Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Coralie Schaffter

Dernières consultations

Pékin Express
Pékin Express
Le Byblos
Le Byblos
Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
La Terrasse
La Terrasse
Sakura
Sakura

Envies

Actualité iTaste

Le Sud
Le Sud
22.11.2011, 17:08
Crêpes, glacesdélicieuses faites sur place de type carambar, toblerone, ovomaltine, papaye,etc Agréable en période estivale.
6 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Ekai Sushi
Ekai Sushi
22.11.2011, 17:08
Sushis et boissons variés. Situé en gare de Neuchâtel.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Starbucks Quai des Bergues
Starbucks Quai des Bergues
13.11.2011, 23:02
Certainement le meilleur des Starbucks de suisse romande : en dégustant un ice coffe en été ou un cheesecake strawberry en hiver, installé confortablement sur des canapés avec vue sur le léman , bercé par du jazz, vous avez de grandes chances de ne pas oublié ce moment, que ce soit seul, en amoureux ou entre potes. Wi-fi gratos.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
L'Annexe
L'Annexe
13.11.2011, 23:02
Personnel et déco sympas. Prix abordables.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Pékin Express
Pékin Express
06.11.2011, 22:18
Des soupes aux mets, la cuisine ne baigne pas dans le gras, c'est raffiné et les prix aussi. Pratique, car tout près de la gare. Service rapide. Certains pourraient reprocher un manque de sourire du personnel. Pour ma part, du moment que les serveurs restent polis, courtois, respecteux et que, de surcroît les prix sont bas -pour une qualité culinaire égalant des restaurants à plusieurs étoiles- j'estime personnellement que le manque de sourire sirupeux à l'ultra white est largement compensée.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

Crêpes, glacesdélicieuses faites sur place de type carambar, toblerone, ovomaltine, papaye,etc Agréable en période estivale.
Trop de monde. Intérieur minuscule. Un seul WC : en été, vu le monde, il faut être patient pour y accéder
6 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Sushis et boissons variés. Situé en gare de Neuchâtel.
Sushis au riz pas assez mous. On a l'impression que les sushis on été trop réfrigérés. Presque plus de sushis 45 mn avant la fermeture...on reste sur sa faim si on monte de la ville à la gare... Salades paradoxalement petites et chères.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Certainement le meilleur des Starbucks de suisse romande : en dégustant un ice coffe en été ou un cheesecake strawberry en hiver, installé confortablement sur des canapés avec vue sur le léman , bercé par du jazz, vous avez de grandes chances de ne pas oublié ce moment, que ce soit seul, en amoureux ou entre potes. Wi-fi gratos.
Victime de leur succès : souvent remplis. Cafés assez chers.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Personnel et déco sympas. Prix abordables.
Fermé le week end et durant une partie des vacances. Crêpe poulet tandoori : pas leur spécialité...
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Des soupes aux mets, la cuisine ne baigne pas dans le gras, c'est raffiné et les prix aussi. Pratique, car tout près de la gare. Service rapide. Certains pourraient reprocher un manque de sourire du personnel. Pour ma part, du moment que les serveurs restent polis, courtois, respecteux et que, de surcroît les prix sont bas -pour une qualité culinaire égalant des restaurants à plusieurs étoiles- j'estime personnellement que le manque de sourire sirupeux à l'ultra white est largement compensée.

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Pâtes succulentes mais dont l'excellence peut se trouver ailleurs à un prix éthique. Terrasse bruyante, sur la rue.
Faut pas exagérer les prix. Il est vrai que la cherté des mets peut parfois attirer certaines gens qui pensent que le prix est représentatif d'une cuisine exceptionnelle ou alors que le fait de sortir beaucoup d'argent prouve une certaine générosité à sa compagne. Dans tous les cas, si la cherté est une stratégie marketing, bravo.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Ambiance très agréable aussi bien le dimanche matin pour le brunch que le soir. Décoration très originale. Très espacé. Je n'y ai mangé que pour le brunch. par contre, le soir, pour boire un verrre entre amis ou entre amoureux, c'est parfois . on a le choix entre des endroits calmes et des plus bruyants...à chacun son style.

