Forgot your password ? Free registration

Josée Lavanchy's food guide

Last restaurant viewed

Marquet Marcel
Marquet Marcel
Il Pulcinella
Il Pulcinella
dongpo
dongpo
Holy Cow! Lausanne
Holy Cow! Lausanne
The Fox
The Fox

Wants

restaurant du Théâtre de Vidy
restaurant du Théâtre de Vidy
La Molisana
La Molisana
Passe-Moi le Sel
Passe-Moi le Sel
La Rouvenaz
La Rouvenaz
Le Brulot
Le Brulot

Newsfeed

Brasserie des Abattoirs
Brasserie des Abattoirs
01.11.2014, 23:29
Vous êtes petit mangeur? Top model? Végétarien? Ne lisez pas ce qui suit... Ce samedi 1er novembre 2014, jour de la Toussaint, j'ai réservé une table dans l'une des plus belles adresses des amateurs de viandes, LA BRASSERIE DES ABATTOIRS, avenue du Chablais à Lausanne. Cet établissement proche de Malley Lumière rappelle une époque révolue où tant d'animaux de boucherie ont passé de vie à trépas (sous contrôle du vétérinaire cantonal, pour ma bonne conscience). C'est là aussi, tout près, que j'ai accompagné, jeune fille, les dépouilles de nos chiens et de nos chats bien-aimés. Les Abattoirs... A l'époque du végane et du tout-tofu, je m'interroge toujours sur ce nom qui doit rebuter les consciences et les palais délicats. José Matos, le charmant et futé patron, Portugais, m'assure que si l'on ne changerait pour rien au monde l'enseigne du mythique Café des Bouchers voisin, on ne touche pas à la "Brasserie des Abattoirs", à l'histoire étroitement associée à Lausanne. Dont acte. Descendante de carnivores, c'est là que j'honore la mémoire de mes ancêtres en dégustant la plus belle FONDUE BOURGUIGNONNE qui soit. A VOLONTE POUR 38 FRANCS, sauces, frites et salade mêlée comprises. Auparavant, c'est Chez Michou, une amie, que je satisfaisais à mes penchants prisés dans les Carpates. Sa bourgui n'était pas À VOLONTE, et j'ai souvent dû me faire un sandwich XXL après. Là, ce n'est que du BONHEUR. Les habitués ne s'y trompent pas, qui viennent en équipe ou pas et apprécient ces lieux hors des modes et du temps. Entre l'immense café et la petite salle à manger, ça ne chôme pas. La viande de bœuf ou de cheval, l'un ou l'autre ou les deux, de José sont incomparables. Le maître des lieux me précise qu'il choisit sa marchandise chez un ami, à l'avenue d'Echallens. Pas rassise (je déteste la barbaque à la couleur et à la consistance douteuses), elle n'est pas fraîche et pleine d'eau comme à la Migros. Vraiment EXCEPTIONNELLE! L'huile ne paraît pas avoir été resservie quinze fois, les sauces sont légères (cocktail, curry, tartare, etc., olives noires, cornichons, et sauce piquante sur demande). En savourant ma salade mêlée (verte, Trévise, concombre, maïs, carotte, très fraîche avec une bonne sauce), je vois passer des plats de GAMBAS, À VOLONTE EGALEMENT. Des fondues au fromage odorantes, des entrecôtes généreuses avec une pleine assiette de belles frites, des croûtes au fromage de belle dimension, A midi, un choix remarquable d'assiettes ou de menus du jour à prix très attractif (16 fr., 18 fr.) rappelle qu'on ne la fait pas à certains travailleurs et ouvriers avisés qui aiment ce qui est bon ET copieux. Moi aussi! Chic et "panosse", j'ai toujours aimé autant les cinq-étoiles que les relais routiers. Dans les deux cas, on y sait vivre... Plein de bonnes choses sur assiette ou sur plat, de pâtes, des pizzas, des spécialités d'ici ou d'ailleurs. Le sympathique patron me propose de l'eau pour mes chiennes (suis toujours sensible à cette attention, même si elles vivent au bord du lac). Discrètes, à leur affaire, efficaces et concentrées, ses serveuses galopent. La dernière fois, j'ai eu droit à une jeune, aimable et efficiente jeune personne. Ce soir, il y a du monde partout. Et malgré tout le service est assez rapide. Vous l'aurez compris, il vaut mieux réserver en fin de semaine (fermé le dimanche) José Matos conseille un Monte Mayor d'Alentejano, un vin portugais aux caractéristiques qui rappellent mon Mythique du Pays d'Oc. Légère pointe de clou de girofle. Moi j'aime bien. A... 30 francs... Là encore, le rapport qualité-prix est excellent. La dernière fois, j'avais dû engloutir 500 g. de beaux morceaux de bœuf, et une seconde assiette de frites. Ce soir, boeuf et cheval... Aussi parfaits l'un que l'autre... Et des frites chaudes pas mal du tout. Et pas de museaux renfrognés quand on redemande une tournée de frites ou de bidoche. Le maître mot de ces lieux bénis, c'est GENEROSITE. José Matos a fêté ses 6 ans aux Abattoirs le 1er octobre dernier. Les vraies bonnes adresses se font rares, et je mets son établissement dans mes favoris. La viande, pas tous les jours, on est d'accord. Mais de qualité.
0 Comments   9 Votes   Learn more
Côté Jardin (Lausanne Palace)
Côté Jardin (Lausanne Palace)
24.10.2014, 20:21
Ce 1er octobre ensoleillé, j’ai rendez-vous au Palace, Côté Jardin. L’un des restaurants du cinq-étoiles doté de 14 points au Guide Gault & Millau, avec une terrasse panoramique sur le lac Léman et les Alpes. Une belle adresse hors du temps et de la fureur du centre-ville de Lausanne, idéale pour se bichonner et se requinquer… Ou pour un rendez-vous d’affaires, comme aujourd’hui. L’on y croise le Tout-Lausanne de l’édition, de la finance ou du barreau, comme à la Brasserie de l’hôtel. Mais dans la salle aux murs clairs ou sur la terrasse, les tables sont suffisamment éloignées les unes des autres pour ne pas partager nos conversations avec les voisins. Je conserve un souvenir magnifique d'un repas printanier sur la terrasse baignée de soleil. Et d'un buffet à volonté somptueux, mais avalé à toute vitesse, collisions d'agenda oblige. Je reviendrai donc, avec plus de temps, pour le Buffet d'antipasti à 28 fr. Et en plat principal, il est à 42 fr. Il faut compter 56 fr. pour le Buffet d'antipasti, le Buffet de fromages et le Buffet de desserts (mmmmmhhhhh! Plaisir des yeux d’abord). Un rêve pour moi qui aime tant déguster de bonnes choses à satiété. A la carte, le Buffet de desserts à volonté, 20 fr. est un festival de couleurs et de douceurs entre petits mille-feuilles, moelleux au chocolat, petites verrines, crèmes brûlées, mousses, tartes, choux à la crème, fruits frais, macarons de toutes les couleurs... Pas trop glucides, je reviendrai rien que pour une belle overdose annuelle de sucre et de graisses trans. A l'accueil et au service, des gens tout à fait charmants, polis, attentifs et discrets. Jamais sans mes chiennes, on me propose rapidement un peu d'eau pour elles. Nous sommes quatre ce mercredi, et choisissons l'entrée du jour, un Filet de féra froid et son émulsion verte. Sincèrement, je n'ai jamais dégusté ce poisson du lac à la chair aussi ferme et goûteuse, à l'aspect aussi frais, luisant et engageant! Accompagné d'une petite saladine, couronnée d'une tranchette de radis, et décorée de champignons frais. Je craque ensuite pour le Poulpe braisé aux grelots et févettes, en entrée aussi à 28 francs. Assez décevant, une petite portion manquant de goût. Et je me prends à rêver de mes poulpes ou de moscardini savoureux des vacances dans les Cinque Terre ou en Toscane... Dans les entrées, on trouve un Velouté de potimarron (17 fr.), la Grande salade Riviera avec anchois de Cantabrie et baguette frottée de tomate (32 fr.), la Tarte feuilletée au thon, tomate et basilic (28 fr.), la Fleur de courgette (miam! une belle spécialité italienne, ça!) et calamars à l'huile d'olive extra vierge et roquette (28 fr.) ou les Figues violettes, roquette et coppa di Zibello (29 fr.), en saison. Petit voyage en Grèce avec, toujours pour les entrées, le Tarama et crevettes bouquet, jus de tomate à l'huile crêtoise (29 fr.), mon Poulpe braisé aux grelots et févettes (28 fr.) (qui manque vraiment de caractère et de consistance), la Moussaka en plat principal (35 fr.) ou les Pâtes aux gambas, ouzo et tomates dattes (34 fr.). Vous êtes plutôt pâtes ou risotto? Joli choix entre les Fusilli aux pistaches de Sicile, et copeaux de jambon San Daniele ( 32 fr.), les Ravioli aux tomates confites et sarriette, et beignets d'aubergine (29 fr.), les Linguinide Gragnano aux palourdines et persil, les Casarecce à la cima di rapa et brocoletti et ricotta sèche, le Risotto carnaroli aux courgettes et girolles en persillade (de 26 à 32 fr.). Mon vis-à-vis et l'un de mes voisins de table se laissent tenter par l'assiette du jour: de la volaille moelleuse dans une nage de légumes colorés. Et mon frère opte pour un filet d'agneau à la cuisson parfaite, avec un fagot de laitue et tomate du plus bel effet et des pommes de terre. Les plats principaux (Côtelettes d’agneau, Entrecôtes de cerf, Pièce de veau au romarin, Tagine de volaille au citron confit côté Terre, ou Cigale à la grille, Daurade aux légumes, Filet de loup à la plancha ou Fritto misto de crevettes langoustines, calamars et poissons côté Mer) oscillent entre 45 et 52 francs. L’un des messieurs, qui nous invite, choisit le vin. Un nectar... Une belle adresse au service des saveurs gourmandes du Sud... Des prix relativement corrects pour l’endroit et pour la qualité des mets servis. Les bonnes fourchettes, dont je suis, craqueront bien sûr pour les buffets. A découvrir, en ce qui me concerne - ou à redécouvrir - le brunch festif du dimanche, de 12 h à 14 h 30, avec coupe de champagne offerte.
0 Comments   6 Votes   Learn more
Fleur de Lys
Fleur de Lys
29.09.2014, 22:05
