Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Roberto Segalla

Dernières consultations

Café du Téléphérique
Café du Téléphérique
Métropole
Métropole
Rôtisserie la Forge
Rôtisserie la Forge
Auberge des Viviers
Auberge des Viviers
Auberge La Gogoline
Auberge La Gogoline

Envies

La Tour Rouge
La Tour Rouge
Casa d'Italia
Casa d'Italia
L'Escarbot
L'Escarbot
Restaurant Mustek
Restaurant Mustek
La Palombière
La Palombière

Actualité iTaste

Hotel du Midi
Hotel du Midi
10.12.2011, 17:50
Restaurant près de la Gare de Delémont avec deux grandes salles. L'ambiance est agréable mais un peu froide due surement à la décoration et au sols en carreaux clairs.
1 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Hostellerie d'Orzival
Hostellerie d'Orzival
17.10.2011, 11:42
Alors la la vue dans la salle à manger c'est WOOW, ça vaut le déplacement. Les plats sont bien présentés l'accueil est chaleureux, par contre la proposition pour les enfants d'un jambon frites avec un simple jambon à la coupe c'est un peu minable. Belle carte de chasse malheureusement la viande n'est pas Suisse.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Rôtisserie la Forge
Rôtisserie la Forge
17.10.2011, 11:35
Cinq menus au choix à midi. Ambiance sympa mais décoration sombre. Avec le menu une entrée au choix, salade ou potage, les deux très correctes. J'ai pris une pizza 4 fromages correcte, mon fils un steak de cheval avec une belle garniture. Restaurant sympa en famille après la viste de la grotte aux fées.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Au Caveau chez Francine
Au Caveau chez Francine
17.10.2011, 11:26
Au centre du village de Vercorin un petit caveau avec une terrasse étrange et sympathique à l'entrée du caveau. Décoration avec des caricatures au mur très sympa. Spécialités de fromages, raclette & fondue bien sûr. Un bon moment entre amis. Enfants accueillis avec des propositions de jeux.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Au Caveau chez Francine
Au Caveau chez Francine
17.10.2011, 11:19

Derniers commentaires

Restaurant près de la Gare de Delémont avec deux grandes salles. L'ambiance est agréable mais un peu froide due surement à la décoration et au sols en carreaux clairs.
Chauffage, trop chaud !!!
1 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Alors la la vue dans la salle à manger c'est WOOW, ça vaut le déplacement. Les plats sont bien présentés l'accueil est chaleureux, par contre la proposition pour les enfants d'un jambon frites avec un simple jambon à la coupe c'est un peu minable. Belle carte de chasse malheureusement la viande n'est pas Suisse.
Les enfants ont aussi le droit d'avoir des goûts diversifiés, ce serait à améliorer
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Cinq menus au choix à midi. Ambiance sympa mais décoration sombre. Avec le menu une entrée au choix, salade ou potage, les deux très correctes. J'ai pris une pizza 4 fromages correcte, mon fils un steak de cheval avec une belle garniture. Restaurant sympa en famille après la viste de la grotte aux fées.

0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Au centre du village de Vercorin un petit caveau avec une terrasse étrange et sympathique à l'entrée du caveau. Décoration avec des caricatures au mur très sympa. Spécialités de fromages, raclette & fondue bien sûr. Un bon moment entre amis. Enfants accueillis avec des propositions de jeux.

0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Superbe accueil dans une ambiance agréable. Petite salle joliment décorée avec gout et humour. Le patron est un passionné de cuisine et aime faire partager sa passion. Il a spontanément proposé que nos deux enfants (7 et 9 ans ) partagent le menu de chasse avec nous (3 menus facturés) les assiettes des enfants étaient magnifiques.
Peut-être une meilleure ventilation de la cuisine
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus
Restaurant dans un charmant village après de belles gorges en venant de Delémont. La viande est d'excellente qualité, les accompagnements sont délicieux.

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Plats mexicains dans une ambiance propice aux familles. Les enfants sont les bienvenus ils ont des jeux à disposition. Le personnel parle le français. Bonne cuisine mexicaine et prix abordables pour Bâle.

0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Restaurant de campagne situé au sommet de la Pierreberg (au dessus de Courcelon). Plats simples, jambon frites, le dimanche ou sur commande le rôti très savoureux. Place pour groupes pour une escapade.

