Forgot your password ? Free registration

Marie Michel's food guide

Last restaurant viewed

Buvette de l'Oued
Buvette de l'Oued
Restaurant du Cerf d'Or
Restaurant du Cerf d'Or
Le Mistral (Les bains de Saillon)
Le Mistral (Les bains de Saillon)
Les Délices du Siam
Les Délices du Siam
Hôtel de Ville - L'Ambroisie
Hôtel de Ville - L'Ambroisie

Wants

Le Brulot
Le Brulot
Sakura
Sakura
La Croix-Blanche
La Croix-Blanche
L'Eléphant Blanc
L'Eléphant Blanc
Restaurant du Chasseur
Restaurant du Chasseur

Newsfeed

au Bambi
au Bambi
15.03.2012, 00:25
Entré un peu par hasard dans ce restaurant nous en somme ressortit plus que ravis. En effet, ce restau ne paye vraiment pas de mine, et pourtant, le prix comme la cuisine est des plus attractif! Nous avons pris chacun des filets de perches, meunière pour ma part et au échalotes pour mon père. Ces dernières étaient très (très) bonne, pêchée par le patron... D'après la patronne :) J'espère que c'est vrais! Car ça rajoute encore un petit plus. Le tout accompagné de frites allumettes de bonne facture! Rien a redire sur la cuisine, un rapport qualité prix des plus correcte!! (28.- les filets de perches). Et les portions étaient pas mal grosse! J'avais très faim et je suis sortie plus que calée! La deco... Bon, il s'agit d'un restau de cartier un peu vieillot, mais en tout cas pas désagréable et j'ai même trouvé qu'on s'y sentais a l'aise, un peu comme à la maison... Le service a été des plus charmant, avec bcp de précision sur les plats de la part de la patronne, ce qui est plutôt agréable. En bref, c'est vraiment un petit coup de coeur que j'ai eu pour ce restau et j'espère que la prochaine expérience sera à la hauteur :)
0 Comments   7 Votes   Learn more
Ko-an
Ko-an
08.02.2012, 17:43
J'etais deja allée au Ko-an il y a bien quelques années, et j'avais le souvenir que c'était très bon mais cher et que je n'avais pas assez manger à la fin du repas... Cette fois si ce fut un peu différant. Premièrement, j'ai pu gouter les sushi en entrée, qui étaient... tout simplement délicieux! L'anguille est à tomber par terre! (6.- une pièce) Et ce, sachant que je ne suis pas spécialement fan de l'anguille en règle générale. Le maquereau (6.-) et la sèche (5.-) étaient également très bon. J'ai également pris un temaki au saumon... Mais finalement il m'en on amené un au crabe... Soit, c'était quant même bon. Mais je l'ai trouvé un peu plus commun que les nigiri. (14.- pièce quant même...) Après cette entrée passablement luxueuse, nous avons pris une fondue sukiyaki avec du boeuf (50.- p/p). La particularité de cette fondue japonaise est de passer la viande dans de l'oeuf battu après l'avoir cuite dans le bouillon... J'ai trouvé ça assez bizarre, mais finalement c'était bon. Le bouillon était très bon et bien équilibré grâce au soja et au sucre. C'était la première fois que je mangeais une fondue japonaise, mais sans doute pas la dernière! Et cette fois j'ai bien assez mangé. Nous avons même fait l'impasse sur le désert. Pour accompagné le tout nous avons bu un thé au riz soufflé (ou fumé je sais plus) qui était très bon et tout ce qu'il y a des plus léger. Le service était agréable et professionnel. Rien de spécial à ajouté sur ce point. La deco est quant à elle très jolie. Très zen et épurée avec de la lumière tamisée. Nous avons juste trouvé étrange qu'il y aie de la musique chinoise en font... La journée il doit y avoir une très belle vue sur le lac. Pour conclure, c'est un très beau restaurant avec une cuisine de qualité où on a envie de retourner.
5 Comments   6 Votes   Learn more
Café de l'Europe
Café de l'Europe
26.10.2011, 22:24
Sortie de ciné, petite faim... Direction le café de l'Europe. N'ayant jamais entendu parlé de ce restau, je ne savais pas du tout a quoi m'attendre. Vu le froid hivernal nous avons opté pour une petite fondue, très crémeuse et servie bien généreusement. Pour un prix dans la moyenne. (23.-) La deco n'a rien de spécial, tables et chaises en bois qui vont très bien avec le cadre et l'ambiance du bistro, je n'ai pas vu la salle a mangé vu que nous sommes resté dans le café. Qui était rempli d'habitués. Rien a redire sur le service, précis et discret. En bref, un sympathique petit restau à retester!
0 Comments   4 Votes   Learn more
de l'Hôtel de Ville (ex-Philippe Rochat)
de l'Hôtel de Ville (ex-Philippe Rochat)
15.10.2011, 00:11
Aller, je me lance... Il y a deja un moment j'ai eu l'immense privilège d'aller manger chez Rochat... Mon rêve depuis des années! Du coup, je risque pas d'être très objective. J'étais febrile en mettant les pieds la bas dans ma belle robe H&M à 5.- (pour l'anecdote ^^) La première chose, la décoration. Bien dans le style sobre et chic, un peu guindé mais je n'en attendais pas moins. L'ambiance est très feutrée, surement du à la moquette. Passons à la cuisine... Que dire... Merveilleux? Oui c'était parfait! Je réalisais un de mes rêves, ça ne pouvais être que parfait ! J'avais des étoiles dans les yeux je pense! Nous avions pris le menu à 360.- . Je ne vais pas donner un détail du menu car il n'est plus d'actualité. Juste dire que j'ai vraiment aimé les plats salé qui étaient tous délicieux (dont un flan aux cèpes et chanterelles à en rêver la nuit) et j'ai eu une légère déception en se qui concerne les desserts que j'ai trouvé un degré en dessous du reste. Les vins étaient tout aussi exceptionnel, mais je serais bien incapable de vous donnez les détails. En ce qui concerne le service... J'ai été déçue... ça été ma déception de la soirée. Je m'attendais à de la classe, du grand art... Mais j'ai eu droit à un serveur qui me disais "ouais", je suis peut être un peu vieux jeu, mais ça ne m a pas plus. J'avais aussi l'impression qu'il nous snobait un peu. En bref, mise à part le coup du serveur, j'ai passé une soirée de rêve que j'avais attendu presque toute ma vie! J'ai même pu serrer la main à monsieur Rochat en personne ! L'apogée de mon soupé! Voilà, je m'excuse pour cette critique absolument pas objective mais je tenais à la faire! Et maintenant je ne rêve que d'une chose, c'est de pouvoir y retourner! Je ne peux pas vous communiquer le prix exacte car nous étions invité. C'est donc une approximation...
2 Comments   7 Votes   Learn more
L'Avenir
L'Avenir
13.10.2011, 23:51
Je reviens à peine de ce restaurant que je ne connaissais absolument pas et ou j'ai passé une très bonne soirée! L'accueil à été plus que chaleureux et toute la soirée nous avons eu droit à un serveur très sympa! Je me demande si ce n'était pas le patron, quoi qu'il en soit c'était très agréable! En ce qui concerne les plats, nous avons commencé par une salade mêlée, qui était bien fournie bien qu'un peu cher (dans les 9.-) C'était bon, mais ça reste une salade ^^ Apres, nous n'avons pas échappé aux pâtes ! J'ai pris des tagliatelles à la vodka, qui de mon avis étaient bonne... La cuisson des pâtes était bien, et la sauce bonne. Il est vrais que les lardons manquaient un peu de vigueurs par contre! Mon ami a pris des gnocchi aux épinards, je n'ai pas gouté mais de son avis c'était très bon. Une petite bière pour accompagner le tout et voilà de quoi passer une soirée très agréable !! Le cadre est très sympa, une deco agréable qui correspond bien à ce genre d'établissement.
0 Comments   6 Votes   Learn more

