Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Bernard Anthamatten

Dernières consultations

La Pinte du XXème Siècle
La Pinte du XXème Siècle
Refuge de Pra-Cornet
Refuge de Pra-Cornet
Union (Hotel de Savoie)
Union (Hotel de Savoie)
Le Gallion
Le Gallion
Brasserie de la Planta
Brasserie de la Planta

Envies

Pizza Capri
Pizza Capri
Le Soleil de Dugny
Le Soleil de Dugny
Café de la Poste
Café de la Poste
Les 3 Suisses
Les 3 Suisses
Furnas do Guincho
Furnas do Guincho

Actualité iTaste

Brasserie de la Planta
Brasserie de la Planta
23.05.2012, 09:42
Pizza Capri
Pizza Capri
17.05.2012, 21:56
Brasserie du Grand-Pont
Brasserie du Grand-Pont
17.05.2012, 21:44
Pour ma part l'accueil détermine un peu l'atmosphère et influence l'ambiance dans laquelle va se dérouler votre repas : ce petit je ne sais quoi qui nous met à l'aise au premier contact est un des facteurs important qui vous réjoui dès les premiers instants... non? Et bien je n' ai pas trouvé ici ce côté chaleureux, avenant qui vous procure ce sentiment bien au contraire : Franchement à la fin de notre repas je me suis demandé si chaque serveurs avait un chronomètre à la main pour battre un record! Je ne sais pas si c'est une instruction à l'intention du service, mais recevoir l'addition avec le café c'est un peu comme vous dire merci et au revoir. Dégagez il y a d'autres clients qui attendent. Pourtant à ce moment (13 heures, le 1er mai) il y avait des places disponibles et aucune file d'attente... Dommage parce que l'endroit est plaisant, idéalement situé. Les plats variés et de bonne qualité, la proposition de crus au verre remarquable, très complète... Un petit côté frustré en sortant en me disant qu'il y avait tout pour bien faire et qu'en améliorant quelques petits détails, notamment dans le service... C'est un endroit qu'on peut recommander aux gens pressés!
1 Commentaires   12 Votes   En savoir plus
Chez Miguel
Chez Miguel
08.03.2012, 19:19
Restaurant de la Paix
Restaurant de la Paix
04.03.2012, 10:39

Derniers commentaires

Pour ma part l'accueil détermine un peu l'atmosphère et influence l'ambiance dans laquelle va se dérouler votre repas : ce petit je ne sais quoi qui nous met à l'aise au premier contact est un des facteurs important qui vous réjoui dès les premiers instants... non? Et bien je n' ai pas trouvé ici ce côté chaleureux, avenant qui vous procure ce sentiment bien au contraire : Franchement à la fin de notre repas je me suis demandé si chaque serveurs avait un chronomètre à la main pour battre un record! Je ne sais pas si c'est une instruction à l'intention du service, mais recevoir l'addition avec le café c'est un peu comme vous dire merci et au revoir. Dégagez il y a d'autres clients qui attendent. Pourtant à ce moment (13 heures, le 1er mai) il y avait des places disponibles et aucune file d'attente... Dommage parce que l'endroit est plaisant, idéalement situé. Les plats variés et de bonne qualité, la proposition de crus au verre remarquable, très complète... Un petit côté frustré en sortant en me disant qu'il y avait tout pour bien faire et qu'en améliorant quelques petits détails, notamment dans le service... C'est un endroit qu'on peut recommander aux gens pressés!
Ne pas donner l'impression qu'on doit battre un record de vitesse et qu'il faut absolument faire un deuxième service surtout quand il n'y a pas de file d'attente!
1 Commentaires   12 Votes   En savoir plus
Le resto cuisine française traditionnelle ouvert tous les jours. Nous y étions le dimanche de carnaval (j'y vais assez régulièrement) et avons pris une choucroute copieusement servie que nous avons bien appréciée. Pour l'accompagner un gamay de Gérald Besse. Ambiance chaleureuse et familiale ce d'autant que Simone, maman du chef Gilles, était présente pour saluer tout le monde. C'est un véritable personnage à elle toute seule : une vie entière consacrée, avec son époux Fernand, à la restauration. Et après cela ne pas s'étonner que le fils poursuive la mission! L'entrecôte au beurre d'amour, les cuisses de grenouilles ou le tartare maison préparé devant vous : quelques suggestions tirées d'une carte très étoffée. Ah j'oubliais le buffet de salade que vous pouvez apprécier pratiquement tous les jours et à toutes heures. Pour les fidèles du Théâtre du Martolet une bonne entrée en matière avant le spectacle, à moins que ce ne soit après, pour déguster un bonne bouteille avec, la chance de vous retrouver voisin de table d'artistes. (Ce qui m'est arrivé le 24 janvier : Thierry Lhermitte) Le restaurant se trouve en face du collège de St-Maurice et a vu défiler des générations d'étudiants d'où son nom "Le Philosophe". Nombreuses places de parking à proximité.