0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Accueil désagréable de la part des serveurs un soir où le restaurant était d'ailleurs pas très rempli.Salades excellentes servies généreusement dans un énorme saladier (avoir faim avant de commander la salade, pas pour les petits estomacs).Pizzas correctes.
Accueil des serveurs. Service.
1 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Décor sympathique, musique agréable et tapas, entrées et cie succulents. Venir assez tôt en soirée si on est en groupe afin de pouvoir profiter du fonds de la salle aves ses canapés hyper confortables.
Victimes de leur succès le soir, souvent rempli et service parfois lent.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Plats exquis, bonne ambiance. Restaurant plein de vie à midi et très romantique by night avec ses luminosités. Bien situé.Prisé des intellos

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus

Entre amis

dongpo
dongpo
16.07.2014, 16:53
C'est une agréable surprise que j'ai eu, ce 24 juin 2014 au soir, en me rendant avec un ami dans l'un des nombreux restaurants chinois de la scène lausannoise : le Dongpo. Situé rue Maupas, à l'orée du centre-ville lausannois, le Dongpo a tout d'un petit resto de quartier sans prétention, dans des rues essentiellement résidentielles ; petit bistro où l'on prendra son café le matin, son demi l'après-midi et son repas le soir. Le Dongpo fait partie de ces restaurants chinois moyenne gamme, qui ne paient pas de mine, ni de l'extérieur, ni de l'intérieur. Une carte à rallonge, certes, proposant des mets que l'on peut trouver un peu partout ailleurs, certes, mais contenant également quelques inédits à la carte, incluant des ingrédients plus rares (comme les jarrets, les pieds de porc) ou plus « chic » (homard, loup frais, St-Jacques, sur commande pour l'essentiel) et enfin quelques incursions de mets de saison. On notera la présence, également, de mets « thaï », une catégorie de mets qui ne m'ont jamais donné plus envie que cela sinon dans un restaurant thaï. C'est avec un ami, profitant du Passeport Gourmand, que nous avons choisi de nous y frotter. L'extérieur présente une petite terrasse toute simple et l'intérieur est d'une grande sobriété. Des tables dressées au minimum (sans baguettes, sans doute l'influence de la clientèle), des rideaux de fils rose, un aquarium et un ou deux bibelots. Au fond, un grand écran de TV. Nous sommes accueillis par un personnel sympathique qui nous installe et nous porte la carte. En apéritif, 2dl de Mont-sur-Rolle commandé par mon ami, pour ma part je passe directement au thé. On consulte la carte, on se consulte entre nous. Armés d'une grosse faim, nous nous partagerons trois plats. Nous avons commencé par un assortiment de raviolis, proposant quatre pièces de trois préparations différentes cuites vapeur : au porc, à la crevette, et porc-crevette. A chaque fois les farces révèles des saveurs fraîches et les pâtes sont toutes différentes. Quelques irrégularités de façonnage ainsi que les goûts nous signalent qu'il s'agit assez clairement de préparations maison, plutôt réussies et agréables. Suite à cela, nous avons donc choisi trois plats, tous bien servis. Un « canard à l'orange » : l'habituel canard laqué semblable à un peu partout a conservé du moelleux et est de bonne saveur. Il sera nappé d'une sauce épaisse et sirupeuse, avec néanmoins une petite acidité. L'assiette est bonne, un poil écoeurante pour moi, mais qui réjouira grandement mon compère. Ce dernier est absolument fan du boeuf croustillant. Je ne pouvais le lui refuser. C'est un grand habituel mais qui demande d'être bien réussi, pas trop sucré, pas trop croquant, pas trop mou. Là, il était parfait dans sa catégorie, parsemé de petits légumes amenant un peu de fraîcheur. La troisième assiette, appartenant aux « spécialités » du lieu, est celle qui m'a le plus plu. C'est un poulet cuit à sec aux piments. Si cela ne tenait qu'à moi, j'aurais demandé de charger en piment. Nous avons demandé de limiter le dosage pour mon ami. En résulte un plat étonnamment gourmand et parfumé de poulet sauté aux petits légumes et champignons, dans une sauce sombre tendant sur l'épice et le doux mais contrebalancé avec une agréable acidité. Trois bol de riz pour faire passer tout cela ainsi qu'une grande bouteille d'eau, le tout pour le montant de 57.25 avec le PG (sans, cela aurait été 94.-) Le service est agréable, géré par une à deux personnes au français très correct et qui font preuve de beaucoup d'attention. C'est un coin vraiment agréable, tout à fait recommandable, où je retournerai pour tester un peu plus de ces spécialités moins communes que l'on trouve dans cette maison.
