Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de Bonacci Claudio

Dernières consultations

Restaurant - Pizzeria de la Croix Blanche / Chez Orio
Restaurant - Pizzeria de la Croix Blanche / Chez Orio
Il Pulcinella
Il Pulcinella
L'Isle
L'Isle
La Chandelle
La Chandelle
L'Alchimie
L'Alchimie

Envies

Chez Pitch
Chez Pitch
Fleur de Sel
Fleur de Sel
Anne-Sophie Pic au Beau-Rivage Palace
Anne-Sophie Pic au Beau-Rivage Palace
el Chiringuito
el Chiringuito
Château de Vuissens
Château de Vuissens

Actualité iTaste

Le Ranch
Le Ranch
24.03.2012, 14:29
nous avons mangé 2 viandes sur ardoise et un filet de bœuf pour un montant de 140.- boissons comprises
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
Hotel la Maison Blanche
Hotel la Maison Blanche
24.03.2012, 14:29
service agréable, personnel souriant et attentif à nos besoins cuisine soignée et de bonne qualité nous avons mangé une pizza, une assiette du jour et des strozzapreti pour un montant de 80.- environ boissons comprises
0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus
Auberge de la Couronne
Auberge de la Couronne
04.03.2012, 20:18
Hotel la Maison Blanche
Hotel la Maison Blanche
04.03.2012, 20:25
La Couronne
La Couronne
04.03.2012, 20:26
nous avons mangé à 3 et le service était agréable nous avons mangé 2 entrée gambas 2 assiettes de viande 1 risotto pris du vin et 2 minéral un café et payer 120.- sfr prix corrects
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

nous avons mangé 2 viandes sur ardoise et un filet de bœuf pour un montant de 140.- boissons comprises
qualité de la viande trouvée un peut dure et filandreuse
0 Commentaires   4 Votes   En savoir plus
service agréable, personnel souriant et attentif à nos besoins cuisine soignée et de bonne qualité nous avons mangé une pizza, une assiette du jour et des strozzapreti pour un montant de 80.- environ boissons comprises

0 Commentaires   3 Votes   En savoir plus
nous avons mangé à 3 et le service était agréable nous avons mangé 2 entrée gambas 2 assiettes de viande 1 risotto pris du vin et 2 minéral un café et payer 120.- sfr prix corrects

0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
cadre sympa, nouvelle salle loung à l'arrière, bonne cuisine et prix corrects
le service un peut long
1 Commentaires   1 Votes   En savoir plus

