Passwort vergessen? Einfache Anmeldung

Nahrungsmittelführer von Conus Denis

Last restaurant viewed

Château de la Cazine
Château de la Cazine
Cormoran Lodge
Cormoran Lodge
Les Boucaniers
Les Boucaniers
Lake Kivu Serena Hotel
Lake Kivu Serena Hotel
Bourbon Coffee @ UTC
Bourbon Coffee @ UTC

Wants

Inamo
Inamo
Le Du
Le Du
Poppies Fish & Chips
Poppies Fish & Chips
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
Hôtel-Restaurant Chez Mantisi
L'ajOupa
L'ajOupa

iTaste News

Le Mont-Salève
Le Mont-Salève
18.05.2014, 17:33
J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Luxury Hotel Rwanda
Luxury Hotel Rwanda
09.05.2014, 10:33
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ndara Coffee Shop
Ndara Coffee Shop
09.05.2014, 10:29
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
Cormoran Lodge
Cormoran Lodge
06.05.2014, 09:31
Si il y a un seul endroit que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c'est bien celui-ci! Pour ceux qui connaissent, c'est comme si vous vous retrouvez dans le film "Out of Africa" vous êtes au cœur de l'Afrique, en face de vous, vous contemplez le lac Kivu et vous voyez la république démocratique du Congo. Ce Lodge avec ces maisons individuelles en bois construites à flanc des collines vous procurent l'impression d'être en harmonie avec la nature. Parlons en de cette nature, des oiseaux multicolores chanterons le matin à vos fenêtres, vous apercevrez le matin les pêcheurs en pirogue, poser leurs filets. Les cormorans ne seront pas bien loin, si vous ne les voyez pas leur cri assez reconnaissable et bruyant vous indiquera où regarder. Question nourriture, nous avons pu goûter leur cuisine en soirée et le petit-déjeuner. J'ai pris un filet de capitaine en méli-mélo et mon ami le tilapia du lac Kivu braisé entier. Le goût était excellent, les accompagnement également. J'ai demandé des pommes croquettes et pour mon invité des pommes frites. Le défaut en Afrique c'est un peu les détails, les poissons, viandes, omelettes sont toujours trop cuit, si on se réfère à nos habitudes européennes, mais chez eux c'est leur standard et je penses que malgré tout si l'on veut éviter les soucis inutiles, il vaut mieux manger ainsi pour tuer les éventuelles bactéries que pourrait contenir les aliments. Dans toutes les évaluation que j'ai fait depuis le début de mon séjour au Rwanda, je n'ai pas déduit de notes au sujet des cuissons, ni de certains détails, comme les commodités qui sont souvent très sommaires, si on se réfère à nos critères. Dans le cas du Cormoran Lodge, les toilettes sont plutôt accueillantes et il y a même des serviettes en tissu pour s'essuyer les mains. Leur carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Le petit déjeuner était également bon. L'assiette de fruits exotiques était très bien présentée et le choix assez copieux. L'omelette est en supplément (2'200 RWF) soit environ 3 CHF. Par contre elle était plutôt cuite à l'européenne, car elle avait le cœur légèrement baveux. Donc un conseil, si vous voyagez au Rwanda, il faut absolument venir ici si vous projetez de découvrir le lac Kivu. Les agences vous conseillerons de séjourner à Gisenyi, mais Kibuye c'est plus sauvage et le littoral est encore très préservé par les habitations. Depuis Kigali, compter trois bonnes heures pour venir ici, vous pouvez venir en voiture ou en bus (Impala Tour, direction Kirambo) et après vous devez prendre un taxi moto ou avoir un 4x4 pour arriver jusqu'à l'hôtel (la route est très accidentée).
0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Chez John
Chez John
03.05.2014, 10:30
Voici à nouveau un restaurant dans le quartier cossu de Kiyovu proposant un buffet africain à discrétion. Les plats sont bons, la quantité et le choix proposé également. Le prix est très correct en vue de l'emplacement du lieu.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus

Last comments

J'y suis allé en lisant l'évaluation d'Olivier. Tout y était excellent, l'Entrecôte comme le plat végétarien. La carte des vins est très intéressante, le personnel est très gentil et attentionné. Le cadre est également charmant et à deux pas du départ du téléphérique et du terminus du bus pour le centre ville.
La carte est très réduite. Cependant tous les produits sont ultra frais et locaux. Dommage qu'il ne soit pas proposé un poisson.
0 Kommentare   8 Votes   En savoir plus
Dimanche soir, 4 mai 2014, nous décidons de goûter à la cuisine de notre hôtel. En plus c'est plutôt agréable, car tout les soirs il y a un orchestre qui joue des standards européens ou américains et de la musique africaine, tout ça au bord de la piscine. La carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi le poisson. Je ne me rappelle plus avec quel sauce il nous a été servi, mais les goûts étaient plutôt bons, accompagné de riz et de légumes, l'ensemble était assez réussi et copieux. A nouveau le résultat est plutôt agréable, mais cela manque beaucoup d'originalité et de créativité. Je penses que le Rwanda possède un fort potentiel, surtout parce que ses habitants sont gentils, calmes, propres et respectueux. Il n'y a pas d'agressivité, très souvent ils parlent sans aucune difficulté le rwandais, anglais et français, bien que cette dernière ce perd du fait qu'après le génocide, le gouvernement à préféré l'anglais comme langue administrative, beaucoup comprend et pourront vous répondre quelques mots.
La rapidité, mais cela est assez général en Afrique.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Compte rendu du dimanche 4 mai à midi, nous avons mangé leur business lunch, j'ai choisi le poisson, un filet de tilapia meunière avec du riz et des pommes nature. Du coup vous comprendrez que c'est assez copieux et pas forcément très équilibré. Au Rwanda et en Afrique en général, il n'est pas rare que l'on vous sert deux féculents ensemble ou lorsqu'il s'agit de buffet, vous verrez qu'ils choisissent facilement même 3 féculents. De nouveau les goûts sont bons et vous serez bien rassasié une fois que vous aurez mangé tout ça.
L'accès n'est pas très facile si vous allez sur la terrasse qui domine le restaurant (escalier étroit et assez raide) surtout pour remonter. Les alentours ne sont pas très beaux. Le buffet est disponible du lundi au vendredi. La direction possède également le Kamelia, situé le long du boulevard de la République et qui est plus accueillant.
0 Kommentare   2 Votes   En savoir plus
Si il y a un seul endroit que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c'est bien celui-ci! Pour ceux qui connaissent, c'est comme si vous vous retrouvez dans le film "Out of Africa" vous êtes au cœur de l'Afrique, en face de vous, vous contemplez le lac Kivu et vous voyez la république démocratique du Congo. Ce Lodge avec ces maisons individuelles en bois construites à flanc des collines vous procurent l'impression d'être en harmonie avec la nature. Parlons en de cette nature, des oiseaux multicolores chanterons le matin à vos fenêtres, vous apercevrez le matin les pêcheurs en pirogue, poser leurs filets. Les cormorans ne seront pas bien loin, si vous ne les voyez pas leur cri assez reconnaissable et bruyant vous indiquera où regarder. Question nourriture, nous avons pu goûter leur cuisine en soirée et le petit-déjeuner. J'ai pris un filet de capitaine en méli-mélo et mon ami le tilapia du lac Kivu braisé entier. Le goût était excellent, les accompagnement également. J'ai demandé des pommes croquettes et pour mon invité des pommes frites. Le défaut en Afrique c'est un peu les détails, les poissons, viandes, omelettes sont toujours trop cuit, si on se réfère à nos habitudes européennes, mais chez eux c'est leur standard et je penses que malgré tout si l'on veut éviter les soucis inutiles, il vaut mieux manger ainsi pour tuer les éventuelles bactéries que pourrait contenir les aliments. Dans toutes les évaluation que j'ai fait depuis le début de mon séjour au Rwanda, je n'ai pas déduit de notes au sujet des cuissons, ni de certains détails, comme les commodités qui sont souvent très sommaires, si on se réfère à nos critères. Dans le cas du Cormoran Lodge, les toilettes sont plutôt accueillantes et il y a même des serviettes en tissu pour s'essuyer les mains. Leur carte est plutôt étoffée et il y en a pour tous les goûts. Le petit déjeuner était également bon. L'assiette de fruits exotiques était très bien présentée et le choix assez copieux. L'omelette est en supplément (2'200 RWF) soit environ 3 CHF. Par contre elle était plutôt cuite à l'européenne, car elle avait le cœur légèrement baveux. Donc un conseil, si vous voyagez au Rwanda, il faut absolument venir ici si vous projetez de découvrir le lac Kivu. Les agences vous conseillerons de séjourner à Gisenyi, mais Kibuye c'est plus sauvage et le littoral est encore très préservé par les habitations. Depuis Kigali, compter trois bonnes heures pour venir ici, vous pouvez venir en voiture ou en bus (Impala Tour, direction Kirambo) et après vous devez prendre un taxi moto ou avoir un 4x4 pour arriver jusqu'à l'hôtel (la route est très accidentée).

0 Kommentare   3 Votes   En savoir plus
Voici à nouveau un restaurant dans le quartier cossu de Kiyovu proposant un buffet africain à discrétion. Les plats sont bons, la quantité et le choix proposé également. Le prix est très correct en vue de l'emplacement du lieu.
La salle est assez sombre, les nappes sur les tables sont un peu défraichit. Cependant si vous avez la chance de trouver une place sur la terrasse à l'entrée ou celle de l'arrière salle, c'est beaucoup plus joli et lumineux. Les sanitaires sont toujours aussi vétustes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Ce petit magasin d'alimentation situé dans le quartier de Kiyovu est spécialisé dans la préparation de sambusa. Qu'ils soient à la viande ou végétarien, ces petits triangles de pâte farcis sont délicieux. Appelé également : Samosas, samoussa, samossa avec deux s, toutes ses spécialités restent identiques, c'est leur farce qui fait leur différence. Celle-ci est particulièrement goûteuse, très bien épicée, un fumet qui donne envie de croquer dedans. La pâte est très croustillante sans être grasse. Lorsque arrive la pause de midi ou la fin du travail, de longues files de voitures sont garées le long de la route pour aller en acheter avant de rentrer à la maison.