0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
Hotel de la Place
Hotel de la Place "Chez Francine"
13.07.2014, 21:39
Que j'en ai entendu parler, de ce Café de la Place à Corsier ; un coin qui semble faire l'unanimité dans la région pour sa simplicité, sa tradition et sa qualité constante. C'était une belle occasion que de s'y accorder une soirée amicale, ce 7 juin 2014. On rejoint très simplement ce village sis un peu au-dessus de Vevey, soit à pied, soit en bus. La commune est d'une surface assez étendue et si ses abords se mêlent aux quartiers entourant la gare de Vevey, la promenade vers le Corsier profond est agréable et on arrivera sans peine au milieu de l'archétype du centre de village : son église, sa poste, sa banque et son café. Un café qui d'ailleurs est l'un des deux bâtiments classés comme bien culturel d'importance nationale de la commune (avec le Manoir de Ban), en tant que représentant le l'architecture bernoise en Pays de Vaud : une belle grande bâtisse précédée d'une jolie terrasse couverte de vigne, un intérieur traditionnel un rien vieillot (mais on aime cela), où l'on dîne sous l'oeil de Charlie Chaplin, la bâtisse fait restaurant et hôtel. La foule qui s'y massera durant la soirée ne fera que prouver davantage son succès. Note à part, juste pour rire, il est amusant de remarquer que dans un coin à tel point pétri de traditionalisme, la quasi totalité du staff (du moins celui rencontré ce jour-là, tant en salle qu'en cuisine) était manifestement originaire du sous-contient indien. Ce sont des petits riens qui me font sourire. Un staff qui au demeurant est très professionnel, efficace et agréable. Nous sommes donc installés sur la terrasse, la soirée est douce, autant en profiter. On nous propose un apéritif (décliné, on avait pris de l'avance sur le sujet) et nous voilà alors face à une carte jolie, assez réduite, combinant terroir, tradition et saison. Les grandes spécialités du lieu sont les tartares déclinés à toutes les saveurs, l'entrecôte servie au beurre maison ou encore les moules ou les crevettes à nouveau aux goûts divers et variés. On pourra également y déguster diverses salades, petite restauration ou encore la fameuse « désossée du Léman », une manière particulière de préparer la perche, à laquelle on n’enlèvera que les arêtes dorsales et des côtés mais dont on préservera l'arête centrale. Le choix des vins est plutôt attrayant. On sélectionnera trois dl d'un rouge local, un Yvorne Grand Cru 2012 « La Bastide », assemblage de Pinot noir, Gamay et Garanoir riche en bouche, plutôt fruité, avec des tanins bien soutenus. On nous porte une corbeille de pain frais, une baguette toute simple mais bien réalisée, le genre de pains avec lequel on apprécie saucer. Comme entrée, nous avons tous deux choisi la fraîcheur et la légèreté d'une salade mêlée. Une jolie assiette composée de jeunes feuilles de salades diverses, de la carotte, du concombre, du maïs, de la tomate, le tout généreusement nappée d'une de ces sauce à salade à l'ancienne, des goûts rappelant la salade de grand-maman, c'est réconfortant et agréable. Ma convive prendra, comme plat, le « Tartare cristal » garni de tapenade, champignons et parmesan. Une jolie présentation, un tartare emportepiécé couronné d'un oeuf de caille, un tronçon de concombre recelant du cognac, une quenelle de tapenade de bonne qualité et un petit tas de morceaux de parmesan. On a encore quelques étoiles de carambole, peu intéressantes dans l'assiette mais on soulignera l'effort esthétique. Servi avec des toasts, ma convive s'en est délecté et en est sortie comblée. Pour ma part, les crevettes à l'ail m'ont fait de l'oeil. Servie avec sa bavette et son rince doigt, voici une généreuse portion de crevettes très bien cuites, issues de production durable certifiées et de belle qualité, sont présentées dans leur plat de cuisson baignant dans une sauce à l'ail ma foi assez grasse mais franchement bonne. Servi avec un mélange de riz blanc et riz sauvage, c'est typiquement le genre de plats d'une grande simplicité mais qui offrent beaucoup de plaisir. Autant dire que les portions sont généreuses et ne