Entre amis

La Molisana
La Molisana
31.08.2014, 12:02
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/08/la-molisana-lausanne.html Dans le thème des restaurants italiens qui offrent une image autre que celle de la sempiternelle pizza moyenne, j'ai longuement entendu parler de la Molisana. Vendredi 22 août 2014, l'envie d'une petite sortie sera l'occasion de pénétrer ce lieu. Notons au passage que si une fois ce billet lu vous désirez lire un autre avis qui est clairement de qualité, allez jeter un oeil à la revue d'Hedofoodia qui vaut le détour. Sis avenue de Tivoli, légèrement excentré par rapport au centre-ville, la Molisana est un restaurant qui a su se faire une place sur la scène culinaire lausannoise. L'équipe qui s'y trouve est là depuis déjà plusieurs années et est parvenu, contrairement à ses prédécesseurs qui se sont succédés sans grand succès, à véritablement attirer le public. Bien plus qu'une pizzeria, la Molisana propose une cuisine fraîche, travaillée et généreuse et est plutôt sur une thématique de trattoria. Nous entrons dans un lieu plaisant, précédé d'une petite terrasse protégée de la route adjacentes par une palissade habillée de plantes. Un piano à l'entrée et en face, un bar où s'active une équipe souriante et attentive. Que l'on regarde à gauche ou à droite, on remarque que le vin a une place de choix en ces lieux. Un peu partout, des tables de bois de toutes formes et de style différents, chaises parfois de bois rembourrées, parfois en osier, dressage des tables simples et murs aux couleurs chaudes offrent une atmosphère agréable et chaleureuse. Nous sommes très vite accueillis et menés à notre table à laquelle le patron nous saluera. À peine assis qu' un petit amuse-bouche nous arrive, deux tranches de pâte à pizza couronnée de lamelles d'oignons. Cela nous permet d'apprécier légèrement le travail de la pizza qui, en tout cas au niveau de la pâte, est excellente. Notons qu'il est toujours agréable d'être accueillis avec de la nourriture. Grignotant cela, tout en consultant la carte, nous sirotons pour l'un, un verre de rosé italien (dont je n'ai pas eu la référence) ai un verre de Falanghina Roccamonfina I.G.T, Telaro 2012, vin de vieux cépage italien (dans lequel les latinistes et antiquisants reconnaîtront peut-être le « Vin de Falerne »), de couleur jaune franc aux parfums d'agrumes, très rafraîchissant. La carte est plutôt celle d'une trattoria. Certes, le restaurant propose des pizza, sans que le choix ne soit trop long, mais on trouvera surtout un beau choix d'entrées variant salades, fritures, tartares et carpaccios, des petites choses à grignoter, risotti, pâtes fraîches et sèches appétissantes, viandes et poissons sélectionnés et travaillés soit sur des thématiques classiques ou plus inventives. Ça sent le frais et à voir les plats servis alentour, tout à l'air des plus gourmand. Notons un choix bien fournis de vins essentiellement italiens qui sauront satisfaire tout un chacun. On fait notre choix et on attend un instant pour que notre vin nous soit servi, un Malvoisie Noire Salento I.G.T, Vignenti del salento 2012 aux tanins souples et fruits éclatants de très belle qualité, servi au verre (4dl seront consommés). Une carafe d'eau en plus, et une San Pellegrino. Arrive de-même une corbeille de pain dont l'allure et le goût ne trompent pas : il est fait maison, cuit au feu de bois et de belle facture. On saluera cela, car du bon pain, qui plus est maison, c'est pas si évident d'en trouver au restaurant ! Les entrées se choisiront sur l'idée du raisonnable : Pour ma convive, une salade verte, pour moi une salade mêlée. Si généralement on a quelques feuilles plus ou moins fatiguées au fond d'une assiette, c'est pas la mentalité de la Molisana : l'assiette de verte est servie généreusement, juste augmentée d'un peu de fenouil émincé, tandis que la mêlée est encore plus copieuse, garnie de carottes, tomates, fenouil et verte. Toutes deux sont arrosée de vinaigre de vin rouge, d'huile d'olive de bonne qualité et d'un peu de balsamique. En plat, il y aura à table d'une part un « Filet d'espadon à la vinaigrette d'estragon, risotto au safran ». Le filet d'espadon, théoriquement servi mi-cuit (heureuse idée), a été demandé à point, et il a été servi tel. Goûtant dans l'assiette de ma convive, j'ai été surpris que le poisson ait été bel et bien cuit à point et néanmoins