0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus

Entre amis

Güney Restaurant
Güney Restaurant
19.10.2014, 00:41
http://labobouffe.blogspot.com/2014/10/guney-istanbul.html Deuxième jour à Istanbul, et deuxième jour, malheureusement, où je n'ai pu réserver de resto en avance (heureusement, c'est le dernier du séjour dans ce cas). Ce 27 septembre 2014, même scénario que la veille : pluie battante, bons restos tous complets, connexion internet un peu pourrie, du coup, on consulte les derniers restos pas sélectionnés lors de ma revue dans le Lonely Planet, au p'tit bonheur la chance. Du coup, pour au moins passer une soirée dans un cadre joli, ce fut dans un resto au pied de la tour Galata, le Galata Güney Restaurant, que nous nous sommes retrouvés. Charmant coin très bien placé sur la place entourant l'imposante tour, le restaurant est précédé d'une terrasse parfaitement chauffée sur laquelle nous dînerons. L'intérieur est joli, lumières tamisées, papier-peint imitant la pierre, quelques tableaux, cuisine ouverte, le lieu est d’apparence agréable. Il est surpeuplé. On entend parler certes turques, mais également anglais, espagnol, chinois, français et bien d'autres. La carte que l'on nous apporte confirme les doutes que l'on pouvait avoir, on est sur de la cuisine internationale trendy d'jeuns qui balance la tradition aux oubliettes pour faire du burger, des wraps, des pâtes, des pizza... L'honneur est sauf, il y a un peu de turc dans tout cela. Le lieu répond sans doute aux désirs d'une clientèle jeune qui veut changer un peu de ses habitudes sans avoir à foncer au McDo. On prie pour qu'au moins il y ait du boulot en cuisine. Notons que le lieu semble fort fréquenter pour boire un verre : beaucoup de cocktails à la carte, alcools et vins semblent attirer du monde dans le coin. Accompagnera d'ailleurs notre repas une bouteille de vin de la maison Doluca, DLC Cabernet Sauvignon – Merlot 2012, un vin correct, plutôt fruité et de prime abord agréable mais avec un vague retour un peu amer qui ne m'a pas transcendé mais dont la petite soeur sera demandée. Avec cela, eau plate, gazeuse et coca zéro (...). Je suis le seul à avoir pris une entrée. J'ai testé les « sarma », les feuilles de vignes farcies. Celles-ci étaient tout en simplicité, farcies de riz rond, oignons, persil plat et menthe séchée. Le goût était bon quoique le riz était un peu pâteux car trop cuit. Côté plats, deux personnes ont pris une préparation un peu particulière qui, dans la conception, m'a sensiblement rappeler les « crevettes watkins » que j'avais mangé au Zhiwei. Sur un lit de frites allumettes arrosées de sauce mayo-yaourt (hum), un filet d'agneau grillé puis émincé trône entouré de quelques poivrons grillé. Si à coup sûr, les frites molasses, les convives ont trouvé la viande bonne et bien assaisonnées. Une personne a pris... ... ... une pizza. Et quelle pizza ! Tomate, mozzarella, sucuk (prononcer « soudjouk », une sorte de saucisse turque), maïs, olives, poivrons. Elle a plu, c'est l'essentiel. Je pense pour ma part avoir limité les dégâts avec le loup grillé, servi simplement avec roquette, oignon, rondelles de tomates et quartier de citron. Si l'aspect de la peau carbonisée du loup m'a un peu fait redouter le pire, la chair n'était pas sèche et avait gardé de son moelleux. Au final, c'était bien. J'avais envie de finir sur des fruits du coup commande un plateau. Sachant la qualité des fruits en Turquie, quelle tristesse de trouver dans mon assiette : pomme, poire, pêche, kiwi, orange, joliment et finement tranchées qui auraient sans doute été délicieux si tant est qu'ils soient juste mur : tout était dur et acide, sauf le raisin qui était bon et mûr. On finit le repas avec deux cafés et un Sahlep, une boisson à base de farine d'orchis (sorte d'orchidée), lait et cannelle qui est très bonne. Pour tout cela, nous en avons eu pour environ 350 TL. Le personnel est plutôt sympathique, rapide et pro. Le lieu est joli et sympa, mais assurément j'y viendrai plus volontiers boire un cocktail que manger. Heureusement dans ces cas-là que l'on est bien accompagné:-) et que l'on sait que les jours prochains, on ira dans des restos réputés et réservés !
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Zeytinli Restauran
Zeytinli Restauran
18.10.2014, 23:11
