Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de yves jordan

Dernières consultations

Le Berceau des Sens (EHL)
Le Berceau des Sens (EHL)
Emilios
Emilios
Café des voyageurs
Café des voyageurs
Le Floris
Le Floris
Le Duo
Le Duo

Envies

Kakinuma
Kakinuma
La Cantine des Commerçants
La Cantine des Commerçants
Le Rectiligne
Le Rectiligne
Les Terrasses de La Tour Rose
Les Terrasses de La Tour Rose

Actualité iTaste

Sawasdee
Sawasdee
24.11.2014, 18:51
Dimanche soir, accueil parfait, entrées variées, diner un poisson grillé et en sauce , riz nature, bonne bouteille de vin rouge, 2 pers addition 180 CHF avec une glace tiramisu et amareto…
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Brasserie Lipp
Brasserie Lipp
24.11.2014, 18:44
Une visite cette après midi 4 verre de Santeney et 12 huîtres N°2 vin à 9.20 le dl et huîtres à 7.20 la pièce. belle accueil, service rapide et agréable, huître merveilleuse et vin excellent.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Le Cottage
Le Cottage
18.03.2013, 09:32
Cuisine des grillades avec des sauces morilles, sauce cottage, et une sauce à la moutarde de grains légèrement sucrée une nouveauté pour les rognons, un jeune chef au fourneaux qui est méticuleux, une cuisine qui monte en puissance. Une vrai bonne adresse à redécouvrir avec sa nouvelle brigade.
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Patara (Hotel Beau-Rivage)
Patara (Hotel Beau-Rivage)
03.06.2012, 19:22
Cookfriendly Café UGS
Cookfriendly Café UGS
19.05.2012, 01:03
Musique de Frank Sinatra, normale sans trop d'excès, le patron d'origine Bernoise, vous a écouté M. Stephane J. Vos remarques ont été entendues, une jolie réhabilitation des lieux, avec sur un mur, une vidéo du film des temps moderne avec Charlie Chaplin, cuisine très goûteuse, les vins bio-dynamiques ( en fait dans le respect de la bio-diversité), le service à revoir un peu, le patron est charmant, son serveur se donne de la peine, l'identité mériterais un changement d'enseigne pour une version au temps moderne par exemple. Une enseigne mieux définie exemple projection sur le trottoir d’une enseigne du type hologramme. Il faut savoir que ce lieu qui est classé au patrimoine de genève est une première création d’un plafond en béton armé de 1903. Architecte Léon Bovy.
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

Dimanche soir, accueil parfait, entrées variées, diner un poisson grillé et en sauce , riz nature, bonne bouteille de vin rouge, 2 pers addition 180 CHF avec une glace tiramisu et amareto…

0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Une visite cette après midi 4 verre de Santeney et 12 huîtres N°2 vin à 9.20 le dl et huîtres à 7.20 la pièce. belle accueil, service rapide et agréable, huître merveilleuse et vin excellent.

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Cuisine des grillades avec des sauces morilles, sauce cottage, et une sauce à la moutarde de grains légèrement sucrée une nouveauté pour les rognons, un jeune chef au fourneaux qui est méticuleux, une cuisine qui monte en puissance. Une vrai bonne adresse à redécouvrir avec sa nouvelle brigade.

