Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de serge Mado

Dernières consultations

Ou Bien
Ou Bien
Les tilleuls (Genève)
Les tilleuls (Genève)
Little Buddha
Little Buddha
Cookfriendly Café UGS
Cookfriendly Café UGS
Bistrot du Rhône
Bistrot du Rhône

Envies

Miremont
Miremont
Ou Bien
Ou Bien
Comme un Bouchon
Comme un Bouchon
L'Escapade
L'Escapade
Comauresto
Comauresto

Actualité iTaste

Le C. Richard Cressac
Le C. Richard Cressac
09.11.2012, 04:34
Cuisine délicieuse
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
La Crise
La Crise
27.08.2012, 03:19
Trés bonne cuisiine, ambiance géniale le personnel est super accueillant , allez y.......
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
La Brasserie Nouvelle
La Brasserie Nouvelle
05.11.2011, 08:22
cuisine de bonne qualité , service fées sympa .
1 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Le Café du Centre
Le Café du Centre
19.10.2011, 04:51
Aimable, rapide, belle carte, et très bon ...
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Pizzeria Luigia
Pizzeria Luigia
05.10.2011, 03:22

Derniers commentaires

Cuisine délicieuse

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Trés bonne cuisiine, ambiance géniale le personnel est super accueillant , allez y.......

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
cuisine de bonne qualité , service fées sympa .

1 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Aimable, rapide, belle carte, et très bon ...

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Toujours bien, bien accuilli, tres bon rapport qualité prix ... a