garde une grande tendreté (généralement, tout comme le thon, on ne sent presque plus que la fibre du poisson, ce qui n'est pas toujours agréable). La vinaigrette à l'estragon est acidulée juste ce qu'il faut et riche en saveurs. Le risotto, lié au mascarpone, est très bien réalisé ; on sent encore le grain sous la dent et les saveurs sont là. Jolie assiette. Pour ma part, je céderai à quelque chose que j'adore et néanmoins fort peu pratiqué dans les restaurants, le poisson en croûte de sel. Voici donc le « Loup de mer en croûte de gros sel, garniture à choix ». Le poisson est sélectionné en différent calibre selon le nombre de convives se le partageant. Pour un poisson portion, cela sera de l'élevage (de France, élevé en pleine mer), les plus gros étant du sauvage péché à la ligne. Ce sera donc de l'élevage, mais qui était de bonne qualité. Le patron arrive à la table avec un beau plat, brise la croûte de sel (très proprement, pas comme à la maison) et lèvera les filets avec une très grande dextérité, sans-même laisser une arrête. Puis, il ajoutera un peu de gros sel sur la chair délicate et un trait d'huile d'olive. La chair du poisson est tout à fait excellente, l'huile de qualité et le gros sel sublimant tout en simplicité ce plat. Avec cela, des patates natures et des légumes grillés (poivron, aubergine, courgette) fort bons. A entrée légère, final gourmand. Nous nous sommes partagés les deux desserts qui nous intéressaient le plus, à savoir la « tartelette aux framboises, glace caramel », une belle tartelette de pâte sablée de bonne qualité surmontée d'une bonne portion de framboises bien mûres juste saupoudrée d'un peu de sucre glace. Une pâtisserie tout en gourmandise et fraîcheur, accompagnée d'une boule qui m'a rappelé les Mövenpick. Et la « Panna cotta au coulis de mangue » qui en réalité sera au coulis de mangue et framboise faisant une assiette explosive de couleur. La panna cotta est tout à fait parfaite, riche de vanille (dont les grains sont bien présents), augmenté de vrais coulis de fruit riche en saveur bien plus qu'un vieux topping. Un final parfait. Le tout reviendra à 161.20 CHF. Le service est non seulement d'une grande efficacité, mais surtout inlassablement souriant et agréable, manifestement épanoui par ce travail. Avec toutes ces qualités, on ne s'étonnera pas de voir que le lieu joui d'un certain succès auprès de toutes sortes de personnes, des réunions de familles, d'amis, repas en tête à tête ou réunions de travail, la Molisana semble faire l'unanimité. Un grand bravo à cette équipe pleine de coeur.
0 Commentaires   18 Votes   En savoir plus
Le Cinq
Le Cinq
30.08.2014, 21:13
Le Cinq, j'en avais beaucoup entendu parler, puis je l'ai essayé...et adopté! C'est ma nouvelle cantine du vendredi midi. Ce repas, j'y tiens beaucoup et je m'en réjoui pendant toute la semaine! La formule du business lunch à tout pour plaire: plat du jour à CHF 25.-, salade ou soupe en entrée, carte restreinte de cinq plats au choix (deux viandes, un poisson, un plat de pâtes et un plat végétarien). Tout est bon, frais, simple, simplement délicieux. Moi qui suis très difficile, je trouve toujours quelque chose qui me plaît. Les quantités sont juste ce qu'il faut, ni trop peu ni pas assez. Sympathique petite terrasse pour les beaux jours. Service attentionné et discret. Les patrons ont toujours un mot gentil. Je me réjoui d'y aller pour tester la carte du soir!
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Le Gros Minet
Le Gros Minet
28.08.2014, 23:43
Wouaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! Ce jeudi 28 août 2014, j’ai mangé des yeux d’abord et pour de bon ensuite une saucisse à rôtir d’exception, posée délicatement sur un dôme de purée mousseline avec son puits plein d’une sauce divine… Une jolie salade mêlée colorée et croquante (céleri, carotte, chou rouge, verte, concombre, tomate) a précédé ce mets bénit des dieux vaudois, et suffisamment copieux pour tenir jusqu'aux quatre-heures. Pour 18 francs . Et le café toujours à 3 fr. 20 ! 1969-2014 Quarante-cinq ans de souvenirs et d'amitié au GROS MINET, ce bar-restaurant de quartier parmi les plus anciens de Lausanne. C'est Rico et sa grande américaine rose bonbon qui avait transformé le Gipsy, choisi ce nom mythique et fait de ces lieux l'un des "points d'eau" favoris de la jeunesse d'alors et des Sous-Gariens (d’avant les « botellòn », mais on n’était parfois pas beaucoup plus jolis à voir). L'un de ses successeurs, Charly, est parti au décès de notre chère Hélène, son épouse. Le suivant, Pietro, ancien barman à la Voile d’Or, nous a quittés à l'insu de son plein gré à 50 ans. Et depuis douze ans c'est « P.