0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Musique de Frank Sinatra, normale sans trop d'excès, le patron d'origine Bernoise, vous a écouté M. Stephane J. Vos remarques ont été entendues, une jolie réhabilitation des lieux, avec sur un mur, une vidéo du film des temps moderne avec Charlie Chaplin, cuisine très goûteuse, les vins bio-dynamiques ( en fait dans le respect de la bio-diversité), le service à revoir un peu, le patron est charmant, son serveur se donne de la peine, l'identité mériterais un changement d'enseigne pour une version au temps moderne par exemple. Une enseigne mieux définie exemple projection sur le trottoir d’une enseigne du type hologramme. Il faut savoir que ce lieu qui est classé au patrimoine de genève est une première création d’un plafond en béton armé de 1903. Architecte Léon Bovy.
Le service
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus
Situation historique de cet établissement ouvert par la famille Jordan Brasserie International, puis café Victoria, après Ethno, nous avons pris en apéritif du Champagne Deutz Brut, un tartare de thon rouge et mangue et deux ravioli de Loup, et pour finir deux moelleux chocolat. Pour un diner découverte de ce lieu, nous avons choisi des mets de hautes qualités et tout au Champagne deux coupes en apéritif, plus une Bte à 95 CHF. Les cuisiniers du Richemond nous montrent leurs cuisines... En terrasse sait Top à midi, malgré la circulation.
L'insonorisation...à l'intérieur
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus
En apéritif une Hoogarden bière blanche Belge de la brasserie LEFFE, un plat du jour correct, une entrecôte et du Gravlax, un croustillant comme dessert de bonne confection cet cuisine est correct. Les exploitants de ce restaurant au service, nous reçoivent avec tous leurs amabilités, ils se donnent à fond dans leur commerce.
Il est dommage d'avoir une identité historique de ferme rénovée, qui n'est malheureusement pas mise en valeur dans le gros œuvre de cet établissement. Le bar séparé par le service de bain à une salle avec un agencement moderne contemporain, une façade qui manque de cachet, sur une terrasse qui mériterait bien mieux....
0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
L’air du temps ce restaurant à la rue Jean-Violette 14 à Carouge, promotion du terroir genevois avec une petite entreprise de fabrication genevoise de Mozzarella, de Burrata, de Ricotta la Casa Mozzarella : Fabrication artisanale à la rue Dizerens 1 , (http://www.casamozzarella.com/ 076 595 86 54), à Plainpalais. Au lait de vache et de chèvre, ses produits sont de grandes qualités et frais du jour. La tomate cœur de Bœuf, accompagnée de Mozzalella fraîche, du basilic et une saladine assaisonnée d’une vinaigrette italienne au balsamique, d’une brochette de légumes croquants et mariné en cuisson aigre doux, cette Tomate Mozzalella à 17 CHF proposée est en accord parfait sur un événement prochainement : La semaine du goût du 13 au 23 septembre 2012. Voilà une façon de réussir une belle recette. Vins proposés de Sébastien Dupraz de Soral.

0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
Enfin un endroit à Genève où l'on peut déguster des Burgers de qualité du terroir genevois, je félicite ses concepteurs pour leur commerce, le bison, je le demande nature en raison que à part une bonne tomate et de l'oignon cette viande est délicate, il ne faut pas l'assaisonner avec des sauces trop parfumées et épicées. Ma note est basée sur l'approche de la promotion du terroir Genevois
Avec le temps et nos commentaires l'offre sera sûrement revisité dans la qualité des exhausteurs de goût naturellement ainsi créés!
0 Commentaires   10 Votes   En savoir plus
Cuisine de qualité, service professionnel, accueil et ambiance très italienne et moderne, bravo, nous nous sommes restauré un soir le lundi parfait, le tartare de thon rouge de haute définition, la burrata et la mozzarella parfaite, des mets servis avec raffinements.

