Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Michelangelo Mosena

Dernières consultations

Nectar
Nectar
Code Bar
Code Bar
Churrascaria Copacabana
Churrascaria Copacabana
Rosso
Rosso
Mama Africa
Mama Africa

Envies

Restaurant du Chasseur
Restaurant du Chasseur

Actualité iTaste

Rosso
Rosso
19.09.2012, 23:14
très bonne table pour les pizzas ce n'est pas facile à trouver mais cela en vaut la peine, même le café était excellent. le décor de cet ancien dépôt de gaz est vraiment sympa comme l'est le personnel qui malgré que c'était plein est très attentif Il faut absolument réserver !
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Les Curiades
Les Curiades
25.03.2011, 16:13
Ce repas fut une bonne surprise. J'ai pris le menu Terroir et ce fut une réussite, tant au niveau de la qualité que de la quantité.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Double Z
Double Z
25.03.2011, 16:17
Accueil et service très chaleureux. Décoration originale. Avons pris le menu du jour qui était délicieux.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Café de la Poste
Café de la Poste
19.03.2011, 12:53
Accueil sympathique dans un cadre de pinte villageoise. La qualité et la cuisson des viandes étaient excellentes. Une touche d'originalité avec un mélange de fleurs pour le goût et la présentation des plats. En plus de la carte, la cheffe nous a proposé ses suggestions.
1 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

très bonne table pour les pizzas ce n'est pas facile à trouver mais cela en vaut la peine, même le café était excellent. le décor de cet ancien dépôt de gaz est vraiment sympa comme l'est le personnel qui malgré que c'était plein est très attentif Il faut absolument réserver !

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Ce repas fut une bonne surprise. J'ai pris le menu Terroir et ce fut une réussite, tant au niveau de la qualité que de la quantité.

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Accueil et service très chaleureux. Décoration originale. Avons pris le menu du jour qui était délicieux.
La carte des vins, mais ils sont en cours de renouvellement.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Accueil sympathique dans un cadre de pinte villageoise. La qualité et la cuisson des viandes étaient excellentes. Une touche d'originalité avec un mélange de fleurs pour le goût et la présentation des plats. En plus de la carte, la cheffe nous a proposé ses suggestions.
La carte des vins est un peu courte.
1 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Entre amis

