Mot de passe oublié ? Inscription gratuite

Le Guide gastronomique de François Savary

Dernières consultations

Glow Bar & Art (Hotel Président Wilson)
Glow Bar & Art (Hotel Président Wilson)
La Plancha
La Plancha
Le Cosmopolitain
Le Cosmopolitain
Restaurant du Château de Penthes
Restaurant du Château de Penthes
Le 15
Le 15

Envies

L'Evento
L'Evento
Le C. Richard Cressac
Le C. Richard Cressac
Holy Cow! (Genève Plainpalais)
Holy Cow! (Genève Plainpalais)
Cookfriendly Café UGS
Cookfriendly Café UGS
Sauan
Sauan

Actualité iTaste

Le Plantamour
Le Plantamour
17.08.2012, 13:38
Accueil super chaleureux, chouette large terrasse urbaine, et depuis peu, très bons hamburgers accompagnés de petites patates rôties et petite salade. à noter que le burger est parfaitement cuit et la viande hachée assaisonnée avec persil, très bon. Pas gouté les salades, c'est définitivement ma semaine burger, on ira courir demain.
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Inglewood
Inglewood
09.01.2012, 21:50
Deuxième passage à l'inglewood, après une premier version "à l'emportée" et définitivement ça a toutes les chances de devenir mon stamm. Bon c'est un fast-food, certes, mais c'est du fast food de qualité et local! C'est un peu le bistrot parfait qu'on a tous rêvé d'ouvrir quand on était étudiant (enfin moi en tous les cas). Un bistrot tenu par des "post" étudiants, pour des étudiants, Un cadre chaleureux et sympa, une carte simple, une cuisine très soignée, des produits locaux. C'est de l'hamburger de qualité, un petit pain au pavot bien toasté, une viande hachée cuite parfaitement (saignante il va de soi) et des variations simples mais gouteuses. Les standards, genre Classique B (aussi en P pour Poulet...) en allant vers le Mexicano B (ou P bien sur pour les poules mouillées), mais aussi des "du moment" comme aujourd'hui, le "dzozet", avec évidemment un vieux gruyère, excellent... ou des végétariens pour les nostalgiques hippies. ;-) Servis avec des frites bien croustillantes avec la peau et une petit salade (peut-être juste le bémol ici), le tout accompagné des vins genevois, un petit gamaret, par exemple. et pour terminer une frangipane maison ou un autre brownie. que du bonheur ! Un service attentionné pour couronner le tout. ça fait plaisir de devoir réserver dans un fast food. mon premier 19...Je crois.
7 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
Le Monde à L'Envers
Le Monde à L'Envers
09.10.2011, 18:21
une formule le midi sur ardoise à 17 euros avec un bon petit verre de vin. Pas mal du tout. bonne salade , un civet de cerf correct ou un poisson au curry pas mal, bonne purée maison, une merveilleuse tome de savoie, bien faite mais pas amer, parfait. et un tiramisu aux fruits jaunes. belle journée malgré la pluie avec un service très agréable
4 Commentaires   6 Votes   En savoir plus
Terrapon table d'hôtes
Terrapon table d'hôtes
09.10.2011, 18:09
Peu de chance de tomber par hasard sur ce petit bijou. D'abord il faut réserver, ensuite c'est un peu derrière chez personne. Mais ça vaut le voyage, une vrai carte postale de la Gruyères avec Un Menu 6 plats pour 70.- boissons comprises. Michel Terrapon et sa femme nous accueille chez eux, on passe par la cuisine sur des airs de zouc et On arrive dans des petites salles à manger, avec des oeuvres d'artistes et de l'artiste. Le menu est plein d'idées, et très soigné, on commence par des tartines variées à l'onagre ou à l'ail des ours, etc., un potage aux chanterelles pour suivre avec une salade aux fleurs des champs. miam. Un poulet aux safran puis un filet de boeuf cuisson froide avec une sauce tomate sèche avec un merveilleux chou-fleur. On finit par une très belle assiette de desserts, Une Crème brûlée à la reine des champs, glace au vin cuit, un macaron, biscuit et puis un extraordinaire chocolat caramel à la fêve de tonka, une expérience à mi-chemin entre un caramel et une truffe au chocolat. Michel terrapon vient ensuite s’asseoir a notre table et on déguste toute une série de liqueurs qu'il prépare à base de ces fruits, ratafia de griottes, liqueur d'abricots, etc.. belle soirée.
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Café de la Paix : Arts & Bagels
Café de la Paix : Arts & Bagels
14.08.2011, 12:30
Ca faisait longtemps que je voulais y aller. Alors ce matin debout et hop petit plateau bagels. Bagels fait maison, confiture fait maison, salade de fruit fait maison. Pas mal du tout. J'ai envie d'y retourner, il y a une sorte de guinguette avec boule à facettes qui donne envie passer un soirée à faire la fête. En mangeant des bagels ? à suivre
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus

Derniers commentaires

Accueil super chaleureux, chouette large terrasse urbaine, et depuis peu, très bons hamburgers accompagnés de petites patates rôties et petite salade. à noter que le burger est parfaitement cuit et la viande hachée assaisonnée avec persil, très bon. Pas gouté les salades, c'est définitivement ma semaine burger, on ira courir demain.
le pain est moins bon que celui du inglewood, mais cest difficile a battre...:-)
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Deuxième passage à l'inglewood, après une premier version "à l'emportée" et définitivement ça a toutes les chances de devenir mon stamm. Bon c'est un fast-food, certes, mais c'est du fast food de qualité et local! C'est un peu le bistrot parfait qu'on a tous rêvé d'ouvrir quand on était étudiant (enfin moi en tous les cas). Un bistrot tenu par des "post" étudiants, pour des étudiants, Un cadre chaleureux et sympa, une carte simple, une cuisine très soignée, des produits locaux. C'est de l'hamburger de qualité, un petit pain au pavot bien toasté, une viande hachée cuite parfaitement (saignante il va de soi) et des variations simples mais gouteuses. Les standards, genre Classique B (aussi en P pour Poulet...) en allant vers le Mexicano B (ou P bien sur pour les poules mouillées), mais aussi des "du moment" comme aujourd'hui, le "dzozet", avec évidemment un vieux gruyère, excellent... ou des végétariens pour les nostalgiques hippies. ;-) Servis avec des frites bien croustillantes avec la peau et une petit salade (peut-être juste le bémol ici), le tout accompagné des vins genevois, un petit gamaret, par exemple. et pour terminer une frangipane maison ou un autre brownie. que du bonheur ! Un service attentionné pour couronner le tout. ça fait plaisir de devoir réserver dans un fast food. mon premier 19...Je crois.
comme je l'ai dit la salade pourrait être plus originale, pas grave on est là pour l'hamburger
7 Commentaires   7 Votes   En savoir plus
une formule le midi sur ardoise à 17 euros avec un bon petit verre de vin. Pas mal du tout. bonne salade , un civet de cerf correct ou un poisson au curry pas mal, bonne purée maison, une merveilleuse tome de savoie, bien faite mais pas amer, parfait. et un tiramisu aux fruits jaunes. belle journée malgré la pluie avec un service très agréable

