Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Michelangelo Mosena

Dernières consultations

Tiffins
Tiffins
Nectar
Nectar
Café des Avenues
Café des Avenues
Les Mousquines
Les Mousquines
Le Florissant
Le Florissant

Envies

Restaurant du Chasseur
Restaurant du Chasseur

Actualité iTaste

Rosso
Rosso
19.09.2012, 23:14
très bonne table pour les pizzas ce n'est pas facile à trouver mais cela en vaut la peine, même le café était excellent. le décor de cet ancien dépôt de gaz est vraiment sympa comme l'est le personnel qui malgré que c'était plein est très attentif Il faut absolument réserver !
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Les Curiades
Les Curiades
25.03.2011, 16:13
Ce repas fut une bonne surprise. J'ai pris le menu Terroir et ce fut une réussite, tant au niveau de la qualité que de la quantité.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Double Z
Double Z
25.03.2011, 16:17
Accueil et service très chaleureux. Décoration originale. Avons pris le menu du jour qui était délicieux.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Café de la Poste
Café de la Poste
19.03.2011, 12:53
Accueil sympathique dans un cadre de pinte villageoise. La qualité et la cuisson des viandes étaient excellentes. Une touche d'originalité avec un mélange de fleurs pour le goût et la présentation des plats. En plus de la carte, la cheffe nous a proposé ses suggestions.
1 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

très bonne table pour les pizzas ce n'est pas facile à trouver mais cela en vaut la peine, même le café était excellent. le décor de cet ancien dépôt de gaz est vraiment sympa comme l'est le personnel qui malgré que c'était plein est très attentif Il faut absolument réserver !

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Ce repas fut une bonne surprise. J'ai pris le menu Terroir et ce fut une réussite, tant au niveau de la qualité que de la quantité.

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Accueil et service très chaleureux. Décoration originale. Avons pris le menu du jour qui était délicieux.
La carte des vins, mais ils sont en cours de renouvellement.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Accueil sympathique dans un cadre de pinte villageoise. La qualité et la cuisson des viandes étaient excellentes. Une touche d'originalité avec un mélange de fleurs pour le goût et la présentation des plats. En plus de la carte, la cheffe nous a proposé ses suggestions.
La carte des vins est un peu courte.
1 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Entre amis