Chaque automne c'est la même chose, depuis quinze ans au moins en ce qui me concerne... Le même bonheur, une satiété que seuls assurent les repas de Bénichon ou de Saint-Martin, au point de ne même plus pouvoir avaler une petite poire à Botzi ou la délectable pétole de purée de marron cachée sous une étoile de carambole. La chasse de La Fleur de Lys est connue de tous les gourmets, et les fidèles réservent parfois en janvier pour mi-septembre. Et jusqu'à mi-décembre, les Rochat et leur fiston, qui ont fêté cette année leurs 40 ans de succès, se font un point d'honneur de combler une clientèle acquise en toute saison... Je choisis toujours les Noisettes de chevreuil, au goût délicat, avec une sauce Grand Veneur... Plus une table de libre au café, dans la grande salle à manger ou dans la petite. Le service a toujours été l'un des points forts de l'établissement, avec des dames bien réveillées, charmantes, polies et expérimentées. Toujours impressionnant de les voir glisser d'une table à l'autre, passer avec des plateaux surchargés ou préparer de belles assiettes artistiquement dressées... Aux tables voisines, Terrine de chevreuil maison (19 fr.), Feuilleté aux bolets et chanterelles (19 fr.), Foie de canard poêlé aux pommes et vinaigre de framboise (20 fr.) ou Ravioloni chasseur (16 fr.) se succèdent en entrée. La Selle de chevreuil est à 58 fr. et les Noisettes à 49 fr., le Civet à 42 et le Râble de lièvre aussi. Un Carré de sanglier sur ardoise est à 45 fr. Sur assiette à 39 fr., on peut déguster une Entrecôte de chevreuil Mirza, un Emincé de gibier Poivrade, le Civet de chevreuil Chasseur ou les Filets de râble de lièvre. Servis avec choux de Bruxelles, chou rouge, spätzli maison ou nouilles. Jolie clientèle composée de familles, de tablées d'amis, de couples, toutes générations confondues. Il faut dire que la carte offre de multiples possibilités qui vont de nos mets traditionnels, genre Filets de perche, Tranche panée énoooooorme, Papet-saucisse aux choux, Saucisse à rôtir (à prix normal, ce qui devient rare!), Rösti à choix, etc. Pendant la chasse, on peut commander en avance les fameuses Fondues rustiques, Bourguignonne, etc. qui font notre bonheur toute l'année... Et en été, la terrasse ne désemplit pas non plus. Après une attente particulièrement longue ce samedi, mais on comprend aisément le pourquoi, on vient nous présenter un grand plateau coloré, qui prend du temps à préparer avec soin, et que j'immortalise sur-le-champ pour Facebook en salivant comme un cocker. On dit que l'on commence à déguster du regard, et c'est plein de belles promesses... La viande est d'une tendreté remarquable, comme d'habitude. Sur la première assiette, des spätzli, du chou rouge, un petit dôme de marron en purée surmonté d'un demi-kumquat, une brochette de grains de raisin et cerises plantée sur une poire à Botzi, une demi-poire remplie de confiture d'airelle, une étoile de carambole. Mmmmmhhhh! Attendre une année entière puis presque trois-quarts d'heure valait la peine, devant tant de merveilles.... Nous buvons une petite syrah Hurlevent, agréable sans être exceptionnelle. Arrive la seconde assiette, avec des spätzli, des choux de Bruxelles, des marrons caramélisés, une demi-pêche, des tomates, deux mini-pommes, des raisins... Un tout petit bémol, depuis l'an dernier déjà. Plus de petit réchaud pour tenir la sauce Grand Veneur à bonne température... On me donne une explication fumeuse sur des problèmes survenus soudainement après trente-huit ans, et bien que l'on nous rapporte une saucière pour le second service, je suis un poil déçue. Le fiston aurait repris les fourneaux. Et le papa était plus généreux, me paraît-il. Mon éditeur et mon garagiste également semblaient plus commerçants et/ou généreux... La relève est décidément gourmande, elle aussi. Du coup, une superbe coupe Vanille-Chantilly et sa sauce au vin cuit (10 fr.) complète à merveille ce repas mythique... Malgré tout, la Fleur de Lys reste pour le moment l'une des plus belles adresses de Lausanne/Prilly. Espérons que ça dure pour les 50es rugissants...
0 Comments   6 Votes   Learn more
Auberge Communale le St-Sulpice
Auberge Communale le St-Sulpice
29.09.2014, 22:06
Chaque automne c'est la même chose, depuis quinze ans au moins en ce qui me concerne... Le même bonheur, une satiété que seuls assurent les repas de Bénichon ou de Saint-Martin, au point de ne même plus pouvoir avaler une petite poire à Botzi ou la délectable pétole de purée de marron cachée sous une étoile de carambole. La chasse de La Fleur de Lys est connue de tous les gourmets, et les fidèles réservent parfois en janvier pour mi-septembre. Et jusqu'à mi-décembre, les Rochat et leur fiston, qui ont fêté cette année leurs 40 ans de succès, se font un point d'honneur de combler une clientèle acquise en toute saison... Je choisis toujours les Noisettes de chevreuil, au goût délicat, avec une sauce Grand Veneur... Plus une table de libre au café, dans la grande salle à manger ou dans la petite. Le service a toujours été l'un des points forts de l'établissement, avec des dames bien réveillées, charmantes, polies et expérimentées. Toujours impressionnant de les voir glisser d'une table à l'autre, passer avec des plateaux surchargés ou préparer de belles assiettes artistiquement dressées... Aux tables voisines, Terrine de chevreuil maison (19 fr.), Feuilleté aux bolets et chanterelles (19 fr.), Foie de canard poêlé aux pommes et vinaigre de framboise (20 fr.) ou Ravioloni chasseur (16 fr.) se succèdent en entrée. La Selle de chevreuil est à 58 fr. et les Noisettes à 49 fr., le Civet à 42 et le Râble de lièvre aussi. Un Carré de sanglier sur ardoise est à 45 fr. Sur assiette à 39 fr., on peut déguster une Entrecôte de chevreuil Mirza, un Emincé de gibier Poivrade, le Civet de chevreuil Chasseur ou les Filets de râble de lièvre. Servis avec choux de Bruxelles, chou rouge, spätzli maison ou nouilles. Jolie clientèle composée de familles, de tablées d'amis, de couples, toutes générations confondues. Il faut dire que la carte offre de multiples possibilités qui vont de nos mets traditionnels, genre Filets de perche, Tranche panée énoooooorme, Papet-saucisse aux choux, Saucisse à rôtir (à prix normal, ce qui devient rare!), Rösti à choix, etc. Pendant la chasse, on peut commander en avance les fameuses Fondues rustiques, Bourguignonne, etc. qui font notre bonheur toute l'année... Et en été, la terrasse ne désemplit pas non plus. Après une attente particulièrement longue ce samedi, mais on comprend aisément le pourquoi, on vient nous présenter un grand plateau coloré, qui prend du temps à préparer avec soin, et que j'immortalise sur-le-champ pour Facebook en salivant comme un cocker. On dit que l'on commence à déguster du regard, et c'est plein de belles promesses... La viande est d'une tendreté remarquable, comme d'habitude. Sur la première assiette, des spätzli, du chou rouge, un petit dôme de marron en purée surmonté d'un demi-kumquat, une brochette de grains de raisin et cerises plantée sur une poire à Botzi, une demi-poire remplie de confiture d'airelle, une étoile de carambole. Mmmmmhhhh! Attendre une année entière puis presque trois-quarts d'heure valait la peine, devant tant de merveilles.... Nous buvons une petite syrah Hurlevent, agréable sans être exceptionnelle. Arrive la seconde assiette, avec des spätzli, des choux de Bruxelles, des marrons caramélisés, une demi-pêche, des tomates, deux mini-pommes, des raisins... Un tout petit bémol, depuis l'an dernier déjà. Plus de petit réchaud pour tenir la sauce Grand Veneur à bonne température... On me donne une explication fumeuse sur des problèmes survenus soudainement après trente-huit ans, et bien que l'on nous rapporte une saucière pour le second service, je suis un poil déçue. Le fiston aurait repris les fourneaux. Et le papa était plus généreux, me paraît-il. Mon éditeur et mon garagiste également semblaient plus commerçants et/ou généreux... La relève est décidément gourmande, elle aussi. Du coup, une superbe coupe Vanille-Chantilly et sa sauce au vin cuit (10 fr.) complète à merveille ce repas mythique... Malgré tout, la Fleur de Lys reste pour le moment l'une des plus belles adresses de Lausanne/Prilly. Espérons que ça dure pour les 50es rugissants...
0 Comments   0 Votes   Learn more
Cafe du Simplon
Cafe du Simplon
14.09.2014, 16:13
Belle soirée de fin d'été, ce vendredi 12 septembre 2014... Et le plaisir de sortir du cinéma en face de la gare de Lausanne, et d'avoir tant de bonnes adresses alentour. Chez Xu, on peut oublier, plus une table de libre et des personnes au bar qui attendent... L'Europe, à la rue du Simplon, n'y songeons même pas... L'une des meilleures adresses de la ville pour une excellente cuisine classique, terroir et généreuse à prix très attractifs, et au service efficace et avenant. Toujours plein. Oh, chouette, il reste une table au Café du Simplon, juste sous les escaliers de la gare avec une petite terrasse sur la rue... Depuis sept ans, j'entends souvent des compliments sur cet endroit. Jolie clientèle de trentenaires et quadragénaires, chics ou cool, cosmopolites... Le Simplon, avec ses murs tout blancs, rappelle les meilleurs souvenirs des tavernes grecques ou stambouliotes. En fait, le patron est Macédonien. Debout, il veille au ballet virevoltant de son personnel, plutôt "branché" et charmant. Une jeune fille souriante vient sur-le-champ prendre la commande, bien que la plupart des tables soient occupées dedans et dehors. Mmmmmmhhhhh... Des MEZE... Merguez, concombre yogourt, féta, feuille de vigne constituent de belles mises en bouche entre 5 fr.50 à 12 fr. 50 . Un plateau à 17 fr. 50 permet un petit voyage gourmand avec un peu de tout. Salades de poulet (22 fr. 50) ou chèvre chaud (19 fr. 50) appétissants au programme également. Mon amie Nicole, quasi végétarienne, trouverait son bonheur, puisque qu'il y a un Tagine sans viande (20 fr. 50). Et les classiques Tagine de poulet au citron (23 fr. 50) , Tagine d'agneau à la coriande (25 fr. 50), Tagine d'agneau aux pruneaux (25 fr. 50). , ou Tagine Royale (27 fr. 50). Les Assiettes méditerranéennes aussi sont font saliver. Et que choisir entre les Calamars frits (25 fr. 50), la Moussaka (19 fr. 50), les Cevapcici (19 fr. 50) ou les Feuilles de vigne maison "grande portion" (j'aime quand on me parle ainsi sur une carte de menus :) ) (25 fr. 50)? Ou les Moules Bouchot-frites à 26 fr. 50, le Risotto à l'Orientale (coriandre, merguez, poivrons) 22 fr. 50, les Penne au saumon (24 fr. 50), le Filet de lapin, sauce moutarde, riz et légumes à 24 fr. 50, le Carpaccio de boeuf, salade et parmesan à 26 fr. 50 ou l'Assiette italienne (carpaccio de bœuf, mozzarella di Buffala, jambon cru) à 26 fr. 50. Je craque pour la MOUSSAKA et mon camarade de table pour le RISOTTO AU BOLETS ET DES DE VOLAILLE... Est-ce une Moussaka à la mode macédonienne? De moelleuses tranches de pommes de terre sont mêlées aux aubergines, et la viande est délicieuse. Une belle couche de fromage bien dorée donne à ce mets un aspect engageant. Chaque morce m'emmène du côté d'Heraklion, de Marrakech ou d'Istanbul... La cannelle me rappelle une... pastilla inoubliable... Une petite explosion de saveurs salée-sucrée en bouche! Original et délicieux! Dans la même grande assiette, une salade verte, carotte, céleri arrosée d'une huile d'olive parfumée et d'un bon vinaigre blanc titille joyeusement les papilles. Le Risotto aux bolets dégage une insistante fragrance de sous-bois. Généreux aussi, cuisson parfaite. Nous prenons du vin macédonien à 4 fr. 80 le déci. Qui ressemble aux vins grecs que j'ai testés en faisant la grimace. Un vin de fille, pas pour moi... Les plus classiques d'entre nous feront leur choix entre le Steak de bœuf Café de Paris 160 gr. à 26 fr. 50, l'Entrecôte parisienne à 28 fr. 50, le Tartare de bœuf 150 gr. à 27 fr. 50 et le Tartare de bœuf à 200 gr. est à 33 fr. 50. Un ancien ministre de la Culture, directeur de Présence Suisse, semble se régaler ce soir. Et je me suis laissé dire que le président de la Semaine du Goût, ancien conseiller national rouge né à Istanbul et amoureux de la Grèce, fait quelques infidélités au temple de la cuisine grecque de l'avenue Georgette. Pas étonnant. C'est vraiment bon, et à prix "normal", au Simplon. Un petit inconvénient comme au Café de Grancy... Tout ce petit monde papote, les tables se touchent presque, et il y a un raffût du diable. Mais je reviendrai avec des boules Quiès pour tout goûter... Troooop bon! . ... Josée-Christine Lavanchy-Trépey
0 Comments   8 Votes   Learn more