-A. » (Recordon) qui nous accueille dans ce qui semble être sa résidence principale. En fait, affable, il veille à ce que tout se passe au mieux ici. La charmante et souriante Gaby, très attentive, très maligne et rompue à toutes les clientèles, participe au succès du Gros Minet, avec Aleks, douce et efficace aussi. Dès 15 heures, c’est Véronique qui officie au bar. Pas de cuisine le soir, à part des petits trucs pour l’apéro. De la mamy café-croissant du matin au papy whisky-whisky du soir, P.-A. veille à la bonne marche de ce temple de Cour/Primerose, couru comme un café de village (côté BAR) ou comme un restaurant pour cadres, employés et ouvriers des entreprises alentour (dans la SALLE et sur les deux TERRASSES). Et même les vieux du Muppets du bout du bar (côté lac :) ), restés coincés au début du siècle dernier d’avant « Face de bouc », manquent quand par hasard ils ne sont pas là… LA RENTREE s'annonce donc sous les meilleurs auspices. Un cuisinier chevronné dans la cinquantaine, qui a fait ses armes entre autres dans un resto tenu par les parents de Bastian Becker, a repris les fourneaux, pour mon plus grand bonheur. Il mitonne de ces petites sauces que je laperais bien dans l’assiette pour ne pas en laisser une goutte ! Chaque jour, sur une ardoise, deux propositions à choix, entre 16 et 18 francs. Le vendredi, l'habituel filet de perche-frites n'a plus rien à voir avec ce qui était servi auparavant. Et qui eut parfois un goût de vase des plus désagréables. Là, de jolis petits filets dorés comme au Florida, avec une sauce tartare délicieuse, selon les amis qui les ont déjà goûtés. Et une autre proposition, bienvenue pour ceux que les petits poissons du lac et leurs frites ne font pas fantasmer. Pour l'automne, un potage est au programme. Et le mercredi, un dessert attend les gourmands petits et grands. Nous avons pu tester Les filets de poulet sauce à la moutarde de Meaux (trois jolies escalopes très joliment présentées, avec un trait artistique de balsamique, deux-trois tronçons de carotte sur les pâtes al dente). La brochette de bœuf et dinde et ses petits carrés de pommes de terre rôties. Le ragoût aux petits légumes et sa purée, avec sa petite tomate cerise et son brin de persil plat (joli !). L’osso bucco de porc, cuisson parfaite et encore une sauce excellente, petits légumes, tagliatelle. La piccata milanaise, spaghetti, sauce tomate au goût de « pomodoro » (avec un spaghetti rôti au four dressé pour la déco ! Le sens du détail, ce nouveau maître-queux ! J’aime !) Le risotto aux scampi et sa petite tomate cerise et brin de persil (là aussi, une petite sauce raffinée). Les spaghetti bolognaise al dente. La viande hachée est mariée à un bon sugo apprêté comme il se doit. Comme à la maison et à Magenta ! Les cuisiniers ont-ils les hormones qui chicanent, comme les filles ? Un ratage total avec un braisé de bœuf quelconque, sa sauce pleine de farine, deux louches de tagliatelle, et une petite salade verte tristounette. Une portion pour anorexique, de surcroît. A 16 heures, nous nous sommes rués sur un sandwich jambon-beurre XXL et un paquet de biscuits… Le lendemain, ce cauchemar était oublié, et suivaient… L’ émincé de bœuf-carotte et son riz cuisson parfaite, ni trop ni trop peu. Le steak avec des pommes Country parmi les meilleures qu’il m’ait été donné de déguster, légères, moelleuses à l’intérieur et croquantes à l’extérieur, et miracle! un parfum de bonne huile d’olive m’a chatouillé le palais (royal) ! Et de thym. Une petite carte attractive offre en outre des salades, assiette de viande froide, steak, ou mets qui, sans relever de la haute gastronomie, mettent les papilles en joie dans un cadre attachant... Idéal pour des pauses-déjeuner… Les journaux sont à disposition, et même le « Journal d’Ouchy », et le Wifi permet de travailler en mangeant ou de surfer sur… Facebook. Parfait. On est bien au XXIe siècle. En décembre, deux soirées huîtres permettent de réunir tout le monde dans une chaude ambiance d’avant-Fêtes.
0 Commentaires   11 Votes   En savoir plus
Zhiwei
Zhiwei
24.08.2014, 22:22