http://labobouffe.blogspot.com/2014/10/zeytinli-istanbul.html Istanbul est une cité fascinante que j'ai découverte quelques heures il y a de cela deux ans. Depuis l'année passée, je m'y rends une semaine par année et compte bien renouveler le pèlerinage pour les années prochaines, en veillant bien à découvrir d'autres contrées turques. Si je suis habitué à voyager seul, cette année, je serai accompagné de trois personnes. Arrivés en fin d'après-midi, la faim s'est rapidement fait sentir, ce 26 septembre 2014. Par manque de temps et d'organisation, je n'ai pu réserver dans des restaurants qui m'intéressaient réellement depuis la Suisse pour ces deux premiers jours. Évidemment, sur place, ces tables étaient complètes. Nous nous sommes donc dirigés par un soir pluvieux dans les rues de Beyoğlu , dans l'espoir de trouver une table sympathique pour y faire un repas agréable. Le temps toutefois peu favorable a une balade gourmande, nous a poussé, après une série de refus, à nous rabattre au Zeytinli Restauran, dans la rue Asmalimescit qui regroupe bon nombre de meyhane (tavernes) généralement agréables et vivantes, bien que certaines soient davantage fréquentées par les touristes que par les locaux. Zeytinli fait partie de celles-ci. Comment remarquer cela ? La carte est en 5 langues, richement illustrée... Rien de plus. Mais cela ne veut pas forcément dire que l'on y mangera mal. On traverse une petite terrasse pour arriver dans une salle agréable, pleine de tables nappées de blanc, les murs blancs sinon une paroi prune, décorés de tableaux et vieilles publicités. Nous sommes chaleureusement accueillis et conduits à une table. Immédiatement, comme il est de coutume dans les meyhane, nous recevons avec la carte de l'eau en bouteille. La carte est assez riche, proposant bon nombre de mezzés froids et chauds et, côté plats chauds, essentiellement de la viande grillée sous toutes formes et quelques poissons. Nous est porté sur un plateau les mezzés froids de manière à ce que l'on fasse notre choix. Ils sont globalement intéressants et nous en commanderons cinq, que nous consommerons avec du pain mi-blanc correct et un pain un peu feuilleté passablement gras. Pour commencer, la traditionnelle salade d'aubergine. Fraîche et de texture agréable, elle avait un fort goût de fumé, plus fort qu'à l'habituel. Si elle était plutôt bonne, ce fumé trop présent brisait un peu la finesse de cette salade qui devrait rester plus fraîche que fumée. Le hummus était plutôt décevant : il avait tout d'une pâte industrielle très épaisse, au goût trop fort de sésame, sur laquelle on aurait versé un peu d'huile. Les petits filets de maquereaux fumés étaient quant à eux agréables, assez moelleux et pas trop fort en goût. Nous avons encore commandé une salade de poivrons toute simple, qui n'avait rien de transcendant mais qui était néanmoins bonne. Et enfin, probablement le plus intéressant, des aubergines séchées farcies de fruits de mer et de boulghour, plutôt délicates en saveurs. Côté plats, trois viandes grillées différentes, du poulet, de l'agneau et un steak de boeuf, globalement bons et agréablement assaisonnés aux dires des convives, tous servis avec une quenelle de purée épicée bonne mais un peu tiède, une timbale de boulgour pilaf plutôt bon, des poivrons grillés, des pickles et un quartier de tomate. Pour ma part, j'ai pris les anchois grillés, bien exécutés et servis selon l'habitude turque avec une rondelle d'oignon, un quartier de citron et des feuilles de salade piquante, un type de roquette que j'apprécie beaucoup. Pour le repas, nous avons commandé un vin rouge du pays, un Kayra Terra 2011 à partir d'un cépage indigène (öküzgözü) qui, après une attaque franche et agréable, laissait un arrière-goût de fruit pourri. Je ne me souviens plus du tout du montant de l'addition qui devait être d'environ 230 TL. Le personnel est agréable et serviable et le lieu est correct pour un repas simple, mais ne mérite pas pour autant le détour, surtout pas jour de pluie !
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
La Molisana
La Molisana
31.08.2014, 12:02
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/08/la-molisana-lausanne.html Dans le thème des restaurants italiens qui offrent une image autre que celle de la sempiternelle pizza moyenne, j'ai longuement entendu parler de la Molisana. Vendredi 22 août 2014, l'envie d'une petite sortie sera l'occasion de pénétrer ce lieu. Notons au passage que si une fois ce billet lu vous désirez lire un autre avis qui est clairement de qualité, allez jeter un oeil à la revue d'Hedofoodia qui vaut le détour. Sis avenue de Tivoli, légèrement excentré par rapport au centre-ville, la Molisana est un restaurant qui a su se faire une place sur la scène culinaire lausannoise. L'équipe qui s'y trouve est là depuis déjà plusieurs années et est