Last comments

Vous êtes petit mangeur? Top model? Végétarien? Ne lisez pas ce qui suit... Ce samedi 1er novembre 2014, jour de la Toussaint, j'ai réservé une table dans l'une des plus belles adresses des amateurs de viandes, LA BRASSERIE DES ABATTOIRS, avenue du Chablais à Lausanne. Cet établissement proche de Malley Lumière rappelle une époque révolue où tant d'animaux de boucherie ont passé de vie à trépas (sous contrôle du vétérinaire cantonal, pour ma bonne conscience). C'est là aussi, tout près, que j'ai accompagné, jeune fille, les dépouilles de nos chiens et de nos chats bien-aimés. Les Abattoirs... A l'époque du végane et du tout-tofu, je m'interroge toujours sur ce nom qui doit rebuter les consciences et les palais délicats. José Matos, le charmant et futé patron, Portugais, m'assure que si l'on ne changerait pour rien au monde l'enseigne du mythique Café des Bouchers voisin, on ne touche pas à la "Brasserie des Abattoirs", à l'histoire étroitement associée à Lausanne. Dont acte. Descendante de carnivores, c'est là que j'honore la mémoire de mes ancêtres en dégustant la plus belle FONDUE BOURGUIGNONNE qui soit. A VOLONTE POUR 38 FRANCS, sauces, frites et salade mêlée comprises. Auparavant, c'est Chez Michou, une amie, que je satisfaisais à mes penchants prisés dans les Carpates. Sa bourgui n'était pas À VOLONTE, et j'ai souvent dû me faire un sandwich XXL après. Là, ce n'est que du BONHEUR. Les habitués ne s'y trompent pas, qui viennent en équipe ou pas et apprécient ces lieux hors des modes et du temps. Entre l'immense café et la petite salle à manger, ça ne chôme pas. La viande de bœuf ou de cheval, l'un ou l'autre ou les deux, de José sont incomparables. Le maître des lieux me précise qu'il choisit sa marchandise chez un ami, à l'avenue d'Echallens. Pas rassise (je déteste la barbaque à la couleur et à la consistance douteuses), elle n'est pas fraîche et pleine d'eau comme à la Migros. Vraiment EXCEPTIONNELLE! L'huile ne paraît pas avoir été resservie quinze fois, les sauces sont légères (cocktail, curry, tartare, etc., olives noires, cornichons, et sauce piquante sur demande). En savourant ma salade mêlée (verte, Trévise, concombre, maïs, carotte, très fraîche avec une bonne sauce), je vois passer des plats de GAMBAS, À VOLONTE EGALEMENT. Des fondues au fromage odorantes, des entrecôtes généreuses avec une pleine assiette de belles frites, des croûtes au fromage de belle dimension, A midi, un choix remarquable d'assiettes ou de menus du jour à prix très attractif (16 fr., 18 fr.) rappelle qu'on ne la fait pas à certains travailleurs et ouvriers avisés qui aiment ce qui est bon ET copieux. Moi aussi! Chic et "panosse", j'ai toujours aimé autant les cinq-étoiles que les relais routiers. Dans les deux cas, on y sait vivre... Plein de bonnes choses sur assiette ou sur plat, de pâtes, des pizzas, des spécialités d'ici ou d'ailleurs. Le sympathique patron me propose de l'eau pour mes chiennes (suis toujours sensible à cette attention, même si elles vivent au bord du lac). Discrètes, à leur affaire, efficaces et concentrées, ses serveuses galopent. La dernière fois, j'ai eu droit à une jeune, aimable et efficiente jeune personne. Ce soir, il y a du monde partout. Et malgré tout le service est assez rapide. Vous l'aurez compris, il vaut mieux réserver en fin de semaine (fermé le dimanche) José Matos conseille un Monte Mayor d'Alentejano, un vin portugais aux caractéristiques qui rappellent mon Mythique du Pays d'Oc. Légère pointe de clou de girofle. Moi j'aime bien. A... 30 francs... Là encore, le rapport qualité-prix est excellent. La dernière fois, j'avais dû engloutir 500 g. de beaux morceaux de bœuf, et une seconde assiette de frites. Ce soir, boeuf et cheval... Aussi parfaits l'un que l'autre... Et des frites chaudes pas mal du tout. Et pas de museaux renfrognés quand on redemande une tournée de frites ou de bidoche. Le maître mot de ces lieux bénis, c'est GENEROSITE. José Matos a fêté ses 6 ans aux Abattoirs le 1er octobre dernier. Les vraies bonnes adresses se font rares, et je mets son établissement dans mes favoris. La viande, pas tous les jours, on est d'accord. Mais de qualité.

0 Comments   9 Votes   Learn more
Ce 1er octobre ensoleillé, j’ai rendez-vous au Palace, Côté Jardin. L’un des restaurants du cinq-étoiles doté de 14 points au Guide Gault & Millau, avec une terrasse panoramique sur le lac Léman et les Alpes. Une belle adresse hors du temps et de la fureur du centre-ville de Lausanne, idéale pour se bichonner et se requinquer… Ou pour un rendez-vous d’affaires, comme aujourd’hui. L’on y croise le Tout-Lausanne de l’édition, de la finance ou du barreau, comme à la Brasserie de l’hôtel. Mais dans la salle aux murs clairs ou sur la terrasse, les tables sont suffisamment éloignées les unes des autres pour ne pas partager nos conversations avec les voisins. Je conserve un souvenir magnifique d'un repas printanier sur la terrasse baignée de soleil. Et d'un buffet à volonté somptueux, mais avalé à toute vitesse, collisions d'agenda oblige. Je reviendrai donc, avec plus de temps, pour le Buffet d'antipasti à 28 fr. Et en plat principal, il est à 42 fr. Il faut compter 56 fr. pour le Buffet d'antipasti, le Buffet de fromages et le Buffet de desserts (mmmmmhhhhh! Plaisir des yeux d’abord). Un rêve pour moi qui aime tant déguster de bonnes choses à satiété. A la carte, le Buffet de desserts à volonté, 20 fr. est un festival de couleurs et de douceurs entre petits mille-feuilles, moelleux au chocolat, petites verrines, crèmes brûlées, mousses, tartes, choux à la crème, fruits frais, macarons de toutes les couleurs... Pas trop glucides, je reviendrai rien que pour une belle overdose annuelle de sucre et de graisses trans. A l'accueil et au service, des gens tout à fait charmants, polis, attentifs et discrets. Jamais sans mes chiennes, on me propose rapidement un peu d'eau pour elles. Nous sommes quatre ce mercredi, et choisissons l'entrée du jour, un Filet de féra froid et son émulsion verte. Sincèrement, je n'ai jamais dégusté ce poisson du lac à la chair aussi ferme et goûteuse, à l'aspect aussi frais, luisant et engageant! Accompagné d'une petite saladine, couronnée d'une tranchette de radis, et décorée de champignons frais. Je craque ensuite pour le Poulpe braisé aux grelots et févettes, en entrée aussi à 28 francs. Assez décevant, une petite portion manquant de goût. Et je me prends à rêver de mes poulpes ou de moscardini savoureux des vacances dans les Cinque Terre ou en Toscane... Dans les entrées, on trouve un Velouté de potimarron (17 fr.), la Grande salade Riviera avec anchois de Cantabrie et baguette frottée de tomate (32 fr.), la Tarte feuilletée au thon, tomate et basilic (28 fr.), la Fleur de courgette (miam! une belle spécialité italienne, ça!) et calamars à l'huile d'olive extra vierge et roquette (28 fr.) ou les Figues violettes, roquette et coppa di Zibello (29 fr.), en saison. Petit voyage en Grèce avec, toujours pour les entrées, le Tarama et crevettes bouquet, jus de tomate à l'huile crêtoise (29 fr.), mon Poulpe braisé aux grelots et févettes (28 fr.) (qui manque vraiment de caractère et de consistance), la Moussaka en plat principal (35 fr.) ou les Pâtes aux gambas, ouzo et tomates dattes (34 fr.). Vous êtes plutôt pâtes ou risotto? Joli choix entre les Fusilli aux pistaches de Sicile, et copeaux de jambon San Daniele ( 32 fr.), les Ravioli aux tomates confites et sarriette, et beignets d'aubergine (29 fr.), les Linguinide Gragnano aux palourdines et persil, les Casarecce à la cima di rapa et brocoletti et ricotta sèche, le Risotto carnaroli aux courgettes et girolles en persillade (de 26 à 32 fr.). Mon vis-à-vis et l'un de mes voisins de table se laissent tenter par l'assiette du jour: de la volaille moelleuse dans une nage de légumes colorés. Et mon frère opte pour un filet d'agneau à la cuisson parfaite, avec un fagot de laitue et tomate du plus bel effet et des pommes de terre. Les plats principaux (Côtelettes d’agneau, Entrecôtes de cerf, Pièce de veau au romarin, Tagine de volaille au citron confit côté Terre, ou Cigale à la grille, Daurade aux légumes, Filet de loup à la plancha ou Fritto misto de crevettes langoustines, calamars et poissons côté Mer) oscillent entre 45 et 52 francs. L’un des messieurs, qui nous invite, choisit le vin. Un nectar... Une belle adresse au service des saveurs gourmandes du Sud... Des prix relativement corrects pour l’endroit et pour la qualité des mets servis. Les bonnes fourchettes, dont je suis, craqueront bien sûr pour les buffets. A découvrir, en ce qui me concerne - ou à redécouvrir - le brunch festif du dimanche, de 12 h à 14 h 30, avec coupe de champagne offerte.