1 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Tres agréable,

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus

Entre amis

Chez Henri
Chez Henri
29.01.2015, 08:08
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/chez-henri-geneve.html C’est grâce au net que j’ai découvert cette nouvelle adresse dans le quartier des Pâquis. Un concept vraiment très tentant qui s’il existe dans les grandes capitales ou au bord de l’océan, reste quelque chose de probablement inédit à Genève ; un bar à huitres. C’est donc en parcourant le site internet de cet établissement que je me suis tout d’abord dis… « Enfin voilà un site original et rigolo….qui donne tout de suite l’envie d’y aller.. ». La plupart du temps, les pages du net sont tristes et ne déclenchent aucune émotion chez les internautes… Allez y faire un tour… C’est vraiment bien fait ! « Chez Henri » se trouve à la rue Plantamour non loin du Kempinski, non seulement un bar à huitres mais aussi un bar à vin. Mais le plus surprenant est que l’entrée se fait par un restaurant a Burgers…qui s’est forgé une assez-belle réputation à Genève, le « The Hamburger Foundation ». Ne soyez-donc pas surpris que cela soit la même adresse. A la base du « food trucking » qui s’est aussi sédentarisé a quelques mètres du lac. « Le Henri » en question est un ostréiculteur dans le Morbihan, plus précisément basé à Carnac. Il s’agit de l’ « Ets Gouzer et Fils », un chantier ostréicole qui appartient à Henri Gouzer et qui est en fait l’oncle de l’un des propriétaires du « The Hamburger Foundation » ; Marc Gouzer. Un envoi régulier et voici les huitres servies pour le plus grand bonheur de la clientèle. Mais ce n’est pas tout… A cela l’on peut associer une belle sélection d’alcools avec évidement du vin mais aussi de la bière, des whiskies et même du saké, servis par Leslie Glen qui est la sommelière de l’établissement et qui par le passé eu travaillé entre autre au restaurant gastronomique « Raphaël Vionnet » à Thonon-les bains. C’est donc une fois traversé le premier établissement que vous découvrirez au fond une porte presque dérobée sur laquelle est inscrit « Chez Henri ». Une première pièce avec des bourriches dans les frigos et ensuite le lieu-dit. Dans une salle en longueur avec des murs de catelles blanches comme un hangar breton que vous trouverez des tables hautes recouvertes de cuivre et des tabourets. Sur ces murs, des lampes ou appliques hublot ovales. Vous pourrez également vous installer au bar ou plutôt comptoir sur lequel se trouve de la glace pilée et les huitres. Cela sera Philippe Gaillard ostréiculteur de Carnac et écailler qui s’occupera de vous. Une personne extrêmement aimable et prête à partager avec vous son savoir, sa connaissance du monde ostréicole et également son parcours. Plusieurs catégories d’huitres de Bretagne ; l’Armoricaine plus communément appelée Belon qui est plutôt plate au goût de noisette, la Pousse-en-Clair plus un produit d’exception avec une grande finesse gustative, charnue et sucrée. Et ensuite les Gavrinis qui sont aussi des huitres plates et qualifiée de « bombes gastronomiques » avec leur délicate et suave saveur iodée et sucrée, provenant de l’île de Gavrinis dans le golfe du Morbihan. Pour celles et ceux qui ne mangent pas d’huitres, il existera la possibilité de déguster des sardines de Galicie de chez « Lago Paganini » qui est une marque choisie. http://www.conservaslagopaganini.com/en/pilchard/54-sardinillas-de-bueu-en-aceite-de-oliva-1620-piezas-115-g.html Un plat de dégustation de trois huitres à 19 CHF ou alors des huitres à la pièce selon les envies (de 3 à 5 CHF pièce). Ma préférée ce soir fut la Pousse-en-Clair vraiment charnue et gouteuse. Une très belle sélection de crus au verre mais aussi des flacons. Nous avons pris une bouteille de chez Chapoutier, Marius de 2013 produit à partir du cépage Vermentino avec une attaque ample, fuitée et grasse qui vaut moins de 5 Euros à l’achat sur sites internet et vendue 55 CHF (cherchez la « grosse erreur »...). Certes on ne ressort pas d’ici avec une addition légère (plus de 100 CHF avec une bouteille et 12 huitres) mais l’endroit est vraiment plein de charme, la qualité des produits est exemplaire, l’ambiance très différente de la plupart des bars de la ville.
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus
Chez Constant
Chez Constant
26.01.2015, 10:06