0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
Les trios de saveurs offerts pour chaque plat : très agréables sous des appellations évocatrices telles que la mer, les champs, le potager La carte des vins, bien élaborée, faisant la part belle à chaque région viticole ainsi que de nombreux crus proposés "au verre" Un concept original qu'on peut vraiment recommander.

0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
J'y ai mangé, hier à midi, le plat du jour en compagnie d'un collègue. Vraiment emballés par le croustillant d'agneau et son taboulé oriental : simplement original et quand on aime se faire surprendre agréablement! Crème de légumes en entrée, le tout pour Frs 19.- cela mérite d'être à nouveau signalé. Dès que possible je veux y retourner, un soir, pour essayer la carte. Décidément nous avons la chance d'avoir quelques endroits où le rapport qualité-prix est intéressant entre Conthey et Vétroz.

0 Commentaires   11 Votes   En savoir plus
C'est le type même de bistrot, sans prétentions, à l'ambiance familiale. On y est reçu, un peu, comme à la maison. Cuisine bourgeoise. Les plats proposés sont des mets de brasserie : Tripes façon "Paula" ou Souris d'agneau au vin rouge ainsi que les Pizzas, (cuites au four à bois) préparés par la patronne. Atriaux à l'Hérensarde, Tête de veau sauce gribiche, Langue de boeuf aux câpres, Boeuf bourguignon et ses pâtes fraîches ou Fricandeaux à l'ancienne autant de propositions qui évoquent des saveurs d'un autre temps mais recherchées aujourd'hui. C'est un endroit à découvrir, par exemple, pour les personnes qui se rendent à l'établissement thermal de Lavey-les-Bains et à la recherche d'un "petit coin sympa". (A 1,5 km) Pour une première nous avons choisi les Tripes façon "Paula" et les avons bien appréciées, servies avec des pommes de terre nature. Nous y reviendrons; pour déguster la langue de boeuf aux câpres ou les Atriaux à l'Hérensardes à moins que ce ne soit pour les Fricandeaux à l'ancienne... Une mention spéciale pour les prix très légers qui tournent autour des Frs 20.- par plats. Comme à la maison : je vous le disais!