http://labobouffe.blogspot.ch/2014/08/le-zhiwei-lausanne.html Dans la pléthore des restaurants chinois, un petit nouveau est né en ville de Lausanne. Le Zhiwei, ouvert il y a peut-être deux mois, offrait dans le courant du mois d'août un 20% sur sa prestation. L'occasion idéale pour découvrir le lieu en compagnie de deux bloggers gourmands, Foodaholic et Guérilla Gourmande, ce lundi 18 août 2014. Situé avenue du Léman, un peu à l'est du centre-ville de Lausanne, dans des quartiers de logements et bureaux, le restaurant n'est pas forcément très visible. Une enseigne toute simple ouvrant sur une petite baie vitrée par laquelle on peut pénétrer dans un restaurant plutôt joli : à l'entrée, quelques tables rectangulaires s’alignent, dressées avec soin dans des couleurs blanc-bordeau. Une volée d'escaliers ouvre sur une salle en T tout aussi soignée, aux murs bordeaux et décoration légères et bien pensées. On n'est pas dans le surchargé mais plutôt dans quelque chose qui se veut plus épuré et raffiné. Nous sommes accueillis par la femme du patron en habits traditionnels, fort sympathique, de bon conseil et avec un certain humour. Elle nous porte les cartes et nous propose de boire quelque chose. On fera sans alcool aujourd'hui, ce sera une Heiniez verte, un thé jasmin et un jus de pamplemousse. Pendant ce temps, on épluche la carte. Notons au passage que le chef, d'après la rumeur, est l'ancien de La Réserve à Genève, un hôtel de luxe comprenant plusieurs restaurant dont le Tse Fung, restaurant chinois. Cela laisse présager d'un niveau peut-être supérieur à la moyenne ou tout du moins un choix différent de mets. Il faut admettre qu'il nous a été difficile de ne pas esquisser un sourire en lisant cette carte aux intitulés parfois rocambolesques (merci google translate). Côté plats, en effet, il y a beaucoup de mets qui sont des « non-vus » pour ma part, a des prix plutôt corrects sur la moyenne lausannoise, ainsi que quelques incursions de « Korea style ». Une liste de suggestion permet de repérer des plats présentés comme des spécialités propre au lieu, ce qui est toujours plaisant. Enfin quelques menus sont proposés, ce qui est toujours utile lorsque l'on est incapable de se décider. Il ne faudra pas hésiter, en cas de question, à se renseigner auprès de la maîtresse de maison qui saura vous aiguiller ou vous informer au besoin, au risque qu'elle ne parvienne à vous vendre un plat supplémentaire (mission réussie avec nous, mais on n'est pas un public trop difficile à convaincre). Le choix est fait, ce sera trois entrées et quatre plats que nous nous partagerons. Pour être sûr d'avoir assez à manger, l'un de nous a encore pris le «Potage aux fruits de mer» qui semble lui avoir plu. L'une des entrées étaient les « Rouleaux au porc de 5 épices » : trois pièces assez fines et appétissantes de pâtes bien croustillante sans sensation résiduelle de gras de friture contenant du porc en petits dés aux parfums doux. Il y a une bonne mâche, du croustillant et de jolies saveurs. Une petite sauce aigre-piquante est proposée avec. Une seconde entrée (qui nous a fait bien rire d'ailleurs) fut les « Watkins crevettes ». Imaginez trois grosses crevettes légèrement frites, augmentées d'une pointe de mayonnaise sur lesquelles on pose une enfournées de pommes allumettes et voilà les crevettes watkins. Tant au nom que dans la préparation, on sentirait presque un vestige des incursions anglaises en Chine. Servi avec une sauce claire de vinaigre de riz et sucre, on admettra tout de même que ce plat est aussi humoristique que plutôt bon. On notera quand même l'étonnante présence d'ail cru en guise de décoration... La troisième entrée fut les « Raviolis aux Noix St.Jacques » : arrivant dans leur panier vapeur, quatre raviolis assez dodus et joliment façonnés nous sont présentés. La farce est tendre, moelleuse et assez savoureuse, faite de Saint-Jaques, crevette et pomme de terre. Une sauce soja-sucre-vinaigre de riz est servie avec. Passons aux plats. D'abord c'est le « Homard grillé du maison » qui nous est présenté en solo. On nous apporte tout ce qu'il faut pour décortiquer et se rincer les doigts pour savourer ce homard de bonne taille, entier, garni d'oignons et pataugeant dans une sauce douceâtre et sirupeuse probablement à base essentiellement de vin de riz et sucre. Le homard a reçu une cuisson correct et l'ensemble est plutôt