
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/chez-henri-geneve.html C’est grâce au net que j’ai découvert cette nouvelle adresse dans le quartier des Pâquis. Un concept vraiment très tentant qui s’il existe dans les grandes capitales ou au bord de l’océan, reste quelque chose de probablement inédit à Genève ; un bar à huitres. C’est donc en parcourant le site internet de cet établissement que je me suis tout d’abord dis… « Enfin voilà un site original et rigolo….qui donne tout de suite l’envie d’y aller.. ». La plupart du temps, les pages du net sont tristes et ne déclenchent aucune émotion chez les internautes… Allez y faire un tour… C’est vraiment bien fait ! « Chez Henri » se trouve à la rue Plantamour non loin du Kempinski, non seulement un bar à huitres mais aussi un bar à vin. Mais le plus surprenant est que l’entrée se fait par un restaurant a Burgers…qui s’est forgé une assez-belle réputation à Genève, le « The Hamburger Foundation ». Ne soyez-donc pas surpris que cela soit la même adresse. A la base du « food trucking » qui s’est aussi sédentarisé a quelques mètres du lac. « Le Henri » en question est un ostréiculteur dans le Morbihan, plus précisément basé à Carnac. Il s’agit de l’ « Ets Gouzer et Fils », un chantier ostréicole qui appartient à Henri Gouzer et qui est en fait l’oncle de l’un des propriétaires du « The Hamburger Foundation » ; Marc Gouzer. Un envoi régulier et voici les huitres servies pour le plus grand bonheur de la clientèle. Mais ce n’est pas tout… A cela l’on peut associer une belle sélection d’alcools avec évidement du vin mais aussi de la bière, des whiskies et même du saké, servis par Leslie Glen qui est la sommelière de l’établissement et qui par le passé eu travaillé entre autre au restaurant gastronomique « Raphaël Vionnet » à Thonon-les bains. C’est donc une fois traversé le premier établissement que vous découvrirez au fond une porte presque dérobée sur laquelle est inscrit « Chez Henri ». Une première pièce avec des bourriches dans les frigos et ensuite le lieu-dit. Dans une salle en longueur avec des murs de catelles blanches comme un hangar breton que vous trouverez des tables hautes recouvertes de cuivre et des tabourets. Sur ces murs, des lampes ou appliques hublot ovales. Vous pourrez également vous installer au bar ou plutôt comptoir sur lequel se trouve de la glace pilée et les huitres. Cela sera Philippe Gaillard ostréiculteur de Carnac et écailler qui s’occupera de vous. Une personne extrêmement aimable et prête à partager avec vous son savoir, sa connaissance du monde ostréicole et également son parcours. Plusieurs catégories d’huitres de Bretagne ; l’Armoricaine plus communément appelée Belon qui est plutôt plate au goût de noisette, la Pousse-en-Clair plus un produit d’exception avec une grande finesse gustative, charnue et sucrée. Et ensuite les Gavrinis qui sont aussi des huitres plates et qualifiée de « bombes gastronomiques » avec leur délicate et suave saveur iodée et sucrée, provenant de l’île de Gavrinis dans le golfe du Morbihan. Pour celles et ceux qui ne mangent pas d’huitres, il existera la possibilité de déguster des sardines de Galicie de chez « Lago Paganini » qui est une marque choisie. http://www.conservaslagopaganini.com/en/pilchard/54-sardinillas-de-bueu-en-aceite-de-oliva-1620-piezas-115-g.html Un plat de dégustation de trois huitres à 19 CHF ou alors des huitres à la pièce selon les envies (de 3 à 5 CHF pièce). Ma préférée ce soir fut la Pousse-en-Clair vraiment charnue et gouteuse. Une très belle sélection de crus au verre mais aussi des flacons. Nous avons pris une bouteille de chez Chapoutier, Marius de 2013 produit à partir du cépage Vermentino avec une attaque ample, fuitée et grasse qui vaut moins de 5 Euros à l’achat sur sites internet et vendue 55 CHF (cherchez la « grosse erreur »...). Certes on ne ressort pas d’ici avec une addition légère (plus de 100 CHF avec une bouteille et 12 huitres) mais l’endroit est vraiment plein de charme, la qualité des produits est exemplaire, l’ambiance très différente de la plupart des bars de la ville.
0 Kommentare   6 Votes   En savoir plus
Le Salon des Fous
Le Salon des Fous
26.01.2015, 11:51
toujours très agréable après une journée de ski pour boire un verre et manger un petit encas. ce jour nous avons pris omelettes jambon fromage champignons ou galettes. l'omelette était excellente la galette un peu sèche. les vins excellents. bon rapport qualité prix.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Chez Constant
Chez Constant
26.01.2015, 10:06
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/chez-constant-chamonix.html Ce ne sont pas les jolies tables qui manquent à Chamonix et pour cette soirée nous avions envie de découvrir un nouvel établissement qui s’est ouvert il y a environ six mois de cela, « Chez Constant ». Pour la petite histoire, j’étais allé il y a quelques années de cela dans un autre très bel établissement appelé « La Ferme de Victorine » à Notre Dame de Bellecombe non loin de Mégève. Un magnifique chalet magiquement décoré où le chef Denis Vinet propose des spécialités régionales ainsi qu’une cuisine inventive basée sur des ingrédients locaux. Si je ne me trompe pas d’histoire…. « Cette Victorine » était la grand-mère de James Ansanay-Alex, propriétaire de cet établissement et dont l’époux se prénommait Constant… C’est donc récemment que James décida d’ouvrir un autre lieu à Chamonix en l’honneur de son grand-père que vous pourrez voire en photo dans les escaliers menant au premier niveau de ce restaurant. La grande