0 Commentaires   7 Votes   En savoir plus

Entre amis

La Bergerie de Planpraz
La Bergerie de Planpraz
24.01.2015, 16:18
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/bergerie-de-planpraz-chamonix.html Je suis toujours très déçu par la plupart des restaurants de montagne en Haute-Savoie. Entre je-m’en-foutisme, menus déprimants (tartiflette, raclette, pierrade et autres plats facile « à caser » et qui ne demandent pas trop d’effort), prix surfaits ou service déplorable, on s’apercevra que la plupart du temps c’est à Megève, Chamonix et Morzine que l’on peut encore trouver quelque chose de correct. C’est donc cette fois-ci la découverte d’un des domaines skiables de Chamonix qui m’était alors jusqu’à présent inconnu, celui du Brévent. Accessible depuis la station, on laisse sa voiture en bas de la télécabine pour arriver quelques instants plus tard à Plan Praz. C’est là que j’avais identifié une table de bonne réputation, celle de la Bergerie. Peu de soleil aujourd’hui ou alors quelques brefs instants qui permettent d’avoir une magnifique vue sur le Mont-Blanc. Je précise cela car sans aucun doute par beau temps, la terrasse de cet établissement doit être extraordinaire. Evidement celle-ci n’est pas ouverte et l’on mangera à l’intérieur de cette très jolie ferme en pierre et bois. Dépose des skis et entrée depuis cette terrasse. Quelques instants à l’entrée ou nous sommes accueillis et une vue plongeante sur la cuisine et le bar avant de prendre place dans la salle à manger. Une jolie salle boisée avec un ensemble de photos noir et blanches représentant des paysages enneigés, quelques vieux meubles et objets sur les murs tels que de vieux skis. Le décor est chaleureux et les tables sont espacées de manière appréciable. Ce qui diffère de pas mal d’endroit c’est que l’on a vraiment l’impression d’être dans un restaurant et non pas dans une cafétéria de skieur. Pour une fois… le service est agréable, souriant et aux petits soins. Pas besoin d’attendre de nombreuses minutes avant que l’on vienne s’enquérir de vos envies, on viendra de suite vous proposer de prendre une boisson pendant que vous étudierez le set de table qui est la carte mais aussi sur l’une des parois de ce chalet, les suggestions du jour sur une ardoise. Une petite tapenade offerte avec un peu de pain grillé et notre choix est fait. Nous nous contenterons de prendre un plat unique avec pour la suggestion du jour, le quasi de veau lardé, sauce foie gras, poêlée de légumes de saison, gratin dauphinois à 32 euros. Moins de cinq minutes plus tard nous voici servis. Sur une ardoise, la délicieuse viande tendre et heureusement encore rosée avec une barde de lard. La sauce au foie gras est gouteuse, le gratin excellent. Des carottes jaunes, du panais et du chou frisé en accompagnement. Une belle assiette bien cuisinée. Je prendrai l’entrecôte « Simmental » grillée au feu de bois aux morilles à 29 euros. Je ne sais pas si cette viande venait du canton de Berne mais en tout cas bien rassie et avec un délicieux goût de bois. La sauce au Morille m’a semblé être un peu industrielle et ne m’aura pas laissé un grand souvenir. Même excellent gratin et poêlée de légumes. Avec ce repas le très bon côte du Rhône de la maison Guigal, un classique dans le genre. Une table où l’on est très bien accueilli et servit, une cuisine bien faite avec de bons produits. Si l’on doit faire une remarque c’est que les prix sont un peu élevés…probablement une question d’altitude…
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Ca L'Estevet
Ca L'Estevet
21.01.2015, 16:32