0 Comments   6 Votes   Learn more
Chaque automne c'est la même chose, depuis quinze ans au moins en ce qui me concerne... Le même bonheur, une satiété que seuls assurent les repas de Bénichon ou de Saint-Martin, au point de ne même plus pouvoir avaler une petite poire à Botzi ou la délectable pétole de purée de marron cachée sous une étoile de carambole. La chasse de La Fleur de Lys est connue de tous les gourmets, et les fidèles réservent parfois en janvier pour mi-septembre. Et jusqu'à mi-décembre, les Rochat et leur fiston, qui ont fêté cette année leurs 40 ans de succès, se font un point d'honneur de combler une clientèle acquise en toute saison... Je choisis toujours les Noisettes de chevreuil, au goût délicat, avec une sauce Grand Veneur... Plus une table de libre au café, dans la grande salle à manger ou dans la petite. Le service a toujours été l'un des points forts de l'établissement, avec des dames bien réveillées, charmantes, polies et expérimentées. Toujours impressionnant de les voir glisser d'une table à l'autre, passer avec des plateaux surchargés ou préparer de belles assiettes artistiquement dressées... Aux tables voisines, Terrine de chevreuil maison (19 fr.), Feuilleté aux bolets et chanterelles (19 fr.), Foie de canard poêlé aux pommes et vinaigre de framboise (20 fr.) ou Ravioloni chasseur (16 fr.) se succèdent en entrée. La Selle de chevreuil est à 58 fr. et les Noisettes à 49 fr., le Civet à 42 et le Râble de lièvre aussi. Un Carré de sanglier sur ardoise est à 45 fr. Sur assiette à 39 fr., on peut déguster une Entrecôte de chevreuil Mirza, un Emincé de gibier Poivrade, le Civet de chevreuil Chasseur ou les Filets de râble de lièvre. Servis avec choux de Bruxelles, chou rouge, spätzli maison ou nouilles. Jolie clientèle composée de familles, de tablées d'amis, de couples, toutes générations confondues. Il faut dire que la carte offre de multiples possibilités qui vont de nos mets traditionnels, genre Filets de perche, Tranche panée énoooooorme, Papet-saucisse aux choux, Saucisse à rôtir (à prix normal, ce qui devient rare!), Rösti à choix, etc. Pendant la chasse, on peut commander en avance les fameuses Fondues rustiques, Bourguignonne, etc. qui font notre bonheur toute l'année... Et en été, la terrasse ne désemplit pas non plus. Après une attente particulièrement longue ce samedi, mais on comprend aisément le pourquoi, on vient nous présenter un grand plateau coloré, qui prend du temps à préparer avec soin, et que j'immortalise sur-le-champ pour Facebook en salivant comme un cocker. On dit que l'on commence à déguster du regard, et c'est plein de belles promesses... La viande est d'une tendreté remarquable, comme d'habitude. Sur la première assiette, des spätzli, du chou rouge, un petit dôme de marron en purée surmonté d'un demi-kumquat, une brochette de grains de raisin et cerises plantée sur une poire à Botzi, une demi-poire remplie de confiture d'airelle, une étoile de carambole. Mmmmmhhhh! Attendre une année entière puis presque trois-quarts d'heure valait la peine, devant tant de merveilles.... Nous buvons une petite syrah Hurlevent, agréable sans être exceptionnelle. Arrive la seconde assiette, avec des spätzli, des choux de Bruxelles, des marrons caramélisés, une demi-pêche, des tomates, deux mini-pommes, des raisins... Un tout petit bémol, depuis l'an dernier déjà. Plus de petit réchaud pour tenir la sauce Grand Veneur à bonne température... On me donne une explication fumeuse sur des problèmes survenus soudainement après trente-huit ans, et bien que l'on nous rapporte une saucière pour le second service, je suis un poil déçue. Le fiston aurait repris les fourneaux. Et le papa était plus généreux, me paraît-il. Mon éditeur et mon garagiste également semblaient plus commerçants et/ou généreux... La relève est décidément gourmande, elle aussi. Du coup, une superbe coupe Vanille-Chantilly et sa sauce au vin cuit (10 fr.) complète à merveille ce repas mythique... Malgré tout, la Fleur de Lys reste pour le moment l'une des plus belles adresses de Lausanne/Prilly. Espérons que ça dure pour les 50es rugissants...

0 Comments   6 Votes   Learn more
Chaque automne c'est la même chose, depuis quinze ans au moins en ce qui me concerne... Le même bonheur, une satiété que seuls assurent les repas de Bénichon ou de Saint-Martin, au point de ne même plus pouvoir avaler une petite poire à Botzi ou la délectable pétole de purée de marron cachée sous une étoile de carambole. La chasse de La Fleur de Lys est connue de tous les gourmets, et les fidèles réservent parfois en janvier pour mi-septembre. Et jusqu'à mi-décembre, les Rochat et leur fiston, qui ont fêté cette année leurs 40 ans de succès, se font un point d'honneur de combler une clientèle acquise en toute saison... Je choisis toujours les Noisettes de chevreuil, au goût délicat, avec une sauce Grand Veneur... Plus une table de libre au café, dans la grande salle à manger ou dans la petite. Le service a toujours été l'un des points forts de l'établissement, avec des dames bien réveillées, charmantes, polies et expérimentées. Toujours impressionnant de les voir glisser d'une table à l'autre, passer avec des plateaux surchargés ou préparer de belles assiettes artistiquement dressées... Aux tables voisines, Terrine de chevreuil maison (19 fr.), Feuilleté aux bolets et chanterelles (19 fr.), Foie de canard poêlé aux pommes et vinaigre de framboise (20 fr.) ou Ravioloni chasseur (16 fr.) se succèdent en entrée. La Selle de chevreuil est à 58 fr. et les Noisettes à 49 fr., le Civet à 42 et le Râble de lièvre aussi. Un Carré de sanglier sur ardoise est à 45 fr. Sur assiette à 39 fr., on peut déguster une Entrecôte de chevreuil Mirza, un Emincé de gibier Poivrade, le Civet de chevreuil Chasseur ou les Filets de râble de lièvre. Servis avec choux de Bruxelles, chou rouge, spätzli maison ou nouilles. Jolie clientèle composée de familles, de tablées d'amis, de couples, toutes générations confondues. Il faut dire que la carte offre de multiples possibilités qui vont de nos mets traditionnels, genre Filets de perche, Tranche panée énoooooorme, Papet-saucisse aux choux, Saucisse à rôtir (à prix normal, ce qui devient rare!), Rösti à choix, etc. Pendant la chasse, on peut commander en avance les fameuses Fondues rustiques, Bourguignonne, etc. qui font notre bonheur toute l'année... Et en été, la terrasse ne désemplit pas non plus. Après une attente particulièrement longue ce samedi, mais on comprend aisément le pourquoi, on vient nous présenter un grand plateau coloré, qui prend du temps à préparer avec soin, et que j'immortalise sur-le-champ pour Facebook en salivant comme un cocker. On dit que l'on commence à déguster du regard, et c'est plein de belles promesses... La viande est d'une tendreté remarquable, comme d'habitude. Sur la première assiette, des spätzli, du chou rouge, un petit dôme de marron en purée surmonté d'un demi-kumquat, une brochette de grains de raisin et cerises plantée sur une poire à Botzi, une demi-poire remplie de confiture d'airelle, une étoile de carambole. Mmmmmhhhh! Attendre une année entière puis presque trois-quarts d'heure valait la peine, devant tant de merveilles.... Nous buvons une petite syrah Hurlevent, agréable sans être exceptionnelle. Arrive la seconde assiette, avec des spätzli, des choux de Bruxelles, des marrons caramélisés, une demi-pêche, des tomates, deux mini-pommes, des raisins... Un tout petit bémol, depuis l'an dernier déjà. Plus de petit réchaud pour tenir la sauce Grand Veneur à bonne température... On me donne une explication fumeuse sur des problèmes survenus soudainement après trente-huit ans, et bien que l'on nous rapporte une saucière pour le second service, je suis un poil déçue. Le fiston aurait repris les fourneaux. Et le papa était plus généreux, me paraît-il. Mon éditeur et mon garagiste également semblaient plus commerçants et/ou généreux... La relève est décidément gourmande, elle aussi. Du coup, une superbe coupe Vanille-Chantilly et sa sauce au vin cuit (10 fr.) complète à merveille ce repas mythique... Malgré tout, la Fleur de Lys reste pour le moment l'une des plus belles adresses de Lausanne/Prilly. Espérons que ça dure pour les 50es rugissants...

0 Comments   0 Votes   Learn more
Belle soirée de fin d'été, ce vendredi 12 septembre 2014... Et le plaisir de sortir du cinéma en face de la gare de Lausanne, et d'avoir tant de bonnes adresses alentour. Chez Xu, on peut oublier, plus une table de libre et des personnes au bar qui attendent... L'Europe, à la rue du Simplon, n'y songeons même pas... L'une des meilleures adresses de la ville pour une excellente cuisine classique, terroir et généreuse à prix très attractifs, et au service efficace et avenant. Toujours plein. Oh, chouette, il reste une table au Café du Simplon, juste sous les escaliers de la gare avec une petite terrasse sur la rue... Depuis sept ans, j'entends souvent des compliments sur cet endroit. Jolie clientèle de trentenaires et quadragénaires, chics ou cool, cosmopolites... Le Simplon, avec ses murs tout blancs, rappelle les meilleurs souvenirs des tavernes grecques ou stambouliotes. En fait, le patron est Macédonien. Debout, il veille au ballet virevoltant de son personnel, plutôt "branché" et charmant. Une jeune fille souriante vient sur-le-champ prendre la commande, bien que la plupart des tables soient occupées dedans et dehors. Mmmmmmhhhhh... Des MEZE... Merguez, concombre yogourt, féta, feuille de vigne constituent de belles mises en bouche entre 5 fr.50 à 12 fr. 50 . Un plateau à 17 fr. 50 permet un petit voyage gourmand avec un peu de tout. Salades de poulet (22 fr. 50) ou chèvre chaud (19 fr. 50) appétissants au programme également. Mon amie Nicole, quasi végétarienne, trouverait son bonheur, puisque qu'il y a un Tagine sans viande (20 fr. 50). Et les classiques Tagine de poulet au citron (23 fr. 50) , Tagine d'agneau à la coriande (25 fr. 50), Tagine d'agneau aux pruneaux (25 fr. 50). , ou Tagine Royale (27 fr. 50). Les Assiettes méditerranéennes aussi sont font saliver. Et que choisir entre les Calamars frits (25 fr. 50), la Moussaka (19 fr. 50), les Cevapcici (19 fr. 50) ou les Feuilles de vigne maison "grande portion" (j'aime quand on me parle ainsi sur une carte de menus :) ) (25 fr. 50)? Ou les Moules Bouchot-frites à 26 fr. 50, le Risotto à l'Orientale (coriandre, merguez, poivrons) 22 fr. 50, les Penne au saumon (24 fr. 50), le Filet de lapin, sauce moutarde, riz et légumes à 24 fr. 50, le Carpaccio de boeuf, salade et parmesan à 26 fr. 50 ou l'Assiette italienne (carpaccio de bœuf, mozzarella di Buffala, jambon cru) à 26 fr. 50. Je craque pour la MOUSSAKA et mon camarade de table pour le RISOTTO AU BOLETS ET DES DE VOLAILLE... Est-ce une Moussaka à la mode macédonienne? De moelleuses tranches de pommes de terre sont mêlées aux aubergines, et la viande est délicieuse. Une belle couche de fromage bien dorée donne à ce mets un aspect engageant. Chaque morce m'emmène du côté d'Heraklion, de Marrakech ou d'Istanbul... La cannelle me rappelle une... pastilla inoubliable... Une petite explosion de saveurs salée-sucrée en bouche! Original et délicieux! Dans la même grande assiette, une salade verte, carotte, céleri arrosée d'une huile d'olive parfumée et d'un bon vinaigre blanc titille joyeusement les papilles. Le Risotto aux bolets dégage une insistante fragrance de sous-bois. Généreux aussi, cuisson parfaite. Nous prenons du vin macédonien à 4 fr. 80 le déci. Qui ressemble aux vins grecs que j'ai testés en faisant la grimace. Un vin de fille, pas pour moi... Les plus classiques d'entre nous feront leur choix entre le Steak de bœuf Café de Paris 160 gr. à 26 fr. 50, l'Entrecôte parisienne à 28 fr. 50, le Tartare de bœuf 150 gr. à 27 fr. 50 et le Tartare de bœuf à 200 gr. est à 33 fr. 50. Un ancien ministre de la Culture, directeur de Présence Suisse, semble se régaler ce soir. Et je me suis laissé dire que le président de la Semaine du Goût, ancien conseiller national rouge né à Istanbul et amoureux de la Grèce, fait quelques infidélités au temple de la cuisine grecque de l'avenue Georgette. Pas étonnant. C'est vraiment bon, et à prix "normal", au Simplon. Un petit inconvénient comme au Café de Grancy... Tout ce petit monde papote, les tables se touchent presque, et il y a un raffût du diable. Mais je reviendrai avec des boules Quiès pour tout goûter... Troooop bon! . ... Josée-Christine Lavanchy-Trépey