Last comments

Entré un peu par hasard dans ce restaurant nous en somme ressortit plus que ravis. En effet, ce restau ne paye vraiment pas de mine, et pourtant, le prix comme la cuisine est des plus attractif! Nous avons pris chacun des filets de perches, meunière pour ma part et au échalotes pour mon père. Ces dernières étaient très (très) bonne, pêchée par le patron... D'après la patronne :) J'espère que c'est vrais! Car ça rajoute encore un petit plus. Le tout accompagné de frites allumettes de bonne facture! Rien a redire sur la cuisine, un rapport qualité prix des plus correcte!! (28.- les filets de perches). Et les portions étaient pas mal grosse! J'avais très faim et je suis sortie plus que calée! La deco... Bon, il s'agit d'un restau de cartier un peu vieillot, mais en tout cas pas désagréable et j'ai même trouvé qu'on s'y sentais a l'aise, un peu comme à la maison... Le service a été des plus charmant, avec bcp de précision sur les plats de la part de la patronne, ce qui est plutôt agréable. En bref, c'est vraiment un petit coup de coeur que j'ai eu pour ce restau et j'espère que la prochaine expérience sera à la hauteur :)
...
0 Comments   7 Votes   Learn more
J'etais deja allée au Ko-an il y a bien quelques années, et j'avais le souvenir que c'était très bon mais cher et que je n'avais pas assez manger à la fin du repas... Cette fois si ce fut un peu différant. Premièrement, j'ai pu gouter les sushi en entrée, qui étaient... tout simplement délicieux! L'anguille est à tomber par terre! (6.- une pièce) Et ce, sachant que je ne suis pas spécialement fan de l'anguille en règle générale. Le maquereau (6.-) et la sèche (5.-) étaient également très bon. J'ai également pris un temaki au saumon... Mais finalement il m'en on amené un au crabe... Soit, c'était quant même bon. Mais je l'ai trouvé un peu plus commun que les nigiri. (14.- pièce quant même...) Après cette entrée passablement luxueuse, nous avons pris une fondue sukiyaki avec du boeuf (50.- p/p). La particularité de cette fondue japonaise est de passer la viande dans de l'oeuf battu après l'avoir cuite dans le bouillon... J'ai trouvé ça assez bizarre, mais finalement c'était bon. Le bouillon était très bon et bien équilibré grâce au soja et au sucre. C'était la première fois que je mangeais une fondue japonaise, mais sans doute pas la dernière! Et cette fois j'ai bien assez mangé. Nous avons même fait l'impasse sur le désert. Pour accompagné le tout nous avons bu un thé au riz soufflé (ou fumé je sais plus) qui était très bon et tout ce qu'il y a des plus léger. Le service était agréable et professionnel. Rien de spécial à ajouté sur ce point. La deco est quant à elle très jolie. Très zen et épurée avec de la lumière tamisée. Nous avons juste trouvé étrange qu'il y aie de la musique chinoise en font... La journée il doit y avoir une très belle vue sur le lac. Pour conclure, c'est un très beau restaurant avec une cuisine de qualité où on a envie de retourner.
Bon, sans surprise, je trouve le prix quelque peu abusif, surtout en ce qui concerne les sushi. Nous avons également pas mal attendu l'arrivée des dit sushi. Par contre la fondue est arrivée très rapidement une fois l'entrée terminée.
5 Comments   6 Votes   Learn more
Sortie de ciné, petite faim... Direction le café de l'Europe. N'ayant jamais entendu parlé de ce restau, je ne savais pas du tout a quoi m'attendre. Vu le froid hivernal nous avons opté pour une petite fondue, très crémeuse et servie bien généreusement. Pour un prix dans la moyenne. (23.-) La deco n'a rien de spécial, tables et chaises en bois qui vont très bien avec le cadre et l'ambiance du bistro, je n'ai pas vu la salle a mangé vu que nous sommes resté dans le café. Qui était rempli d'habitués. Rien a redire sur le service, précis et discret. En bref, un sympathique petit restau à retester!
Le pain ne m'a pas vraiment convaincue...
0 Comments   4 Votes   Learn more
Aller, je me lance... Il y a deja un moment j'ai eu l'immense privilège d'aller manger chez Rochat... Mon rêve depuis des années! Du coup, je risque pas d'être très objective. J'étais febrile en mettant les pieds la bas dans ma belle robe H&M à 5.- (pour l'anecdote ^^) La première chose, la décoration. Bien dans le style sobre et chic, un peu guindé mais je n'en attendais pas moins. L'ambiance est très feutrée, surement du à la moquette. Passons à la cuisine... Que dire... Merveilleux? Oui c'était parfait! Je réalisais un de mes rêves, ça ne pouvais être que parfait ! J'avais des étoiles dans les yeux je pense! Nous avions pris le menu à 360.- . Je ne vais pas donner un détail du menu car il n'est plus d'actualité. Juste dire que j'ai vraiment aimé les plats salé qui étaient tous délicieux (dont un flan aux cèpes et chanterelles à en rêver la nuit) et j'ai eu une légère déception en se qui concerne les desserts que j'ai trouvé un degré en dessous du reste. Les vins étaient tout aussi exceptionnel, mais je serais bien incapable de vous donnez les détails. En ce qui concerne le service... J'ai été déçue... ça été ma déception de la soirée. Je m'attendais à de la classe, du grand art... Mais j'ai eu droit à un serveur qui me disais "ouais", je suis peut être un peu vieux jeu, mais ça ne m a pas plus. J'avais aussi l'impression qu'il nous snobait un peu. En bref, mise à part le coup du serveur, j'ai passé une soirée de rêve que j'avais attendu presque toute ma vie! J'ai même pu serrer la main à monsieur Rochat en personne ! L'apogée de mon soupé! Voilà, je m'excuse pour cette critique absolument pas objective mais je tenais à la faire! Et maintenant je ne rêve que d'une chose, c'est de pouvoir y retourner! Je ne peux pas vous communiquer le prix exacte car nous étions invité. C'est donc une approximation...
Le service qui à mon avis n'était pas du niveau du restaurant. En soit il n'était pas mauvais... Mais je m'attendais à mieux.
2 Comments   7 Votes   Learn more
Je reviens à peine de ce restaurant que je ne connaissais absolument pas et ou j'ai passé une très bonne soirée! L'accueil à été plus que chaleureux et toute la soirée nous avons eu droit à un serveur très sympa! Je me demande si ce n'était pas le patron, quoi qu'il en soit c'était très agréable! En ce qui concerne les plats, nous avons commencé par une salade mêlée, qui était bien fournie bien qu'un peu cher (dans les 9.-) C'était bon, mais ça reste une salade ^^ Apres, nous n'avons pas échappé aux pâtes ! J'ai pris des tagliatelles à la vodka, qui de mon avis étaient bonne... La cuisson des pâtes était bien, et la sauce bonne. Il est vrais que les lardons manquaient un peu de vigueurs par contre! Mon ami a pris des gnocchi aux épinards, je n'ai pas gouté mais de son avis c'était très bon. Une petite bière pour accompagner le tout et voilà de quoi passer une soirée très agréable !! Le cadre est très sympa, une deco agréable qui correspond bien à ce genre d'établissement.
Le pain n'était pas terrible et un peu sec... Et ça a beau être bien fait, ça reste des pâtes :)
0 Comments   6 Votes   Learn more