parvenu, contrairement à ses prédécesseurs qui se sont succédés sans grand succès, à véritablement attirer le public. Bien plus qu'une pizzeria, la Molisana propose une cuisine fraîche, travaillée et généreuse et est plutôt sur une thématique de trattoria. Nous entrons dans un lieu plaisant, précédé d'une petite terrasse protégée de la route adjacentes par une palissade habillée de plantes. Un piano à l'entrée et en face, un bar où s'active une équipe souriante et attentive. Que l'on regarde à gauche ou à droite, on remarque que le vin a une place de choix en ces lieux. Un peu partout, des tables de bois de toutes formes et de style différents, chaises parfois de bois rembourrées, parfois en osier, dressage des tables simples et murs aux couleurs chaudes offrent une atmosphère agréable et chaleureuse. Nous sommes très vite accueillis et menés à notre table à laquelle le patron nous saluera. À peine assis qu' un petit amuse-bouche nous arrive, deux tranches de pâte à pizza couronnée de lamelles d'oignons. Cela nous permet d'apprécier légèrement le travail de la pizza qui, en tout cas au niveau de la pâte, est excellente. Notons qu'il est toujours agréable d'être accueillis avec de la nourriture. Grignotant cela, tout en consultant la carte, nous sirotons pour l'un, un verre de rosé italien (dont je n'ai pas eu la référence) ai un verre de Falanghina Roccamonfina I.G.T, Telaro 2012, vin de vieux cépage italien (dans lequel les latinistes et antiquisants reconnaîtront peut-être le « Vin de Falerne »), de couleur jaune franc aux parfums d'agrumes, très rafraîchissant. La carte est plutôt celle d'une trattoria. Certes, le restaurant propose des pizza, sans que le choix ne soit trop long, mais on trouvera surtout un beau choix d'entrées variant salades, fritures, tartares et carpaccios, des petites choses à grignoter, risotti, pâtes fraîches et sèches appétissantes, viandes et poissons sélectionnés et travaillés soit sur des thématiques classiques ou plus inventives. Ça sent le frais et à voir les plats servis alentour, tout à l'air des plus gourmand. Notons un choix bien fournis de vins essentiellement italiens qui sauront satisfaire tout un chacun. On fait notre choix et on attend un instant pour que notre vin nous soit servi, un Malvoisie Noire Salento I.G.T, Vignenti del salento 2012 aux tanins souples et fruits éclatants de très belle qualité, servi au verre (4dl seront consommés). Une carafe d'eau en plus, et une San Pellegrino. Arrive de-même une corbeille de pain dont l'allure et le goût ne trompent pas : il est fait maison, cuit au feu de bois et de belle facture. On saluera cela, car du bon pain, qui plus est maison, c'est pas si évident d'en trouver au restaurant ! Les entrées se choisiront sur l'idée du raisonnable : Pour ma convive, une salade verte, pour moi une salade mêlée. Si généralement on a quelques feuilles plus ou moins fatiguées au fond d'une assiette, c'est pas la mentalité de la Molisana : l'assiette de verte est servie généreusement, juste augmentée d'un peu de fenouil émincé, tandis que la mêlée est encore plus copieuse, garnie de carottes, tomates, fenouil et verte. Toutes deux sont arrosée de vinaigre de vin rouge, d'huile d'olive de bonne qualité et d'un peu de balsamique. En plat, il y aura à table d'une part un « Filet d'espadon à la vinaigrette d'estragon, risotto au safran ». Le filet d'espadon, théoriquement servi mi-cuit (heureuse idée), a été demandé à point, et il a été servi tel. Goûtant dans l'assiette de ma convive, j'ai été surpris que le poisson ait été bel et bien cuit à point et néanmoins garde une grande tendreté (généralement, tout comme le thon, on ne sent presque plus que la fibre du poisson, ce qui n'est pas toujours agréable). La vinaigrette à l'estragon est acidulée juste ce qu'il faut et riche en saveurs. Le risotto, lié au mascarpone, est très bien réalisé ; on sent encore le grain sous la dent et les saveurs sont là. Jolie assiette. Pour ma part, je céderai à quelque chose que j'adore et néanmoins fort peu pratiqué dans les restaurants, le poisson en croûte de sel. Voici donc le « Loup de mer en croûte de gros sel, garniture à choix ». Le poisson est sélectionné en différent calibre selon le nombre de convives se le partageant. Pour un poisson portion, cela sera de l'élevage (de France, élevé en pleine mer), les plus gros étant du sauvage péché à la ligne. Ce sera donc de l'élevage, mais qui était de bonne qualité. Le patron arrive à la table avec un beau plat, brise la croûte de sel (très proprement, pas comme à la maison) et lèvera les filets avec une très