laissent que peu de place au dessert. Ceux-ci sont réduits au nombre de cinq et sont à l'image du reste, d'une grande simplicité. Je me laisserai tenter par la poire au Servagnin et sa glace vanille ; bel hommage à l'histoire que l'emploi de cette variété de Pinot noir cultivé depuis le Moyen-Age dans nos régions et qui a risqué de disparaître. L'ensemble est simple et bon, léger et agréable après un tel repas. L'addition se montera à environ 120 francs. Le Café de la Place a tenu ses promesse. On n'y va pas pour être émerveillé, surpris, étonné mais pour trouver le plaisir d'une cuisine de grand-mère, de la simplicité, de l’authenticité et un cadre qui, tout de même, vaut le coup. J'y retournerai sans doute en saison froide pour y déguster le moules dont j'ai entendu le plus grand bien.
0 Commentaires   11 Votes   En savoir plus
L'Antica Trattoria
L'Antica Trattoria
24.06.2014, 00:09
Encore un article que j'aurai tardé à écrire. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir passé un succulent moment à l'Antica Trattoria, ce 31 mai 2014. L'Antica Trattoria, situé rue Marterey à Lausanne, un coin décidément recelant bien des surprises sur la scène du goût lausannoise, fait partie de l'offre pléthorique concernant la gastronomie italienne. Très facile d'accès tant à pied, en transports publics qu'en voiture, on n'aura aucune mauvaise excuse à ce niveau-là pour ne pas s'y rendre. Entre parenthèses, il est à admettre que je suis plutôt lassé restaurants italiens qui peinent à se différencier les uns des autres, offrant généralement des suggestions semblables, certes nourrissantes mais au facteur plaisir souvent très pondéré. Néanmoins Lausanne a vu fleurir une série de restaurants italiens se distançant des pizzerias moyennes pour se faire trattoria, proposant une cuisine fraîche basée sur une carte réduite, saisonnière et classique, bien plus régionalisée que l'anonyme pizzeria. L'Antica Trattoria fait partie de cette heureuse vague. Cela faisait d'ailleurs pas mal de temps que je désirais m'y rendre, et il ne m'a fallu que l'excellent article de funambuline pour que le désire de m'y rendre se transforme en désire de m'y précipiter. Dès le premier regard, le lieu semble chaleureux et agréable, une enseigne personnalisée mise en valeur par une façade plaquée de bois et une petite terrasse surélevée. La carte présentée à l'entrée nous confirme que nous avons affaire à un restaurant avec une réelle personnalité, un beau travail de cuisine aux teintes napolitaines. Typiquement le genre de carte qui m'attire et qui me donnent systématiquement envie de me faire un de ces menus quatre plats à l’italienne (malheureusement l'appétit manquait ce soir-là. Également affichée et mise en valeur, une carte des grappas fort intéressante et une carte plutôt jolie de vins sélectionnés. A peine entrés, nous sommes accueillis avec cordialité et menés à notre table. Le restaurant est de plan assez carré, pas vraiment très grand, mais au plafond suffisamment élevé pour accueillir une charmante mezzanine. Les murs, ocre, sont laissés assez dénudés, mettant en valeur diverses boiseries, d'un côté le bar fort joliment agencé avec un coin épicerie, de l'autre une étagère présentant une série de quilles de bonne allure. Par-ci, par-là, des ardoises nous souhaitent tantôt bon appétit, tantôt nous suggère des vins ou des plats. La salle est toute recouverte de parquet et se voit peuplée de petites tables carrées élégamment dressées et, au coin, on peut voir s'affairer les chefs dans la cuisine ouverte. Nous sommes très vite pris en charge et servis. La salle est pour l'heure vide mais sa mise en place présage un plein avec de grandes tablées ce que la suite de la soirée nous confirmera. Nous ne sommes pas pour autant pressés par le service et prenons notre temps pour nous faire conseiller et choisir. Si je n'ai pas assez faim (malheur!) pour me lancer dans un menu quatre plats, je ne bouderai pas une entrée. Pour la coup, la « Melanzane farcite alla carne di manzo » me fait de l'oeil. M'arrive une généreuse entrée composée de tranches d'une grosse aubergine fort bien cuite, fondante et gourmande sans être pour autant imbibée d'huile. Intercalées, de belles portions de viande hachée de boeuf riche en goût, ferme sans être sec, délicatement assaisonnée. Le tout est couvert d'un savoureux coulis de tomates et couronné de copeaux de parmesans. Une entrée des plus