0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé dans le quartier résidentiel de Kigali, à deux pas du Palais présidentiel et de la banque nationale du Rwanda, vous découvrirez ce restaurant plutôt fréquenté par la bonne société du pays. Une très belle vue sur la capitale, surtout en soirée et une terrasse agréable et spacieuse. Le service est plutôt attentionné et efficace, tout d'abord on vous accueillera en vous remettant une serviette chaude et humide. Nous y avons goûté le poulet braisé et un cordon-bleu de veau, sauce dugléré le tout servi avec des frites maison. Les portions sont plutôt bien servies et les goûts sont bons avec un assaisonnement assez équilibré.
Comme dans toutes mes évaluations précédentes, les toilettes sont un peu obsolètes mais relativement propres. La cuisine manque un peu de finesse, mais on peut remarquer tout de même un petit effort du chef de montrer une touche d'originalité et d'essayer de se rapprocher un peu des standards européens dans le dressage des assiettes.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Situé au dernier étage de l'immeuble T2000 (5ème étage), vous y découvrirez un très grand restaurant chinois sous les toits. Le soir c'est plus impressionnant car des petites lumières rouges et scintillantes donne un air de Chinatown au cœur de l'Afrique. La vue sur Kigali et son cœur commercial est également l'atout majeur de ce restaurant. Nous avons commandé des nouilles sautées aux légumes, car nous n'avions pas très faim. Elles étaient très bien servies et un très bon goût. La boisson, une bière rwandaise, Mutzig si je me souviens. Il y a de nombreuses brasserie dans le pays, c'est celle-ci est Primus les plus connues mais il y en a de nombreuses autres. Nous allons y revenir pour faire un repas plus copieux.

0 Kommentare   7 Votes   En savoir plus
Situé dans la grande tour de Kigali, ce restaurant inspiré d'une célèbre chaîne de bar à café américain propose des spécialités de cafés et thés comme sa grande sœur mais également une restauration froide et chaude. Nous y avons dégusté leurs hamburgers, ils étaient bons mais un peu petit. Les prix sont relativement chers pour le Rwanda mais il y'a le wifi et les commodités occidentales ce qui justifie cela. Le prix moyen des hamburger sont à 4'500 RWF soit 6 CHF
Portions un peu petite, mais c'est bien placé et c'est également un endroit où rwandais et occidentaux aiment se rencontrer.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
À quelques pas des hôtels chics que sont le Serena et le fameux hôtel des Milles Collines tristement rendu célèbre pendant le génocide pour avoir permis de sauver de nombreuses vies, vous trouverez ce joli endroit ombragé en face de l'école belge. Le Karibu propose, midi et soir un buffet copieux, avec viandes en sauce, légumes, salades, fruits, riz, féculents africains, pommes de terre, le tout pour 2'500 RWF soit environ 3,50 CHF par personne. Le soir et le week-end le prix est à 3'000 RWF (4 CHF). Accompagné d'une bonne bière rwandaise à 1'000 RWF (1.50). Le jardin ombragé invite à la détente, les parasols et les grands arbres protègent du soleil et de la pluie.
Les toilettes sont un peu sales et ressemblent à des toilettes de camping, mais bon il faut être un peu tolérant car c'est l'équivalent d'un restaurant de plage pour chez nous.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus

Unter Freunden

Auberge de l'Abbaye
Auberge de l'Abbaye
10.12.2014, 18:46
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/12/lauberge-de-labbaye-ambronay.html Notre petite balade en Bresse avait pour but de découvrir une table que j’avais repéré depuis un certain temps à Ambronay, « l’Auberge de l’Abbaye ». C’est justement dans ce village que se trouve la célèbre abbaye comme l’on peut s’en douter. Une abbaye bénédictine fondée au 9ème siècle par Barnard, officier de Charlemagne qui peut facilement se visiter avant de dîner chez cet étoilé au Michelin depuis 2012. Cette auberge se trouve à quelques mètres de l’abbaye et face à une place sur laquelle il est aisé de se parquer. Une maison de village en pierre tout à fait classique qui ne laisse pas trop présager comment l’intérieur a été agencé mais l’on peut facilement s’imaginer un côté plutôt traditionnel, ce qui ne sera pas du tout le cas. Ivan Lavaux le chef en place est un peu la figure montante de la Bresse et l’un premier à oser un concept que j’applaudis sans hésitation ; le menu unique et cela depuis plusieurs années. Signe des temps, la restauration n’est pas facile et cette approche est de plus en plus fréquente dans un certain nombre d’établissements. Je me rappelle d’ailleurs de ce billet de l’Express qui publiait ce mois de juin « Le client n'aura bientôt plus l'embarras du choix car les restaurateurs sont de plus en plus nombreux à proposer un menu unique, avec l'objectif de cuisiner les plus beaux produits du jour. » http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/le-menu-unique-seduit-les-restaurateurs_1239754.html Fondamentalement, cela ne change pas grand-chose car le concept du menu dégustation est souvent celui retenu par la clientèle. Mais Ivan Lavaux ne propose pas un menu unique qui va s’éterniser car le changement est hebdomadaire avec quelques variations dans la semaine en fonction des arrivages sur les marchés. Une cuisine de produits frais réalisés avec les productions locales et dieu sait si la Bresse ne manque pas de petits artisans qui savent travailler la terre ; légumes, volailles et autres ingrédients. Nous voici donc face à la porte d’entrée et son énorme coq qui ne laisse aucun doute sur la région dans laquelle nous sommes. Une fois à l’intérieur, c’est avec surprise que nous découvrons une structure très contemporaine principalement dans les tons blanc et rouge. Tout est blanc sauf les chaises qui sont dans un joli cuir rouge. Les tables sont parfois situées dans des renfoncements conférant au lieu une certaine intimité. Il y aurait presqu’un côté légèrement nordique ou alors un côté « East-coast » américain avec ces murs réalisés avec de larges planches de bois. Ci et là, quelques tableaux et objets modernes en guise de décoration. L’endroit est sommes toute assez épuré mais sans donner l’impression d’être dans un endroit sans âme. Vous passerez éventuellement par l’arrière salle qui elle aussi est joliment décorée avec une belle collection des guides Michelin probablement depuis la première édition. Deux menus à 4 ou 5 plats, respectivement à 49 ou 65 euros vous seront proposés mais sans vous énoncer les plats. Ivan Lavaux viendra en début de repas s’enquérir si vous avez des allergies où n’appréciez pas certains aliments. Jérome Busset sommelier et maitre de salle sera là pour vous conseiller sur le choix du vin pour accompagner votre repas. Avant de démarrer ce repas vous sera apporté en amuse-bouche un délicieux cœur de saumon et chutney d’orange. Le saumon cru est délicatement parfumé avec cet agrume et déposé sur un morceau de pain toasté. Nous démarrons avec un foie gras de canard des landes simplement déposé sur l’assiette et si l’on pense à cette entrée, on peut à priori trouver ceci plutôt assez classique mais celui-ci a été travaillé principalement à la chartreuse verte, avec une pointe de citron yuzu et si j’ai bien compris même une tombée de Schweppes ! Sur le dessus un peu de fleur de sel et de la poudre de cèpe. Sur le côté une sucette de fruits secs corses. Ce foie gras est tout bonnement parfait dans sa texture, cuisson et assaisonnement. La chartreuse amène un côté évidement herbeux et très juste au foie qui lui n’a pas été trop salé. Comme quoi l’on peut toujours innover avec un ingrédient qui est souvent servi trop classiquement. Je dirais que cette adaptation fut simplement parfaite. Le plat suivant me fera une grande impression et qui selon moi peut facilement avoir place dans une table deux macaron est l’œuf de poule cuit à basse température, émulsion à l’Amaretto, lard de Colonnata, truffe uncinatum http://www.ayme-truffe.com/fr/truffes/tuber_uncinatum.php type Bourgogne. A priori il y a quelque chose de très transalpin dans cette assiette qui fut absolument jubilatoire. L’œuf est cuit 12 minutes à 63 degrés, autour un fond de volaille travaillé avec de la crème et de l’Amaretto, au fond de l’assiette ce merveilleux lard blanc de