Le Miroir d'Argentine
Le Miroir d'Argentine
30.06.2014, 19:44
Tant et tant de souvenirs de randonnées dans ce coin béni des Dieux... Solalex, sur la commune de Gryon via La Barboleuse, et tout proche de Villars... De là, vous pouvez partir à pied à Frience, à l'Alpe des Chaux, ou même à Derborence, qui a si bien inspiré Ramuz ou le cinéaste Francis Reusser... Par tous les temps, ce paysage est parmi les plus beaux du monde, à mon sens... Une table est réservée, ce samedi 29 juin à 1 heure, et je retrouve donc ce restaurant d'altitude sous mon beau Miroir d'Argentine, tenu par la famille Jaggi depuis 32 ans... Martine, André et Lucien reçoivent avec plaisir et cela se voit dès la porte franchie... En cuisine et au service, on sent une affaire qui roule... (A ne pas confondre avec le Restaurant L'Argentine aux Plans-sur-Bex, qui a connu des tenanciers et des fortunes diverses). Une feuille de papier de propositions écrites à la main (!) d'une belle écriture, qui changent régulièrement, nous incite à choisir une entrée parmi Le Feuilleté au fromage "mayens" à 15 ou 11 fr. Le Foie gras de canard, toast à 20 ou 16 fr. Les Rouleaux de printemps à la livèche sur lit de saladine à 18 ou 14 fr. La Fricassée de champignons à 18 ou 14 fr. La Salade mêlée à 11 fr. En plats principaux, nous hésitons entre Le Risotto aux tomates olivettes, salade à 28 fr. Le Suprême de poulet farci aux olives noires de Nyons AOC, couscous, courgettes et coulis de légumes à 29 fr. La Cassolette de champignons, rösti, saladine à 28 fr. La Langue de veau et bœuf, sauce moutarde, rösti, courgettes à 28 fr. Le Filet d'agneau, jus à l'échalote (un seul t, SVP), rösti, courgettes à 45 fr. L'Escalope de veau viennoise, rösti, courgettes et coulis de légumes à 39 fr. Nous optons pour La Cassolette de champignons, rösti, saladine... Et nous nous réservons pour le dessert somptueux qui nous fait de l'œil pas bien loin, donc pas d'entrée... Nos assiettes arrivent assez rapidement. Bien présentées, les champignons à la crème dans une petite coupelle, au côté d'un mesclun arrosé d'une huile d'olive de première qualité, une ou deux tomates cerises, et d'une petite portion de rösti, pas assez croustillants à mon goût. On sent toutefois que le maître des lieux et ses proches aiment les bons produits, mitonnés à l'instant avec respect. Dommage du peu... Suis de plus en plus frustrée, ayant souvent l'impression de me trouver devant des portions dégustations. A 28 francs la cassolette, j'aurais bien vu plus de pommes de terre, franchement. Pour accompagner le repas, un demi d'humagne à Germanier à 27 francs. Rarement déçue par un humagne... Le mille-feuille aux framboises est ensuite plus que bienvenu... Portion congrue là aussi, mais tellement appétissant, avec sa petite couche de feuilleté caramelisé et sa Chantilly... Un véritable délice. Il doit être au poids, puisque l'un est à 9 fr. 50 et l'autre à 8 fr. 50... Ca fait quand même cher le kilo! Avec deux cafés, nous réglons 108 fr. 40 avec une très désagréable sensation de faim. Dommage, sinon c'est parfait. L'établissement est charmant, tout en bois, plus chic que son vis-à-vis, couru par les randonneurs et les montagnards. Et Lucien, le doyen, virevolte d'une table à l'autre avec un petit gilet à edelweiss du plus bel effet... J'imagine que sans réservation, les week-ends, il doit être difficile de trouver une table. A relever, mes petites chiennes sont très bien accueillies. Non négligeable pour tous ceux qui font des marches avec leur compagnon à poil. Et il y a une belle terrasse. Pour la qualité ET la quantité, ET les prix, je retournerai donc en face, au Refuge de Solalex, chez les Cheseaux, qui travaillent avec les meilleurs produits eux aussi, proposent des mets typiques style fondue, ou raclette à volonté, mais également des propositions de saison, et des desserts pleins de petits fruits et de crème fouettée, intéressants tant pour l'œil que pour les papilles... J'y ai dégusté de la chasse exquise en automne... Le service y est plus aléatoire, en revanche...