0 Comments   8 Votes   Learn more
Wouaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! Ce jeudi 28 août 2014, j’ai mangé des yeux d’abord et pour de bon ensuite une saucisse à rôtir d’exception, posée délicatement sur un dôme de purée mousseline avec son puits plein d’une sauce divine… Une jolie salade mêlée colorée et croquante (céleri, carotte, chou rouge, verte, concombre, tomate) a précédé ce mets bénit des dieux vaudois, et suffisamment copieux pour tenir jusqu'aux quatre-heures. Pour 18 francs . Et le café toujours à 3 fr. 20 ! 1969-2014 Quarante-cinq ans de souvenirs et d'amitié au GROS MINET, ce bar-restaurant de quartier parmi les plus anciens de Lausanne. C'est Rico et sa grande américaine rose bonbon qui avait transformé le Gipsy, choisi ce nom mythique et fait de ces lieux l'un des "points d'eau" favoris de la jeunesse d'alors et des Sous-Gariens (d’avant les « botellòn », mais on n’était parfois pas beaucoup plus jolis à voir). L'un de ses successeurs, Charly, est parti au décès de notre chère Hélène, son épouse. Le suivant, Pietro, ancien barman à la Voile d’Or, nous a quittés à l'insu de son plein gré à 50 ans. Et depuis douze ans c'est « P.-A. » (Recordon) qui nous accueille dans ce qui semble être sa résidence principale. En fait, affable, il veille à ce que tout se passe au mieux ici. La charmante et souriante Gaby, très attentive, très maligne et rompue à toutes les clientèles, participe au succès du Gros Minet, avec Aleks, douce et efficace aussi. Dès 15 heures, c’est Véronique qui officie au bar. Pas de cuisine le soir, à part des petits trucs pour l’apéro. De la mamy café-croissant du matin au papy whisky-whisky du soir, P.-A. veille à la bonne marche de ce temple de Cour/Primerose, couru comme un café de village (côté BAR) ou comme un restaurant pour cadres, employés et ouvriers des entreprises alentour (dans la SALLE et sur les deux TERRASSES). Et même les vieux du Muppets du bout du bar (côté lac :) ), restés coincés au début du siècle dernier d’avant « Face de bouc », manquent quand par hasard ils ne sont pas là… LA RENTREE s'annonce donc sous les meilleurs auspices. Un cuisinier chevronné dans la cinquantaine, qui a fait ses armes entre autres dans un resto tenu par les parents de Bastian Becker, a repris les fourneaux, pour mon plus grand bonheur. Il mitonne de ces petites sauces que je laperais bien dans l’assiette pour ne pas en laisser une goutte ! Chaque jour, sur une ardoise, deux propositions à choix, entre 16 et 18 francs. Le vendredi, l'habituel filet de perche-frites n'a plus rien à voir avec ce qui était servi auparavant. Et qui eut parfois un goût de vase des plus désagréables. Là, de jolis petits filets dorés comme au Florida, avec une sauce tartare délicieuse, selon les amis qui les ont déjà goûtés. Et une autre proposition, bienvenue pour ceux que les petits poissons du lac et leurs frites ne font pas fantasmer. Pour l'automne, un potage est au programme. Et le mercredi, un dessert attend les gourmands petits et grands. Nous avons pu tester Les filets de poulet sauce à la moutarde de Meaux (trois jolies escalopes très joliment présentées, avec un trait artistique de balsamique, deux-trois tronçons de carotte sur les pâtes al dente). La brochette de bœuf et dinde et ses petits carrés de pommes de terre rôties. Le ragoût aux petits légumes et sa purée, avec sa petite tomate cerise et son brin de persil plat (joli !). L’osso bucco de porc, cuisson parfaite et encore une sauce excellente, petits légumes, tagliatelle. La piccata milanaise, spaghetti, sauce tomate au goût de « pomodoro » (avec un spaghetti rôti au four dressé pour la déco ! Le sens du détail, ce nouveau maître-queux ! J’aime !) Le risotto aux scampi et sa petite tomate cerise et brin de persil (là aussi, une petite sauce raffinée). Les spaghetti bolognaise al dente. La viande hachée est mariée à un bon sugo apprêté comme il se doit. Comme à la maison et à Magenta ! Les cuisiniers ont-ils les hormones qui chicanent, comme les filles ? Un ratage total avec un braisé de bœuf quelconque, sa sauce pleine de farine, deux louches de tagliatelle, et une petite salade verte tristounette. Une portion pour anorexique, de surcroît. A 16 heures, nous nous sommes rués sur un sandwich jambon-beurre XXL et un paquet de biscuits… Le lendemain, ce cauchemar était oublié, et suivaient… L’ émincé de bœuf-carotte et son riz cuisson parfaite, ni trop ni trop peu. Le steak avec des pommes Country parmi les meilleures qu’il m’ait été donné de déguster, légères, moelleuses à l’intérieur et croquantes à l’extérieur, et miracle! un parfum de bonne huile d’olive m’a chatouillé le palais (royal) ! Et de thym. Une petite carte attractive offre en outre des salades, assiette de viande froide, steak, ou mets qui, sans relever de la haute gastronomie, mettent les papilles en joie dans un cadre attachant... Idéal pour des pauses-déjeuner… Les journaux sont à disposition, et même le « Journal d’Ouchy », et le Wifi permet de travailler en mangeant ou de surfer sur… Facebook. Parfait. On est bien au XXIe siècle. En décembre, deux soirées huîtres permettent de réunir tout le monde dans une chaude ambiance d’avant-Fêtes.

0 Comments   11 Votes   Learn more
L'Auberge Communale de Saint-Sulpice... Il y a trente-cinq ans, nous travaiillions juste à côté, avec mon mari, dans la maison qui abrite maintenant le Skiper. Et allions parfois y déjeuner à midi. Des assiettes du jour un peu cra-cra, qui ne nous avaient pas laissé des souvenirs inoubliables. Les tenanciers avaient changé... J'y suis retournée quelquefois avec des amis âgés et exigeants, qui aimaient la cuisine raffinée, le cadre de la salle à manger chic dans les tons saumon, la tranquillité, et l'accueil surréaliste et guindé de Mme Schnoll, qui en faisait des tonnes avec ces messieurs... Même si nous avions notre Visa avec nous, sa sœur et moi pouvions faire la pièce droite, nous existions à peine pour cette patronne à l'ancienne, d'avant le féminisme. Son époux en cuisine, l'Auberge avait sa clientèle d'habitués... Et mon ami Paul à la table des anges, à 90 ans, j'ai oublié cette adresse. Un vieil ami serpeliou (c'est ainsi que s'appellent les habitants du village à l'orée de Lausanne) aime cette Auberge, reprise il y a deux ans et demi par les Bejrami. Le couple propose une carte incroyable, avec un choix qui me laisse pantoise. Comment avoir en permanence tant de bons produits frais? J'aime fantasmer et saliver longuement devant tant de propositions toutes plus alléchantes les unes que les autres... Comme des préliminaires qui annonceraient des jouissances gustatives d'exception. Et j'aime que l'on connaisse le langage gourmand, que l'on me parle de Buisson de crevettes roses aux lames de melon /23 fr.) Frivolité de poissons et gambas à la brunoise de légumes (21 fr. 50) Terrine de fois gras de canard au naturel, chutney de figue 23 fr.) Saumon mariné à l'aneth et aux agrumes façon Gravlax (19 fr. 50), Escargots, Viande séchée, Carpaccio, Vitello tonnato, Feuilleté de champignons,etc. Et j'en passe. Tous les classiques des bonnes auberges d'ici... Risotto aux gambas, courgettes, tomates (29 fr.) Risotto aux champignons frais et feuilles d'épinards (24 fr.) Fagottini au jambon cru, crémés au gorgonzola (24 fr.) Cannelloni maison (à la viande de bœuf) (21 fr.) Spaghetti ou penne avec les meilleures sauces pesto, carbonara, bolognaise, forestière, fruits de mer, crevettes-tomates fraîches-ail-basilic, Tagliatelle Bonne Auberge (18 fr.), Quatre Fromages (19 fr.), Deux Saumons (21 fr.) Thon-Olives noires (19 fr.), Bolets-oignons-ciboulette (22 fr.). Et celles pour lesquelles je bave et craque ce samedi 23 août 2014, LES TAGLIATELLES À LA MODE DU PATRON ( 25 fr.), soit oignons, gambas, mini-crevettes, morilles, crème et safran. Faites ici, ces pâtes fraîches sont ex-cep-tion-nelles! Comme je les aime, ni trop fines ni trop grosses, la cuisson à la seconde près AL DENTE! Et des gambas saisis par surprise, pas une minute de plus ou de moins. Parfait! Copieux, avec sa tomate cerise et son brin de persil plat, et de touches de persil et paprika sur le bord de l'assiette. Présentation soignée et service rapide et attentionné. La blonde et charmante Gordana assure, avec son collègue, certainement croate lui aussi. Mon ami choisit les TAGLIATELLES CARBONARA, du plus bel effet. De jolis petits lardons très chics, un œuf frais posé sur les pâtes fraîches, là aussi du persil en brin et haché pour donner des couleurs et des envies... L'entrecôte de bœuf est à 33 fr., de cheval à 29. Le Tartare coupé au couteau à 36. Avec un joli choix de sauces dans les 5-6 fr. (Bordelaise, Morilles à la crème, A l'ail, Café de Paris, etc.) Authentique Emincé de veau à la Zurichoise (36 fr.) Cassolette de rognons de veau à la moutarde de Meaux (27 fr. 50) Filet d'agneau poêlé à la crème d'ail et ciboulette (35 fr.) Filets de perche meunière et sauce tartare (34 fr.) Filets de perche façon auberge, avec une émulsion à l'estragon (34 fr.) Filets de perche légère avec une émulsion au basilic (32 fr.) Omble chevalier, Filet de sole, Aiguillette de saumon, Gambas poêlées, etc... Gambas poêlées aux curry Vindaloo et beurre blanc à la ciboulette (38 fr.) Filets de sole poêlés aux poireaux et beurre blance à la ciboulette (38 fr.) Cuisses de grenouilles provençale ou sel marin-ail à discrétion (39 fr.) Spécialité pour deux personnes: Poêlée de poisson et gambas (saumon, rouget sole et selon arrivage), avec Légumes à l'huile d'olive, crème onctueuse, au safran, garniture à choix (37 fr.) Spécialités de brochettes flambées (49 fr.) Deux menus d'affaires à 48 ou 45 francs donnent vraiment envie d'en savoir plus. 25 sortes de PIZZAS de 14 à 22 francs complètent le tout. Jolie carte de desserts... A midi, il est conseillé de réserver tant le bouche-à-oreille aurait fait une bonne pub à cette Auberge bien située au centre de Saint-Sulpice, avec un parking privé. Le portions sont normales (mieux qu'au Débarcadère voisin, qui a réduit la voilure). Les prix sont tout à fait corrects, pour de bonnes bouteilles aussi. Le personnel veille à prévenir les désirs et les attentes des clients. Pas besoin d'appeler trois fois pour payer. Personnellement, j'adore les lumières tamisées, les tons jaune-orangé de la grande salle principale. Presque toutes les tables sont occupées mais nous pouvons parler sans crier. Mes petites chiennes sont accueillies avec bienveillance. Excellente soirée et belle surprise.