0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus

Entre amis

Schneeweiss
Schneeweiss
04.07.2015, 20:40
http://labobouffe.blogspot.ch/2015/07/schneeweiss-berlin.html Le Schneeweiss a su se faire une jolie réputation dans le monde gastronomique berlinois et son nom est assez fréquemment cité dans des blogs, guides ou journaux: dans le top 10 des restaurants alpestres de Berlin, dans le TimeOut Berlin et j'en passe, qui en parlent tous en des mots plutôt encourageants tant question cuisine que cadre. Nous voilà donc en plein Berlin Est, dans le quartier de Friedrichshain. Un quartier assez surprenant par ailleurs. Un grand centre ferroviaire dans le coin, alentours entre terrains en friche, bâtisses délabrées et chantiers de construction. Plus au sud, on se rapproche du Spree, des bâtiments modernes côtoyant le rougeoyant prussien et, tout le long de cette rivière, la fameuse East Side Gallery, morceau du mur de Berlin de quelques 1.3km ayant servi de support d'inspiration a un nombre remarquables d'artistes de rue, y laissant s'exprimer, dans le silence des graffitis, tantôt poésie, tantôt dureté, tantôt humour, tantôt gravité. C'est la plus grande galerie continue d'art de rue méritant véritablement un détour, d'autant qu'elle est aujourd'hui menacée par les grapheurs médiocres et irrespectueux ainsi que par les agences de construction. Plus au nord, du côté où se trouve notre destination du soir, des quartiers plus calmes de restos, bistrots ou logements. Dans ce cadre spécial et bigarré se presse une foule dense qui l'est tout autant, franchement axé sur l'alternatif. Aujourd'hui, c'est jour de fête: le 1er mai est une institution indétrônable à Berlin et c'est à Friedrichschain (ou Kreuzberg) que cela se passe ! Concerts en rue, bières coulant à flots, police prête à agir (un vrai bataillon qui, bien qu'équipés pour la chasse au grizzly, sont plutôt bonhommes et ne font pas pression, restant simplement dans leurs fourgons. C'est donc du côté nord que nous serons. Simplonsstrasse, on a l'impression d'être sur la voie principale d'une banlieue résidentielle: peu de voiture, des parcs partout, de jolies maisons, c'est extrêmement calme et on ne peut que penser que de vivre là doit être un bonheur. Un écrin de paix où Blanche-Neige a su imposer une image nouvelle. Car oui, c'est bien là la traduction de Schneeweiss qui d'ailleurs joue sur deux plans avec un tel nom, les deux plans soigneusement imagés en deux logos différents. L'un fait référence à la cuisine alpestre servie dans les lieux, avec un logo dont l'arrière plan, représentera schématiquement un pan de montagne dans un hexagone (rappel des flocons de neige). C'est d'ailleurs le logo « officiel » que l’on verra sur la potence à l'extérieur, extérieur qui brillera d'ailleurs par sa discretion. Dès l'intérieur, on trouvera le logo « alternatif », forcément inspiré du conte bien connu, mais signalant clairement un côté décalé du lieu, car il s'agit d'un nain de jardin blanc tirant un doit d'honneur à son public, esquissant un petit sourire narquois. En gros, d'emblée, j'aime ! On entrera dans un écrin virginal, élégant, juste rehaussé par un parquet et des chaises sombres. Des banquettes en cuir blanc confortables, petites tables carrées, élégamment dressées et comportant toutes un petite ensemble floral aussi blanc que le reste. Au plafond, un magnifique lustre de feuilles de cristal ajoute en élégance et participe à faire de ce lieu un endroit lumineux et sophistiqué. Je vais être obligé de faire une aparté négative immédiatement. Ayant réservé via le système Open Table, le serveur qui nous accueille nous rappelle immédiatement avec beaucoup de nonchalance et un ton peu aimable que les tables « opentable » ne sont disponibles que 2 heures durant et nous fait bien comprendre qu'il allait veilleur au grain pour que l'horaire soit respecté. Si tout au long du repas nous avons été servis par un personnel charmant, souriant, professionnel et serviable, sans jamais se sentir stressé, le même personnage, semblant apprécier faire le sale boulot, viendra au terme du repas nous présenter la porte de sortie. On ne laissera toutefois pas cela gâcher la soirée, c'est bien peu, mais c'est une attitude que j'ai trouvée des plus déplaisante ! Enfin... nous voilà à table et le relais est déjà pris par une charmante serveuse qui nous porte les cartes et nous proposera un apéritif. A la table, un coca et trois cocktail du moment, le « Jäger Negroni », composé essentiellement de prosecco et de Jägermeister (dont l'histoire mérite d'être lue), mêlé de sirop d'herbe (dont je n'ai pas pu trouver la composition). Un cocktail frais, élégant, très équilibré entre amertume et douceur, très plaisant. On en profitera naturellement pour commander l'eau et les deux verres de vin qui accompagneront le repas, un rouge nommé INK, assemblage de pinot noir, Schwarzriesling, Dornfelder, Syrah et Grenache, du domaine Friedrich Becker Junior (2011), un vin élégant et équilibré, aux