0 Commentaires   9 Votes   En savoir plus
Populaire
Populaire
31.05.2014, 18:00
LE POPULAIRE À VERS-CHEZ-LES-BLANC… LE « POPU » POUR LES INTIMES, et il y en a beaucoup, de fidèles totalement conquis… Tenu depuis 1936 par la même famille, voilà une valeur sûre aux parfums de Jorat et de sous-bois… Belle nouvelle, la relève serait assurée. Comme les Brigands, nous allions parfois, le dimanche en famille quand j’étais petite fille, nous régaler des « Trois rôtis », veau, porc et bœuf, dans une onctueuse sauce aux champignons… Puis, avec mon mari, nous avons perpétué la tradition, et notre fiston aussi a aimé ce restaurant vaudois. Si la formule « 3 rôtis » a disparu, je continue ponctuellement à prendre la route du Chalet-à-Gobet pour rejoindre cet établissement, dont le nom seul évoque tant de Bonheur. Le cadre n’a pas changé. Le café à l’entrée, où se tiennent le patron et madame avant le coup de feu, et leurs amis. Et à droite, une salle à manger joliment décorée et rafraîchie… Semblant tout droit venue de Louisiane, l’aimable et souriante serveuse bichonne ses clients depuis quatorze ans… Et depuis quatorze ans, elle ne se départit pas de son sourire ! La patronne aussi sert les clients et veille sur eux avec attention. CE DIMANCHE 25 MAI À MIDI, NOUS OPTONS POUR LE MENU À 39 FRANCS. 1) Déclinaison de filets de poisson fumés et saladine de printemps (féra, truite et saumon, moelleux les trois. Un généreux régal). Sur l’assiette en verre, carrée, la salade est composée de jeunes pousses, de feuilles d’endive, décorée de tranches de tomate et d’une fleur violette. Papilles et pupilles y trouvent leur compte. Servis avec une cuiller de crème au raifort aérienne et un bon morceau de citron et du beurre frais. Et de la baguette au pavot. 2) Rôti de veau au four, sauce champignons, Pommes nouvelles sautées (et parfumées aux herbes de Provence, où le thym titille agréablement), Légumes au beurre. Un régal ! Entre la carotte, la rave et le pois mange-tout, le radis poêlé est une très agréable surprise… 3) Soupe de fraises et sa glace vanille (décorée d’une feuille de menthe, d’un bricelet et d’un carré de chocolat). La salle du restaurant comme le café sont pleins de connaisseurs du cru… Familles avec enfants, couples, personnes d’un certain âge ou jeunes… Mais, au cœur du pays vaudois, tout est feutré, charmant, hors du temps… TOUT CE QUE J’AIME DANS UN RESTAURANT : UN EXCELLENT RAPPORT QUALITÉ-PRIX POUR UNE CUISINE D’EXCEPTION, DANS UN CADRE CHALEUREUX ET CHOISI. Parmi les spécialité de la maison, la fameuse et copieuse saucisse à rôtir sautée de Vers-chez-les-Blanc et son jus brun, à 28 fr. CE DIMANCHE AUSSI, SUR LES ARDOISES : Filets de perche du Léman meunière à 38 francs (qui dit mieux ?). Filet de féra du lac, à 37 fr. Souris d’agneau confite (que je vois passer, énorme, particulièrement appétissante) à 39 fr. Fricassée de chanterelles et son feuilleté croquant est à 18 fr. en entrée et 35 fr. en plat principal. Mignon de veau aux morilles à 47 fr., Côte de veau, aux morilles aussi, à 45 fr. SUR LA CARTE HABITUELLE : Chaque plat est précédé d’une bonne salade mêlée, et accompagné de rösti, pâtes, riz ou frites, ET de croquants et goûteux légumes au beurre. Une place de choix est laissée à la viande, qui, comme le poisson, sont suisses. Filet de porc aux champignons (sur assiette à 34 fr., deux services à 38). Tournedos (45 fr). Entrecôte ou médaillons de filet de bœuf (2 services, 43 fr.), entrecôte de cheval (150 ou 200 g.). L’escalope est conjuguée nature, panée ou aux champignons… A 36, 37 ou 39 fr. Avec les sauces Poivre vert, Beurre maison (4 fr. 50) ou Champignons (5 fr.). Tartare de bœuf (180 g.) coupé au couteau et ses toasts (32 fr.). Pour les amateurs : Riz de veau croustillant, Foie de veau à l’anglaise (que de souvenirs pour les Baby Boomers