grande dextérité, sans-même laisser une arrête. Puis, il ajoutera un peu de gros sel sur la chair délicate et un trait d'huile d'olive. La chair du poisson est tout à fait excellente, l'huile de qualité et le gros sel sublimant tout en simplicité ce plat. Avec cela, des patates natures et des légumes grillés (poivron, aubergine, courgette) fort bons. A entrée légère, final gourmand. Nous nous sommes partagés les deux desserts qui nous intéressaient le plus, à savoir la « tartelette aux framboises, glace caramel », une belle tartelette de pâte sablée de bonne qualité surmontée d'une bonne portion de framboises bien mûres juste saupoudrée d'un peu de sucre glace. Une pâtisserie tout en gourmandise et fraîcheur, accompagnée d'une boule qui m'a rappelé les Mövenpick. Et la « Panna cotta au coulis de mangue » qui en réalité sera au coulis de mangue et framboise faisant une assiette explosive de couleur. La panna cotta est tout à fait parfaite, riche de vanille (dont les grains sont bien présents), augmenté de vrais coulis de fruit riche en saveur bien plus qu'un vieux topping. Un final parfait. Le tout reviendra à 161.20 CHF. Le service est non seulement d'une grande efficacité, mais surtout inlassablement souriant et agréable, manifestement épanoui par ce travail. Avec toutes ces qualités, on ne s'étonnera pas de voir que le lieu joui d'un certain succès auprès de toutes sortes de personnes, des réunions de familles, d'amis, repas en tête à tête ou réunions de travail, la Molisana semble faire l'unanimité. Un grand bravo à cette équipe pleine de coeur.
0 Commentaires   19 Votes   En savoir plus
Zhiwei
Zhiwei
24.08.2014, 22:22
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/08/le-zhiwei-lausanne.html Dans la pléthore des restaurants chinois, un petit nouveau est né en ville de Lausanne. Le Zhiwei, ouvert il y a peut-être deux mois, offrait dans le courant du mois d'août un 20% sur sa prestation. L'occasion idéale pour découvrir le lieu en compagnie de deux bloggers gourmands, Foodaholic et Guérilla Gourmande, ce lundi 18 août 2014. Situé avenue du Léman, un peu à l'est du centre-ville de Lausanne, dans des quartiers de logements et bureaux, le restaurant n'est pas forcément très visible. Une enseigne toute simple ouvrant sur une petite baie vitrée par laquelle on peut pénétrer dans un restaurant plutôt joli : à l'entrée, quelques tables rectangulaires s’alignent, dressées avec soin dans des couleurs blanc-bordeau. Une volée d'escaliers ouvre sur une salle en T tout aussi soignée, aux murs bordeaux et décoration légères et bien pensées. On n'est pas dans le surchargé mais plutôt dans quelque chose qui se veut plus épuré et raffiné. Nous sommes accueillis par la femme du patron en habits traditionnels, fort sympathique, de bon conseil et avec un certain humour. Elle nous porte les cartes et nous propose de boire quelque chose. On fera sans alcool aujourd'hui, ce sera une Heiniez verte, un thé jasmin et un jus de pamplemousse. Pendant ce temps, on épluche la carte. Notons au passage que le chef, d'après la rumeur, est l'ancien de La Réserve à Genève, un hôtel de luxe comprenant plusieurs restaurant dont le Tse Fung, restaurant chinois. Cela laisse présager d'un niveau peut-être supérieur à la moyenne ou tout du moins un choix différent de mets. Il faut admettre qu'il nous a été difficile de ne pas esquisser un sourire en lisant cette carte aux intitulés parfois rocambolesques (merci google translate). Côté plats, en effet, il y a beaucoup de mets qui sont des « non-vus » pour ma part, a des prix plutôt corrects sur la moyenne lausannoise, ainsi que quelques incursions de « Korea style ». Une liste de suggestion permet de repérer des plats présentés comme des spécialités propre au lieu, ce qui est toujours plaisant. Enfin quelques menus sont proposés, ce qui est toujours utile lorsque l'on est incapable de se décider. Il ne faudra pas hésiter, en cas de question, à se renseigner auprès de la maîtresse de maison qui saura vous aiguiller ou vous informer au besoin, au risque qu'elle ne parvienne à vous vendre un plat supplémentaire (mission réussie avec nous, mais on n'est pas un public trop difficile à convaincre). Le choix est fait, ce sera trois entrées et quatre plats que nous nous partagerons. Pour être sûr d'avoir assez à manger, l'un de nous a encore pris le «Potage aux fruits de mer» qui semble lui avoir plu. L'une des entrées étaient les « Rouleaux au porc de 5 épices » : trois pièces assez fines et appétissantes de pâtes bien croustillante sans sensation résiduelle de gras de friture contenant