Alors, j ai enfin testé le deuxième Xu... Je n ai pas vu de différence flagrante avec le premier mais bon... Le soupé a commencé avec un assortiment de raviolis, a savoir raviolis aux crevettes, aux crevettes et légumes et au boeuf. J ai un petit coup de coeur pour ceux aux crevettes... Je pourrais me nourrir de ça de toute façon. Dans l'ensemble ils étaient bon, ceux au boeuf étaient un peu dure a manger car ils se défaisaient facilement. Comme plat principal, nous avons pris un poulet royal ou impérial je me souviens plus. Bref, poulet avec une sauce un peu aigre douce et des cacahuètes. C'était très bon. Je le recommande! Le deuxième plat était un boeuf à la sauce soja. Sur ce coup la un peu plus déçue. La viande était grasse et on se retrouvait avec de gros morceaux de gras dans la bouche... Pas super agréable. Mais la sauce était bonne. Le tout accompagné de bol de riz. Rien à dire la dessus. Le service était correct, la serveuse parlait bien français... Ce qui m'a surpris! haha! La deco... Bah ça ressemble pas mal a l'autre, des tables en bois, pareille pour les chaises... Le cadre fait un peu moins "cantine" tout de même. En bref, pour le prix je trouve que ça vaut le coup!
Le boeuf trop gras...
0 Comments   7 Votes   Learn more
Bon, voilà! Enfin une eval' après tout ce temps! Il faut dire que je suis a Vancouver depuis trois mois et que j'ai eu un peu autre chose a faire :D Mais je voulais tout de même faire une critique ici!! Etant donné qu'ici je fréquente bien plus les pub que les restaurants (rhem), je vais faire une petit critique de celui ci. J ai découverts le factory un dimanche soir, ne savant pas du tout ou aller manger et commençant a en avoir quelque peu marre de la haute gastronomie vancouversoise, nous nous sommes retrouvé dans ce pub ou tous les plats sont à moins de 6$ (sans les taxes -_-) et sont (du moins pour le coins) franchement pas mal! Première fois j'ai pris des perogies. Sorte de ravioli fourré à la pomme de terre, servi avec des copeaux de bacon, quelques petits oignons nouveau, de la crème aigre et une mayonnaise épicée. C’était franchement bon! Et bien que mourant de faim, j ai été rassasiée. Et vu que c’était dimanche, la bière était a moins de 3$... Mais ça c est une autre histoire :D La deuxième fois j ai pris un "sliders" (oui maintenant je me la pète parce que je peux parler anglais!! xD) C est un assortiment de trois mini burgers. C est vraiment sympa, parce que bcp plus facile à manger qu'un seul énorme burger. J ai juste regretté qu'ils ne fasse pas trois burgers différents, en effet, les trois burgers étaient pareil... Mais bon, on va pas trop ce plaindre non plus!! Et il y a une chose vraiment cool au factory, c'est qu'on peut manger toutes les cacahuètes qu'on veux parce que c'est gratuit! Pis qu’après on balance toutes les coques par terre!! (Oui comme ça c est un peu bizarre, mais quand on y est ça fait partie de l'ambiance et c est vraiment sympa!! J'ai retrouvé des cacahuètes dans mon sac a main une semaine plus tard!! :D). Le tout sur un font de musique rock. C'est vraiment un chouette endroit pour faire la fête, manger qqch et rencontrer plain de gens! P.s: Le pris inclus juste le repas et un coca (et les taxes... Et les tips!) Parce que la bière après c’était facultatif :D
Faut pas non plus s'attendre a de la très haute cuisine, c'est un pub... Et c'est Vancouver!
0 Comments   1 Votes   Learn more
J'y suis allée mercredi soir avec mon père. On voulait profiter encore une fois du passeport gourmand avant que je parte pour quelque mois. Il avait très envie d'un tartare et je me souvenais de la critique de Manuel disant qu'il était bon... Et a gogo! A peine assis, la serveuse arrive et nous demande le passeport en nous disant que nous n'avons pas le droit aux divers fondue et que le tartare ils le font mais que pour nous c'est pas a gogo... Bon... ça nous a un peu refroidit, surtout qu'on était venu pour ça. On a quand même pris le tartare, heureusement la quantité était suffisante... Mais du coup je trouve que 36.- pour un tartare c'est quant même un peu bcp! Bon, en soi il était bon, j'ai pris relevé et mon père très relevé... J'ai gouter le sien et je l'ai trouver meilleur. C'est vrais que sur le pain grillé ils marquent des points parce que ça change des toast! Ensuite on a pris un petit moelleux au chocolat comme dessert. Il était bon, servis dans un pot a crème brulée avec une boule de glace dessus. Le service était vraiment inégal. La première serveuse était vraiment froide et pas du tout sympa. Mais une deuxième est venue nous amener les dessert et elle était très gentille... Heureusement ça a un peu rattrapé le truc... Comme boisson un vin d'aigle (m'en demander pas plus :) il était bon, et il accompagnait bien le tartare. Ps: prix avec le passeport
Le service, vraiment pas aimable! Et le fait que la carte soit réduite a cause du passeport, ce n'était pas écrit dessus... C'est surtout que je ne m'y attendait pas du tout.
1 Comments   5 Votes   Learn more
Samedi midi, il faisait beau et envie d'aller sur une terrasse. On passe devant ce resto et on se dit pourquoi pas, mexicain ça change un peu... Pour ce qui est de la cuisine, c'est correcte. Très bourratif et pas forcement savoureux... Mais je ne sais pas si c'est la cuisine mexicaine en générale qui est comme ça. Nous avons pris deux assiettes manana au prix de 18.5.- et un dessert (gâteau au chocolat a 9.-)
Le service... Deplorable... Deja c'est très lent et pas très sympathique, mais c'est au moment de payer que c'est devenu plus sympa. Je n'avais pas assez de monnaie et j'ai voulu payer par carte. Impossible de faire marcher l'appareille. Ma carte ne passe pas. Mon amie qui était dans le même cas que moi essaie aussi. Sa carte est également refusée. En tout on a essayé quatre cartes différentes toutes refusées... Bon, direction le bancomat qui heureusement n'est pas très loin! Apres 15 min d'attente on revient et personne ne daigne venir nous encaisser. C'est nous qui somme aller payer au bar. Apres encaissement pas un mot d'excuse pour le désagrément et pour la perte de temps (qui nous a mis en retard). Il y a de quoi tendre les nerfs!
1 Comments   4 Votes   Learn more
Vous habitez la region? Vous n'avez pas envie de cuisiner? Dans ce cas il faut aller dans ce petit fastfood! Rien de prétentieux, une cuisine "comme a la maison" à un prix vraiment raisonnable. Et sérieusement, le meilleur pad thai que j ai eu l'occasion de manger (11.- celui au poulet) et la quantité et la! La qualité également, tout est très frais et la patronne (une vrais thaïlandaise) cuisine tout minute. Je trouve ça vraiment sympa d'avoir un petit fastfood de ce genre dans la région... Parce que c est un peu mort quant même -_-' En tout cas nous on en use et abuse... Pour le prix on peut se le permettre :D Possibilité de commander les plats sur le site internet et d aller chercher quand c est prêt.
Pas bcp de places assises, et pas de boissons alcoolisées (personnellement je m'en fiche, mais je le signale :)
0 Comments   2 Votes   Learn more