plaisante ! Pour ma convive, ce sera une petite salade, suggérée par le serveur pour accompagner mon entrée. Simple et fraîche, elle se compose d'un mélange de laitues et de carotte arrosée d'une vinaigrette, aux dires de la concernée, délicieuse. Notons que pendant les entrées, nous avons fait la demande de painm voyant une miche appétissante derrière le bar mais ma foi tristement délaissée par le serveur. Dommage car ce dernier est bon, frais et fraîchement tranché, un pain mi-blanc de belle facture qui donne plus de plaisir que la norme de ces pains. Passons aux plats. Ma convive sera intéressée par un plat de grand-mère, si réconfortant et gourmand, les « Polpette in umido », des boulettes de viande typiques, fermes et moelleuses, parfumées, recouvertes de coulis de tomate et légèrement saupoudrée de parmesan. Un plaisir de « confort-food » à l'italienne. En accompagnement, au choix, frites, pâtes ou légumes. La dame a choisi frites (honte à elle, dans un restaurant italien qui propose des pâtes fraîches:-p) et légumes. Les légumes seront des petits pois, choix un peu particulier (face aux beaux légumes de saison) mais pourquoi pas. Pour ma part, ce sera le « Triglie in Cartoccio all'analfitana » : m'arrive une papillote garnie de six beaux filets de rouget bien désarêtés et la la chair délicate respectée tant par le travail du chef que par la justesse de cuisson. Le poisson est très frais et savoureux et en plus est nappé d'une savoureuse sauce proche d'une tapenade riche en saveur et arrosé d'une agréable huile d'olive. On aura à côté un riz noir excellent et les mêmes petits pois que précédemment. Pour accompagner ce repas, une grande bouteille de San Pellegrino et 7 dl de vin ouvert, un Negromaro des Pouilles offrant une belle richesse et une agréable structure. J'aurais dû me renseigner sur les détails de ce vin (non précisés) car il fut plutôt agréable. On finira cet excellent repas sur une douceur partagée, une panna cotta. On en voit de toutes les couleurs, des panna cotta, trop fermes, trop sucrées, trop-ci, trop-ça... Là, ce fut la panna cotta comme je l'aime, un peu gélatineuse, absolument moelleuse et fondante, de la fraîcheur et de la gourmandise en bouche, avec les agréables notes acidulées qu'apportent les baies qui l'accompagnent. Encore une réussite. Un café et l'addition qui s’élèvera, grâce au Passeport Gourmand, à 99.50 ; notons que même en prix plein, les prix sont réellement sages et la qualité suit amplement. Un mot sur le service, qui se veut discret et professionnel. Jeune et attentif, il est excellent et met bien en valeur le lieu. L'Antica Trattoria est un lieu plein de charme, de saveur, de gourmandise que l'on se doit de découvrir si l'on veut savourer une vraie bonne cuisine italienne en milieu lausannois. Le genre de lieux que j'aime et où je retournerai avec joie !
0 Commentaires   16 Votes   En savoir plus
Le Restaurant Français (Hotel La Prairie Philippe Guignard)
Le Restaurant Français (Hotel La Prairie Philippe Guignard)
16.06.2014, 18:56
Changement de gérance, ce n'est plus Philippe Guignard et c'est très dommage car son remplaçant ne lui arrive pas à la cheville aussi bien en cuisine que pour l'accueil. Expérience vécue le 15 juin dernier pour le brunch du dimanche. Attention! Si vous êtes en possession d'un bon cadeau émis par Guignard, son remplaçant ne les accepte pas à moins que vous puissiez prouver que lors de votre réservation, la réceptionniste a émis de vous le dire................
0 Commentaires   12 Votes   En savoir plus
Dolce Vita
Dolce Vita
07.06.2014, 01:40
J'aurai pris mon temps pour raconter cette soirée à la Dolce Vita du 16 mai 2014 ! J'ai de plus pas mal hésité à la poster puisque je ne suis plus parvenu à remettre la main sur différentes informations. Ce qui suit sera donc malheureusement lacunaire, ce qui me déplaît fortement. Bref... pas de blâmes et passons... Une soirée en duo, faite un peu sur un coup de tête, une consultation rapide du Passeport Gourmand, le choix d'un resto et des restaurateurs suffisamment sympa pour accepter une réservation avec le PG moins de 24 heures en avance. La Dolce Vita... que ce soit un art de vie ou un titre de film, ce nom de restaurant est à lui seul une promesse. Ce que j'en entends (ou lis) semble satisfaire et donne du coup l'envie de voir si la vie s'y fait si douce. Situé avenue du Grand-Chêne, en plein centre de Lausanne, à l'orée de