du porc en petits dés aux parfums doux. Il y a une bonne mâche, du croustillant et de jolies saveurs. Une petite sauce aigre-piquante est proposée avec. Une seconde entrée (qui nous a fait bien rire d'ailleurs) fut les « Watkins crevettes ». Imaginez trois grosses crevettes légèrement frites, augmentées d'une pointe de mayonnaise sur lesquelles on pose une enfournées de pommes allumettes et voilà les crevettes watkins. Tant au nom que dans la préparation, on sentirait presque un vestige des incursions anglaises en Chine. Servi avec une sauce claire de vinaigre de riz et sucre, on admettra tout de même que ce plat est aussi humoristique que plutôt bon. On notera quand même l'étonnante présence d'ail cru en guise de décoration... La troisième entrée fut les « Raviolis aux Noix St.Jacques » : arrivant dans leur panier vapeur, quatre raviolis assez dodus et joliment façonnés nous sont présentés. La farce est tendre, moelleuse et assez savoureuse, faite de Saint-Jaques, crevette et pomme de terre. Une sauce soja-sucre-vinaigre de riz est servie avec. Passons aux plats. D'abord c'est le « Homard grillé du maison » qui nous est présenté en solo. On nous apporte tout ce qu'il faut pour décortiquer et se rincer les doigts pour savourer ce homard de bonne taille, entier, garni d'oignons et pataugeant dans une sauce douceâtre et sirupeuse probablement à base essentiellement de vin de riz et sucre. Le homard a reçu une cuisson correct et l'ensemble est plutôt goûtu quoique je peine a trouver le sens profond de ce plat, le homard n'étant pas vraiment en contact avec la sauce servie. Puis les trois plats suivant arrivent ensemble : Le « Boeuf à la façon Korea » se présente sous forme de lamelle de viandes dans une sauce un peu relevée parfumée au kimchi, le chou fermenté épicé typique de la cuisine coréenne, et de l'oignon. Les parfums sont très typiques et tout le monde n'aimera pas forcément les saveurs que donne le kimchi bien présent. C'est en soi plutôt bon mais là où le bat blesse, c'est que manifestement la viande a joui d'un bain de bicarbonate suffisamment long pour briser la texture et le goût de la viande. La « Côte de porc sauté au sel et poivre » est un plat de spare ribs débité en tronçons d'allure appétissante, brillante et caramélisée. Passée dans un mélange d'épices douces légèrement relevées, la viande a de la texture et est plutôt bonne. Sans surprise, c'est assez gras, mais c'est plutôt gourmand. L'« Agneau sur ardoise » a, à nouveau, une allure plutôt appétissante, une belle portion de viande garnie de quelques légumes (oignons, carottes, poivrons et haricots) dans une sauce noire épaisse au haricot noir. C'est dans l'ensemble bien parfumé et gourmand mais à nouveau, diablement trop attendri présentant ainsi les mêmes défauts que le premier plat. Nous consommerons tout cela accompagné de riz nature bien servi et bien fait. On n'a plus grande faim mais on testera quand même par curiosité deux desserts. Les « Nêm au chocolat » étaient fidèles à ce que l'on pouvait attendre, trois branches de chocolat (genre cailler ou torino) dans une feuille de pâte, passée à la friture, avec du topping chocolat très moyen au dessus. C'est un dessert pas mauvais, mais sans relief et lourdaud. Heureuse idée que de l'avoir accompagné de rondelles d'oranges. L'« Assortiment de fruits frais » rafraîchira tout cela. J'ai toujours été vraiment stupéfait par les pix de ces plateaux de fruits oscillant toujours dans les environs de 25 francs. Je veux bien que cela soit en partie des questions de fraîcheur de produit et de stockage, et cela peut être convenable lorsque sont présentés des fruits coûteux (comme de la mangue thaïe, papaye, fruits de la passion, etc...). Qui plus est, c'est généralement un exercice intéressant car ce n'est pas forcément évident de rendre le plat beau. Si l'exercice du dressage est plutôt réussi, le contenu est un peu décevant. Les fruits sont certes mûrs mais on nous offre à prix démentiel un quart de pastèque, un quart de melon sucrin, un quart d'ananas et l'équivalent d'une orange. Au final l'addition s’élèvera à 216 francs avec les 20% de rabais promotionnel. C'est un lieu agréable au service des plus sympathique. Les mets proposés y sont originaux, différents et intéressants mais, pour ce qui est des plats, la main est beaucoup trop lourde sur les agents attendrissant ce qui limite fortement le plaisir. Il y a du potentiel en ce lieu, mais il mériterait sans aucun doute quelques retouches.
0 Commentaires   13 Votes   En savoir plus
Hôtel de Ville - Le Challensois
Hôtel de Ville - Le Challensois