With friends

Neptüne
Neptüne
18.03.2015, 13:17
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/03/neptune-geneve.html Qu’on le crie haut et fort…Enfin quelque chose se passe à Genève dans la restauration et quelque chose de nouveau et de non pas poussiéreux ou de totalement suranné qui ne résisterait pas après quelques grosses vagues… Nicolas Darnauguilhem est de retour… Certes la plupart des habitants de la cité de Calvin n’auront peut-être jamais entendu parler de ce monsieur mais ce dernier est presqu’une star en Belgique où il a su bouleverser pendant plusieurs années la scène culinaire Bruxelloise à Ixelles. C’est aussi sans oublier les « foodistes » de tout genre ne font que de parler de lui sur la toile car ce n’est pas un chef comme les autres. Malgré son exode pendant quelques temps au pays des « bons mangeurs » et dieu-sait ce que les belges m’ont toujours impressionnés par leurs très bons goûts culinaires et surtout l’impressionnant nombre de tables de haut vol que l’on trouve dans le plat pays, Nicolas Darnauguilhem est presqu’un « gars de chez nous »… Un jeune Savoyard qui pour la petite histoire est passé par le Costa-Rica pour travailler dans une réserve naturelle et qui en suite a fait ses études à l’École Hôtelière de Genève. Si l’on suit son parcours, on s’apercevra que son parcours Bruxellois est plutôt amusant ou je devrais dire peu commun. Une ancienne boutique de parapluies reconvertie en bar à vin et par la suite en restaurant avec un peu plus de vingt couverts. Le « Neptüne » à Bruxelles figurait sur la liste des tables que je souhaitais « faire » et voilà pas que celui-ci ferme il y a peut-être une année et s’installe dans la cité de Calvin ! Sans connaître ce chef, ce qui me plait immédiatement à l’époque, c’est le personnage qui ne se cantonne pas seulement à officier dans son établissement mais aussi à participer à des repas évènementiels de « quatre mains » ou même plus, et ce que l’on appelle les « pop up », repas d’une soirée ou deux… Et ce ne sont pas ses partenariats qui me laissent indifférent car on y retrouvera dans le désordre Paco Moralès une des étoiles montantes espagnoles, l’excellent Christophe Dufau des « Bacchanales » de Vence, le génial Sanghoon Degeimbre de « l’Air du Temps » près de Namur pour ne citer que quelques références qui tout de suite démontre l’ouverture d’esprit et surtout le style de cuisine que devrait offrir Nicolas dans son nouvel établissement. Un établissement ouvert hier… dans un quartier qui m’inspire car cela a toujours été ici que quelque chose de différent se passe à Genève. Que cela soit dans le passé le « New Morning », ou alors le « Bâtiment des Forces Motrices » dans un style souvent classique et « l’Usine » pour son côté alternatif. Une table « dans le centre », dans presqu’une enclave genevoise où l’on ne se serait pas imaginé trouver un tel établissement. Une fantastique idée qui risque de faire des petits dans ce quartier… qui pourrait bien se transformer dans l’idée en quelque chose de presque New-Yorkais… Je me rappelais avoir vu de très belles assiettes à l’époque d’Ixelles et même fût surpris de trouver parfois des ingrédients bien connus de notre contrée comme par exemple la Fera, ou alors le Cardon, ainsi que l’utilisation d’herbes sauvages. D’ailleurs le site qui semble être en construction http://leneptune.ch/ affiche clairement que l’on trouvera ici des « Nourritures Alpestres »… C’est donc en début de rue de la Coulouvrenière que vous trouverez « Neptüne » avec de grandes fenêtres opaques entourées de cadres métalliques noirs et juste un sigle pour indiquer le restaurant. L’établissement encore peu connu aujourd’hui est également indiqué par une table sur laquelle se trouve une bougie. A l’intérieur une salle plutôt assez moderne et fonctionnelle, très épurée qui peut étonner dans un premier temps mais qui tout au long du repas me semblera parfaitement en harmonie avec la cuisine et les idées du chef. Des tables blanches dressées élégamment. Sur l’un des murs, un tableau qui semble être en construction, réalisé par un artiste local. Il y aurait presqu’une ambiance un peu zen dans cet établissement. Au fond la cuisine ou le chef et son second opèrent. Le soir un choix de deux menus, le premier à 86 CHF et le second à 136 CHF avec aussi une possibilité de prendre chaque plat individuellement. Menus qui changeront très fréquemment selon les inspirations du chef mais aussi des produits de saison. Sans aucune hésitation je recommande de prendre un menu et contrairement à mon habitude qui consiste dans mes billets à donner un avis général à la fin, il me semble adéquat cette fois-ci d’expliquer certaines choses au préalable. Je n’avais pas vraiment une idée très précise de ce qui allait m’être servi et encore moins sur le type d’assiettes. Je suis ressorti de chez « Neptüne » en me disant que cette cuisine avait été pour moi une révélation. Pas de ressemblance avec aucun autre chef de France ou de Navarre, pas d’artifices superflus ou de techniques ultra-compliquées type « techno-émotionnelles ». Des assiettes où l’on redécouvre la saveur des aliments, où l’on trouve des associations souvent basées sur des jeux de légumes, des assaisonnements que je qualifierais de minimalistes afin de se concentrer essentiellement sur le goût des produits. Les menus proposent donc une histoire et peut-être que de ne déguster qu’un plat ou deux ne permettrait pas totalement de comprendre le concept de cette cuisine qui propose des plats réalisés avec des produits locaux de l’arc lémanique. Le pain servi aujourd’hui provient des « Merveilles du pain » http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/03/mes-adresses-merveilles-de-pain-saint.html de Saint-Julien-en-Genevois est comme d’habitude exceptionnel mais dans le futur il sera fabriqué sur place. Première entrée avec « Betterave, betterave ». Une déclinaison en trois textures ; en purée sur le dessous, en cubes et en tuile. Un assaisonnement assez léger sur le dessus avec de la dent-de-lion pour apporter une touche de fraicheur printanière. Un très beau visuel, des textures en bouche très plaisantes. Certains auraient préférés un côté plus tonique en bouche car c’est une assiette assez neutre. Nous poursuivrons avec un consommé de bœuf navet. Dans l’assiette un peu de ricotta fraiche complétée par une sauce herbacée. Sur le dessus de fines lamelles de navet qui ont peut-être été rapidement attendries avec une cuisson vapeur et ensuite le bouillon est versé sur le dessus au dernier instant. C’est un plat très fin où l’on découvre le goût du légume, le côté lacté du fromage agrémenté par cette sauce verte très fine. Le consommé permet de lier le tout et de jouer avec diverses textures. La féra verte sera l’un des plats qui m’aura fait une grande impression. Le filet est cuit probablement à basse température ; le poisson est recouvert d’une sauce d’épinards et le tout est entouré d’une huile de persil. Ce plat est essentiel car l’on ne masque pas le goût si fin de