Toscane qui est affiné dans des coffres de marbre et sur le dessus de la truffe du domaine Bramarel à Grignan http://www.ayme-truffe.com/fr/ Ce qui m’impressionne c’est comme pour le foie gras, l’ajout d’une liqueur que l’on aurait à priori pas considéré pour un tel met. Les associations sont justes ; c’est un plat d’une très grande gourmandise. Nous continuerons avec un très beau poisson ; des filets de rouget, mousseline de pommes de terre à la vanille bourbon de Madagascar, chips de pommes de terre violine. Je ne suis pas toujours amateur de rouget mais ici sa cuisson est précise, le poisson est délicieux. L’association de la mousseline est impressionnante car le goût subtil vanillé amène un équilibre parfait avec le jus réalisé avec des petits poissons de roche et de l’encre de seiche. On joue également dans ce plat avec des textures différentes comme entre autre le croustillant et le moelleux. Le fromage ici est servi de manière plutôt impressionnante car vous recevrez une palette avec si je me rappelle bien au moins onze morceaux et l’on accompagne ceci d’un très bon pain aux noisettes, amandes et zestes de citron. Les fromages tous affinés proviennent de la « Fromagerie de Marion » à Ambérieu en Bugey www.lafromageriedemarion.fr qui est en fait la femme de Jérome Busset. Nous trouverons entre autre sur cette longue assiette, tamier, bleu de Gex, cervelle de canut maison, gouda aux truffes, vacherin mont d’or, chèvre de corse, tome de chèvre du pays Basque, berrichon, tome des Aravis, picodon bio. Une très belle sélection de pâtes dures et molles toutes à point. Pour terminer ce repas, un dessert tout à la pomme composé d’une compote parfumée au citron yuzu, de fines tranches de pommes marinées dans de la cassonade, de tuiles brisées au miel de Corse et un sorbet au coing. Un dessert vraiment gourmand, léger, plein de saveurs car on trouve les trois fruits : pomme, coing et citron en parfaite harmonie ; et à nouveau un joli jeu de textures. Sur les recommandations de Jérome, nous ferons tout le repas avec un excellent chardonnay du Bugey appelé Manicle 2013 Cuvée de l’Amandier du Caveau Bugiste ; un vin avec un nez et bouche sur le même registre boisé, grillé voir sésame. Pour accompagner le café, quelques mignardises avec des tuiles à la praline rose montées en sucettes, un sorbet mangue dans une boule de chocolat blanc et des pralinés. Ce qui nous aura aussi vraiment impressionné… c’est que pour une salle pleine qui doit bien compter plus d’une vingtaine de couverts… ils ne sont que deux ! A aucun moment nous n’avons attendu ou ressenti un manque quel qu’il soit au niveau du service ou de la cuisine. C’est presqu’un exploit qui démontre que l’on peut faire des miracles avec des effectifs réduits et efficaces. Nous sommes ressortis ravis d’avoir découvert une très belle table a environ une heure de Genève qui fait preuve d’une très belle maitrise culinaire avec des assiettes originales et gourmandes.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus
Le Français
Le Français
07.12.2014, 11:27
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/12/le-francais-bourg-en-bresse.html Voici le type d’endroit que l’on se doit de visiter lorsque l’on vient à Bourg-en-Bresse car déjà cette brasserie style 1900 est classée pour son plafond dans l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. « Le Français » ou aussi appelé « le café français » est un magnifique établissement d’une autre époque car remonte au 19ème puisque la date de sa création est 1897. Situé dans l’avenue Alsace Lorraine, vous ne pourrez pas manquer les grandes fenêtres sous la devanture rouge où est inscrit le nom de l’établissement. Cette devanture est un auvent vitré que l'on peut généralement trouver au-dessus d'une fenêtre, d'un perron ou d'une entrée. L'une de ses fonctions est de protéger de la pluie. Appelé marquise, elle peut être faite avec une, deux ou trois pentes, et présente le plus souvent une forme rectangulaire comme ici. Si elle n'est pas vitrée, la marquise peut être en métal, en bois. Certaines marquises, comme celles que l'on trouve sur les quais de gare, sont très esthétiques parce que finement travaillées et ici nous sommes face à une marquise de style Art Déco datant de 1928, en fer forgé et qui accompagne une lustrerie intérieure de même style. Une fois à l’intérieur vous serez immédiatement impressionné par le côté majestueux et la beauté du lieu. Une grande salle de restaurant rectangulaire totalement recouverte par des boiseries et des stucs vernis dans les tons écrus et un peu partout de grands miroirs encadrés par des colonnes. Le plafond lui étant classé, il vaut mieux le contempler en début de repas au risque que de ne regarder que son assiette… Dans un style identique, ce sont six sections pleines de moulures qui représentent des végétaux et qui dans les coins sont décorées de pendentifs. De grands lustres rococo avec des lampes en forme de boules