0 Comments   9 Votes   Learn more
Avec des amis habitant Froideville, j'avais eu l'occasion, en 2011, de découvrir et partager des menus magnifiques à La Maison Thaï. L'établissement avait été remis assez rapidement, et depuis on entend que de bonnes choses sur la Maison Thaï de Mex, prise d'assaut par ses fidèles et le personnel de Bobst,. Deux fois déjà j'avais tenté de trouver une table sans réserver à la Maison Thaï au Lac, ouverte dans le courant de l'été 2014 dans l'ancien complexe de la Voile d'Or. Lieu tenu avec un succès jamais démenti pendant une trentaine d'années, les Trente Glorieuses, par Di Mercurio et son directeur, M. Sèvegrand. A leur départ, plus jamais la Voile d'Or n'a retrouvé son lustre d'antan, son ambiance playa, et ses hordes d'habitués. Et nous, les Sous-Gariens lausannois, avons vu les concepts et les gérants se succéder, allant du moins mauvais au pire... La Maison Thaï au Lac, donc, côté port de Vidy, ouverte depuis peu, avec une déco intérieure typique, n'est pas cheap et clinquante, mais très chic et pensée par un Italien d'Italie avec le bon goût transalpin au service d'un rêve d'Asie. Et ce dimanche 17 août 2014, après des semaines de pluie et de froid, l'immense terrasse au bord du lac Léman est prise d'assaut. Et une table est libre sur la terrasse au bord de l'eau, miracle. Immédiatement, une charmante Thaïlandaise vient avec la carte, et une écuelle d'eau pour mes lhassa. Un bon point, bien que le Léman leur convienne parfaitement. Nous choisissons un Potage au crevettes à la citronnelle (10 fr.) et un Potage au poulet, lait de coco, citron vert (9 fr. 20) Dans des bols couleur safran avec couvercle, chaque ingrédient s'exprime en des parfums très subtils, démontrant une maîtrise totale et une connaissance réelle de la cuisine du pays. Nous renonçons "A grignoter", comme le dit joliment la carte, soit aux entrées, aux Rouleaux de printemps (8 fr.), Crevettes enveloppées (9 fr.), Raviolis frits, Brochette de poulet,, etc. Mon croissant du matin à 500 calories m'incite à la retenue. Et je résiste aussi aux Salades de papaye (très épicée!), à la mangue verte (épicée), à la Salades de crevettes à la menthe, et à ma préférée, la Salade de bœuf. Un délice! Pour 18 francs. Que je fais moi-même sous le nom de Lab, soit du riz cru et frit à la poêle puis passé au mixer, de la viande (hachée et saisie sans graisse ou en morceaux), avec échalotes thaïs émincées, citronnelle en bâton et en feuilles ciselées, menthe, jus de citron... En plat principal, nous optons pour le Canard au curry vert et lait de coco et du riz (29 fr.) et pour la "Sorte de pot-au-feu thaï", à l'aneth, à 23 fr. 50, que je n'ai jamais croisé sur une carte, et des pâtes. Difficile de faire un choix, tant il y a de propositions, entre bœuf, poulet, canard, calamars, crevettes, porc, et bien sûr les Pad thaï khai (Nouilles sautées au poulet et germes de mungo) ou Pad thaï kung (Nouilles sautées aux crevettes). Bonne surprise aussi en ce qui concerne les mets végétariens... Le plus insipide des tofus peut devenir divin, marié aux bonnes épices et aux herbes adéquates... Pour des déjeuners succincts, on peut même prendre une omelette thaï. Et je compte bien découvrir la Marmite thaï à volonté (j'adore les formules "à volonté", qui conviennent à mon appétit légendaire). Pour 35 francs. Bouillon coriandre - poisson Légumes frais thaïs (céleri, maïs, champignons, etc). Porc, Bœuf, Poulet, Calamars, Crevettes, Moules. Vermicelles de riz Riz aux légumes et sauces maison. Miam! Liste non exhaustive comprenant basilic, gingembre, tous les currys, Massamann, jaune, vert, rouge, aigre-doux, On retrouve les ingrédients classiques de la cuisine thaï: basilic, gingembre, curry Massaman, jaune, rouge ou vert, aigre-doux, lait de coco, cacahuètes, piment, citronnelle... La cuisson du canard et du pot-au-feu de bœuf est vraiment par-faite. Tendre mais la chair résiste encore sous la dent. Le curry, bien relevé, réveille un peu les néophytes de la cuisine du Pays du Soleil levant. Le pot-au-feu ferait penser à celui de nos grands-mères, sans les piments oiseaux bien placés sur l'Echelle de Scoville... Hot! On m'avait aimablement avertie... La carte met judicieusement en garde les amateurs de papets ou de pizzas pour qui c'est la première confrontation avec les mets chers aux palais thaïs faits au feu... Copieux, généreux, plein de parfums, de saveurs et de couleurs, les plats virevoltent de table en table, et le patron, un Lausannois Sous-Garien dont l'épouse est du Nord-Est du royaume du Siam, semble éreinté et dépassé par son succès. Il m'avoue avoir dû fermer momentanément sa Maison Thaï de Mex et mobiliser tout son personnel, thaïlandais, qui galope dedans et dehors avec dextérité et une amabilité peu communes. Partout des familles, des copains, des couples, des chiens... Avec cela nous prenons une syrah thaï ouverte qui vaut largement nos syrahs les plus gouleyantes. Pour 120 francs à deux, nous sommes ravis et repus. Le rapport qualité-prix est parfait. Le service, un peu dépassé mais on comprend pourquoi, est parfait aussi! L'endroit est mythique été comme hiver depuis l'Expo 64. A côté, à l'Edelweiss ouvert il y a deux mois aussi, le cuisinier aurait déjà changé. Heureusement parce que la croûte au fromage à 19 fr. était minuscule et indigne de nos touristes. Mais la cohabitation avec deux restaurants attenants chics et trop chers, le Watergate et l'Edelweiss, et un bar-lounge déserté, ne doit pas être évidente avec cette Maison Thaï qui pourrait franchiser n'importe où et remplir midi et soir.