riches notes de cassis. Consultant la carte, on se réjouira de la voir petite et datée à la semaine, proposant une cuisine « alpestre » fraîche et de saison, raffinée et typique tout à la fois, un rien imaginative et à tarifs tout à fait corrects ! Le choix ne sera pas facile à faire mais on se lancera ! A peine commandé, on nous portera une jolie corbeille de pain, l'un très foncé, au levain et parfumé d'épices semblables au pain d'épice mais en plus discrètes, l'autre mi-blanc tout à fait appréciable. Ils sont accompagnés d'un beurre à la betterave excellent et de crème aigre. En entrée, deux convives se partageront un onglet de bœuf, asperges, morilles et échalotes au vinaigre. Ce n'est pas réellement une entrée mais une catégorie de plat qui est en portion réduite, que le restaurant appelle Zwischengang. Une petite tranche d'onglet tendre à souhait, cuite rosée, trône en maître sur deux tronçons d'asperge blanche savoureuse entourée d'échalotes au vinaigre doux.. Un jus de viande corsé légèrement aigre-doux ajoute en gourmandise à ce plat esthétique. Une belle réussite. Un troisième convive choisira la simple salade de feuilles, joliment garnie, fraîche et colorée, avec une délicate et légère vinaigrette très plaisante. Pour ma part, je me laisserai séduire par une assiette de calamaretti, Cecina, chicorée de trévise, mozzarella de bufflonne et tomate. Une assiette très graphique, grande et ronde, avec le contenu se concentrant en arc de cercle riche en couleurs et reliefs. Sur un lit de fine chapelure (sans doute les restes du pain servi, intelligemment transformé et réutilisé) se dressent des monticules de feuilles de salade fraîche et deux feuilles de trévise, le tout assaisonné d'une splendide pesto. Centrée, une tomate dodue et goûte débitée en un cube régulier devancé par une mayonnaise bonne, assaisonnée sans pour autant que je sois parvenu à déterminer les saveurs. Quelques fines lamelles de Cecina, une viande séchée de bœuf très réputée provenant de León, en Espagne, de saveur exceptionnelle. De la mozzarella de bufflonne, riche en goût, magnifiquement crémeuse est parsemée de-ci de-là et enfin, les calamaretti sont arrangés après avoir été juste surpris, comme il se doit, leur donnant une tendreté parfaite. Et tout cela forme un ensemble tout à fait réussi, où les saveurs et les textures se lient pour arriver à un résultat des plus réjouissant. Une très belle assiette ! Côté plats, à nouveau trois convives choisiront le même plat, soit les raviolis maisons à la courge, noix et herbes fraîches. Une belle assiette, élégante et raffinée, offrant une portion généreuse de raviolis à la pâte de texture parfaite, une farce gourmande où la courge est très présente. Le tout est recouvert d'une béchamelle plutôt légère et de belle saveur tandis qu'une intelligente écume de fromage assez corsé vient couronner le tout. Intelligente car par ce procédé d'écume, l'équilibre des goûts est parfait tandis que « pur », cela aurait eu tendance à devenir trop salé et trop lourd en saveurs. En décoration, quelques feuilles d'épinard, un bouquet de scarole et voilà un plat très réussi. Pour ma part, c'est du flétan de Groenland (ou flétan noir; un poisson que l'on trouve assez peu par chez nous), asperges vertes, romanesco et pop corn au boudin noir. Assiette tout en délicatesse, où de fins tronçons de poisson cuit à la perfection apparemment vapeur ou peut-être sous-vide, chair ferme et fondante, assez proche du colin et à la saveur douce, se perdent dans un amoncellement élaboré d'asperges vertes et de romanesco qui ont gardé du croustillant. Le pop corn, parsemé de ci de là exhale une saveur vraiment intéressante et apportent du croquant au plat. Le tout est légèrement baigné dans une petite et légère sauce crémeuse augmentée de gouttes d'une huile d'olive mêlée d'herbes donnant du relief au plat. Une très belle réussite. Les raviolis tassant plus que le poisson, je serai le seul à prendre un dessert « complet ». Deux convives prendront des mini crèmes brûlées, sans particularité à défaut qu'elles étaient de très belle facture. Pour ma part, je succomberai au brownie au chocolat Callebaut, mûres, éclats de chocolat et crème glacée au chocolat blanc. La Maison Callebaut est probablement l'une des maisons les plus renommée de chocolat belge, que même les grands chefs vont volontiers favoriser, au même titre que Valrhona. La présentation est très agréable et travaillée. Au centre de l'assiette, un carré de gelée cassante de mûre (fait à l'agar-agar) sert de marchepieds à un brownie généreux, sombre, moelleux et fondant. Le chocolat est de très belle qualité et bien présent pour un ensemble pas trop sucré. Une quenelle de glace au chocolat blanc couronne le tout. Savamment répartis dans l'assiette, mures, pop corn chocolatés, sorte de crumble et pointes de gelée de pomme viennent compléter le tout pour un mélange savoureux et réconfortant. On finira ce très beau repas avec un thé, pour une addition de 160.80 euros. Malgré un début et une fin de service mouvementés et, peut-être, un peu fâcheux, il faut souligner la qualité des serveuses qui, tout au long du repas, se succéderont tout en discrétion pour répondre à nos moindres besoins. Un service sûr dans un établissement au décors assez exceptionnel où les papilles ne seront assurément pas en reste. Si l'on peut tirer leçon de cette histoire, prudence quand on s'engage à respecter un temps imparti pour un repas !