goûtu quoique je peine a trouver le sens profond de ce plat, le homard n'étant pas vraiment en contact avec la sauce servie. Puis les trois plats suivant arrivent ensemble : Le « Boeuf à la façon Korea » se présente sous forme de lamelle de viandes dans une sauce un peu relevée parfumée au kimchi, le chou fermenté épicé typique de la cuisine coréenne, et de l'oignon. Les parfums sont très typiques et tout le monde n'aimera pas forcément les saveurs que donne le kimchi bien présent. C'est en soi plutôt bon mais là où le bat blesse, c'est que manifestement la viande a joui d'un bain de bicarbonate suffisamment long pour briser la texture et le goût de la viande. La « Côte de porc sauté au sel et poivre » est un plat de spare ribs débité en tronçons d'allure appétissante, brillante et caramélisée. Passée dans un mélange d'épices douces légèrement relevées, la viande a de la texture et est plutôt bonne. Sans surprise, c'est assez gras, mais c'est plutôt gourmand. L'« Agneau sur ardoise » a, à nouveau, une allure plutôt appétissante, une belle portion de viande garnie de quelques légumes (oignons, carottes, poivrons et haricots) dans une sauce noire épaisse au haricot noir. C'est dans l'ensemble bien parfumé et gourmand mais à nouveau, diablement trop attendri présentant ainsi les mêmes défauts que le premier plat. Nous consommerons tout cela accompagné de riz nature bien servi et bien fait. On n'a plus grande faim mais on testera quand même par curiosité deux desserts. Les « Nêm au chocolat » étaient fidèles à ce que l'on pouvait attendre, trois branches de chocolat (genre cailler ou torino) dans une feuille de pâte, passée à la friture, avec du topping chocolat très moyen au dessus. C'est un dessert pas mauvais, mais sans relief et lourdaud. Heureuse idée que de l'avoir accompagné de rondelles d'oranges. L'« Assortiment de fruits frais » rafraîchira tout cela. J'ai toujours été vraiment stupéfait par les pix de ces plateaux de fruits oscillant toujours dans les environs de 25 francs. Je veux bien que cela soit en partie des questions de fraîcheur de produit et de stockage, et cela peut être convenable lorsque sont présentés des fruits coûteux (comme de la mangue thaïe, papaye, fruits de la passion, etc...). Qui plus est, c'est généralement un exercice intéressant car ce n'est pas forcément évident de rendre le plat beau. Si l'exercice du dressage est plutôt réussi, le contenu est un peu décevant. Les fruits sont certes mûrs mais on nous offre à prix démentiel un quart de pastèque, un quart de melon sucrin, un quart d'ananas et l'équivalent d'une orange. Au final l'addition s’élèvera à 216 francs avec les 20% de rabais promotionnel. C'est un lieu agréable au service des plus sympathique. Les mets proposés y sont originaux, différents et intéressants mais, pour ce qui est des plats, la main est beaucoup trop lourde sur les agents attendrissant ce qui limite fortement le plaisir. Il y a du potentiel en ce lieu, mais il mériterait sans aucun doute quelques retouches.
0 Commentaires   13 Votes   En savoir plus
Auberge Communale le St-Sulpice
Auberge Communale le St-Sulpice
24.08.2014, 16:21
L'Auberge Communale de Saint-Sulpice... Il y a trente-cinq ans, nous travaiillions juste à côté, avec mon mari, dans la maison qui abrite maintenant le Skiper. Et allions parfois y déjeuner à midi. Des assiettes du jour un peu cra-cra, qui ne nous avaient pas laissé des souvenirs inoubliables. Les tenanciers avaient changé... J'y suis retournée quelquefois avec des amis âgés et exigeants, qui aimaient la cuisine raffinée, le cadre de la salle à manger chic dans les tons saumon, la tranquillité, et l'accueil surréaliste et guindé de Mme Schnoll, qui en faisait des tonnes avec ces messieurs... Même si nous avions notre Visa avec nous, sa sœur et moi pouvions faire la pièce droite, nous existions à peine pour cette patronne à l'ancienne, d'avant le féminisme. Son époux en cuisine, l'Auberge avait sa clientèle d'habitués... Et mon ami Paul à la table des anges, à 90 ans, j'ai oublié cette adresse. Un vieil ami serpeliou (c'est ainsi que s'appellent les habitants du village à l'orée de Lausanne) aime cette Auberge, reprise il y a deux ans et demi par les Bejrami. Le couple propose une carte incroyable, avec un choix qui me laisse pantoise. Comment avoir en permanence tant de bons produits frais? J'aime fantasmer et saliver