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/chez-constant-chamonix.html Ce ne sont pas les jolies tables qui manquent à Chamonix et pour cette soirée nous avions envie de découvrir un nouvel établissement qui s’est ouvert il y a environ six mois de cela, « Chez Constant ». Pour la petite histoire, j’étais allé il y a quelques années de cela dans un autre très bel établissement appelé « La Ferme de Victorine » à Notre Dame de Bellecombe non loin de Mégève. Un magnifique chalet magiquement décoré où le chef Denis Vinet propose des spécialités régionales ainsi qu’une cuisine inventive basée sur des ingrédients locaux. Si je ne me trompe pas d’histoire…. « Cette Victorine » était la grand-mère de James Ansanay-Alex, propriétaire de cet établissement et dont l’époux se prénommait Constant… C’est donc récemment que James décida d’ouvrir un autre lieu à Chamonix en l’honneur de son grand-père que vous pourrez voire en photo dans les escaliers menant au premier niveau de ce restaurant. La grande majorité des tables à Chamonix se trouvent dans la rue principale et celle-ci ne déroge pas à la règle. Généralement lorsque l’on se place dans un endroit que certains pourraient caractériser de stratégique, immédiatement cela enclenche chez moi à tort ou à raison une certaine méfiance… Mais connaissant Notre Dame de Bellecombe, je ne pouvais m’imaginer quelque chose que je pourrais qualifier de banal... « Chez Constant » se trouve donc dans la rue commerciale entre deux boutiques avec un extérieur qui a été remis au goût du jour avec du bois. Deux niveaux avec le premier qui donne sur un bar, décor boisé et tables plutôt très proches les unes des autres, chaises en peau de vache. Lumière tamisée, une agréable salle de restaurant propice à la discussion entre convives. Le premier sera peut-être un peu plus convivial et avec sa décoration boisée. A savoir que le bois qui semble être ancien est un superbe procédé de bois vieillis selon notre sympathique serveur. Tables plus aérées, ambiance « chalet » mais plutôt chic. Banquette avec de gros coussins imitation fourrure, table de bois et chaises recouvertes de semblant de fourrure. Une ambiance très réussie et « cosy ». Le monsieur dans les escaliers étant comme précédemment dit, Constant « avant la guerre » que l’on peut retrouver sur la carte avec une grande barbe mais cette fois-ci après la guerre. Une carte avec quelques plats savoyards, des menus plus inventifs, mais aussi des suggestions du jour très alléchantes. Un menu coup de cœur à 31 euros et un autre appelé « plaisir gourmand » à 42 euros. En amuse-gueule une verrine de crème de poireau au lard ; assez proche d’une vichyssoise, parfaite pour une mise en appétit. En entrée pour moi le risotto aux champignons et crème de truffe. Un très bon riz bien cuit mais si je dois faire un reproche c’est sur la qualité de ce riz. Probablement de l’arborio ou du vialone mais pour moi, rien ne remplacera un carnaroli car ici le riz est un peu éclaté. Le goût est là mais la texture peut être améliorée. Une jolie tuile de parmesan pour agrémenter le tout. Autre entrée, le nem de reblochon fermier aux pommes granny smith, salade de crudité aux pignons de pin. Deux rouleaux frits avec de la feuille de brick et le fromage coulant, une sauce légèrement acide et rafraichissante que l’on verse au-dessus et une salade composée de carottes, roquette, betterave et les pignons. Entrée très plaisante avec une touche de créativité. La suggestion du jour plaira beaucoup, la Pastilla d’agneau, purée de fèves et jus réduit. A la base un plat traditionnellement marocain réalisé avec du pigeon (ou moins bien… avec du poulet) ; une sorte de feuilleté croustillant aux saveurs sucrées/salées. Ici on y utilisera de l’agneau et reconnaitra les saveurs de la cannelle, amande et aussi un peu de menthe. La sauce est gouteuse, la purée est un accompagnement à propos et original. Un très beau plat. Pour moi, le filet de canette de la Dombes rôti aux airelles, polenta moelleuse. La cannette est moelleuse et cuite comme il se doit ; rosée, le fond de sauce est agréablement équilibré avec la touche acide des airelles. Une poêlée de légume avec entre autre carottes et chou de Bruxelles. De nouveau c’est très bien cuisiné avec des cuissons précises. Nous serons assez impressionnés par les desserts qui seront de plus visuellement très aboutis. La pomme caramel façon tatin sur sablé breton, glace caramel à la fleur de sel. Le sablé sur lequel se trouve la pomme chaude beurrée, une très bonne tuile aux amandes sur laquelle se trouve la glace bien crémeuse. Comme le dit l’intitulé, une jolie réinterprétation de la tarte tatin. Je serai vraiment surpris par la Tarte citron, meringue au miel de romarin. Je ne m’attendais pas à trouver un dessert aussi bien repensé. Un fin biscuit au fond avec du pavot, une crème citronnée bien acide contrebalancée par cette meringue confectionnée de miel un peu plus douce. Un très bon dessert presque original. Un service agréable, souriant tout au long du repas malgré quelques longueurs qui devraient probablement se résoudre. Le restaurant était comble ce soir, le succès est bien mérité. Avec cet étonnant repas, un très bon Crozes-Hermitage Domaine Mucyn 2011. Un vin avec une très belle robe pourpre réalisé avec le cépage syrah ; un final intense épicé. Une très belle découverte que cet établissement qui propose comme la carte le dit, une bistronomie très bien pensée, une carte variée, des tarifs raisonnables et un lieu tout à fait charmant.