la féra, les épinards en sauce relève subtilement le poisson, l’huile apporte une touche suave. La nature dans l’assiette. Pour suivre, la bisque d’écrevisses au cerfeuil. Une magnifique association plutôt audacieuse mais très réussie avec ces écrevisses du lac Léman, une endive braisée découpée en tronçons et au-dessous un hachis d’herbe où l’on retrouvera cerfeuil, ciboulette et ail. L’association crustacée, légère amertume et herbes est parfaite. Une très belle création car a priori on ne se serait pas imaginé que « cela fonctionne » ! On notera une fois de plus l’utilisation de produits locaux plutôt rares. Le tartare de Simmental au céleri rave est une autre très belle réinterprétation de ce plat souvent servi. Mais ici la viande est magnifique avec un rassissement de 60 jours qui confère à celle-ci un goût de noisette ; la crème de céleri et les fines lamelles sur le dessus complètent parfaitement le tout. Un très gouteux plat principal avec le coffre de canard, pommes de terre et échalotes. Le filet est doré sur l’extérieure, la viande est encore rosée, tendre. L’ajout d’échalotes rôties et certaines vinaigrées apportent un élément important au plat. La purée de pommes de terre montée à la crème et beurre est parfaite. Un plat qui pourrait sembler simple mais d’une très grande précision. Un premier dessert appelé verveine-tilleul qui pourrait rappeler « le trou normand » car l’idée consiste à « nettoyer le palais ». Un granité d’une très grande fraicheur pas trop sucré, un sirop de tilleul dans lequel on a ajouté une touche de miel. Des associations à nouveau très subtiles qui nous préparent au dessert final. Le « Sarrasin et pomme ». Une fine purée de ce fruit, un biscuit croustillant réalisé avec ces grains très parfumés et une crème glacée qui m’a rappelé le goût du foin mais réalisée également avec sarrasin mais aussi de l’avoine. Un dessert que je qualifierais de très terrien mais aussi très léger. La cave propose une sélection de vins choisis. Nous commencerons par un excellent Pouilly Fumé 2013 de chez Jonathan Didier Pabiot avec des équilibres acidité/sucre parfaitement maîtrisés. Magnifique découverte avec le Domaine Clos du Rouge Gorge Côtes Catalanes 2012. Un vin biodynamique très élégant, bien structuré et d’une grande finesse. Le service assuré par deux personnes est délicat et vraiment professionnel. Un repas vraiment surprenant, différent, courageux car sans concession avec des foisons d’idées. La cuisine de Nicolas Darnauguilhem se veut être touchante, nature, sans artifices mais avec des palettes de saveurs nettes. On voyage dans la nature, on redécouvre les goûts essentiels de certains aliments comme déjà les légumes mais aussi viandes et poissons. Pas ou peu de sauces qui masquent, pas ou peu de graisse. Tout est minutieusement cuisiné pour se remémorer les saveurs de bases de produit. Dans le futur nous risquons (et espérons) que l’on voie l’ouverture d’un laboratoire de recherches attenant au restaurant afin de ré-explorer les produits régionaux, des repas type « pop up » avec les amis cuisiniers de Nicolas, et même peut-être un restaurant d’altitude en été pour être près des montagnes qui lui sont chères. Une nouvelle et exceptionnelle table à Genève qui chamboule la donne et dont l’avenir est plus que prometteur. Fort à parier que « Neptüne » va rapidement se trouver dans le peloton de tête des meilleures tables du canton…si pas la meilleure dans son style…
0 Comments   11 Votes   Learn more
Ma-Jong
Ma-Jong
03.03.2015, 13:00
Que de mieux que de découvrir ce petit fast food suite à des cours sur Le Grand Chêne. J’ai été très surprise en bien. Leur méthode de commande est très sympa ce dont je ne connaissais pas ! Ils font de la cuisine coréenne, chinoise et japonaise. D’ailleurs il y a aussi un bar à sushi. Les gens ne s’attardent pas à table et les tables se libèrent rapidement donc pas d’attente pour en trouver une. J’ai choisi le plat du jour : un bibimbap ! encore une surprise pour moi….. je ne connaissais pas la cuisine coréenne. Le plat du jour était exposé à côté de la caisse, ce que je trouve très bien ! Il était très appétissant et donnait vraiment envie de le goûter. Le serveur a répondu à toutes mes questions avec une grande amabilité et le sourire en plus  !! Attablée avec mes collègues, je vois env. 7 min. après mon no qui s’affiche. Je me lève donc pour aller chercher mon plateau. Woaw quel plat, très bien présenté (comme celui exposé à la caisse). Le bibimbap est servi dans un gros bol en fonte (hyper hyper chaud). Il y avait donc du riz japonais au fond et dessus, posés l’un à côté de l’autre, des carottes coupées en batonnets fins, du shiitake coupés en lamelles, des épinards en branche, des germes de soja, des haricots et bien sûr le bœuf émincé et mariné. Un œuf au plat au milieu et la sauce bibimbap (sauce piquante mais juste ce qu’il faut) tout autour. Le plat était vraiment délicieux et chaque chose avait son goût. Il était très bien fourni et je n’ai pas réussi à le finir  mais quelle belle découverte. Les serveurs viennent débarrassé la table une fois terminé. Bon ils courent tous comme des fourmis mais sont très sympas. De plus, lorsque nous avons juste 1 heure pour manger et retourner au cours, je trouve cela juste formidable. Pas besoin d’attendre la note, qui dans certains restos nous font perdre du temps ! J'ai pris le menu du jour à chf 17.-- et une valser à chf 3,50
0 Comments   7 Votes   Learn more
Le Nez En L'Air
Le Nez En L'Air
02.03.2015, 14:24
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/03/mes-adresses-le-nez-en-lair-samoens.html Il n’y a rien de plus gratifiant que de pouvoir passer un agréable moment dans un commerce pour autant que l’on y trouve des produits de qualité, que l’on y croise une équipe ou simplement une personne qui voue une passion pour ce qu’il vend. Fruits, légumes, viandes, traiteurs, fromagers et évidement caves à vin pour ne citer que quelques exemples. Samoëns pendant longtemps ne comptait pas vraiment de commerces que je qualifierais d’exceptionnels dans aucunes des catégories susmentionnées mais voici sans aucun doute un commerce d’un autre acabit qui met la barre bien haut car le « Nez en l’air » en tant que caviste mérite plus qu’un détour. Rares sont les endroits où l’on trouvera des vins magnifiquement choisis, des alcools sélectionnés, des produits du terroir qui accompagneront ou non les divers flacons en vente. C’est donc quasiment dans la rue principale que le « Nez en l’air » se situe avec une devanture plutôt accueillante, quelques tonneaux devant le pas de porte et même aujourd’hui une dégustation avec un vigneron hors-pair dont je parlerai brièvement dans quelques lignes. Mais ici, c’est plutôt un billet pour en quelque sorte applaudir le magnifique travail que réalise Martin dirigeant et gérant de ce magasin. Vous ne trouverez pas ici de vins de « pousses-caddie » comme le dit si souvent un certain blogueur sur la toile, ni de négociants passe-partout mais une très belle sélection de