éclairent chaque section. C’est donc en 1952 que ce café se transforme en brasserie, le sol de pierre est remplacé par du carrelage. Dans un coin de la salle un très beau comptoir recouvert de laiton comme d’ailleurs les protections qui sont censées protéger les boiseries des murs et un ensemble de tables joliment et impeccablement dressées avec leurs nappes roses bien propres et des chaises style bistrotières. Egalement des tables le long de banquette de velours. Donc ne pas non plus oublier d’aller contempler ce très beau comptoir sur le côté droite de cette salle. Cette brasserie attire parfois des célébrités du monde des arts et du spectacle, ainsi que les politiques de passage dans l'Ain. Une institution qui appartient à la famille Ramboz qui a su de génération en génération perpétuer le savoir-faire en proposant les grands classiques de la cuisine de terroir bressane ainsi que de classiques mets de brasserie. On vient pour y apprécier les volailles de Bresse à la crème, les quenelles de brochet, des fruits de mer ainsi que des grenouilles parmi d’autres mets. Une fois accueilli par un personnel souriant et qualifié, nous voici installé à l’une des tables ou l’on nous apporte deux petites crèmes froides de pois cassés ainsi que du beurre de qualité d’Isigny. Le choix ne sera pas trop difficile car nous sommes venus pour manger ces plats que finalement l’on ne trouve pas si facilement si l’on n’est pas dans une grande ville comme Paris, Lyon ou évidement en Bresse. Un des convives choisira pour commencer les grenouilles sauvages fraiches à la persillade (300 g). Elles sont aussi servies dans l’un des menus mais évidemment dans des quantités moindres. Arrive une généreuse corbeille de citrons et les grenouilles. Celles-ci viennent de Turquie car il faut savoir que l’on ne trouve plus de grenouilles en France (ou si peu…) et que le seul moyen de satisfaire la clientèle et de de se les procurer soit dans ce pays ou d’Albanie. Selon notre maitre d’hôtel, ce plat risque de disparaitre en raison de l’assèchement de la plupart des marais dans le monde. La qualité est irréprochable ; bien charnues, un assaisonnement adéquat à base d’ail et de persil mais s’il y a une chose qu’il faut bien regretter, c’est la quantité superflue de beurre fondu dans la cassolette qui doit bien avoir un cm de hauteur. On peut dire « que cela baigne un peu trop… ». Pour moi des quenelles de brochet sauce Nantua. Je qualifierai le plat de simplement correct car les quenelles qui ne sont pas maison mais de la réputée boutique Giraudet http://www.giraudet.fr/ n’ont pas un goût de brochet très prononcé mais surtout la consistance est trop ferme. Elles manquent un peu de légèreté mais la sauce est plutôt très réussie, bien que crémeuse elle est légère et agréablement enrichie de petits morceaux d’écrevisses. En plat principal, impossible de manquer les ris de veau à la crème ! Une généreuse portion de ris tout d’abord poêlés dans le beurre, nappés d’une riche et onctueuse sauce à la crème. A noter qu’il existe une version enrichie de morilles sur laquelle nous avons fait l’impasse. On peut accompagner ceux-ci au choix de riz, de légumes (ici des épinards frais légèrement crémés) et voir même de frites… Ces ris sont vraiment excellents ; un très bon plat. Je prendrai donc le poulet de Bresse à la crème et aux morilles pour comparer. La volaille AOC est évidement excellente, que j’accompagne de riz blanc. La sauce crème est identique à celle des riz mais ici j’ai commandé en supplément des morilles. Si je dois être un peu déçu c’est par le fait que je ne sens aucune différence entre les sauces des deux plats. Je m’attendais ici à quelque chose de parfumé à la morille, eh bien non… Alors est-ce que ces morilles n’ont été rajoutées qu’au dernier moment ? Non selon le maitre d’hôtel ; la sauce est bien travaillée avec le champignon. Il faut reconnaitre que leur consistance est bonne mais elles n’ont pas vraiment de goût… Je ne connais pas leur origine mais les 7,50 Euros de ces plats entre version avec/sans morilles n’en valent pas la peine selon ce que j’ai dégusté. Probablement un problème de qualité. Pour accompagner ce repas, une bouteille de Saint-Véran 2013, Cuvée Prestige de la maison Roger Lassarat. Des touches minérales et boisées pour un agréable Chardonnay de Bourgogne. Cafés accompagnés de délicieuses tuiles aux amandes bien caramélisées, un modèle du genre et sympathiquement offert ; un marc du Bugey que l’on verse dans sa tasse de café vide. On passe un excellent moment dans ce magnifique établissement où l’ambiance est presque réconfortante car ici le temps n’a pas d’emprise, le service est jovial et impeccable et l’on y sert une cuisine classique que je qualifierais de « standard » qui mériterait tout de même un peu plus de précision.
0 Kommentare   7 Votes   En savoir plus
Restaurant du Golf Club de Genève
Restaurant du Golf Club de Genève
04.12.2014, 09:05