0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
La Bergerie de Planpraz
La Bergerie de Planpraz
24.01.2015, 10:18
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/bergerie-de-planpraz-chamonix.html Je suis toujours très déçu par la plupart des restaurants de montagne en Haute-Savoie. Entre je-m’en-foutisme, menus déprimants (tartiflette, raclette, pierrade et autres plats facile « à caser » et qui ne demandent pas trop d’effort), prix surfaits ou service déplorable, on s’apercevra que la plupart du temps c’est à Megève, Chamonix et Morzine que l’on peut encore trouver quelque chose de correct. C’est donc cette fois-ci la découverte d’un des domaines skiables de Chamonix qui m’était alors jusqu’à présent inconnu, celui du Brévent. Accessible depuis la station, on laisse sa voiture en bas de la télécabine pour arriver quelques instants plus tard à Plan Praz. C’est là que j’avais identifié une table de bonne réputation, celle de la Bergerie. Peu de soleil aujourd’hui ou alors quelques brefs instants qui permettent d’avoir une magnifique vue sur le Mont-Blanc. Je précise cela car sans aucun doute par beau temps, la terrasse de cet établissement doit être extraordinaire. Evidement celle-ci n’est pas ouverte et l’on mangera à l’intérieur de cette très jolie ferme en pierre et bois. Dépose des skis et entrée depuis cette terrasse. Quelques instants à l’entrée ou nous sommes accueillis et une vue plongeante sur la cuisine et le bar avant de prendre place dans la salle à manger. Une jolie salle boisée avec un ensemble de photos noir et blanches représentant des paysages enneigés, quelques vieux meubles et objets sur les murs tels que de vieux skis. Le décor est chaleureux et les tables sont espacées de manière appréciable. Ce qui diffère de pas mal d’endroit c’est que l’on a vraiment l’impression d’être dans un restaurant et non pas dans une cafétéria de skieur. Pour une fois… le service est agréable, souriant et aux petits soins. Pas besoin d’attendre de nombreuses minutes avant que l’on vienne s’enquérir de vos envies, on viendra de suite vous proposer de prendre une boisson pendant que vous étudierez le set de table qui est la carte mais aussi sur l’une des parois de ce chalet, les suggestions du jour sur une ardoise. Une petite tapenade offerte avec un peu de pain grillé et notre choix est fait. Nous nous contenterons de prendre un plat unique avec pour la suggestion du jour, le quasi de veau lardé, sauce foie gras, poêlée de légumes de saison, gratin dauphinois à 32 euros. Moins de cinq minutes plus tard nous voici servis. Sur une ardoise, la délicieuse viande tendre et heureusement encore rosée avec une barde de lard. La sauce au foie gras est gouteuse, le gratin excellent. Des carottes jaunes, du panais et du chou frisé en accompagnement. Une belle assiette bien cuisinée. Je prendrai l’entrecôte « Simmental » grillée au feu de bois aux morilles à 29 euros. Je ne sais pas si cette viande venait du canton de Berne mais en tout cas bien rassie et avec un délicieux goût de bois. La sauce au Morille m’a semblé être un peu industrielle et ne m’aura pas laissé un grand souvenir. Même excellent gratin et poêlée de légumes. Avec ce repas le très bon côte du Rhône de la maison Guigal, un classique dans le genre. Une table où l’on est très bien accueilli et servit, une cuisine bien faite avec de bons produits. Si l’on doit faire une remarque c’est que les prix sont un peu élevés…probablement une question d’altitude…
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Ca L'Estevet
Ca L'Estevet
21.01.2015, 10:32
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/ca-lestevet-barcelone.html C’est très bien d’apprécier la cuisine inventive comme l’on trouve en Catalogne mais parfois j’ai aussi l’envie est aussi de déguster une cuisine traditionnelle qui peut parfois aussi être très fine. Je dis parfois car cela peut aussi être lourd, gras, indigeste… Après quelques recherches nous voici partis pour déjeuner chez « Ca l’Estevet » qui se trouve dans le quartier de El Raval, longtemps considéré comme malfamé mais aujourd’hui lieu devenu tendance où l’on trouve des tavernes, café-concert, bars et restaurants. « Ca l’Estevet » se trouve non loin de la Ronda de Sant Antoni dans la Calle Valldonzella au rez-de-chaussée de l’un de ces vieux immeubles. Une entrée où l’on ne distingue pas trop l’intérieur mais une fois la porte franchie, vous arriverez dans une jolie salle très typique avec un alignement