majorité des tables à Chamonix se trouvent dans la rue principale et celle-ci ne déroge pas à la règle. Généralement lorsque l’on se place dans un endroit que certains pourraient caractériser de stratégique, immédiatement cela enclenche chez moi à tort ou à raison une certaine méfiance… Mais connaissant Notre Dame de Bellecombe, je ne pouvais m’imaginer quelque chose que je pourrais qualifier de banal... « Chez Constant » se trouve donc dans la rue commerciale entre deux boutiques avec un extérieur qui a été remis au goût du jour avec du bois. Deux niveaux avec le premier qui donne sur un bar, décor boisé et tables plutôt très proches les unes des autres, chaises en peau de vache. Lumière tamisée, une agréable salle de restaurant propice à la discussion entre convives. Le premier sera peut-être un peu plus convivial et avec sa décoration boisée. A savoir que le bois qui semble être ancien est un superbe procédé de bois vieillis selon notre sympathique serveur. Tables plus aérées, ambiance « chalet » mais plutôt chic. Banquette avec de gros coussins imitation fourrure, table de bois et chaises recouvertes de semblant de fourrure. Une ambiance très réussie et « cosy ». Le monsieur dans les escaliers étant comme précédemment dit, Constant « avant la guerre » que l’on peut retrouver sur la carte avec une grande barbe mais cette fois-ci après la guerre. Une carte avec quelques plats savoyards, des menus plus inventifs, mais aussi des suggestions du jour très alléchantes. Un menu coup de cœur à 31 euros et un autre appelé « plaisir gourmand » à 42 euros. En amuse-gueule une verrine de crème de poireau au lard ; assez proche d’une vichyssoise, parfaite pour une mise en appétit. En entrée pour moi le risotto aux champignons et crème de truffe. Un très bon riz bien cuit mais si je dois faire un reproche c’est sur la qualité de ce riz. Probablement de l’arborio ou du vialone mais pour moi, rien ne remplacera un carnaroli car ici le riz est un peu éclaté. Le goût est là mais la texture peut être améliorée. Une jolie tuile de parmesan pour agrémenter le tout. Autre entrée, le nem de reblochon fermier aux pommes granny smith, salade de crudité aux pignons de pin. Deux rouleaux frits avec de la feuille de brick et le fromage coulant, une sauce légèrement acide et rafraichissante que l’on verse au-dessus et une salade composée de carottes, roquette, betterave et les pignons. Entrée très plaisante avec une touche de créativité. La suggestion du jour plaira beaucoup, la Pastilla d’agneau, purée de fèves et jus réduit. A la base un plat traditionnellement marocain réalisé avec du pigeon (ou moins bien… avec du poulet) ; une sorte de feuilleté croustillant aux saveurs sucrées/salées. Ici on y utilisera de l’agneau et reconnaitra les saveurs de la cannelle, amande et aussi un peu de menthe. La sauce est gouteuse, la purée est un accompagnement à propos et original. Un très beau plat. Pour moi, le filet de canette de la Dombes rôti aux airelles, polenta moelleuse. La cannette est moelleuse et cuite comme il se doit ; rosée, le fond de sauce est agréablement équilibré avec la touche acide des airelles. Une poêlée de légume avec entre autre carottes et chou de Bruxelles. De nouveau c’est très bien cuisiné avec des cuissons précises. Nous serons assez impressionnés par les desserts qui seront de plus visuellement très aboutis. La pomme caramel façon tatin sur sablé breton, glace caramel à la fleur de sel. Le sablé sur lequel se trouve la pomme chaude beurrée, une très bonne tuile aux amandes sur laquelle se trouve la glace bien crémeuse. Comme le dit l’intitulé, une jolie réinterprétation de la tarte tatin. Je serai vraiment surpris par la Tarte citron, meringue au miel de romarin. Je ne m’attendais pas à trouver un dessert aussi bien repensé. Un fin biscuit au fond avec du pavot, une crème citronnée bien acide contrebalancée par cette meringue confectionnée de miel un peu plus douce. Un très bon dessert presque original. Un service agréable, souriant tout au long du repas malgré quelques longueurs qui devraient probablement se résoudre. Le restaurant était comble ce soir, le succès est bien mérité. Avec cet étonnant repas, un très bon Crozes-Hermitage Domaine Mucyn 2011. Un vin avec une très belle robe pourpre réalisé avec le cépage syrah ; un final intense épicé. Une très belle découverte que cet établissement qui propose comme la carte le dit, une bistronomie très bien pensée, une carte variée, des tarifs raisonnables et un lieu tout à fait charmant.
0 Kommentare   7 Votes   En savoir plus
L'Escargot Montorgueil
L'Escargot Montorgueil
26.01.2015, 08:32
Restaurant haut de gamme, mais à midi en semaine on y trouve un petit menu (entrée plat ou plat dessert) ppur 17€50, ce qui est donné ! Superbe décor art déco, service efficace et courtois. J'ai pris les 6 escargots en entrée, puis une délicieuse grillade de porc marinée accompagnée d'une baked potato servie avec un peu de fromage blanc asaisonné. Très joli choix de vins au verre, généreusement servi.
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus

Mein Profil

Conus Denis
 Mitglied
Stadt des Restaurants: Lausanne

Gefällt mir: L'acceuil, le professionnalisme Le sourire, la sympathie Une cuisine bien réalisée et maîtrisée. La décoration, la touche d'originalité

Ich mag nicht: Le contraire écrit précédemment

78
Freunde
12184
Rating-Punkte

Freunde

Laure Vignon
 Mitglied
701 Freunde
14204 Rating-Punkte
Alice Green
 Mitglied
2 Freunde
96 Rating-Punkte
pauline hoffmann
 Mitglied
14 Freunde
610 Rating-Punkte
© 2008 - 2015 iTaste SA