bouteilles de toutes les régions et dans une large gamme de prix. Le métier de caviste est un métier de conseil délivré par des personnes passionnées et capables de faire partager leurs émotions et découvertes. Martin diplômé de l’université du vin de Suze la Rousse est toujours à la recherche de bons produits, fait preuve de curiosité et aime partager ses connaissances avec les clients que nous sommes. Un intérieur bien organisé avec les flacons rangés par régions et dont les prix sont affichés sur chaque bouteille. Un bon caviste ne se contente pas que de ventre ses vins mais aussi de parfois parcourir diverses régions et de rencontrer des vignerons afin de promouvoir leur production lorsqu’il découvre quelques pépites. Aujourd’hui Martin a organisé une dégustation avec (selon moi…), l’extraordinaire et même emblématique Gérard Eyraud du domaine de Rapatel tout proche de Nîmes (et vêtu à la camarguaise). Comme Martin est accueillant et disponible, il a donc convié Gérard à faire déguster ses vins autour d’une table de bois où en plus de trouver la gamme de sa production, nous aurons également la chance de déguster quelques produits de Camargue comme de la tomme de brebis et du saucisson de taureau. Et ô surprise même une gardianne de taureau magnifiquement cuisinée avec évidement du vin mais aussi diverses épices, entre autres, des baies de genièvre, les cinq épice et du zeste d’orange. Son magasin est presqu’un lieu de rencontre, de convivialité et d’échange autour du vin mais aussi des produits satellites tels qu’alcools, jus, bières et conserves. Accueillant et disponible, ne manquez surtout pas de venir visiter Martin et son « Nez en l’air » car à chaque fois vous y découvrirez de nouveaux propriétaires, ses coups de cœur, et peut-être que vous aurez aussi la chance d’y rencontrer un vigneron. Son site est en cours de création mais vous pourrez toujours le suivre actuellement sur Facebook.
0 Comments   3 Votes   Learn more
Yauatcha
Yauatcha
01.03.2015, 13:00
http://labobouffe.blogspot.ch/2015/02/yauatcha-londres.html Ce soir de la Saint-Sylvestre, je poursuis mon tour du monde en terre londonienne pour m'engager sur les sentiers si répandus mais oh combien méconnus de la gastronomie chinoise. Si l'est bien quelque chose que l'on voit à chaque coin de rue dans nos régions, c'est un restaurant chinois. Ma foi, force est de constater que l'on a généralement à faire avec une habituelle carte à rallonge avec des sauces de base souvent industrielles qui apprêtent indifféremment toutes les viandes et les poissons. Peu vont proposer quelque chose d'un peu différent, quitte à rompre avec les sensibilités en proposant des mets plus authentiques, plus « street food », cuisine de ménage ou encore seulement avec des vrais produits frais et travaillés. Bref, une fois de plus, Londres s'avère prête à offrir à l'intéresser quelque chose d'autre. C'est dans un lieu réputé que je passerai cette soirée du 31 décembre 2014, le Yauatcha. On ne peut parler du Yauatcha sans mentionner le nom d'Alan Yau, restaurateur de renom mais surtout créateur de concepts de génie sautant d'un projet à l'autre de façon infatigable. Wagamama, cette chaîne bien connue à l'échelle internationale basée surtout autour de la nouille de tous pays asiatiques, est né de son esprit prolixe; le concept a par ailleurs été reproduit et développé, voire copié. Autre aventure marquante, celle du Hakkasan considéré comme l'une des meilleures tables chinoises hors de Chine. Yauatcha est l'un des derniers nés du créateur. Un concept étonnant alliant dim-sum traditionnels cantonnais ou revus, et pâtisserie fine et créative d'inspiration française sublimée par un certain Graham Hornigold, dans un univers de maison de thé moderne, raffiné, flirtant avec le luxueux. Il faut se frayer un passage dans la sulfureuse et passionnante Soho, éventuellement zigzaguer un peu avec plaisir avant d'arriver devant une devanture bleu éclectique inratable (surtout de nuit). On devine qu'il y a du monde et que toute l'équipe du Yauatcha c'est préparée à une soirée excitée. En effet, le Yauatcha (comme bien d'autres établissements) avait organisé une soirée de la Saint-Sylvestre avec menu spécial (malheureusement pour moi, à partager à plusieurs... j'ai bon appétit mais faut pas pousser non plus) mais avec la carte toujours ouvert, DJ jusque tard de prévu pour passer le cap. Généralement je me méfie et n'attends pas forcément des merveilles d'une soirée de la Saint-Sylvestre; s'il y a certes du plaisir, les restaurants sont souvent incapables de sortir des indécrottables mets lourdissimes, vont avoir tendance à être dépassés, vont manquer de précision dans les assiettes ou alors vont ouvrir toute la carte en plus d'un menu exceptionnel sans avoir la maîtrise ou l'équipe permettant de gérer l'affaire (autant proposer un menu, un point c'est tout dans ces cas là). Ici je ne me fais pas trop de souci: le Yauatcha a du background, de l'expérience, une réputation à défendre qui lui interdirait un faux pas dans une soirée qui attirera tant de monde. Je pénètre dans un restaurant déjà bondé. Un vestibule et un secteur d'accueil immédiat, très professionnel et agréable. Sur la droite, un étal de pâtisseries magnifiques annoncent un dessert gourmand. Aux étagères qui lui font face comme aux murs, des boîtes de thé dont le nombre restera indéterminé s’alignent, certains sont de très grands thés, certains réputés, d'autres méconnus, toujours raffiné et offrant des saveurs variées. Tous sont achetables sur place, comme les pâtisseries, pour se faire un moment Yauatcha à la maison. Le long du pupitre d'accueil débute un très beau et long aquarium où vivent de très beaux poissons très colorés et plus loin une sortie de bar / cuisine. La salle est habitée de tables sombres entourées de fauteuils blanc ou noir confortables. Lumière tamisée, des plafonds au caissons en bois sombre et papier (ou imitation de papier) de riz, le tout ponctué de ces mêmes lumières bleue électrique. Plus loin, un bar où un monde énorme se tasse; c'est la salle d'attente d'une certaine manière et le lieu privilégié pour débuter la soirée avec un des cocktails de la belle suggestion de la maison et qui sont des créations. En sous-sol, une autre salle globalement plus sombre mais avec des lampes à la lumière plus crue, avec de temps à autres des notes de doré et une vie sur les cuisines, offrant une ambiance toute différente. Ce qui ne change pas, c'est la foule, le ballet des serveurs et le sentiment festif. Après un accueil très professionnel et personnel malgré le monde, je suis débarrassé de mes affaires et on me mène au bar où on me propose de patienter. En effet, ce jour particulier,le Yauatcha avait prévu plusieurs services et je suis arrivé (volontairement) un peu en avance. Me voilà donc à choisir un cocktail dans cette salle surpeuplée et animée, intéressante de par sa population mêlant couples, amis, familles, enfants de façon toute naturelle. La carte de cocktails est très bien fournie, toutes