de tables aux nappes blanches le long des murs recouverts d’azulejos, les faïences ou carreaux émaillés espagnols. Sur les murs un ensemble de peintures, gravures ou photos. On identifiera ente autre la célèbre cantatrice Montserrat Caballé, une affiche de l’œuvre théâtrale de Alfredo Mañas « La feria de Cuernicabra » crée en 1954 à Paris avec laquelle il obtient un succès sans précédent, Salvador Dali en photo et même pour les amateurs de bicyclettes, un ancien grand plateau de café Cognac Hardy du tour de France de 1963. Le coin des photos noir et blanc est aussi délicieux avec les photos dédicacées de Monserrat, d’Ava Gardner, Pénélope Cruz, Lola Florès, mais aussi celle de Micaela Flores Amaya, dite La Chunga, danseuse de flamenco et peintre d'art naïf espagnole née à Marseille vers 1937-1938, Orson Welles et autres célébrités des temps passés. A noter aussi la très belle photo du photographe barcelonais Oriol Maspons qui fut l’un des photographes de la « Gauche Divine », mouvement intellectuel pendant les années 60/70 de la dolce vita espagnole. Ici la très belle actrice Teresa Gimpera posant pour une publicité de la discothèque Boccacio sur la Costa Brava datant de 1967, crée par Oriol Regàs i Pagès un des fondateurs de ce mouvement. Une atmosphère préservée et tranquille dans cette salle à manger en longueur qui reflète bien la riche histoire de la Catalogne. Le patron Pepe Cabot Ros, sa partenaire Bea et peut-être leurs deux filles assureront magnifiquement le service en nous apportant pour patienter quelques très bonnes olives vertes. Un coup d’œil sur la carte et nous voici apportée une délicieuse tranche de pain frottée a la tomate sur laquelle se trouve un anchois vinaigré de la Costa brava. Hésitant sur un certain nombre de plats, Pepe nous propose sympathiquement de nous servir certains plats en demi-portion, probablement que les assiettes sont bien servies. Nous choisirons tout d’abord de fabuleux épinards à la catalane aux raisins secs et pignons. Un grand classique où l’on retrouve aussi un peu d’ail et le tout est sauté avec de l’huile d’olive. Juste saisis, un peu doux...vraiment délicieux. Autre plat très typique des fèves à la catalane avec du boudin. Les fèves sont cuites dans une sauce à base d’oignons, de lard fumé, un peu d’ail et selon les recettes un peu de brandy. Ensuite des rondelles de boudin noir cuit appelé " boutiffarou ". C’est à nouveau parfaitement cuisiné et plein de saveurs. Les petits calamars à l’ail et au persil sont magnifiques car encore moelleux, accompagnés de pommes de terre et d’une tomate. Et comme nous n’avions pas pris de paella auparavant, nous avons partagé celle-ci « parellada » copieusement préparée avec des encornets, crevettes, le tout décortiqué comme le veut la recette. Le riz est cuit à la perfection, le bouillon qui a servi à cuire le riz est très parfumé. Difficile de faire mieux. Avec ce repas une bouteille de Mas Collet 2012 en barrique de Montsant , cave Capçanes. Une belle couleur cerise avec un nez de fruits rouges et des notes toastées. Nous poursuivrons avec les desserts ; une crème catalane qui sera elle à nouveau parfaite et pour moi un dessert tout aussi catalan, le fromage blanc et miel, appelé « mató ». Du fromage réalisé à partir du lait dans lequel on verse du jus de citron ou de la présure. C’est un dessert simple qui se prépare avec un morceau de « mató » accompagné par du miel. C'est l'un des plats emblématiques de Catalogne. Une table qui vaut vraiment une visite si l’on est à la recherche d’une cuisine typique Catalane parfaitement exécutée, en dehors des sentiers touristiques et de plus sagement tarifée. L’accueil et le service sont exemplaires, le cadre est empreint d’histoire, on y passe un très bon moment.
0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
Els Pescadors
Els Pescadors
20.01.2015, 09:41
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/els-pescadors-barcelone.html Cela semble un peu étrange que de prétendre qu’à Barcelone il ne soit pas si aisé de trouver un bon restaurant de poisson, mais entre l’attrape-touriste, le congelé, les origines inconnues, le « moins frais » et j’en passe… les tables réputées irréprochables poissonnières ne sont pas légions. C’est encore en me renseignant que j’appris que « Els Pescadors» était considéré comme l’une des plus belles table de la ville. Certes ce n’est pas dans le centre mais tout à fait atteignable par métro. Situé dans le quartier de Poble nou à l’est de Barcelone. Comme l’on peut se l’imaginer, « nouvelle ville » est un quartier qui date de l’ère de la révolution industrielle Catalane et qui s’est reconverti en un endroit très agréable et tendance, lieu d’affaires mais aussi quartier résidentiel en face de la mer. Passablement de lofts réhabilités, des