quand le foie était paré de toutes les vertus, 38 fr.) Nage de crevettes sauce coco… Pour les petites faims et les en-cas entre deux circuits pédestres, rösti avec deux œufs au plat (18 fr.), croûte aux champignons (25 fr.), assiette de viande séchée (25 fr.), fondue 2/3 gruyère 1/3 vacherin (22 fr. 50 pour 200 g., 26 fr. pour 300 g.), mesclun de Chavignol en entrée (19 fr. 50)ou en plat principal (27 fr.). A la carte, la salade mêlée est à prix normal, soit 5 fr. 50. Et la grande, en plat, est à 14 fr. 50. Des prix et des portions adaptés aux petits aussi… Café, Restaurant: Populaire Belet Jacques (-Crausaz) fermé Di dès 16 h et Lu route du Jorat 67 1000 Lausanne 26 VD Le Popu à Vers-chez-les-Blanc…
0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
Edelweiss Lausanne
Edelweiss Lausanne
31.05.2014, 18:39
Edelweiss… Une fleur qui évoque nos montagnes, nos alpes verdoyantes… Une étoile des neiges protégée… Le meilleur de la Suisse. C’est le nom qu’ont choisi les nouveaux tenanciers de la mythique et regrettée Voile d’Or, à côté du bien nommé Watergate… Ouvert il y a trois jours dans le décor de rêve cher aux Lausannois depuis 1964, ce restaurant excite la curiosité et occupe les conversations des Sous-Gariens… En ce samedi partiellement ensoleillé, je décide donc, en voisine et avant d’aller lire et bronzer sur la plage, de tester cet endroit. La carte propose nos mets d’ici, les filets de féra (37 francs), les filets de perche (45 francs), les fondues, les viandes… J’opte pour la croûte au fromage… Un charmant monsieur à l’accent chantant du sud de la France vient prendre la commande… Deux décis de pinot… Premier bémol, on doit choisir en principe entre 3 dl ou un demi (5 fr. 50 le déci)… Une coupelle d’eau est apportée à mes lhassa… A trois mètres du Léman. Sympa, mais pas nécessaire franchement. La saucisse à rôtir, de porc, que toutes les mamans vaudoises mijotent sur un lit d’oignons, est à 27 francs. Trop cher, comme au Café de Riex, pour un plat traditionnel. Une délicieuse petite salade bien fraîche arrive avant mon mets, avec une sauce blanche et… industrielle. Dommage. La table est très (trop) joliment dressée, avec des dessous-de-plat ornés d’un piolet (à faire rêver de sommets), des ardoises pour poser les plats brûlants du four. Les verres arborent un edelweiss… De quoi nous filer la nostalgie et nous inciter à faire une heure de voiture pour nous trouver dans la nature, là où l’on savoure des raclettes à volonté pour trois fois rien. Ma croûte arrive, ne baigne heureusement pas dans l’huile (le fromage est de bonne qualité), avec un cornichon et quelques morceaux de tomate. Pour deux tranches de pain, 19 francs… Je demande le poivrier… On m’en apporte un grand, imposant, mais… vide… A trois jours de l’ouverture, ça augure. Le gentil monsieur au service en fait des tonnes. Je le verrais bien dans un restaurant branché du centre-ville, avec sa tchatche et sa faconde provençale... Il en rajoute, court sur la grande terrasse qui ne manquera pas d’être pleine en été… Il peut compter sur un collègue, qui aura lui aussi intérêt à être bien réveillé, au risque d’essuyer les mêmes critiques sur le temps d’attente que la pizzeria chic et cher attenante. Des amis du quartier, qui n’ont pas manqué d’en parler, on testé une fondue la semaine passée. Bonne. Deux femmes ont choisi aujourd’hui des viandes de bœuf, excellentes paraît-il… En ce qui me concerne, la déception est à la hauteur de l’attente… J’espérais un restaurant simple et cosy, avec de la bonne cuisine d’ici à prix correct. Les touristes y trouveront certainement leur compte et s’extasieront sur les palmiers et les bateaux du port de Vidy. Les gens d’ici, j’en suis moins sûre…
0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
Edelweiss, Lausanne
Edelweiss, Lausanne
31.05.2014, 16:15