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/ca-lestevet-barcelone.html C’est très bien d’apprécier la cuisine inventive comme l’on trouve en Catalogne mais parfois j’ai aussi l’envie est aussi de déguster une cuisine traditionnelle qui peut parfois aussi être très fine. Je dis parfois car cela peut aussi être lourd, gras, indigeste… Après quelques recherches nous voici partis pour déjeuner chez « Ca l’Estevet » qui se trouve dans le quartier de El Raval, longtemps considéré comme malfamé mais aujourd’hui lieu devenu tendance où l’on trouve des tavernes, café-concert, bars et restaurants. « Ca l’Estevet » se trouve non loin de la Ronda de Sant Antoni dans la Calle Valldonzella au rez-de-chaussée de l’un de ces vieux immeubles. Une entrée où l’on ne distingue pas trop l’intérieur mais une fois la porte franchie, vous arriverez dans une jolie salle très typique avec un alignement de tables aux nappes blanches le long des murs recouverts d’azulejos, les faïences ou carreaux émaillés espagnols. Sur les murs un ensemble de peintures, gravures ou photos. On identifiera ente autre la célèbre cantatrice Montserrat Caballé, une affiche de l’œuvre théâtrale de Alfredo Mañas « La feria de Cuernicabra » crée en 1954 à Paris avec laquelle il obtient un succès sans précédent, Salvador Dali en photo et même pour les amateurs de bicyclettes, un ancien grand plateau de café Cognac Hardy du tour de France de 1963. Le coin des photos noir et blanc est aussi délicieux avec les photos dédicacées de Monserrat, d’Ava Gardner, Pénélope Cruz, Lola Florès, mais aussi celle de Micaela Flores Amaya, dite La Chunga, danseuse de flamenco et peintre d'art naïf espagnole née à Marseille vers 1937-1938, Orson Welles et autres célébrités des temps passés. A noter aussi la très belle photo du photographe barcelonais Oriol Maspons qui fut l’un des photographes de la « Gauche Divine », mouvement intellectuel pendant les années 60/70 de la dolce vita espagnole. Ici la très belle actrice Teresa Gimpera posant pour une publicité de la discothèque Boccacio sur la Costa Brava datant de 1967, crée par Oriol Regàs i Pagès un des fondateurs de ce mouvement. Une atmosphère préservée et tranquille dans cette salle à manger en longueur qui reflète bien la riche histoire de la Catalogne. Le patron Pepe Cabot Ros, sa partenaire Bea et peut-être leurs deux filles assureront magnifiquement le service en nous apportant pour patienter quelques très bonnes olives vertes. Un coup d’œil sur la carte et nous voici apportée une délicieuse tranche de pain frottée a la tomate sur laquelle se trouve un anchois vinaigré de la Costa brava. Hésitant sur un certain nombre de plats, Pepe nous propose sympathiquement de nous servir certains plats en demi-portion, probablement que les assiettes sont bien servies. Nous choisirons tout d’abord de fabuleux épinards à la catalane aux raisins secs et pignons. Un grand classique où l’on retrouve aussi un peu d’ail et le tout est sauté avec de l’huile d’olive. Juste saisis, un peu doux...vraiment délicieux. Autre plat très typique des fèves à la catalane avec du boudin. Les fèves sont cuites dans une sauce à base d’oignons, de lard fumé, un peu d’ail et selon les recettes un peu de brandy. Ensuite des rondelles de boudin noir cuit appelé " boutiffarou ". C’est à nouveau parfaitement cuisiné et plein de saveurs. Les petits calamars à l’ail et au persil sont magnifiques car encore moelleux, accompagnés de pommes de terre et d’une tomate. Et comme nous n’avions pas pris de paella auparavant, nous avons partagé celle-ci « parellada » copieusement préparée avec des encornets, crevettes, le tout décortiqué comme le veut la recette. Le riz est cuit à la perfection, le bouillon qui a servi à cuire le riz est très parfumé. Difficile de faire mieux. Avec ce repas une bouteille de Mas Collet 2012 en barrique de Montsant , cave Capçanes. Une belle couleur cerise avec un nez de fruits rouges et des notes toastées. Nous poursuivrons avec les desserts ; une crème catalane qui sera elle à nouveau parfaite et pour moi un dessert tout aussi catalan, le fromage blanc et miel, appelé « mató ». Du fromage réalisé à partir du lait dans lequel on verse du jus de citron ou de la présure. C’est un dessert simple qui se prépare avec un morceau de « mató » accompagné par du miel. C'est l'un des plats emblématiques de Catalogne. Une table qui vaut vraiment une visite si l’on est à la recherche d’une cuisine typique Catalane parfaitement exécutée, en dehors des sentiers touristiques et de plus sagement tarifée. L’accueil et le service sont exemplaires, le cadre est empreint d’histoire, on y passe un très bon moment.