Cela fait des années que je souhaitais venir manger au Golf de Cologny qui est un club privé. L'accès est impossible si l'on ne se fait pas inviter. Chose faite mardi passé en compagnie d'une dizaine de personnes. L'arrivée est magistrale dans un superbe parc. Les bâtiments somptueux. Nous passons d'abord par le bar pour prendre l'apéritif puis dans une autre très grande salle pour le repas. Les espaces sont très grands, notre diner en hiver ne nous a pas permis de voir la terrasse et le golf, mais je suis certain qu'en été cela doit être splendide. Concernant le menu qui a été choisi par la personne qui nous a invité : salade de haricots, parmesan et viande séchée, plat simple mais très bon. Bar avec pdt et légumes avec une sauce citronnée, cuisson réussie. Pour finir nous avons pu profiter du chariot de desserts. En boissons, un blanc Fixin pour commencer pour terminer par un Clos d'Estournel. Service rapide et efficace. je ne connais pas parfaitement le prix, mais je l'estime avec les apéritifs, les plats et les vins à chf 130 p.pers.
0 Kommentare   4 Votes   En savoir plus
Le P'tit Lausannois
Le P'tit Lausannois
27.11.2014, 21:23
http://labobouffe.blogspot.com/2014/11/le-ptit-lausannois-lausanne.html Ce lundi 17 novembre 2014 eut lieu la rencontre entre quatre bloggers qui se lisent, se parlent, ont appris à se connaître et s'apprécient : Guérilla Gourmande, Foodaholic, La semaine d'une Gourmette et votre serviteur. Sinon pour le simple plaisir de nous voir, nous nous sommes réunis en vue de découvrir un tout nouveau restaurant lausannois, entamant tout juste son troisième mois. En effet, c'est ce premier septembre que le chef Stéphane Jonin, ayant notamment travaillé au Lausanne-Moudon et à la Bavaria, accompagné en salle de Natacha Bassière forte d'une riche expérience entre autres aux Alliées, ont décidé de se mettre à leur compte en ouvrant le P'tit Lausannois. Rue du Tunnel, dans des locaux qui ont vu se succéder bon nombre de propriétaires qui n'ont pas su se faire une clientèle, le pari est solide : une trentaine de couverts, une cuisine française classique subtilement modernisée et joliment soignée, une petite carte, des produits frais, de saison et un choix de vin intelligent, telle est la recette des propriétaires. Pari prometteur qui ne manque pas d'attirer des gourmands curieux. Accueillante et souriante, Natacha nous installe dans sa salle agréable, composée de petites tables carrées et chaises à haut dossier, tout de noir. Dressage à mi-chemin entre bistrot (set de table papier) et resto chic (vaisselle élégante), toute la salle est lumineuse, dans des tons noir-blanc-rouge, simple, épurée mais avec son originalité. Six à table, nous commencerons par un apéritif (décrit plus bas) tout en consultant la petite carte composée de 5 à 6 entrées (également disponible en plat), même nombre de plats et de desserts. Ça sent le frais, la générosité et le travail. La viande a globalement la part belle quoique tout le monde pourrait trouver son plaisir entre plat de poisson et végétarien. Nous choisissons les composantes de notre repas, verdict, nous n'avons pas épargné le chef en prenant bon nombre de préparations différentes. Commençons donc par les entrées. Une fois « Foie gras de canard poêlé et mesclun à l'huile de noix ». Deux belles escalopes apparemment bien grillées, parfaitement exécutée, juste une pincée de fleur de sel et arrosé d'huile de noix, accompagnées de salade fraîche, endives, tomates et pousses d'oignons bien assaisonnée, l'ensemble a plu. Deux convives ont sélectionné la « Salade de ris de veau au balsamico brun », présentée de la même manière et visiblement délicieuse. Les trois derniers dîneurs ont choisi l' « Aumônière de chou frisé au chèvre frais et lardons rôtis ». Accompagnée d'une salade semblable, l'aumônière est très appétissante, dodue. La préparation de chèvre est peut-être un peu riche en lardons à mon goût car j'aurais préféré une plus riche fraîcheur du chèvre. Néanmoins, c'est une préparation gourmande et savoureuse qui a plu a l'ensemble de l'assemblée. En plat, deux convives prendront le « Filet de boeuf sauce béarnaise, pommes sautées et légume ». Une belle pièce de viande de belle qualité, respectée, reposant sur un lit de béarnaise épaisse, de belle exécution. En accompagnement, des bâtonnets de courgette juste sautés, une purée de butternut délicieuse et des dès de pommes de terre poêlés. Un autre convive choisira la salade de ris de veau en plat. Après consultation avec l'intéressé, elle sera servie comme le plat précédent, avec la béarnaise et les accompagnements. Pour ma part, cela sera les « Suprêmes de caille poêlés au vin rouge, pommes sautées et légume », une jolie portion de suprêmes de ce volatile délicat (8 suprêmes), richement arrosé d'une sauce au vin rouge et jus de viande succulent, accompagnements semblables. Le « Filet de loup de mer et son beurre blanc, riz basmati et légume » était à nouveau d'une grande