longuement devant tant de propositions toutes plus alléchantes les unes que les autres... Comme des préliminaires qui annonceraient des jouissances gustatives d'exception. Et j'aime que l'on connaisse le langage gourmand, que l'on me parle de Buisson de crevettes roses aux lames de melon /23 fr.) Frivolité de poissons et gambas à la brunoise de légumes (21 fr. 50) Terrine de fois gras de canard au naturel, chutney de figue 23 fr.) Saumon mariné à l'aneth et aux agrumes façon Gravlax (19 fr. 50), Escargots, Viande séchée, Carpaccio, Vitello tonnato, Feuilleté de champignons,etc. Et j'en passe. Tous les classiques des bonnes auberges d'ici... Risotto aux gambas, courgettes, tomates (29 fr.) Risotto aux champignons frais et feuilles d'épinards (24 fr.) Fagottini au jambon cru, crémés au gorgonzola (24 fr.) Cannelloni maison (à la viande de bœuf) (21 fr.) Spaghetti ou penne avec les meilleures sauces pesto, carbonara, bolognaise, forestière, fruits de mer, crevettes-tomates fraîches-ail-basilic, Tagliatelle Bonne Auberge (18 fr.), Quatre Fromages (19 fr.), Deux Saumons (21 fr.) Thon-Olives noires (19 fr.), Bolets-oignons-ciboulette (22 fr.). Et celles pour lesquelles je bave et craque ce samedi 23 août 2014, LES TAGLIATELLES À LA MODE DU PATRON ( 25 fr.), soit oignons, gambas, mini-crevettes, morilles, crème et safran. Faites ici, ces pâtes fraîches sont ex-cep-tion-nelles! Comme je les aime, ni trop fines ni trop grosses, la cuisson à la seconde près AL DENTE! Et des gambas saisis par surprise, pas une minute de plus ou de moins. Parfait! Copieux, avec sa tomate cerise et son brin de persil plat, et de touches de persil et paprika sur le bord de l'assiette. Présentation soignée et service rapide et attentionné. La blonde et charmante Gordana assure, avec son collègue, certainement croate lui aussi. Mon ami choisit les TAGLIATELLES CARBONARA, du plus bel effet. De jolis petits lardons très chics, un œuf frais posé sur les pâtes fraîches, là aussi du persil en brin et haché pour donner des couleurs et des envies... L'entrecôte de bœuf est à 33 fr., de cheval à 29. Le Tartare coupé au couteau à 36. Avec un joli choix de sauces dans les 5-6 fr. (Bordelaise, Morilles à la crème, A l'ail, Café de Paris, etc.) Authentique Emincé de veau à la Zurichoise (36 fr.) Cassolette de rognons de veau à la moutarde de Meaux (27 fr. 50) Filet d'agneau poêlé à la crème d'ail et ciboulette (35 fr.) Filets de perche meunière et sauce tartare (34 fr.) Filets de perche façon auberge, avec une émulsion à l'estragon (34 fr.) Filets de perche légère avec une émulsion au basilic (32 fr.) Omble chevalier, Filet de sole, Aiguillette de saumon, Gambas poêlées, etc... Gambas poêlées aux curry Vindaloo et beurre blanc à la ciboulette (38 fr.) Filets de sole poêlés aux poireaux et beurre blance à la ciboulette (38 fr.) Cuisses de grenouilles provençale ou sel marin-ail à discrétion (39 fr.) Spécialité pour deux personnes: Poêlée de poisson et gambas (saumon, rouget sole et selon arrivage), avec Légumes à l'huile d'olive, crème onctueuse, au safran, garniture à choix (37 fr.) Spécialités de brochettes flambées (49 fr.) Deux menus d'affaires à 48 ou 45 francs donnent vraiment envie d'en savoir plus. 25 sortes de PIZZAS de 14 à 22 francs complètent le tout. Jolie carte de desserts... A midi, il est conseillé de réserver tant le bouche-à-oreille aurait fait une bonne pub à cette Auberge bien située au centre de Saint-Sulpice, avec un parking privé. Le portions sont normales (mieux qu'au Débarcadère voisin, qui a réduit la voilure). Les prix sont tout à fait corrects, pour de bonnes bouteilles aussi. Le personnel veille à prévenir les désirs et les attentes des clients. Pas besoin d'appeler trois fois pour payer. Personnellement, j'adore les lumières tamisées, les tons jaune-orangé de la grande salle principale. Presque toutes les tables sont occupées mais nous pouvons parler sans crier. Mes petites chiennes sont accueillies avec bienveillance. Excellente soirée et belle surprise.
0 Commentaires   9 Votes   En savoir plus

Mon profil

Ville de l'établissement: Valeyres-sous-Montagny

J'aime:

Je n'aime pas:

3
Amis
59
pts de réputation

Amis

Isabelle Braidotti
 Membre Gold
7 Amis
355 pts de réputation
Yannick Fournier
 Membre Gold
65 Amis
2972 pts de réputation
Thierry Auberson
 Membre Silver
15 Amis
209 pts de réputation
© 2008 - 2014 iTaste SA