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Le Grand Bleu
Le Grand Bleu
20.01.2015, 15:54
14 ans que je travaille à coté et que je n'y suis jamais allé. C'est sur la proposition de plusieurs collègues que nous nous y rendons, nous étions 9 personnes ce jour à midi. Service un peu lent alors qu'il n'y a pas grand monde. La carte propose de tout, vraiment de tout, fondue, pierrade, pizza, viandes, poissons, plat du jour, etc etc. je serai d'avis de diminuer la carte et de se concentrer sur certains produits. J'ai pris ce jour des filets de perches, sauce tartare pdt nature. Sauce correcte, pdt réchauffée, filets de perches secs. Mes collègues ont pris des morceaux de viandes avec des sauces, portions importantes, la viennoise avait l'air bonne.
0 Commentaires   8 Votes   En savoir plus
Els Pescadors
Els Pescadors
20.01.2015, 15:41
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/els-pescadors-barcelone.html Cela semble un peu étrange que de prétendre qu’à Barcelone il ne soit pas si aisé de trouver un bon restaurant de poisson, mais entre l’attrape-touriste, le congelé, les origines inconnues, le « moins frais » et j’en passe… les tables réputées irréprochables poissonnières ne sont pas légions. C’est encore en me renseignant que j’appris que « Els Pescadors» était considéré comme l’une des plus belles table de la ville. Certes ce n’est pas dans le centre mais tout à fait atteignable par métro. Situé dans le quartier de Poble nou à l’est de Barcelone. Comme l’on peut se l’imaginer, « nouvelle ville » est un quartier qui date de l’ère de la révolution industrielle Catalane et qui s’est reconverti en un endroit très agréable et tendance, lieu d’affaires mais aussi quartier résidentiel en face de la mer. Passablement de lofts réhabilités, des petites places avec terrasses et « Els Pescadors». Du centre, le L4 qui peut se prendre au Passeig de Gracia ou non loin de la place de Catalogne à l’arrêt Urquinaona et destination peut-être en moins d’une demi-heure à Poble Nou. Sortie du métro, petite balade presque dans un village et vous arriverez a cette très jolie petite place appelée « Plaça Prim ». Assurément l’été vous pourrez manger sur la terrasse en dessous des arbres. « Els Pescadors » est par tradition un bar mais qui s’est transformé en un restaurant des plus raffinés. D’entrée je signale que ce n’est pas un endroit bon marché, ce qui est tout à fait normal car le poisson est non seulement rare en tout cas en méditerranée et par conséquent cher. J’ai eu l’occasion de lire certains commentaires sur la cherté de l’établissement, maintenant il faut savoir ce que les gens veulent ; du congelé de provenance lointaine souvent servi dans les restos à toutous….ou les produits locaux de la pèche. Maintenant que ceci est dit, entrons dans le lieu… Vous arriverez probablement par l’entrée principale dans une la salle à manger originelle qui a conservé son plafond de bois et ses tables de marbre et qui représente les souvenirs des pêcheurs et des ouvriers. C’est d’ailleurs ici que je vous recommande de dîner en tout cas dans les périodes fraiches. Il existe aussi deux nouvelles salles symbolisent tout le modernisme qui anime désormais Barcelone mais qui selon moi sont moins belles. Question de goût. Dans la première salle, le grand comptoir où l’on peut simplement prendre un verre ou observer la découpe du jambon sur un coin. Des tables joliment dressées avec des chemins de table blancs et quelques fleurs pour égayer. L’accueil