0 Comments   16 Votes   Learn more

With friends

Auberge de l'Abbaye
Auberge de l'Abbaye
10.12.2014, 18:46
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/12/lauberge-de-labbaye-ambronay.html Notre petite balade en Bresse avait pour but de découvrir une table que j’avais repéré depuis un certain temps à Ambronay, « l’Auberge de l’Abbaye ». C’est justement dans ce village que se trouve la célèbre abbaye comme l’on peut s’en douter. Une abbaye bénédictine fondée au 9ème siècle par Barnard, officier de Charlemagne qui peut facilement se visiter avant de dîner chez cet étoilé au Michelin depuis 2012. Cette auberge se trouve à quelques mètres de l’abbaye et face à une place sur laquelle il est aisé de se parquer. Une maison de village en pierre tout à fait classique qui ne laisse pas trop présager comment l’intérieur a été agencé mais l’on peut facilement s’imaginer un côté plutôt traditionnel, ce qui ne sera pas du tout le cas. Ivan Lavaux le chef en place est un peu la figure montante de la Bresse et l’un premier à oser un concept que j’applaudis sans hésitation ; le menu unique et cela depuis plusieurs années. Signe des temps, la restauration n’est pas facile et cette approche est de plus en plus fréquente dans un certain nombre d’établissements. Je me rappelle d’ailleurs de ce billet de l’Express qui publiait ce mois de juin « Le client n'aura bientôt plus l'embarras du choix car les restaurateurs sont de plus en plus nombreux à proposer un menu unique, avec l'objectif de cuisiner les plus beaux produits du jour. » http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/le-menu-unique-seduit-les-restaurateurs_1239754.html Fondamentalement, cela ne change pas grand-chose car le concept du menu dégustation est souvent celui retenu par la clientèle. Mais Ivan Lavaux ne propose pas un menu unique qui va s’éterniser car le changement est hebdomadaire avec quelques variations dans la semaine en fonction des arrivages sur les marchés. Une cuisine de produits frais réalisés avec les productions locales et dieu sait si la Bresse ne manque pas de petits artisans qui savent travailler la terre ; légumes, volailles et autres ingrédients. Nous voici donc face à la porte d’entrée et son énorme coq qui ne laisse aucun doute sur la région dans laquelle nous sommes. Une fois à l’intérieur, c’est avec surprise que nous découvrons une structure très contemporaine principalement dans les tons blanc et rouge. Tout est blanc sauf les chaises qui sont dans un joli cuir rouge. Les tables sont parfois situées dans des renfoncements conférant au lieu une certaine intimité. Il y aurait presqu’un côté légèrement nordique ou alors un côté « East-coast » américain avec ces murs réalisés avec de larges planches de bois. Ci et là, quelques tableaux et objets modernes en guise de décoration. L’endroit est sommes toute assez épuré mais sans donner l’impression d’être dans un endroit sans âme. Vous passerez éventuellement par l’arrière salle qui elle aussi est joliment décorée avec une belle collection des guides Michelin probablement depuis la première édition. Deux menus à 4 ou 5 plats, respectivement à 49 ou 65 euros vous seront proposés mais sans vous énoncer les plats. Ivan Lavaux viendra en début de repas s’enquérir si vous avez des allergies où n’appréciez pas certains aliments. Jérome Busset sommelier et maitre de salle sera là pour vous conseiller sur le choix du vin pour accompagner votre repas. Avant de démarrer ce repas vous sera apporté en amuse-bouche un délicieux cœur de saumon et chutney d’orange. Le saumon cru est délicatement parfumé avec cet agrume et déposé sur un morceau de pain toasté. Nous démarrons avec un foie gras de canard des landes simplement déposé sur l’assiette et si l’on pense à cette entrée, on peut à priori trouver ceci plutôt assez classique mais celui-ci a été travaillé principalement à la chartreuse verte, avec une pointe de citron yuzu et si j’ai bien compris même une tombée de Schweppes ! Sur le dessus un peu de fleur de sel et de la poudre de cèpe. Sur le côté une sucette de fruits secs corses. Ce foie gras est tout bonnement parfait dans sa texture, cuisson et assaisonnement. La chartreuse amène un côté évidement herbeux et très juste au foie qui lui n’a pas été trop salé. Comme quoi l’on peut toujours innover avec un ingrédient qui est souvent servi trop classiquement. Je dirais que cette adaptation fut simplement parfaite. Le plat suivant me fera une grande impression et qui selon moi peut facilement avoir place dans une table deux macaron est l’œuf de poule cuit à basse température, émulsion à l’Amaretto, lard de Colonnata, truffe uncinatum http://www.ayme-truffe.com/fr/truffes/tuber_uncinatum.php type Bourgogne. A priori il y a quelque chose de très transalpin dans cette assiette qui fut absolument jubilatoire. L’œuf est cuit 12 minutes à 63 degrés, autour un fond de volaille travaillé avec de la crème et de l’Amaretto, au fond de l’assiette ce merveilleux lard blanc de Toscane qui est affiné dans des coffres de marbre et sur le dessus de la truffe du domaine Bramarel à Grignan http://www.ayme-truffe.com/fr/ Ce qui m’impressionne c’est comme pour le foie gras, l’ajout d’une liqueur que l’on aurait à priori pas considéré pour un tel met. Les associations sont justes ; c’est un plat d’une très grande gourmandise. Nous continuerons avec un très beau poisson ; des filets de rouget, mousseline de pommes de terre à la vanille bourbon de Madagascar, chips de pommes de terre violine. Je ne suis pas toujours amateur de rouget mais ici sa cuisson est précise, le poisson est délicieux. L’association de la mousseline est impressionnante car le goût subtil vanillé amène un équilibre parfait avec le jus réalisé avec des petits poissons de roche et de l’encre de seiche. On joue également dans ce plat avec des textures différentes comme entre autre le croustillant et le moelleux. Le fromage ici est servi de manière plutôt impressionnante car vous recevrez une palette avec si je me rappelle bien au moins onze morceaux et l’on accompagne ceci d’un très bon pain aux noisettes, amandes et zestes de citron. Les fromages tous affinés proviennent de la « Fromagerie de Marion » à Ambérieu en Bugey www.lafromageriedemarion.fr qui est en fait la femme de Jérome Busset. Nous trouverons entre autre sur cette longue assiette, tamier, bleu de Gex, cervelle de canut maison, gouda aux truffes, vacherin mont d’or, chèvre de corse, tome de chèvre du pays Basque, berrichon, tome des Aravis, picodon bio. Une très belle sélection de pâtes dures et molles toutes à point. Pour terminer ce repas, un dessert tout à la pomme composé d’une compote parfumée au citron yuzu, de fines tranches de pommes marinées dans de la cassonade, de tuiles brisées au miel de Corse et un sorbet au coing. Un dessert vraiment gourmand, léger, plein de saveurs car on trouve les trois fruits : pomme, coing et citron en parfaite harmonie ; et à nouveau un joli jeu de textures. Sur les recommandations de Jérome, nous ferons tout le repas avec un excellent chardonnay du Bugey appelé Manicle 2013 Cuvée de l’Amandier du Caveau Bugiste ; un vin avec un nez et bouche sur le même registre boisé, grillé voir sésame. Pour accompagner le café, quelques mignardises avec des tuiles à la praline rose montées en sucettes, un sorbet mangue dans une boule de chocolat blanc et des pralinés. Ce qui nous aura aussi vraiment impressionné… c’est que pour une salle pleine qui doit bien compter plus d’une vingtaine de couverts… ils ne sont que deux ! A aucun moment nous n’avons attendu ou ressenti un manque quel qu’il soit au niveau du service ou de la cuisine. C’est presqu’un exploit qui démontre que l’on peut faire des miracles avec des effectifs réduits et efficaces. Nous sommes ressortis ravis d’avoir découvert une très belle table a environ une heure de Genève qui fait preuve d’une très belle maitrise culinaire avec des assiettes originales et gourmandes.
0 Comments   5 Votes   Learn more
Domaine de Châteauvieux
Domaine de Châteauvieux
09.12.2014, 15:33
vendredi 28 nov 2014, midi, table d'hôte à 3. Ayant eu le privilège de tester un menu gibier découverte dans ce lieu mythique, en compagnie d'un chasseur de volaille, le menu gibier découverte, les sauces, la présentation, l'ambiance étaient juste parfaite et à l'hauteur de notre attentes. Je me passerai des détails des sauces...voici le programme: en entrée, trilogie de terrine de perdrix et foie gras, atriaux de gibier, mousse truffée; suivit d'un pigeon ramier, d'une tourte de faisan vénéré, d'une grouse avec crème d'abats, un canard sauvage, une aluette, un consommé de cuisses de grouse et du chamois pour finir. Bien entendu nous avions droit au chariot de fromage avec ses 50 sortes différentes et deux desserts succulents. Ce fût un régal, c'était ma deuxième table d'hôte et cette atmosphère culinaire et ambiante, le bruit de fonds (des casseroles et des commandes), le langage, l'organisation, le va et vient, vraiment impressionnant. Une expérience hors du commun. A vivre au moins une fois dans une vie et surtout dans un endroit aussi chaleureux. Les vins nous ont fait voyager d'un Nebbiolo genevois, de la famille Serex, en passant par un Châteauneuf du Pape du Domaine Charvin et finir avec un Duoro Reserva la Rosa portugais. Le Chef PC est omniprésent et toujours au taquet! Après un repas bien garni et arrosé, nous avons terminé l'après midi 5 heures après autour d'un bon cigare et un whisky japonais Yamasaki sans âge dans le fumoir annexé. On n'a pas 54 ans tous les jours! J'ai rajouté quelques photos!, si cela a marché!
0 Comments   10 Votes   Learn more
Le Français
Le Français
07.12.2014, 11:27
http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/12/le-francais-bourg-en-bresse.html Voici le type d’endroit que l’on se doit de visiter lorsque l’on vient à Bourg-en-Bresse car déjà cette brasserie style 1900 est classée pour son plafond dans l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. « Le Français » ou aussi appelé « le café français » est un magnifique établissement d’une autre époque car remonte au 19ème puisque la date de sa création est 1897. Situé dans l’avenue Alsace Lorraine, vous ne pourrez pas manquer les grandes fenêtres sous la devanture rouge où est inscrit le nom de l’établissement. Cette devanture est un auvent vitré que l'on peut généralement trouver au-dessus d'une fenêtre, d'un perron ou d'une entrée. L'une de ses fonctions est de protéger de la pluie. Appelé marquise, elle peut être faite avec une, deux ou trois pentes, et présente le plus souvent une forme rectangulaire comme ici. Si elle n'est pas vitrée, la marquise peut être en métal, en bois. Certaines marquises, comme celles que l'on trouve sur les quais de gare, sont très esthétiques parce que finement travaillées et ici nous sommes face à une marquise de style Art Déco datant de 1928, en fer forgé et qui accompagne une lustrerie intérieure de même style. Une fois à l’intérieur vous serez immédiatement impressionné par le côté majestueux et la beauté du lieu. Une grande salle de restaurant rectangulaire totalement recouverte par des boiseries et des stucs vernis dans les tons écrus et un peu partout de grands miroirs encadrés par des colonnes. Le plafond lui étant classé, il vaut mieux le contempler en début de repas au risque que de ne regarder que son assiette… Dans un style identique, ce sont six sections pleines de moulures qui représentent des végétaux et qui dans les coins sont décorées de pendentifs. De grands lustres rococo avec des lampes en forme de boules éclairent chaque section. C’est donc en 1952 que ce café se transforme en brasserie, le sol de pierre est remplacé par du carrelage. Dans un coin de la salle un très beau comptoir recouvert de laiton comme d’ailleurs les protections qui sont censées protéger les boiseries des murs et un ensemble de tables joliment et impeccablement dressées avec leurs nappes roses bien propres et des chaises style bistrotières. Egalement des tables le long de banquette de velours. Donc ne pas non plus oublier d’aller contempler ce très beau comptoir sur le côté droite de cette salle. Cette brasserie attire parfois des célébrités du monde des arts et du spectacle, ainsi que les politiques de passage dans l'Ain. Une institution qui appartient à la famille Ramboz qui a su