petites places avec terrasses et « Els Pescadors». Du centre, le L4 qui peut se prendre au Passeig de Gracia ou non loin de la place de Catalogne à l’arrêt Urquinaona et destination peut-être en moins d’une demi-heure à Poble Nou. Sortie du métro, petite balade presque dans un village et vous arriverez a cette très jolie petite place appelée « Plaça Prim ». Assurément l’été vous pourrez manger sur la terrasse en dessous des arbres. « Els Pescadors » est par tradition un bar mais qui s’est transformé en un restaurant des plus raffinés. D’entrée je signale que ce n’est pas un endroit bon marché, ce qui est tout à fait normal car le poisson est non seulement rare en tout cas en méditerranée et par conséquent cher. J’ai eu l’occasion de lire certains commentaires sur la cherté de l’établissement, maintenant il faut savoir ce que les gens veulent ; du congelé de provenance lointaine souvent servi dans les restos à toutous….ou les produits locaux de la pèche. Maintenant que ceci est dit, entrons dans le lieu… Vous arriverez probablement par l’entrée principale dans une la salle à manger originelle qui a conservé son plafond de bois et ses tables de marbre et qui représente les souvenirs des pêcheurs et des ouvriers. C’est d’ailleurs ici que je vous recommande de dîner en tout cas dans les périodes fraiches. Il existe aussi deux nouvelles salles symbolisent tout le modernisme qui anime désormais Barcelone mais qui selon moi sont moins belles. Question de goût. Dans la première salle, le grand comptoir où l’on peut simplement prendre un verre ou observer la découpe du jambon sur un coin. Des tables joliment dressées avec des chemins de table blancs et quelques fleurs pour égayer. L’accueil est très professionnel, le service fut attentionné tout au long de notre repas. Ici de la mer comme de la terre, les produits frais sont achetés chaque matin au marché, ce qui induit le dynamisme du chef cuisinier, qui change quotidiennement la carte en accord avec les trouvailles du jour. Les poissons de la criée, des fruits de mer mais aussi des viandes ou des plats hivernaux. Dorade, lotte, Saint-Pierre, grondin, mérou et bar parmi d’autres poissons. La carte qui existe en plusieurs langues est très belle avec aussi bien des mets traditionnels que des plats plus créatifs. Comme à l’accoutumée nous entrons en matière avec un très bon pain à la tomate qui est dans la plupart des établissements proposé d’office. Nous commencerons avec d’excellents beignets d’aubergine farcis au fromage et aux anchois. Une friture très légère, un subtil mélange d’aubergine et de fromage. Ceux-ci se commandent à la pièce et comptent parmi les meilleures beignets ou croquettes mangées localement. Les petits calamars de Sant Carles de la Ràpita sont absolument fabuleux. Sant Carles de la Ràpita est une commune de la comarque du Montsià dans la province de Tarragone en Catalogne abritant l’un des ports de pêche les plus dynamiques et importants de toute la région par le volume de captures et le grand nombre d'embarcations. Ceux-ci sont simplement cuits à la plancha avec un peu de piment doux mais la cuisson et la fraicheur sont exemplaires. Je prendrai en plat principal quelque chose de traditionnel, un riz du pêcheur. Le riz provient du Moli de Rafelet dans le delta de l’Ebre http://www.moliderafelet.com/ Un riz artisanal unique et exceptionnel, cultivé, élaboré et emballé dans les terres du Parc Naturel du Delta de l’Ebre, d’une grande capacité d’absorption des saveurs, doté d’une grande résistance à l’agglutination. Le Delta de l’Ebre se trouvant dans la province de Tarragone. Le bouillon de cuisson est très parfumé et l’on trouvera une belle sélection de morceaux de poissons et coquillages. Autre plat avec la lotte à la manière d’El Serrallo. El Serrallo est un quartier de Tarragone qui réunit les meilleurs restaurants de poissons. Maintenant je ne sais pas trop en quoi consistent les particularités de cette sauce mais on y retrouvera en tout cas du jambon finement découpé. Le poisson est parfaitement poêlé accompagné de pommes de terre nouvelles et d’une tomate. Avec ce repas une bouteille de blanc de Foranell Picapoll du domaine Alella qui en réalité est un cépage Picpoul, vin assez nerveux et typé, fin en bouche. Une généreuse cuisine parfaitement maitrisée avec des produits de qualité, des saveurs classiques mais jamais ennuyeuses, une ambiance raffinée dans un endroit fortement recommandable hors des sentiers battus.
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus

Mon profil

serge Mado
 Membre Bronze
Ville de l'établissement: Genève

J'aime:

Je n'aime pas:

4
Amis
42
pts de réputation

Amis

Pauline Schwab
 Membre Bronze
20 Amis
207 pts de réputation
Serge Thorn
 Membre Gold
522 Amis
98020 pts de réputation
© 2008 - 2015 iTaste SA