est très professionnel, le service fut attentionné tout au long de notre repas. Ici de la mer comme de la terre, les produits frais sont achetés chaque matin au marché, ce qui induit le dynamisme du chef cuisinier, qui change quotidiennement la carte en accord avec les trouvailles du jour. Les poissons de la criée, des fruits de mer mais aussi des viandes ou des plats hivernaux. Dorade, lotte, Saint-Pierre, grondin, mérou et bar parmi d’autres poissons. La carte qui existe en plusieurs langues est très belle avec aussi bien des mets traditionnels que des plats plus créatifs. Comme à l’accoutumée nous entrons en matière avec un très bon pain à la tomate qui est dans la plupart des établissements proposé d’office. Nous commencerons avec d’excellents beignets d’aubergine farcis au fromage et aux anchois. Une friture très légère, un subtil mélange d’aubergine et de fromage. Ceux-ci se commandent à la pièce et comptent parmi les meilleures beignets ou croquettes mangées localement. Les petits calamars de Sant Carles de la Ràpita sont absolument fabuleux. Sant Carles de la Ràpita est une commune de la comarque du Montsià dans la province de Tarragone en Catalogne abritant l’un des ports de pêche les plus dynamiques et importants de toute la région par le volume de captures et le grand nombre d'embarcations. Ceux-ci sont simplement cuits à la plancha avec un peu de piment doux mais la cuisson et la fraicheur sont exemplaires. Je prendrai en plat principal quelque chose de traditionnel, un riz du pêcheur. Le riz provient du Moli de Rafelet dans le delta de l’Ebre http://www.moliderafelet.com/ Un riz artisanal unique et exceptionnel, cultivé, élaboré et emballé dans les terres du Parc Naturel du Delta de l’Ebre, d’une grande capacité d’absorption des saveurs, doté d’une grande résistance à l’agglutination. Le Delta de l’Ebre se trouvant dans la province de Tarragone. Le bouillon de cuisson est très parfumé et l’on trouvera une belle sélection de morceaux de poissons et coquillages. Autre plat avec la lotte à la manière d’El Serrallo. El Serrallo est un quartier de Tarragone qui réunit les meilleurs restaurants de poissons. Maintenant je ne sais pas trop en quoi consistent les particularités de cette sauce mais on y retrouvera en tout cas du jambon finement découpé. Le poisson est parfaitement poêlé accompagné de pommes de terre nouvelles et d’une tomate. Avec ce repas une bouteille de blanc de Foranell Picapoll du domaine Alella qui en réalité est un cépage Picpoul, vin assez nerveux et typé, fin en bouche. Une généreuse cuisine parfaitement maitrisée avec des produits de qualité, des saveurs classiques mais jamais ennuyeuses, une ambiance raffinée dans un endroit fortement recommandable hors des sentiers battus.
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Morro Fi
Morro Fi
19.01.2015, 15:29
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/01/morro-fi-barcelone.html Il y avait un endroit que je tenais à visiter ici, c’est « Morro Fi »… C’est avant de déjeuner à « La Pubilla » http://hedofoodia.blogspot.fr/2014/12/la-pubilla-barcelone.html où j’eu l’occasion de déguster mon premier verre que j’avais entendu parler ce lieu qui est selon certain la renaissance du Vermouth en Espagne et l’apéritif à la mode à Barcelone. Je connaissais les Vermouth italiens que l’on vend partout comme Martini, Cinzano et autres marques mais n’avais jamais vraiment trouvé cela très attirant. Le Vermouth (ou Vermut) Catalan est produit dans la région de Tarragona et se trouve être un classique mélange de vin avec des herbes aromatiques et des fruits : romarin, thym, olives, oranges, gingembre, et probablement encore d’autres éléments puisque certaines recettes peuvent compter plus d’une centaine d’ingrédients. A l’origine, il semblerait que cela soit un breuvage imaginé en Italie par un certain Antonio Benedetto Carpano et qui servait de potion médicale mais