03.08.2014, 13:30
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/08/lhotel-de-ville-echallens.html Voilà pas mal de temps que j'entends parler de l'Hôtel de Ville d'Echallens comme un restaurant à découvrir dans la région. Cette soirée du 1 août 2014, ce sera chose faite en compagnie d'un ami. Située à une quinzaine de kilomètres de Lausanne, Echallens est un bourg calme d'un certain standing sans pour autant renier ses attaches campagnardes. L'un de ses grands symboles, la Maison du Blé est du Pain, en est un excellent témoin ; on pourra d'ailleurs s'y informer quant à la chaîne de production du pain de A à Z autant qu'y savourer de jolis brunchs ou y acheter sa tresse le dimanche. A ce sujet, n'hésitez pas à en lire la revue de l'ami Guérilla Gourmande sur le Fournil de Cérès. Place de l'hôtel-de-ville, une belle bâtisse s'élève, centrale. S'y trouve un restaurant, celui de l'Hôtel-de-Ville dans lequel officie le chef Alain Meystre et son équipe. L'intérieur est partagé en deux parties, un côté brasserie, plinthes hautes boisées, tapisseries violacées, tables et chaises de bois sombre habillées de chemins de tables blanc sur lesquelles s'étalent un élégant dressage. Une terrasse sise sur un balcon offre le sentiment d'être à la maison, tout en simplicité mais avec ce quelque chose d'élégant que l'on apprécie. Enfin, côté restaurant, une petite salle assez intime, toute de rose pastel avec de grandes peintures un peu caricaturales des deux acteurs principaux du restaurant, le chef de service, Monsieur Baudois et le chef de cuisine, Monsieur Meystre. Nous sommes accueillis par le maître d'hôtel, Jean-Claude Baudois, fort professionnel de prime abord et qui se révélera au fil du repas plein d'humour et de bonhomie, qui nous propose de choisir notre table (qui sera en terrasse) et nous propose un apéritif. Il nous signale l’existence d'un apéritif maison qu'il réalise lui-même, un alcool très doux à base de vin et de feuille de griottier de la région qui est tout à fait agréable. Pendant que l'on sirote ce breuvage, on découvre une carte courte aux intitulés appétissants et évocateurs, faisant part belle aux produits de la région et restant fidèle à la saison. En parallèle, la carte des vins n'est pas en reste et propose une magnifique sélection de vins de la région et quelques vins d'ailleurs, tout cela à des prix des plus raisonnables ! Nous avons opté finalement pour nous laisser surprendre, cela tant au niveau de l'assiette que des vins. Ce sera menu surprise avec vins d'accompagnement. Le maître d'hôtel nous demande si l'on mange de tout, il n'y aura aucune limite ce soir. La première excellente surprise sera le panier de main que l'on nous apporte : du pain frais, fait maison, fraîchement coupé et d'excellente exécution. La farine est sans doute employée fraîche, venant du moulin d'à-côté, ce qui donne déjà au pain mi-blanc une saveur toute particulière. Deux autres pains de proposé, aux tomates séchées ou aux olives, sont tout aussi délicieux. Pour nous faire patienter arrivent deux amuses-bouches sur un plateau rustique, deux amuses-bouches appétissants et travaillés. Le premier sera une petite soupe froide de melon à la menthe, d'une grande fraîcheur, sensiblement épaissie et avec un doigt de crème, c'est délicat et gourmand. Le second amuse-bouche sera une cuillère dans laquelle repose une bille légèrement croustillante de morue riche en saveur dans une sauce tomate très goûtue. Cela promet. En première entrée, le chef nous proposera une « Grecque de légumes, sorbet courgettes et vanille de Tahiti ». Une très jolie assiette : dans une feuille de brick croustillante se présente un mélange de petits légumes frais )carottes, fèves, champignons, mini-maïs, courgette, oignon et j'en oublie probablement), parfaitement cuits et plein de saveur et de délicatesse, assaisonnés juste comme il faut et avec un peu de vanille. Sur le dessus, une quenelle de sorbet de courgette parfumé à la vanille. La vanille de Tahiti y exprime beaucoup de saveurs (elle est d'ailleurs assez réputée pour son goût très doux et très présent prenant vite le dessus et est pour cela essentiellement employée en dessert). Le tout est décoré de petits morceaux de betterave chiogga ainsi que de fleurs de bourrache. Une très belle assiette. Pour accompagner cette délicate entrée, un « Riesling-Sylvaner" de la Cave des 13 Coteaux à Arnex-sur-Orbe, un vin aussi intéressant qu'étonnant, de couleur d'un jaune brillante aux reflets sensiblement verts, un nez riche et fruité mais qui en bouche se révélera d'une