de créations de la maison, classées selon les types de goûts, charge d'alcool ou spécialités. Le choix est difficile et je me lancerai pour un Hakka, l'un des cocktail « signature » du lieu, composé de vodka Belvedere, du saké Akashi-Tai Honjozo, du jus de lychee et de lime et des morceaux de coco et de fruit de la passion fraîchement préparés sous mes yeux. C'est d'une grande douceur tout en restant léger et frais, avec une bonne teneur en alcool, très belle création. Assez rapidement, on vient me chercher et on me mène à la salle principale. A peine installé à table, on me propose de l'eau et on me porte la carte de mets et de vins. A mon grand regret, je ferai l'impasse sur les menus et tâcherai de faire un choix dans cette foule de délices que la carte raconte: dim-sums vapeurs, frits, rôtis, tantôt traditionnels, tantôt simples, tantôt surprenants, tantôt innovants. C'est la spécialité des lieux et je savais que j'en ferai mon repas. Notons toutefois un très joli choix de viandes, poissons et mets végétariens (tofu, légumes, plats de riz, nouilles) qui sont bien loin du discours commun de nos régions pour devenir tous absolument alléchants à la lecture seule. Côté boissons, notons le magnifique choix de thés, le très bon choix de vins fins et sakés japonnais. Globalement, l'alcool est lourd pour la bourse, dans ce restaurant, mais la sélection est des plus convaincante. J'ai beau savoir que je veux des dim-sums, autant dire que le choix est impossible. Après un bon quart d'heure d'hésitation sans fin, je finis par laisser ma serveuse, d'une grande patience, professionnelle et aimable, choisir pour moi. Nous partons en premier pour une sélection « surprise » de trois de ces bouchées. D'emblée on me porte trois sauces: l'une à base de soja et vinaigre de riz, une sauce pimentée assez relevée et de goût plutôt raffiné, une sauce aux piments torréfiés et sésame. Toutes trois sont probablement faite maison de par les saveurs bien différentes des équivalents industriels que je connais. Avec cela, des lamelles de concombre marinées, d'une grande délicatesse: encore du croquant, un peu de douceur dans une marinade révélant des saveurs de vin de riz. Me sont proposés en premier les « Pork and prawn shui mai ». Cela fait probablement partie de ce qui se fait de plus traditionnel et classique en la matière. D'un certain point de vue, lorsqu’on est en quête de découverte, cela peut « décevoir » de ne pas être surpris par de nouvelles découvertes dès le début. Toutefois, cela permet d'établir un étalon de qualité par rapport à quelque chose de relativement connu. Mais la déception s'arrête là car la qualité et les saveurs sont incomparables. Moelleux, gourmands, riches en bouches, les saveurs propres du porc et de la crevette, tous deux de bonne qualité, se laissent reconnaître très clairement et sont mariés à des saveurs de shii-take très plaisantes. On déplorera un petit morceau cartilagineux dans un des raviolis, provenant sans doute du porc. Malgré ce bémol, l'ensemble est savoureux. On continue avec l'un des mets les plus commandés des lieux, le « Crispy duck roll ». Des rouleaux de pâte de riz fine frits de belle taille, pas gras pour deux sous, réservant à l'intérieur une quantité appréciable de morceaux de canard tendres et riches en saveurs, parfaitement assaisonnés et entourés de quelques légumes en julienne. Servis avec une sauce traditionnelle hoi sin, elle aussi probablement maison, pas trop sucrée, avec pas mal de relief, c'est un bonheur. On continue avec probablement la plus exceptionnelle assiette de la soirée, « Prawn and beancurd cheung fun ». Le cheung fun est une forme quasi inconnue dans nos contrées et qui pourtant fait partie des incontournables chinois. Il s'agit traditionnellement de rouleaux de pâte de riz fraîche et fine, farcis, cuits vapeur et servis avec une sauce. Déjà, on ne peux que se réjouir de la précision dans le façonnage et le découpage du rouleau qui est extrêmement appétissant. La pâte est de belle texture et révèle un cœur croustillant de crevettes en chapelure riche en saveurs, un peu de salade et quelques juliennes de légumes. Le tout est servi dans une sauce sombre de soja, plus corsée mais aussi un peu plus sucrée. À ne pas rater ! Ma serveuse s'enquiert de l'état de ma faim, et je ferai la place pour une quatrième assiette qui sera un « King crab Shanghai siew long bun ». Le nom traditionnel de la forme de ravioli est le xiǎolóngbāo signifiant « petit sac » et réservant un contenu tout à fait étonnant: servis avec une sauce soja-gingembre-poireaux, l'intérieur est riche en morceaux de crabe et surtout augmenté de bouillon ! Des raviolis à la soupe de crabe. L'effet est remarquable et c'est excellent ! Côté boisson, j'ai consommé de l'eau gazeuse et un excellent thé vert, infusé et filtré par les soins de la serveuse, un « Rest Dragons Well », d'une grande délicatesse, floral à souhait, une brise printanière en bouche. Mais finir un repas à Yauatcha sans prendre de dessert, ce serait presque sacrilège lorsque l'on sait que c'est l'une des pierres angulaires du concept. Trop indécis pour choisir, je me laisserai à nouveau faire par ma serveuse qui me portera un « Chocolate toasted rice », l'un des desserts les plus réputés des lieux. Une mousse de chocolat au lait aérienne, étonnamment riche en cacao et peu sucrée, montée sur un biscuit truffé et glacée d'une couverture de chocolat de très grande qualité est augmenté de thé matcha et de grains de riz soufflé. On retrouve en couronne le riz soufflé ainsi que des éclats de noisette torréfiée et une goutte de sauce caramel très délicate, ainsi que des petites feuilles de chocolat noir au matcha de très grande qualité. A côté, une quenelle de glace à la noisette sur une cuillerée de cette crème caramel étonnante, entouré de riz soufflé, tantôt nature, tantôt caramélisé et de noisettes. Dans les mots, on croirait à quelque chose de très lourd, mais il y a ce je-ne-sais-quoi de magique qui a rendu le tout aérien, sans laisser de sensation de sucre, de gras, de crème, de lourd. Juste un dessert exemplaire, qui rend heureux que cela soit le dernier de 2014. Le tout pour la somme de 63.17£ Quelle magnifique soirée au Yauatcha, dans un cadre tout à fait particulier, servi avec un énorme professionnalisme et nourri d'une cuisine délicieuse et différente. La Yauatcha est un concept exceptionnel qui mérite grandement d'être découvert. Il n'y aura pas d'after DJ, ce soir-là, le nouvel an se fêtera cette année au pied du London Eye; m'attend un spectacle de pyrotechnie de haute voltige !
0 Comments   7 Votes   Learn more
La Folie Douce - La Fruitière
La Folie Douce - La Fruitière
23.02.2015, 18:38