de génération en génération perpétuer le savoir-faire en proposant les grands classiques de la cuisine de terroir bressane ainsi que de classiques mets de brasserie. On vient pour y apprécier les volailles de Bresse à la crème, les quenelles de brochet, des fruits de mer ainsi que des grenouilles parmi d’autres mets. Une fois accueilli par un personnel souriant et qualifié, nous voici installé à l’une des tables ou l’on nous apporte deux petites crèmes froides de pois cassés ainsi que du beurre de qualité d’Isigny. Le choix ne sera pas trop difficile car nous sommes venus pour manger ces plats que finalement l’on ne trouve pas si facilement si l’on n’est pas dans une grande ville comme Paris, Lyon ou évidement en Bresse. Un des convives choisira pour commencer les grenouilles sauvages fraiches à la persillade (300 g). Elles sont aussi servies dans l’un des menus mais évidemment dans des quantités moindres. Arrive une généreuse corbeille de citrons et les grenouilles. Celles-ci viennent de Turquie car il faut savoir que l’on ne trouve plus de grenouilles en France (ou si peu…) et que le seul moyen de satisfaire la clientèle et de de se les procurer soit dans ce pays ou d’Albanie. Selon notre maitre d’hôtel, ce plat risque de disparaitre en raison de l’assèchement de la plupart des marais dans le monde. La qualité est irréprochable ; bien charnues, un assaisonnement adéquat à base d’ail et de persil mais s’il y a une chose qu’il faut bien regretter, c’est la quantité superflue de beurre fondu dans la cassolette qui doit bien avoir un cm de hauteur. On peut dire « que cela baigne un peu trop… ». Pour moi des quenelles de brochet sauce Nantua. Je qualifierai le plat de simplement correct car les quenelles qui ne sont pas maison mais de la réputée boutique Giraudet http://www.giraudet.fr/ n’ont pas un goût de brochet très prononcé mais surtout la consistance est trop ferme. Elles manquent un peu de légèreté mais la sauce est plutôt très réussie, bien que crémeuse elle est légère et agréablement enrichie de petits morceaux d’écrevisses. En plat principal, impossible de manquer les ris de veau à la crème ! Une généreuse portion de ris tout d’abord poêlés dans le beurre, nappés d’une riche et onctueuse sauce à la crème. A noter qu’il existe une version enrichie de morilles sur laquelle nous avons fait l’impasse. On peut accompagner ceux-ci au choix de riz, de légumes (ici des épinards frais légèrement crémés) et voir même de frites… Ces ris sont vraiment excellents ; un très bon plat. Je prendrai donc le poulet de Bresse à la crème et aux morilles pour comparer. La volaille AOC est évidement excellente, que j’accompagne de riz blanc. La sauce crème est identique à celle des riz mais ici j’ai commandé en supplément des morilles. Si je dois être un peu déçu c’est par le fait que je ne sens aucune différence entre les sauces des deux plats. Je m’attendais ici à quelque chose de parfumé à la morille, eh bien non… Alors est-ce que ces morilles n’ont été rajoutées qu’au dernier moment ? Non selon le maitre d’hôtel ; la sauce est bien travaillée avec le champignon. Il faut reconnaitre que leur consistance est bonne mais elles n’ont pas vraiment de goût… Je ne connais pas leur origine mais les 7,50 Euros de ces plats entre version avec/sans morilles n’en valent pas la peine selon ce que j’ai dégusté. Probablement un problème de qualité. Pour accompagner ce repas, une bouteille de Saint-Véran 2013, Cuvée Prestige de la maison Roger Lassarat. Des touches minérales et boisées pour un agréable Chardonnay de Bourgogne. Cafés accompagnés de délicieuses tuiles aux amandes bien caramélisées, un modèle du genre et sympathiquement offert ; un marc du Bugey que l’on verse dans sa tasse de café vide. On passe un excellent moment dans ce magnifique établissement où l’ambiance est presque réconfortante car ici le temps n’a pas d’emprise, le service est jovial et impeccable et l’on y sert une cuisine classique que je qualifierais de « standard » qui mériterait tout de même un peu plus de précision.
0 Comments   7 Votes   Learn more
Restaurant du Golf Club de Genève
Restaurant du Golf Club de Genève
04.12.2014, 09:05
Cela fait des années que je souhaitais venir manger au Golf de Cologny qui est un club privé. L'accès est impossible si l'on ne se fait pas inviter. Chose faite mardi passé en compagnie d'une dizaine de personnes. L'arrivée est magistrale dans un superbe parc. Les bâtiments somptueux. Nous passons d'abord par le bar pour prendre l'apéritif puis dans une autre très grande salle pour le repas. Les espaces sont très grands, notre diner en hiver ne nous a pas permis de voir la terrasse et le golf, mais je suis certain qu'en été cela doit être splendide. Concernant le menu qui a été choisi par la personne qui nous a invité : salade de haricots, parmesan et viande séchée, plat simple mais très bon. Bar avec pdt et légumes avec une sauce citronnée, cuisson réussie. Pour finir nous avons pu profiter du chariot de desserts. En boissons, un blanc Fixin pour commencer pour terminer par un Clos d'Estournel. Service rapide et efficace. je ne connais pas parfaitement le prix, mais je l'estime avec les apéritifs, les plats et les vins à chf 130 p.pers.
0 Comments   4 Votes   Learn more
Le P'tit Lausannois
Le P'tit Lausannois
27.11.2014, 21:23
http://labobouffe.blogspot.com/2014/11/le-ptit-lausannois-lausanne.html Ce lundi 17 novembre 2014 eut lieu la rencontre entre quatre bloggers qui se lisent, se parlent, ont appris à se connaître et s'apprécient : Guérilla Gourmande, Foodaholic, La semaine d'une Gourmette et votre serviteur. Sinon pour le simple plaisir de nous voir, nous nous sommes réunis en vue de découvrir un tout nouveau restaurant lausannois, entamant tout juste son troisième mois. En effet, c'est ce premier septembre que le chef Stéphane Jonin, ayant notamment travaillé au Lausanne-Moudon et à la Bavaria, accompagné en salle de Natacha Bassière forte d'une riche expérience entre autres aux Alliées, ont décidé de se mettre à leur compte en ouvrant le P'tit Lausannois. Rue du Tunnel, dans des locaux qui ont vu se succéder bon nombre de propriétaires qui n'ont pas su se faire une clientèle, le pari est solide : une trentaine de couverts, une cuisine française classique subtilement modernisée et joliment soignée, une petite carte, des produits frais, de saison et un choix de vin intelligent, telle est la recette des propriétaires. Pari prometteur qui ne manque pas d'attirer des gourmands curieux. Accueillante et souriante, Natacha nous installe dans sa salle agréable, composée de petites tables carrées et chaises à haut dossier, tout de noir. Dressage à mi-chemin entre bistrot (set de table papier) et resto chic (vaisselle élégante), toute la salle est lumineuse, dans des tons noir-blanc-rouge, simple, épurée mais avec son originalité. Six à table, nous commencerons par un apéritif (décrit plus bas) tout en consultant la petite carte composée de 5 à 6 entrées (également disponible en plat), même nombre de plats et de desserts. Ça sent le frais, la générosité et le travail. La viande a globalement la part belle quoique tout le monde pourrait trouver son plaisir entre plat de poisson et végétarien. Nous choisissons les composantes de notre repas, verdict, nous n'avons pas épargné le chef en prenant bon nombre de préparations différentes. Commençons donc par les entrées. Une fois « Foie gras de canard poêlé et mesclun à l'huile de noix ». Deux belles escalopes apparemment bien grillées, parfaitement exécutée, juste une pincée de fleur de sel et arrosé d'huile de noix, accompagnées de salade fraîche, endives, tomates et pousses d'oignons bien assaisonnée, l'ensemble a plu. Deux convives ont sélectionné la « Salade de ris de veau au balsamico brun », présentée de la même manière et visiblement délicieuse. Les trois derniers dîneurs ont choisi l' « Aumônière de chou frisé au chèvre frais et lardons rôtis ». Accompagnée d'une salade semblable, l'aumônière est très appétissante, dodue. La préparation de chèvre est peut-être un peu riche en lardons à mon goût car j'aurais préféré une plus riche fraîcheur du chèvre. Néanmoins, c'est une préparation gourmande et savoureuse qui a plu a l'ensemble de l'assemblée. En plat, deux convives prendront le « Filet de boeuf sauce béarnaise, pommes sautées et légume ». Une belle pièce de viande de belle qualité, respectée, reposant sur un lit de béarnaise épaisse, de belle exécution. En accompagnement, des bâtonnets de courgette juste sautés, une purée de butternut délicieuse et des dès de pommes de terre poêlés. Un autre convive choisira la salade de ris de veau en plat. Après consultation avec l'intéressé, elle sera servie comme le plat précédent, avec la béarnaise et les accompagnements. Pour ma part, cela sera les « Suprêmes de caille poêlés au vin rouge, pommes sautées et légume », une jolie portion de suprêmes de ce volatile délicat (8 suprêmes), richement arrosé d'une sauce au vin rouge et jus de viande succulent, accompagnements semblables. Le « Filet de loup de mer et son beurre blanc, riz basmati et légume » était à nouveau d'une grande simplicité, fort bien apprêté. Cuisson juste, bel arôme du beurre blanc. Le riz semble avoir plu et les légumes, toujours semblables, fonctionnent également avec ce plat. Enfin, l'un de nous aura joué la carte de la saison avec le « Filet mignon de cerf au cassis et curry rouge, garnitures maison ». Ici, les accompagnements changent : les spätzli étaient naturellement de mis. Avec cela, purée de butternutt, chou rouge, marrons et poire à la confiture, tout y était pour que l'intéressé apprécie son plat, d'autant que la viande était bonne, aux saveurs peut-être un peu légères, un excellent jus. Un bon pain a accompagné ce repas, de farine plutôt foncée augmenté de quelques graines, fort bien. Notons qu'en plus, Natacha s'enquière si nous désirons des accompagnements en plus, ce qui vaudra du rab de purée de butternutt. Peu d'entre-nous prendront un dessert autre qu'une boule de glace (3 boules caramel beurre salé artisanales qui ont beaucoup plu ont été servies). L'un de nous prendra « Le duo de mousse au chocolat » : deux quenelles, l'une d'un blanc virginal promettant la douceur, l'autre sombre et promettant l'amertume, les mousses sont bonnes et bien réalisées, accompagnée de crème fouettée. Les deux derniers prendront « Le clafoutis maison ». Un clafoutis, c'est tellement bon et tellement rare de le trouver à la carte d'un restaurant ! Impossible de résister. Le fruit utilisé change régulièrement dans ce restaurant (d'où le manque de précision). Ce soir, ce sera aux pruneaux. Fort bien réalisé, simple, gourmand, réconfortant, c'était tout ce qu'il fallait. Question abreuvoir, à l'apéro, à part une bière blanche Paulaner en bouteille et un jus de tomate, un kir (qui n'était pas à la crème de cassis mais j'avoue avoir oublié le détail), deux verres de Petite Arvine, Grand Métral, Provins, Valais (2012) et un d'Epesses, Sainte-Catherine, Patrick Fonjallaz, Lavaux (2012). Pendant le repas, pour donner du goût aux 4 bouteilles d'eau, il a fallu au moins deux bouteilles de Crozes-Hermitage, Cave de Tain, Côtes-du-Rhône (2010) qui a été un bon compromis pour l'ensemble du repas, offrant un joli rapport prix/plaisir. Le tout nous est revenu à 562.90.- Nous avons unanimement passé un bon moment au P'tit Lausannois. On n'y va pas pour être étonné, épaté, dérouté, mais pour vivre un moment agréable dans un cadre élégant, avec un service très professionnel, charmant et sympathique augmenté d'une cuisine traditionnelle très bien réalisée à partir de bons produits. Je souhaite tout de bon à cette jeune équipe et les remercie pour ce bon moment passé en leur compagnie !
0 Comments   10 Votes   Learn more

My profile

Josée Lavanchy
 Gold member
Restaurant City: Lausanne

I like: Bien manger pour un rapport qualité-prix pas surréaliste. déguster des mets traditionnels goûteux ou découvrir de nouvelles saveurs.

I don't like: Le personnel mal élevé qui ne réalise pas que nous payons les salaires et tout le reste... Des portions de moineau pour des ardoises surfaites!

91
Friends
6705
Reputation Points

Friends

Fanny Giroud
3 Friends
23 Reputation Points
Allen Eric
2 Friends
20 Reputation Points
Bernard Chassot
1 Friends
10 Reputation Points
© 2008 - 2014 iTaste SA