Hotel du Château
Hotel du Château
04.03.2014, 18:52
Avez-vous vu la pub avec Joan Collins, acariâtre, insupportable parce qu'elle a FAIM? Eh bien ce mardi 4 mars 2014, J'AI FAIM! Pas envie de ces portions de minet ou de top model au régime qui nous plombent la journée un peu partout en ville. Avec des amis, nous arrivons au Château de Paudex, à la jonction de Pully et de Lausanne, et retrouvons à l'entrée le sourire avenant de P'tit Louis (Lavanchy). P'tit Louis tenait dans le temps Le Jurigoz, à Lausanne. Pour vous dire qu'il n'est pas nouveau dans le métier et compte des amis et des clients fidèles. Le Château de Paudex est une belle et grande demeure avec une terrasse en été, et plusieurs salles dont le café à l'entrée... Chaque matin, des dizaines d'habitués se retrouvent pour le rituel sacré et vaudois de l'apéro, et beaucoup d'entre eux restent pour manger. Mais attention, on est dans l'Est lausannois, chic. Vous ne verrez pas souvent de gros pochtrons déprimants. On sait boire, ici. J'aime consulter la carte et fantasmer... Un choix interminable de mets de brasserie, cuisses de grenouilles, tête de veau, mijotés, sautés, champignons, filets de perche, entrecôtes, fondue bourguignonne, etc. De spécialités chères aux Vaudois (papet, saucisson, choucroute, fondues...), de grandes pizzas diverses et colorées, de pâtes, de propositions de saison (salade de dents de lion ou asperges)... Et en hiver, les somptueux plateaux de fruits de mer sont connus loin à la ronde... Nous hésitions entre les deux assiettes du jour, le coquelet-frites, potage OU salade. Ou le cordon bleu... Mais attention hein. Le coquelet n'est pas miquelet... Un beau gallinacé dodu et bien doré, des frites et des petits pois de bon aloi. Quant au cordon bleu, il ferait deux assiettes du jour ailleurs. Maaagnifique. Friande de salade, je savoure celle-ci, avec un bonne sauce à la moutarde en grains. Des serveurs virevoltent et sautent de la cuisine aux tables dans un va-et-vient incessant. Elles sont prises d'assaut chaque jour, et l'on repère des têtes familières partout au café. Heureusement, il y a d'autres salles où se pressent les dîneurs, dédiées également aux associations ou aux moments festifs... L'ambiance est chaleureuse... Nous prenons du simple goron ouvert, et il est vraiment bon. Belle surprise pour du vin ouvert de cette catégorie. Pour le dessert, une carte classique avec des glaces. Mes amis choisissent des igloos au caramel et moi une meringue Chantilly avec sa giclée de caramel... Avec des amis, pour un anniversaire, nous avions eu droit une fois à un dessert de la fameuse Boulangerie Moeschberger, à Pully. Une bombe glacée en forme de grappe de raisin, au cassis et à la vanille... Sur commande, je crois. P'tit Louis offre la deuxième tournée de cafés. Toujours le geste pour les habitués. A signaler tant cela devient rare... Les serveurs sont souriants, aimables malgré la pression de courir sans cesse et d'être sollicités partout en même temps. Nous quittons l'établissement repus et heureux... Comme d'habitude...Une belle adresse avec des prix tout à fait corrects. De belles portions, mais pas majorées. Que du bonheur.
0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
Café des Alpes
Café des Alpes
23.02.2014, 19:43
Vendredi 14 février 2014. Le Café-Restaurant des Alpes à Pully-Nord. Pully, la commune d'origine de mes grands-parents paternels... Et mon parrain et ma marraine, Hubert et Lucienne R., tenaient la Droguerie voisine il y a... près de soixante ans. Il doit y avoir une boulangerie à la place. Jamais je n'ai pu aller aux Alpes sans avoir une pensée émue pour eux. Ils distillaient de l'absinthe, et mes parents en dégustaient dans l'arrière-boutique avec des airs de conspirateurs. A 4-5 ans, j'avais déjà compris que tout ce qui est interdit peut être boooon , à dose raisonnable. Il y a plus de vingt ans, on y mangeait déjà bien, aux Alpes... Et Renée et Valter Brenci ont repris l'établissement en 2003. Leurs buffets du vendredi étaient connus loin à la ronde, et leur cuisine resteront dans les mémoires des aficionados...Une sombre histoire de terrasse en été, de zone résidentielle 2 ou 3, de voisins atrabilaires ont eu raison de leur patience, et le restaurant est resté tristement fermé. Le Brenci ont tenu ensuite le Tennis de Pully, où je suis allée quelques fois, et ils jouiraient depuis d'une retraite méritée. Nous partagions l'amour des chiens (ils en avaient deux aussi, des lhassa apsos?), de la bonne chère, et je ne les oublierai pas). Ce vendredi 14 février 2014, nous avons réservé une table dans ce restaurant, rouvert il y a près d'une année. Saint-Valentin oblige, plus une table n'est libre et il y a une joyeuse ambiance. Avec mon amie jamais perdue de vue depuis nos 7-8 ans, nous optons