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/02/la-folie-douce-fruitiere-saint-gervais.html Voici probablement l’un des endroits les plus « fun-branché-trendy-à la mode (trouvez le terme qui vous convienne..) » qui existe en ce moment en Haute-Savoie et peut-être même ailleurs. La « Folie douce » est un concept répliqué dans plusieurs stations de sport d’hiver, imaginé et implanté par un groupe d’investisseurs. Saint-Gervais-les Bains, Méribel-Courchevel, Val d’Isère, Val Thorens, Alpe d’Huez et peut-être dans le futur Chamonix. Bref des stations avec évidement une clientèle huppée qui recherche des lieux d’exception. Néanmoins ce superbe concept n’a finalement rien de très différent de ce que l’on peut trouver dans de grandes villes et même des stations Suisses ou Autrichiennes, cependant vous êtes au milieu des neiges ! L’idée consiste à proposer une « plateforme » avec restauration, musique, gastronomie, bar, et avant tout une ambiance du tonnerre ! C’est donc en haut de Mont-Joux accessible par Saint-Gervais ou par Megève que la « Folie Douce » se trouve. Une grande terrasse ou pour le déjeuner l’on peut se restaurer au self-service et également juste à côté, la « Fruitière » qui est le « composant gastronomique » du concept. Deux chalets qui se touchent mais avec des architectures différentes. La « Folie Douce » est dans un style plus traditionnel avec une grande terrasse où l’on peut se restaurer et la « Fruitière » ressemble à une ancienne ferme aux couleurs blanches. Un air de vieux mais c’est là que les architectes auront fait des prodiges car tout a été construit sur la base d’anciens quatre murs en six mois ! Une seconde terrasse plus chic que la première avec des tables dressées de sets de couleur bleu. Bleu comme le ciel…blanc comme la neige et tout cela juste en face du Mont Blanc. Une vue tout bonnement exceptionnelle, assurément l’une des plus belles terrasses en Haute-Savoie. Un accueil soigné, souriant avec du personnel élégamment vêtu en parfaite harmonie avec le lieu. Un personnel tout aussi chic et toujours dans les tons précédemment indiqués. Mais c’est l’intérieur qui nous laissera pantois… car si la reconstruction extérieure est magnifique, l’intérieur est simplement extraordinaire. Une énorme grange avec une décoration étudiée au millimètre prêt. Tout est soigneusement étudié pour en faire un lieu d’exception. Le plus surprenant étant que nous ne tombons pas dans le sempiternel décor montagnard vu des centaines de fois mais une intelligente combinaison de montagne, de lieu presque industriel puisque nous sommes censés être dans une fruitière et également un côté presque Atlantique avec ce mélange bois blanc, bleu et métal. Cette rénovation a été réalisée avec un goût exemplaire. Grands espaces, boiseries faussement abimées, boyes à lait, lampes industrielles, grandes tables de bois donnant sur de larges baie vitrées et le Mont-Blanc. Tout est impressionnant de justesse dans cette décoration. Le comptoir n’est pas en reste avec cette décoration de bouteilles de lait ainsi que le magnifique frigo de bois qui le prolonge. Au fond, a quelques marches dessous, les cuisines que l’on peut voir car la structure est réalisés avec des fenêtres encadrées de structures métalliques. A l’entrée, une très jolie table de fromages dont les fameux Saint Marcellin de la Mère Richard, ce qui laisse présager un choix de produits de qualité. Les différentes tables de ces « Fruitières » sont gérées par des chefs avec de jolis cursus. Celui de Saint-Gervais-les-Bains, s’appelle Yann Tanneau. Chef exécutif à Paris au « Mama Shelter », chef de l’hôtel Castel Beau Site en Bretagne, chef du restaurant de l’Opéra Garnier et actuellement il orchestre désormais l’hiver pour le groupe La Folie Douce, cette année à Saint-Gervais. Une carte légèrement bistronomique ou savoyarde mais qui aussi propose quelques standards moins excitants selon moi comme des « bolognaises » et « burgers ». Etonnement ce dernier étant « un hit »…. avec le nombre de plateaux que j’ai vu défiler… Je commencerai par des sucettes de reblochon croustillantes, salade d’endives et lard séché. Trois cromesquis avec une fine panure, une farce de fromage coulant dans laquelle nous retrouverons quelques cubes de jambon et une petite sauce à base d’herbes comme fond. Une très bonne entrée qui revisite des produits de Savoie avec intelligence. C’est plutôt léger et bien assaisonné. Comme accompagnement la salade d’endive qui a un goût sucré plutôt très plaisant. La truite fumée par nos soins, faisselle de la ferme aux herbes arrive sur une planche de bois. Le poisson comme un gravlax est entouré d’une fine feuille de papier que l’on ouvrira. Quelques très bon blinis et un accompagnement qui est de la faisselle, remplaçant la traditionnelle crème. Le poisson est très bon, encore une entrée gagnante. En met principal, une copieuse noix de joues de bœuf, mijotée, carottes, gingembre et petits oignons. Proposée en casserole, on se sert soi-même dans son assiette. La viande fond dans la bouche, la sauce est onctueuse et vraiment bien équilibrée entre la base vineuse et le côté plus doux en bouche. Une déception avec la poitrine de porc ibérique, miel et citron, lentilles vertes du Puy et faisselle aux herbes. Servie plus que chichement, trois tranches de lard certes bon, un peu de faisselle et des lentilles selon moi vraiment ratées. Je comprends que l’on ne souhaite pas les sur-cuire mais de là à les servir quasiment dures, il y a de la marge. De plus la personne qui les a préparées n’a surement pas du gouter le résultat car la dose de moutarde forte (et non douce..) est totalement disproportionnée. C’est vraiment « la moutarde qui monte au nez »… Et en dessert, un Paris-Brest parfaitement réalisé. Avec ce repas, un Crozes-Hermitage Cros du Mourier 2011, Cave des Clairmonts. Des arômes floraux et des fruits rouges. Une table que je qualifierais de correcte mais qui mériterait peut-être un peu plus de contrôle, surtout avec des prix megévans. Et vers les 15 :00, la « Folie Douce » se transforme en un bar ouvert avec DJ House et musique extérieure. La foule s’amasse, danse, monte sur les tables jusque peut-être 16 :30 ou 17 :00. Animation avec des danseurs, un musicien sur le bar, et une foule presqu’en délire. Un concept vraiment unique où l’on peut joindre un repas a de l’animation dans un lieu enchanteur que cela soit à l’extérieur ou plutôt à l’intérieur avec son décor inoubliable, une incroyable ambiance à la montagne comme l’on souhaiterait voir dans d’autres stations de la région… Pour le concept, l’architecture, le décor, la vue et l’ambiance, un 18. Mais pour la restauration…on dira 15.
0 Comments   5 Votes   Learn more

My profile

Marie Michel
 Gold member
Restaurant City: Lausanne

I like: Passer un bon moment. Manger une cuisine originale et savoureuse. Les petites attention qui changes tout (amuse bouches offert, etc.)

I don't like: Ne pas manger en même temps que mes collègues de table. Etre obligée de courir après le serveur pour tout (pain, eau, addition). Finir le repas sur un mauvais dessert.

36
Friends
1431
Reputation Points

Friends

Xavier Batisse
 Gold member
78 Friends
1014 Reputation Points
Maria Steffen
 Gold member
1367 Friends
38114 Reputation Points
Myia Rach
 Gold member
156 Friends
10242 Reputation Points
© 2008 - 2015 iTaste SA