Edelweiss… Une fleur qui évoque nos montagnes, nos alpes verdoyantes… Une étoile des neiges protégée… Le meilleur de la Suisse. C’est le nom qu’ont choisi les nouveaux tenanciers de la mythique et regrettée Voile d’Or, à côté du bien nommé Watergate… Ouvert il y a trois jours dans le décor de rêve cher aux Lausannois depuis 1964, ce restaurant excite la curiosité et occupe les conversations des Sous-Gariens… En ce samedi partiellement ensoleillé, je décide donc, en voisine et avant d’aller lire et bronzer sur la plage, de tester cet endroit. La carte propose nos mets d’ici, les filets de féra (37 francs), les filets de perche (45 francs), les fondues, les viandes… J’opte pour la croûte au fromage… Un charmant monsieur à l’accent chantant du sud de la France vient prendre la commande… Deux décis de pinot… Premier bémol, on doit choisir en principe entre 3 dl ou un demi (5 fr. 50 le déci)… Une coupelle d’eau est apportée à mes lhassa… A trois mètres du Léman. Sympa, mais pas nécessaire franchement. La saucisse à rôtir, de porc, que toutes les mamans vaudoises mijotent sur un lit d’oignons, est à 27 francs. Trop cher, comme au Café de Riez, pour un plat traditionnel. Une délicieuse petite salade bien fraîche arrive avant mon mets, avec une sauce blanche et… industrielle. Dommage. La table est très (trop) joliment dressée, avec des dessous-de-plat ornés d’un piolet (à faire rêver de sommets), des ardoises pour poser les plats brûlants du four. Les verres arborent un edelweiss… De quoi nous filer la nostalgie et nous inciter à faire une heure de voiture pour nous trouver dans la nature, là où l’on savoure des raclettes à volonté pour trois fois rien. Ma croûte arrive, ne baigne heureusement pas dans l’huile (le fromage est de bonne qualité), avec un cornichon et quelques morceaux de tomate. Pour deux tranches de pain, 19 francs… Je demande le poivrier… On m’en apporte un grand, imposant, mais… vide… A trois jours de l’ouverture, ça augure. Le gentil monsieur au service en fait des tonnes. Je le verrais bien dans un restaurant branché du centre-ville, avec sa tchatche et sa faconde provençale... Il en rajoute, court sur la grande terrasse qui ne manquera pas d’être pleine en été… Il peut compter sur un collègue, qui aura lui aussi intérêt à être bien réveillé, au risque d’essuyer les mêmes critiques sur le temps d’attente que la pizzeria chic et cher attenante. Des amis du quartier, qui n’ont pas manqué d’en parler, on testé une fondue la semaine passée. Bonne. Deux femmes ont choisi aujourd’hui des viandes de bœuf, excellentes paraît-il… En ce qui me concerne, la déception est à la hauteur de l’attente… J’espérais un restaurant simple et cosy, avec de la bonne cuisine d’ici à prix correct. Les touristes y trouveront certainement leur compte et s’extasieront sur les palmiers et les bateaux du port de Vidy. Les gens d’ici, j’en suis moins sûre…
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
restaurant du Théâtre de Vidy
restaurant du Théâtre de Vidy
16.05.2014, 23:13
MIDI, VENDREDI 16 MAI 2014, Théâtre de Vidy, Lausanne, 1964-2014... Nouvelle direction, nouveau cuisinier, nouveau décor, nouvelle programmation, nouveau printemps... Baby boomers, "nés avant" et viennent-ensuite, je ne vous dis que ça! Allez au bord du lac, et (re)découvrez cet endroit magique dans son écrin de verdure face à la France et au Léman. C'est de la France, et plus précisément du Festival d'Avignon, que nous vient Vincent Baudriller, le nouveau maître des lieux nommé l'an dernier. Il succédait à une direction bicéphale, dont mon cher ex-collègue René Z., qui a remplacé en 2012 le producteur et patron René Gonzalez, terrassé par un vilain cancer. Ce vendredi 16 mai de Saints de Glace, en voisine, je choisis pour déjeuner le foyer du théâtre. Du soleil, mais trop de bise pour la terrasse au panorama de rêve... Ce midi, Manu, sympa et bien réveillé, prend la commande au comptoir, et nous appelle par notre prénom quand l'assiette est prête. Avec deux décis de vin très correct pour accompagner mon