St-François et juste en face du Palace. L'entrée est toutefois autrement plus discrète que son illustre voisin, on passe une porte vitrée et nous voilà dans un vestibule où se trouve le bar. Nous sommes accueillis agréablement puis menés à notre table, en centre de salle. Un apéritif nous est proposé (accepté mais oublié) et on se voit apporter la carte. La salle reçoit une décoration sobre et moderne. Murs blancs juste cassés par quelques tableaux aux couleurs vives, des notes fleuries et quelques autres objets décoratifs viennent légèrement combler le vide. S'éparpillent dans la salle bon nombre de petites tables carrées noires et chaises assorties qui se rempliront entièrement au cours de la soirée. Une jolie armoire à vins sur le côté et une belle baie vitrée le long de la salle. Je me suis amusé de constater que l'établissement se trouve en fait juste au-dessus de l'actuel Soho, l'antique Escalier où à son époque on venait descendre des bières de toutes provenance. Minute nostalg'hic, revenons à la carte. Une carte plutôt bien constituée. D'un coté des classiques « pasta-pizza » sans que la carte ne se prolonge indéfiniment, quelques risotti et une sélection de mets de mer et de terre (quatre ou cinq par catégorie) alliant saisonnalité et saveurs du sud, essentiellement des cuissons minute. Notons la présence de boeuf argentin à la carte. Cotés vins, un choix plutôt plaisant et intéressant de bouteilles de toutes gammes que sera en mesure de plaire à tout un chacun. Je n'ai pas retenu, malheureusement, ce que nous avons bu. En entrée, ma convive se choisira une simple salade verte. De mon côté, cela sera la salade du marché, un joli mélange coloré (quoiqu'un peu frustre dans l'assiette) et frais de carottes jaunes et oranges, de betterave, de laitue, de champignons de Paris et de tomates. Une vinaigrette de bonne tenue vient assaisonner tout cela, c'est simple et bon. En plat, nous avons tous deux des envies carnassières. Ce sera donc deux fois le « Filet de boeuf sur ardoise aux trois saveurs ». Nous voilà, habillés de bavettes en papier, en face d'une belle pièce de filet extra-tendre et bonne saveur, cuisant tranquillement sur son ardoise chauffée à très haute température. Une assiette à côté pour pouvoir mieux gérer la cuisson de la viande et la possibilité (naturelle) de pouvoir changer l'ardoise si elle venait à refroidir trop. En accompagnement, une bol de frites (industrielles a priori), une cuillère remplie de fleur de sel et de poivre mignonnette, une sauce très parfumée, herbeuse, riche en échalote, un peu vineuse et plutôt bonne, et un beurre maison délicat et parfumé, à peine relevé. Un plat simple pour un cuisinier mais ne permettant pas l'erreur quant au produit. Ici, la viande est de première qualité et les « trois saveurs » sont de très bonne facture. S'il n'est pas difficile d'être déjà un peu calé, on ne va pas se refuser la gourmandise d'une douceur. Du côté de ma convive, cela sera la « verrine du jour ». Il s'agissait d'une petite verrine fraîche et simple de crème au parfum de vanille et de tonka. C'était simple et bon. Pour moi, j'ai voulu tester le « fameux » «fondant au toblerone ». J'aime bien les fondants, mais je n'en prends que rarement au restaurant car c'est définitivement terriblement redondant. Ma foi ce fondant est bien réalisé, une texture et une cuisson parfaite. Je m'attendais à un peu de surprise gustative, ce qui ne fut pas vraiment le cas. Cela reste néanmoins un bon dessert et la boule de sorbet aux baies rouges qui l'accompagne était bonne. On finira sur un café et une addition que je n'ai pu voir. Côté service, un certain professionnalisme et d'une grande amabilité, écoute et soin, rien à redire sur cela, de même que pour la cuisine en générale qui est bonne et bien travaillée, avec une certaine simplicité. Pour un repas au centre ville, le lieu est plutôt bien choisi dans son genre. Les prix y sont moyen-haut, quartier et standing oblige mais la qualité des produits justifie en bonne partie cela.
0 Commentaires   10 Votes   En savoir plus

Mon profil

Coralie Schaffter
 Membre Silver
Ville de l'établissement: Neuchâtel

J'aime:

Je n'aime pas:

4
Amis
79
pts de réputation

Amis

Charlotte Pichon
 Membre Gold
3805 Amis
24079 pts de réputation
Stanislas Cuny
 Membre Gold
104 Amis
3364 pts de réputation
Grégoire-A GENCY
 Membre Gold
233 Amis
16872 pts de réputation
© 2008 - 2014 iTaste SA