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
À l'Union
À l'Union
03.07.2015, 16:21
Nous étions 3 personnes hier soir et avions réservé sur la terrasse. En effet par ce beau temps, nous étions environ 70 personnes à servir par 4 serveurs. Nous commençons par l'apéritif puis 3 cocktails de crevettes, ceux-ci étaient bon et la portion généreuse, toutefois les tranches d'oranges et de pamplemousses qui étaient posées dessus, n'avaient aucune façon, d'un coté la peau avait été enlevées de l'autre pas. En plats principaux, deux tartares de bœuf servi avec des frites ainsi que de la salade. les frites n'étaient pas forcément excellentes. J'ai personnellement pris la langue de bœuf sauce piquante. la langue était bonne en revanche la sauce pas du tout piquante. Je trouve également qu'il y a bien un problème de service qui se confirme pour la deuxième fois, même si je suis conscient que servir 70 personnes n'est pas facile. On voit des serveurs se promener avec des assiettes qu'ils ne savent `pas à qui servir, des plats qui manquent. dommage
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
La bottega
La bottega
02.07.2015, 16:13
C'est en lisant un article dithyrambique sur la Bottega que nous avions décidé de nous rendre dans ce nouveau restaurant en vieille ville, restaurant qui remplace le 3 rive gauche. Nous nous installons à la terrasse qui se trouve au croisement de deux ruelles à la place du Grand Mézel, place qui se trouve en travaux. bien qu'ils s'agissent de ruelles il y a quand même de la circulation. Une fois installé nous prenons 4 "pas de spritz" à chf 18.- composé d'aperol, de prosecco, de jus de mangue et surtout beaucoup de glaçons.... Ce qui nous a assez dérangé, bon il est vrai que la température était de 30 degrés à 20h00, c'est que le serveur est venu 4x nous proposé de l'eau. Nous étions 3 à prendre 1 entrée et un plat principal, et 1 personne qui souhaitait prendre 2 entrées et un plat. A la suite d'une erreur de commande la 2ème entrée pour cet ami a été oubliée. Les plats étaient bons, à l'exception de mon filet de veau que je n'ai pas trouvé tendre du tout. Le tiramisu pour être intitulé tiramisu revisité car il ne correspond pas grand chose à un tiramisu. Je regrette également le fait que la carte du restaurant ne correspond pas à celle qui est affichée sur le site internet, il faudrait peut-être revoir cela. Pour conclure, il nous a été facturé 6 spritz à chf 18, alors que nous n'en avions bu que 4. Le serveur nous ayant offert les limencello pour s'excuser. Pour moi une grosse déception.
0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
Quaranta Uno
Quaranta Uno
26.06.2015, 17:10
Ce restaurant est dans le splendide hotel Victora Jungfrau, et il en plus l'avantage d'être ouvert le dimanche soir. Nous avons commencé par deux aperol spritz, une soupe de poisson et une mozzarella en carrosse. En plat principal le risotto noir et du foie de veau à la vénitienne accompagné de polenta et en dessert un tiramisu. Nous avons bu la suggestion en vin rouge à savoir un délicieux Galatrona Petrole 2012, mais à quand même chf 27 le dl, là je dois avouer que c'est un peu poussé. Le service est un peu brusque et le serveur un peu "stressé" alors qu'il n'y avait pas forcément grand monde.
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus
panorama
panorama
26.06.2015, 17:02
Le restaurant se trouve au sommet de l'hotel le Maritim à Ulm. La vue est splendide, presque du 360 degrés avec une superbe vue sur le Danube. la décoration des lieux est toutefois un peu vieillotte dommage. Nous avons pris 2dl de vin blanc pour commencer avec les entrées, à savoir une soupe aux chanterelles et des tranches de jarret de veau. la soupe était gouteuse en revanche le veau n'apporte aucun commentaire particulier, bof. en plat principal un filet de thon sauce paprika, la cuisson du thon était respectée, pour le 2ème plat de la lotte avec une sauce à la menthe et une purée d'aubergines, c'était bon. Le seul reproche que je peux faire c'est la décoration, l'endroit pourrait être magnifique. dommage.
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus

Mon profil

yves jordan
 Membre Gold
Ville de l'établissement: Genève

J'aime: la cuisine, le service, le cadre

Je n'aime pas: la médiocrité culinaire dans un cadre merveilleux

50
Amis
1110
pts de réputation

Amis

Anais Hayoz
 Membre Gold
8 Amis
215 pts de réputation
Eric Janowski
 Membre Gold
49 Amis
2782 pts de réputation
Marc Degoumois
 Membre Gold
186 Amis
2554 pts de réputation
© 2008 - 2015 iTaste SA