pour le menu de circonstance. Les enfants sont grands, les maris vaquent ou voyagent, et nous savourons cette belle soirée... Assiette gourmande des Alpes (un jambon cru unique, du saumon fumé de bonne qualité et un petit cocktail de crevettes à sa sauce cocktail aérienne) Tournedos de bœuf sauce béarnaise (viande d'une tendreté remarquable, cuite entre saignante et à point comme souhaité) Pommes au four fondantes, bouquetière de légumes entre tendre et croquant Assiette de fromages de chez nous parfaitement affinés Fondant au chocolat vraiment fondant et chaud, et sa glace vanille crémeuse et onctueuse. L'originalité du Restaurant des Alpes 2014, c'est qu'une partie de la carte est dévolue à la cuisine du... Bengale... Poulet au curry, au gingembre et yaourt, crevettes du Bengladesh, riz sauté au poulet , servi avec une boulette de bœuf maison épicée, Kafta Polaw (boulettes de bœuf épicées), laitues panées à la farine de pois-chiche, assiette végétarienne inspirée du Dâl indien, avec épinards, aubergine, yaourt, lentilles et légumes, et le fameux Palak Panir (épinards au fromage de chèvre) dont je me suis régalée de Bombay à Delhi il y a quelques années. Pour clore le repas, le Kherr (riz parfumé à la cardamone) ou la Halwa (dessert à la carotte parfumé à la cardamone) La carte exotique propose aussi des menus avec des beignets à choix, des samosas, des rouleaux de printemps indiens,un plat, un Naan et un dessert. Ces mets bengalis côtoient nos bonnes vieilles fondues au fromage, toutes les sortes servies avec du pain OU des pommes de terre. Et les croûtes au fromage. Nos poissons, nos viandes, les habituels filets de perche, les steaks, filets mignons, entrecôtes, tournedos, escalopes, piccatas, émincés, sauté de rognons, tartare, fondue chinoise, etc. Parmi les spécialités, la tête de veau vinaigrette, le feuilleté aux morilles, le sauté de lapin grand-mère (je dois tout à ma grand-mère Lina, et à Lucia, celle de mon époux, qui m'ont fait aimer la bonne cuisine), le riz Casimir, les cuisses de grenouilles, etc. Les prix, et c'est à relever, sont tout à fait raisonnables. Notre menu est à 55 francs et il est généreux, coloré, artistique, vraiment bon... Le service est attentif et on ne chipote pas sur le pain. Discrets, efficaces une jeune personne séraphique et des Bengalis sont aux petits soins pour chacun. Nous optons pour une désirée de pinot... Sa jeunesse nous agace le palais... Rien de grave au vu de ce qui précède... La décoration est chic sans être ostentatoire, avec de beaux miroirs ouvragés... Plus une place de libre, mais nous pouvons parler sans nous égosiller... Bref, un établissement à suivre attentivement, et des envies de tester la cuisine d'ici et d'ailleurs... Excellente soirée et belle surprise... Je "like".
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Au Bon Vin
Au Bon Vin
09.02.2014, 13:31
Lovée dans les vignes de Lavaux avec le Léman comme joyau, Chardonne englobe également le Mont-Pèlerin (avec l'un des plus beaux points de vue sur le lac, le canton de Vaud, le Moléson d'où "ils voient leur maison" (pub), et la France), entre champs et forêts... Les adeptes des circuits pédestres, dont je suis, ne manquent pas de parcourir ce Paradis. En mars-avril, l'or blanc couvre les prairies, et ceux qui ne sont pas allergiques reviennent avec de grands bouquets de narcisses. Un éden où l'on sait vivre et manger. Et déguster quelques divins nectars d'ici. Ce vendredi 7 février 2014 pluvieux, un ami de jeunesse avisé, connaissant mon goût pour le terroir, a réservé Au Bon Vin. Lui et moi avons depuis voyagé dans le monde entier, mais retrouvons avec plaisir nos mets d'enfance... Place à la cochonnaille! Une minuscule salle de café est prise d'assaut, et nous sommes accueillis magnifiquement par la patronne, Portugaise. Avenante, causante, souriante... Vient vite cet instant sacré où l'on épluche la carte en salivant, affamés... On y découvre qu'ici le cochon est bichonné par le patron du téton au caïon... Difficile pour un Vaudois de faire son choix dans ce florilège de fricandeaux maison (30 fr., 220 grammes), de boutefas (18 francs), de saucisses, de tendrons (28 francs)... Nous optons pour le Menu du caïon, qui donne une belle idée de nos spécialités. Pour 38 francs, le festival commence... 3 mini-Malakoffs et sa moutarde précèdent 1/2 saucisse à rôtir, 1 atriau et une belle portion de rösti 1/2 saucisse aux choux et son papet et... ... 