grande minéralité, vif et tout en fraîcheur. La seconde entrée nous situera à elle seule, par son intitulé, la provenance neuchâteloise du produit (voire du chef) : « Paupiettes de bondelle aux fèves de tonka ». La bondelle est en effet un poisson proche de la féra typique du lac de Neuchâtel (également trouvable dans celui de Constance). C'est à nouveau une assiette qui ne manquera pas d'esthétisme qui nous arrive, avec trois petits filets de bondelle parfaitement désarêtés, couverts d'amandes effilées grillées puis roulés sur eux-même. La cuisson est juste quoiqu'elle eut pu être sensiblement moindre à mon goût (mais j'apprécie le poisson presque sous-cuit). A leurs côté, un petit mélange de légumes délicieux joliment glacés, une savoureuse purée de patate douce parfumée à la tonka, une pincée de graines de pavot et une jolie sauce crémeuse à base de fèves et petits pois d'une belle douceur, avec un petit goût qui m'a fait pensé à du champignon (plus spécifiquement bolet) mais cela restera un mystère. Quoi qu'il en soit, ce fut une très belle seconde entrée. Le verre accompagnant ce plat sera un assemblage blanc « Amédée VI » R. Paccot à Féchy, Domaine de la Colombe (probablement du 2009). J'apprécie beaucoup le travail que fait ce vigneron et l'Amédée VI est l'un de ses plus jolis vins en blanc. Un assemblage splendide de Savagnin, Chardonnay, Doral et Chasselas, de belle couleur dorée, d'apparence et de nez proche d'un vin doux, qui révélera énormément de fraîcheur à la dégustation, belle structure et longueur. Le plat confirmera l'amour du chef pour le poisson avec le « Filet de Saint-Pierre, bouillon à la citronnelle et chips de chorizo ». L'assiette nous arrive très joliment dressée et par la suite, le maître d'hôtel nous apportera le bouillon à la citronnelle qu'il nous versera directement dans l'assiette. Cela doit être la première fois que je déguste ce poisson de belle réputation, considéré comme d'une très grande finesse. Eh bien je n'ai pas été déçu : le produit est magnifique, cuit à la perfection, présenté accompagné de quelques petits légumes au fond et des dés de chorizo légèrement relevé et de bonne qualité. Le bouillon est tout à fait splendide, riche de saveur de citronnelle mais également, comme la couleur le laissait présager, de safran. Une chips de chorizo vient compléter ce plat tout entouré de fleurs. Belle maîtrise ! Le maître d'hôtel nous a demandé si nous désirions poursuivre au blanc ou au rouge. Sachant mon comparse plus amateur de blancs que de rouge, ce sera blanc. Toutefois Monsieur Baudois a compris que j'étais plus amateur de rouge et nous a réservé une intéressante surprise en conséquence : un vin tessinois, de la commune de Mendrisio : « Bianco di uve Merlot » de Guido Brivio (2008). Un vin issu du cépage Merlot vinifié en blanc qui nous a laissé pendant un bon moment songeur ; ne savant pas dès le début ce que nous buvions, nous cherchions des goûts connus en blanc ; dès que le vin nous a été expliqué, le goût nous a paru soudainement clair et évident. Surprenant, ce vin n'en est pas moins excellent, d'une grande délicatesse. En dessert, un bel hommage à l'histoire avec une tarte rarement servie, une « Conversation aux amandes et abricots et vanille ». Une très jolie tarte-portion fort bien exécutée, de bel équilibre entre le feuilletage (excellent) et l'intérieur de pâte d'amande gourmande mêlée d'abricot et vanille apportant fraîcheur et un rien d'acidulé. Une petite quenelle de sorbet abricot-vanille à ses côtés, quelques fruits et nous voilà arrivés à la fin de ce repas. En nota, honte à moi, avant la photo, j'ai subtilisé une grappe de raisinets et une petite décoration de chocolat. Deux cafés puis l'addition qui avec le Passeport Gourmand se montera à 166 CHF. Un repas tout à fait ravissant, un beau travail de chef, un bel effort visuel, une jolie personnalité dans l'assiette, mise en scène par une équipe aux petits soins avec sa dose d'humour. Le cadre n'est pas en reste et parfait de rendre ce lieu des plus recommandable pour passer une soirée agréable, que cela soit en famille, entre amis ou en coupe, offrant un petit goût de chic sans trop en faire.
0 Commentaires   12 Votes   En savoir plus

Mon profil

Roberto Segalla
 Membre Gold
Ville de l'établissement: Courroux

J'aime: L'ambiance

Je n'aime pas: L'arrogance

19
Amis
315
pts de réputation

Amis

Pierre-Yves Benzaken
 Membre Gold
20 Amis
636 pts de réputation
Pierre Kohler
 Membre Gold
97 Amis
597 pts de réputation
Jacques Segalla
 Membre Gold
18 Amis
281 pts de réputation
© 2008 - 2014 iTaste SA