repas. Les prix aussi sont corrects... Un magnifique risotto aux crevettes est au programme, ou une salade de crevettes-avocat, ou une quiche au chèvre et crudités... Pas de carte autrement, mais chaque jour de nouvelles propositions... Service au bar... Pour les comédiens et les employés du théâtre d'abord, mais ouvert au public aussi. Mes amis et moi avions boycotté cet endroit géré (mal) par la Ville, tant la cuisine y était médiocre et l'accueil parfois antipathique. Une triste carte de visite pour l'institution culturelle! Eh bien c'est une excellente surprise du point du vue gustatif (mon risotto est par-fait, les crevettes à la fois tendres et fermes, nappées d'une sauce style Nantua excellente. Le brin de ciboulette est le petit plus qui ravit la pupille aussi. Pas mal, la salade... Depuis une année environ, Johan, le nouveau cuisinier, semble connaître et aimer lui aussi la bonne chère. Mes potes de la plage voisine, les Beach Dreamers de la Voile d'Or, reviennent au TdV et décrivent avec force détails de belles salades de chèvre chaud, des assiettes du jour avenantes, des pâtes al dente... Je me souviens avec amusement d'avoir croisé Vincent Baudriller l'an dernier, l'air dubitatif... Il prenait les rênes d'un Théâtre certes mythique, mais poussiéreux et peu attractif. Sûrement a-t-il songé lui aussi que tout était à revoir... Ou peut-être de fuir au galop... En fait, il a pris son temps et ses marques... Loin, les vieilles tables et leurs chaises qui ont supporté des postérieurs illustres, mais ne le méritaient plus! (Me souviens de Michel Piccoli gratouillant une assiette tristounette sur son siège et dans un environnement indignes d'un tel lieu). Un décor plus design, une réception déplacée intelligemment vers l'entrée nord, avec des présentoirs et la nouvelle programmation (dont un spectacle événement en juin), la revue "Auditoire" des étudiants, des prospectus, à côté du "petit coin", incontournable... Public et artistes ne s'y trompent pas, et une belle et nouvelle énergie circule alentour... Mes petites chiennes lhassa se sont enfilées sous les grands tables au bois clair et piquent un roupillon, avant leur balade au bord du lac... Je déguste mon plat du jour dans un joyeux brouhaha, scotchée devant "Expo Visions", une vidéo où j'espère reconnaître un parent ou un ami... J'avais 10 ans, en 1964. Emotion... :) Les affiches et le programme de la saison à venir s'adressent à toutes les générations. Une couv' avec une dame d'un certain âge, une autre avec un jeune original... Le public un peu protestant et austère va peut-être enfin partager le choix de ce passionné de scène réputé et innovant avec tous ceux qui n'osaient franchir les portes de la "chapelle". Née en 1964 de l'ardent désir de Gonzalez. Peut-être reprendrai-je même l'abonnement... On y célèbre une Expo 64 avec des vidéos, des photos, des panneaux d'affichage sur la pelouse et la colline de la Voile d'Or... Les soirs de représentation, de chaudes salées au fromage et les soupes aux légumes n'enchantent pas que les spectateurs. Les Sous-Gariens aussi "soupent" ici. Et les gâteaux, "tartes" traduction pour le nouveau directeur (à la rhubarbe comme l'autre jour) valent à eux seuls le déplacement. Ne manquez pas de tester la cuisine, simple mais excellente, du restaurant-foyer du Théâtre de VIDY, de découvrir l'hommage à l'Expo nationale de 64, et bien sûr le programme 2014-2015 de Vincent Baudriller, ex-codirecteur du Festival d'Avignon..... Et last but not least, nous sommes bien au XXIe siècle. Le wifi nous relie aussi au monde...
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus

Mon profil

Ville de l'établissement: Prilly

J'aime:

Je n'aime pas:

8
Amis
93
pts de réputation

Amis

Josée Lavanchy
 Membre Gold
83 Amis
5965 pts de réputation
Christel Stadelmann
 Membre Silver
7 Amis
351 pts de réputation
Joanie Waelti
 Membre Gold
18 Amis
502 pts de réputation
© 2008 - 2014 iTaste SA