1 dessert. Je ne citerai pas les établissements où la demi-saucisse serait une saucisse entière en plat du jour. Boycottés! La saucisse à rôtir maison, parfumée et épicée avec amour, est exceptionnelle. Elle justifie à elle seule de revenir rapidement. L'atriau est d'une finesse qui rappelle celui de la regrettée Cézille à Begnins, sans le goût de foie insistant. Une réussite totale. Quant à la saucisse aux choux, moelleuse, les amateurs de fumé seront séduits... Moi un poil moins. ¨ Mes rösti mijotés dans un mélange saindoux-huile-beurre et dorés par surprise sur la fin valent ceux-ci. Excellents! Le papet mériterait de s'abandonner un peu plus dans un bouillon ou du vin. Et la finale des Vaudois, soit une tombée de vinaigre (recette sur Topio.ch). Le filet de crème est là, selon le charmant maître des lieux, aux fourneaux depuis 23 ans. Pas convaincue par la recette de mon ami, qui finalise avec quelques brins d'estragon. Me réjouis de tester son papet à lui, mais l'estragon n'aurait pas la cote chez tout le monde, comme les oignons dans les rösti, nous confirme le chef. Mmmmhhh... Les oignons... Pour le dessert, nous pouvons choisir, et je ne résiste pas à craquer pour des cerises au kirsch. Rien de tel pour faire passer un repas vaudois! Elles sont fermes et croquantes dans leur bien-nommée eau-de-vie... La crème au chocolat de mon vis-à-vis a belle allure... Les tableaux, choisis par Madame, parlent de ce coin de pays comme Gilles, qui repose non loin du Bon Vin... Et Monsieur a casé une partie de ses maquettes de trains Märklin. Tout ici nous rappelle notre jeunesse... Madame est intarissable sur la région et ses souvenirs. On ne s'en lasse pas. Et nous partons les derniers... Belle soirée, belle adresse. A refaire dans les plus brefs délais.
0 Commentaires   10 Votes   En savoir plus
Palace Sushi Zen (Lausanne Palace)
Palace Sushi Zen (Lausanne Palace)
27.01.2014, 18:24
Expérience intéressante ce mercredi 22 janvier 2014 au SUSHI ZEN attenant au LP's, le bar du fameux Lausanne-Palace. Je précise tout de suite que les sushis ne m'ont jamais fait fantasmer, appréciant modérément le riz, et froid de surcroît. J'ai découvert la cuisine de l'Empire du Soleil levant à Paris, il y a une trentaine d'années, dans un restaurant plein d'authentiques Japonais se délectant... Souvenirs d'algues au goût de vase stagnante et de préparations improbables. Et du sandwich baguette qui a suivi cette expérience plutôt désagréable... A Lausanne, j'ai pu apprécier la gastronomie nipponne à la Voile d'Or, dans les années 90, qui a abrité trop peu de temps cet établissement exceptionnel à tous points de vue. Le Teppanyaki du chef venu exprès de Tokyo hante encore mes papilles et mes pupilles. Les Tempura également. A Lutry, nouvelle expérience à La Tour. Pas mal, bien que je préfère la cuisine chinoise, thaï, coréenne... Et puis ces fameux sushis « so chic » et à la mode, que l'on trouve partout en grande surface et à l'emporter dans des take-away... Plus ou moins secs, plus ou moins généreux, rarement goûteux. Nous nous trouvons donc quatre, au SUSHI ZEN ce midi, dans un cadre que ne renierait pas Stendhal... Une déco en rouge et noir élégante et sobre... Un bar à poissons trône au milieu, avec des cuisiniers nippons qui jonglent et s’affairent. A l’accueil, des Européens avenants, sans plus (on n’est pas chez « Michou »), pros, efficaces. Rapidement pris en charge par une charmante jeune femme et puis par un homme bien réveillé pour les boissons, nous jetons notre dévolu sur : - une bouteille de Demoiselle de Sociando Mallet (Haut-Médoc) à 68 francs. - deux menus Yamato (5 nigiris spéciaux, 3 makis, 1 temaki (choix du jour, sushi roulé dans une feuille d’algue, excellente), soit un assortiment de 9 sushis et makis, et à choix d’une soupe miso ou d’une salade. Pour 46 francs par personne, avec une salade « mêlée » vraiment riquiqui (composée de quelques feuilles de roquette et deux trois lamelles de radis avec une touffe de pousses d’alfalfa) OU la soupe miso mini. - un menu Sakula (6 nigiris et 4 makis, soit un assortiment de 10 pièces de sushis et makis, salade OU soupe miso OU entrée du jour. Pour 36 francs. - un Sashimi de saumon à 21 francs suivi d’un Udon de bœuf (soupe genre Phò vietnamienne avec de grosses nouilles, mais portion dégustation et un peu clairette), à 21 francs également. - une Crème brûlée au sésame noir (11 francs). Mon dessert à moi. Une tuerie totale ! Rien que pour elle je reviendrai feuler ici. La petite pellicule de sucre caramélisé est absolument di-vine ! La crème est parfumée, savoureuse… - un Osura Natcha (dessert avec une glace entourée de haricots rouges) (10 francs) - deux Maki Yuzu (petit sushis au chocolat et autres délicatesses avec une glace au parfum de kumquats? Subtil.) - 1 café (5 francs. N’importe quoi !) - 1 thé vert en sachet (9 francs ! Hum !) - 1 San Pellegrino (6 fr. 50. Mouais…) Au total pour un lunch sans prétention (en tout cas de notre part) : 319 fr. 50 pour quatre, sans faire d’excès. Dommage du peu, à ce propos... Comme dans la Brasserie du cinq-étoiles, plus une place de libre et difficile de déjeuner sans réserver. Si l’addition me paraît un peu surfaite, je dois reconnaître qu’on déguste au SUSHI BAR du Lausanne-Palace les meilleurs sushis qui soient… Dodus, fondants en bouche, des poissons d’une fraîcheur remarquable, des produits d’excellente qualité. Et un grand pot de Teriyaki permet de « mouiller » et faire descendre ce mets avec qui je peux me réconcilier. Une belle grosse boulette de wasabi donne le petit coup de fouet bienvenu à ce repas. Et les lamelles de gingembre mariné participent au festival de couleurs et de saveurs nipponnes.