simplicité, fort bien apprêté. Cuisson juste, bel arôme du beurre blanc. Le riz semble avoir plu et les légumes, toujours semblables, fonctionnent également avec ce plat. Enfin, l'un de nous aura joué la carte de la saison avec le « Filet mignon de cerf au cassis et curry rouge, garnitures maison ». Ici, les accompagnements changent : les spätzli étaient naturellement de mis. Avec cela, purée de butternutt, chou rouge, marrons et poire à la confiture, tout y était pour que l'intéressé apprécie son plat, d'autant que la viande était bonne, aux saveurs peut-être un peu légères, un excellent jus. Un bon pain a accompagné ce repas, de farine plutôt foncée augmenté de quelques graines, fort bien. Notons qu'en plus, Natacha s'enquière si nous désirons des accompagnements en plus, ce qui vaudra du rab de purée de butternutt. Peu d'entre-nous prendront un dessert autre qu'une boule de glace (3 boules caramel beurre salé artisanales qui ont beaucoup plu ont été servies). L'un de nous prendra « Le duo de mousse au chocolat » : deux quenelles, l'une d'un blanc virginal promettant la douceur, l'autre sombre et promettant l'amertume, les mousses sont bonnes et bien réalisées, accompagnée de crème fouettée. Les deux derniers prendront « Le clafoutis maison ». Un clafoutis, c'est tellement bon et tellement rare de le trouver à la carte d'un restaurant ! Impossible de résister. Le fruit utilisé change régulièrement dans ce restaurant (d'où le manque de précision). Ce soir, ce sera aux pruneaux. Fort bien réalisé, simple, gourmand, réconfortant, c'était tout ce qu'il fallait. Question abreuvoir, à l'apéro, à part une bière blanche Paulaner en bouteille et un jus de tomate, un kir (qui n'était pas à la crème de cassis mais j'avoue avoir oublié le détail), deux verres de Petite Arvine, Grand Métral, Provins, Valais (2012) et un d'Epesses, Sainte-Catherine, Patrick Fonjallaz, Lavaux (2012). Pendant le repas, pour donner du goût aux 4 bouteilles d'eau, il a fallu au moins deux bouteilles de Crozes-Hermitage, Cave de Tain, Côtes-du-Rhône (2010) qui a été un bon compromis pour l'ensemble du repas, offrant un joli rapport prix/plaisir. Le tout nous est revenu à 562.90.- Nous avons unanimement passé un bon moment au P'tit Lausannois. On n'y va pas pour être étonné, épaté, dérouté, mais pour vivre un moment agréable dans un cadre élégant, avec un service très professionnel, charmant et sympathique augmenté d'une cuisine traditionnelle très bien réalisée à partir de bons produits. Je souhaite tout de bon à cette jeune équipe et les remercie pour ce bon moment passé en leur compagnie !
0 Kommentare   10 Votes   En savoir plus
indalo
indalo
24.11.2014, 22:24
Ce restaurant espagnol mérite un bon 18/20 pour les tapas, dommage que le reste n'ait pas été à la hauteur car il y aurait de quoi bien faire. La carte propose une bonne sélection de tapas, des riz, paellas (min. 2 personnes) et quelques plats passe-partout (viandes, burgers). Le soir, un assortiment de tapas variées à 40.-/pers. est disponible. Un soir à 3, nous y avons dîné les plats suivants: - 5 croquettes : 10.-, excellentes, on aurait pu en manger une dizaine tant c'était parfait! - pulpo à la gallega: env 20-22.-, très bien cuit et assaisonné, avec des patates vapeur - chipirones a la plancha :env. 20-22.-, excellents et très tendres, servi sur un peu de salade et de l'huile d'olive sur le dessus - Hamburger servi avec frites, salade et sauce à part :17.-, correct - riz à l'encre de seiche et calamars (30.-/pers): un peu trop salé, nous l'avons fait remarquer à la fin, pour la forme, et le patron a répondu qu'on aurait pu le dire avant (vu le temps de cuisson du riz, on avait trop faim pour renvoyer le plat). - crema catalana :8.- sauf ereur, croûte caramélisée bien faite mais goût rance et sans cannelle: on l'a à peine touchée) Le mercredi soir où nous y avons dîné à 3, la salle était quasi-vide (2 tables de 2 sont arrivées après nous), peut-être que le midi est plus rempli. Un couple arrivé à 22h15 a pu s'attabler pour dîner des tapas, la cuisine étant sur le point de fermer. Sympa. La déco n'a pas changé depuis la reprise (mur fushia, lampes blanches modernes, belles poutres peintrs en blanc, etc.). C'est dommage car elle ne colle pas vraiment avec le thème et le nom de l'Indalo, une figure humaine préhistorique avec les bras étendus et un arc en ciel sur ses mains/au-dessus de la tête, de la région d'Almería.
0 Kommentare   5 Votes   En savoir plus

Mein Profil

Conus Denis
 Mitglied
Stadt des Restaurants: Lausanne

Gefällt mir: L'acceuil, le professionnalisme Le sourire, la sympathie Une cuisine bien réalisée et maîtrisée. La décoration, la touche d'originalité

Ich mag nicht: Le contraire écrit précédemment

78
Freunde
12049
Rating-Punkte

Freunde

maria corgas
11 Freunde
71 Rating-Punkte
Chrystelle Conus
 Mitglied
50 Freunde
2601 Rating-Punkte
Gasser Morgan
 Mitglied
6 Freunde
130 Rating-Punkte
© 2008 - 2014 iTaste SA