qui fut également fabriqué en Catalogne depuis plus d’un siècle. Aujourd’hui un certain nombre de producteurs catalans qui sont non loin de deux douzaines ont leurs propres recettes qu’ils tiennent évidement cachées. Comme exemples, la « Bodegas y Destilerías Lehmann” http://lehmann.es/en , Yzaguirre, Iris, Miró de 1957, Casa Mariol de 1945. On dit également que le Vermouth a été conçu afin d’ouvrir l’appétit et de se préparer à de fastueux repas. C’est donc devenu un phénomène et peut-être aussi une mode et vous pourrez même trouver un certain nombre de sites de passionnés de ce breuvage comme La Vermutista ou alors Lovermut http://www.lovermut.com/ ou tout simplement la page sur Facebook de Casa Mariol. C’est dans le quartier de « l’Eixample » dans un boulevard plutôt commun non loin de Sant Antoni que vous trouverez ce bar et débit de boissons appelé « Morro Fi » qui a pignon sur rue un peu comme un petit atelier ou garage. On pourrait même considérer cet endroit « comme un trou dans un mur »… Une bande de copain qui se lancèrent dans cette renaissance et qui propose à même la rue d’excellents vermouths artisanaux fabriqués à la propriété. http://www.morrofi.cat/ « Morro Fi » est sans aucun doute un repère à « Hipster » et de gens « hyper trendy »… On vient ici pour se délecter de ce magnifique breuvage que l’on boit en apéritif avec des olives, des chips, des moules ou petits calamars de conserve. Quelques tabourets, un comptoir quelques bouteilles le long des murs. « Le menu » inscrit à la craie sur des murs peints à la peinture d’ardoise…rien de plus. Plusieurs catégories de Vermut sont proposées et qui sont aussi en vente. Achetable même en bouteille plastique… Des bouteilles aussi « sérigraphées » pour les amateurs et toute une séries de petits tapas pour accompagner ; thon, calamar, moules et autres coquillages. Aussi des olives et autres fruits secs. Commençons avec le « Morro Fi » blanc servi dans des verres à l’effigie du bar ; peut-être pas mon préféré mais au moins a le mérite d’être un produit naturel, servi comme il se doit avec une olive sur un cure-dent et une tranche de citron. Quelques délicieuses olives de la maison farcies aux anchois. A noter que l’on peut même acheter tous les accompagnements directement au bar ou même sur internet http://morrofi.bigcartel.com/. Nous passerons ensuite au traditionnel Vermouth rouge qui est vraiment excellent, toujours servi avec une olive et une tranche d’orange. Pendant ce temps, notre barman prépare quelques brochettes alternant olives et anchois aux vinaigre qui ont l’air bien tentants. Et pour terminer un Vermouth spécial type Réserve qui a du séjourner plus longtemps en macération. Le parfait endroit pour démarrer une soirée et apprécier ce qu’est un excellent vermouth et tout cet engouement pour cet apéritif. Même le frère de Ferran Adria a ouvert sa « Vermuteria », la « Bodega 100 ». Ici c’est un endroit seulement prévu pour prendre un verre grignoter quelques excellents produits et probablement continuer sa soirée pour un repas plus tard dans la soirée. A noter que « Morro Fi » ouvert un autre endroit appelé « Mitja Vida » ; une seconde adresse des mêmes propriétaires où semblerait-il l’on serve des tapas chauds. Finalement un blog qui vous parlera de coins authentiques pour manger un boire des verres en Catalogne… https://morrofi.wordpress.com/
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus

Mon profil

Bernard Anthamatten
 Membre Gold
Ville de l'établissement: Saint-Maurice

J'aime: ambiance conviviale se sentir à l'aise être surpris par une originalité

Je n'aime pas: Attendre pour recevoir, et Attendre pour payer l'addition

46
Amis
2022
pts de réputation

Amis

Olivier Micheloud
 Membre Gold
654 Amis
67854 pts de réputation
Serge Thorn
 Membre Gold
522 Amis
97960 pts de réputation
Ruey Armand
 Membre Gold
25 Amis
492 pts de réputation
© 2008 - 2015 iTaste SA