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Sushi Zen
Sushi Zen
27.01.2014, 18:19
Expérience intéressante ce mercredi 22 janvier 2014 au SUSHI ZEN attenant au LP's, le bar du fameux Lausanne-Palace. Je précise tout de suite que les sushis ne m'ont jamais fait fantasmer, appréciant modérément le riz, et froid de surcroît. J'ai découvert la cuisine de l'Empire du Soleil levant à Paris, il y a une trentaine d'années, dans un restaurant plein d'authentiques Japonais se délectant... Souvenirs d'algues au goût de vase stagnante et de préparations improbables. Et du sandwich baguette qui a suivi cette expérience plutôt désagréable... A Lausanne, j'ai pu apprécier la gastronomie nipponne à la Voile d'Or, dans les années 90, qui a abrité trop peu de temps cet établissement exceptionnel à tous points de vue. Le Teppanyaki du chef venu exprès de Tokyo hante encore mes papilles et mes mirettes. Les Tempura également. A Lutry, nouvelle expérience à La Tour. Pas mal, bien que je préfère la cuisine chinoise, thaï, coréenne... Et puis ces fameux sushis « so chic » et à la mode, que l'on trouve partout en grande surface et à l'emporter dans des take-away... Plus ou moins secs, plus ou moins généreux, rarement goûteux. Nous nous trouvons donc quatre, au SUSHI ZEN ce midi, dans un cadre que ne renierait pas Stendhal... Une déco en rouge et noir élégante et sobre... Un bar à poissons trône au milieu, avec des cuisiniers nippons qui jonglent et s’affairent. A l’accueil, des Européens avenants, sans plus (on n’est pas chez « Michou »), pros, efficaces. Rapidement pris en charge par une charmante jeune femme et puis par un homme bien réveillé pour les boissons, nous jetons notre dévolu sur : - une bouteille de Demoiselle de Sociando Mallet (Haut-Médoc) à 68 francs. - deux menus Yamato (5 nigiris spéciaux, 3 makis, 1 temaki (choix du jour, sushi roulé dans une feuille d’algue, excellente), soit un assortiment de 9 sushis et makis, et à choix d’une soupe miso ou d’une salade. Pour 46 francs par personne, avec une salade « mêlée » vraiment riquiqui (composée de quelques feuilles de roquette et deux trois lamelles de radis avec une touffe de pousses d’alfalfa) OU la soupe miso mini. - un menu Sakula (6 nigiris et 4 makis, soit un assortiment de 10 pièces de sushis et makis, salade OU soupe miso OU entrée du jour. Pour 36 francs. - un Sashimi de saumon à 21 francs suivi d’un Udon de bœuf (soupe genre Phò vietnamienne avec de grosses nouilles, mais portion dégustation et un peu clairette), à 21 francs également. - une Crème brûlée au sésame noir (11 francs). Mon dessert à moi. Une tuerie totale ! Rien que pour elle je reviendrai feuler ici. La petite pellicule de sucre caramélisé est absolument di-vine ! La crème est parfumée, savoureuse… - un Osura Natcha (dessert avec une glace entourée de haricots rouges) (10 francs) - deux Maki Yuzu (petit sushis au chocolat et autres délicatesses avec une glace au parfum de kumquats? Subtil.) - 1 café (5 francs. N’importe quoi !) - 1 thé vert en sachet (9 francs ! Hum !) - 1 San Pellegrino (6 fr. 50. Mouais…) Au total pour un lunch sans prétention (en tout cas de notre part) : 319 fr. 50 pour quatre, sans faire d’excès. Dommage du peu, à ce propos... Comme dans la Brasserie du cinq-étoiles, plus une place de libre et difficile de déjeuner sans réserver. Si l’addition me paraît un peu surfaite, je dois reconnaître qu’on déguste au SUSHI BAR du Lausanne-Palace les meilleurs sushis qui soient… Dodus, fondants en bouche, des poissons d’une fraîcheur remarquable, des produits d’excellente qualité. Et un grand pot de Teriyaki permet de « mouiller » et faire descendre ce mets avec qui je peux me réconcilier. Une belle grosse boulette de wasabi donne le petit coup de fouet bienvenu à ce repas. Et les lamelles de gingembre mariné participent au festival de couleurs et de saveurs nipponnes.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Mon profil

Ville de l'établissement: Prilly

J'aime:

Je n'aime pas:

8
Amis
93
pts de réputation

Amis

Emilie Williamson
 Membre Gold
22171 Amis
38684 pts de réputation
julia robert
3 Amis
30 pts de réputation
Dominique Locher
 Membre Gold
152 Amis
1768 pts de réputation
© 2008 - 2014 iTaste SA

 X