4 Commentaires   6 Votes   En savoir plus
Peu de chance de tomber par hasard sur ce petit bijou. D'abord il faut réserver, ensuite c'est un peu derrière chez personne. Mais ça vaut le voyage, une vrai carte postale de la Gruyères avec Un Menu 6 plats pour 70.- boissons comprises. Michel Terrapon et sa femme nous accueille chez eux, on passe par la cuisine sur des airs de zouc et On arrive dans des petites salles à manger, avec des oeuvres d'artistes et de l'artiste. Le menu est plein d'idées, et très soigné, on commence par des tartines variées à l'onagre ou à l'ail des ours, etc., un potage aux chanterelles pour suivre avec une salade aux fleurs des champs. miam. Un poulet aux safran puis un filet de boeuf cuisson froide avec une sauce tomate sèche avec un merveilleux chou-fleur. On finit par une très belle assiette de desserts, Une Crème brûlée à la reine des champs, glace au vin cuit, un macaron, biscuit et puis un extraordinaire chocolat caramel à la fêve de tonka, une expérience à mi-chemin entre un caramel et une truffe au chocolat. Michel terrapon vient ensuite s’asseoir a notre table et on déguste toute une série de liqueurs qu'il prépare à base de ces fruits, ratafia de griottes, liqueur d'abricots, etc.. belle soirée.
La cuisson des viandes c'était pas ça :-( Mais on a pas eu de chance lors de notre visite m'ont confirmé des habitués, on va réessayer. On viendra en été pour tester la magnifique terrasse.
0 Commentaires   5 Votes   En savoir plus
Ca faisait longtemps que je voulais y aller. Alors ce matin debout et hop petit plateau bagels. Bagels fait maison, confiture fait maison, salade de fruit fait maison. Pas mal du tout. J'ai envie d'y retourner, il y a une sorte de guinguette avec boule à facettes qui donne envie passer un soirée à faire la fête. En mangeant des bagels ? à suivre
jus d'orange pas fait maison :-( je paierai volontiers plus cher pour avoir un jus d'orange frais.
0 Commentaires   6 Votes   En savoir plus
Restaurant de la plage de Sa riera a Begur excellentes parrilladas, et poissons frais. Les riz sont bien aussi, paella et riz mouillé aux fruits de mer. les sonsos frites, petites angilles de sable, genre petite fritures. les anchois. et une fameuse crème catalane.
leur Pa amb tomàquet laisse à désirer. :-(
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
J'ai pas tenté la new japanes kitchen, j'avais envie de poisson cru. Excellent sashimi de thon rouge, il est local. riz des nigiri bien cuit, c'est pa smon japonais préféré de makati, mais c'était bien. j'ai fini par une pana cotta avec coulis de mangue, je sais pas si c'est très japonais, même nouvelle cuisine, mais c'était bon.
le nigiri de coquille st-jaques était pas super frais, gloumpf.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Végétariens détournez les yeux, ça va saigner. Nouvelle adresse de Melo's vers Fort Bonifacio. Dans un décor sombre, des frigos exhibant fièrement toutes les pièces de viandes à la carte, Ribeye, T-bone, cowboy cut, etc. de Wagyu ou d'Angus tous les deux Australiens. J'oriente mon collègue sur le rib eye de Wagyu. La gérante vient alors avec une sorte de chariot de dessert façon Dexter, la pièce de Wagyu, des gants chirurgicaux, une balance et un couteau. j'en prends 10 onces. Saignant svp. Le plat arrive après une petite soupe minestrone pour nous faire patienter. Et la, on se regarde avec mon collègue, on n'a jamais rien mangé de pareille. un pur bonheur, grillé parfaitement sur une pierre volcanique avec une petite marinade (on dirait un peu de soya?) 3 brocolis et une petite purée sur une assiette bien chaude. une merveille. On est tellement ému qu'on décide de l'adopter et de lui donner un nom, tasty daisy. Je vous avais averti végétariens, fallait passer votre chemin. On s'est demandé avec mon collègue si on avait eu un coup de chance, du coup après avoir raconté notre repas de la veille à d'autres collègues, on a été obligé de revenir vérifier ça. Et Daisy nous a pas déçu, accompagnée de 3 haricots et d'une baked potato, précédée d'une crème de courge. parfaite. Comme on est devenu des habitués, on nous offre une mangue flambée avec glace vanille. on est comblés. Je devrais certainement pas mentionner que nous y sommes retourné évidemment 4 jours plus tard et que je me réjouis de mon prochain voyage à Manille.
Le vin est clairement trop cher, mais évidemment il doit faire un long voyage. Le décor un peu trop sombre. Manille c'est loin
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Un petit bar à tapas typique, enfin plutôt pinchos d'ailleurs. c'est la récompense parfaite quand on doit aller faires quelques courses vers midi, ou la pause pour l'apéro juste pour se reposer à l'ombre d'un vieil olivier. pinchos de boudin noir, de merguez, une petite boquerone sur tomate ou autre tortilla.
le vin ouvert est pas au top.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Restaurant de l'hôtel du même nom à Begur. dans une maison de type colonial c'est une sorte de caverne d'ali baba, au plutôt un marché aux puces, un mélange de récupérés et de design très réussi. Il y a même une mini boutique ou on peut acheter des vieux reveils années 50-60 ou des petits caganers pour votre crèche à noel. ;-) Une terrasse avec des guirlandes lumineuses dans des cages à oiseaux, des collections de siphons Question plats, un magnifique menu 3 plats pour 26.50 euros du gazpacho ou une simple salade de tomate en passant par des lasagnes ou un tartare de thon pour les entrées un tartare de bœuf ou une dorade et pour finir un sorbet au mojito, une sorte de fromage de chèvre au miel ou un fondant au chocolat. Très soigné. Une carte de vins avec des vins locaux Soirée Vinyle pour couronner cette belle soirée.
c'est ouvert à la restauration uniquement le soir... :-(
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus

Entre amis

Hisop
Hisop
27.06.2015, 20:27
http://hedofoodia.blogspot.com.es/2015/06/hisop-barcelone.html Il est plutôt rare que je ressorte d’un établissement avec autant de satisfaction. Certes il y a de très belles tables étoilées ou non qui tiennent leurs promesses mais celles qui surprennent et étonnent ne sont tout de même pas légions. Pour choisir une table à Barcelone, le choix dans la catégorie étoilée est plutôt large, voire impressionnant. Certaines sont associées a de grands hotels, d’autres sont en fait les secondes tables de grands chefs comme Martin Berasatagui, les frères Roca ou Carme Ruscalleda pour ne citer que quelques exemples. Probablement de très belles tables mais ma préférence va vers d’autres chefs de la ville comme Jordi Cruz, Jordi Vilà, Rafa Peña et surement d’autres. Il me tardait de découvrir ce soir la cuisine de Oriol Ivern dont j’avais entendu le plus grand bien. Presque une « connaissance » puisque ce dernier travailla en Suisse au Beau Rivage de Lausanne et d’autres tables en France et évidement en Espagne. Un chef qui est passionné par la préparation d’ingrédients naturels ou plutôt sauvages comme les champignons, les poissons, la chasse pour ne citer que quelques exemples. Un chef qui sublime la cuisine catalane mais sans utiliser des subterfuges ou techniques proches du moléculaire comme c’est parfois le cas « dans le coin ». Donc tout pour me plaire car cela commence a parfois friser le ridicule… C’était donc une cuisine catalane contemporaine et créative que je recherchais avec des ingrédients et des inspirations régionales mais une transformation savamment étudiée. C’est donc non loin de l’avenue « Diagonal » et de la station de métro du même nom que « Hisop » se trouve. Le nom catalan correspondant à une fleur que l’on trouve dans la garrigue. Une petite rue tranquille et une devanture plutôt discrète. Une fois à l’intérieur on découvre une salle en longueur avec un décor plutôt moderne très épuré. Murs blancs ou parois et plafonds boisés comme seuls matériaux. Dans une section de cette salle, quelques tables dans un coin aux murs noirs mais le jeu de lumière adoucit agréablement l’atmosphère. Nous choisirons le menu "Gourmand " à 61 euros. Un menu vraiment exceptionnel ou chaque plat fut un moment souvent magique avec un crescendo. Pour commencer nous sont apportées deux huiles d’olives aux gouts bien distincts. La première plus fruitée, douce et la seconde plus poivrée. Une huile d’olives grecques Koroneiki de Tarragone avec des arômes surtout de pomme verte, kiwi et de banane. Un peu d’amertume et de piquant avec une astringence finale qui n’interfère pas dans son profil. L’autre huile, Pradolivo Suprem Gourmet de la Sierra Magina avec des senteurs d’artichaut, herbes et pomme. Des huiles accompagnées d’un très bon pain aux noix et raisins. La seule assiette qui fut peut-être à mon avis la moins convaincante mais cela fût la seule exception de ce repas sera l’asperge brulée avec du citron vert et thé. Une demi asperge avec une très discrète senteur de grillé mais la sauce qui l’accompagne manque de relief et les saveurs de thé et citron vert indiscernables. L’Omelette d’artichauts au sherry fut une entrée vraiment étonnante car il s’agit d’un sabayon monté au sherry qui a sa saveur si particulière oxydée qui se retrouve finalisé à table au chalumeau afin de transformer la préparation en quelque chose de plus solide sur le dessus. A l’intérieur un subtile mélange d’artichauts et de tomates. Brillante idée que de recréer le concept de l’omelette espagnole mais avec un jeu de textures et des saveurs bien particulières. Le plat suivant fut les Chanterelles au curry thaï et coques. J’étais plutôt assez méfiant de ce type de plat car souvent on balance un peu trop facilement des épices thaïs un peu partout et l’on a l’impression de manger de la cuisine fusion. Eh bien ici ce fut absolument parfait car l’équilibre des saveurs est judicieusement étudiée afin de ne pas sombrer dans justement du fusion. Les associations du goût de la chanterelle, de l’espuma de lait coco avec son très léger curry probablement vert et la touche marine avec les coques est un très grand plat. L’assiette suivante restera ancrée pour un sacré moment dans nos têtes car je ne me rappelle pas avoir mangé des crevettes aussi magnifiques que celles-ci à part Asador Etxebarri. Un met appelé Gambas de Vilanova au chocolat. Cette grosse crevette, devenue emblème de ce port de pêche est précieuse et goûteuse. Elle est sublimement cuite car encore un peu crue, déposée sur une réduction du jus des têtes de crevettes et ensuite recouverte de gruau de chocolat torréfiés. Un magnifique Poisson du marché grillé aux tomates et huitres, qui fût un saint-pierre encore une fois magistralement cuit à l’arrête, déposé à côté d’un gouteux concassé de tomates fraiche sur lequel se trouve à mon plus grand étonnement une glace à l’huitre ! Un plat toujours aussi mémorable et vraiment innovant avec de chaud-froid et surtout cette glace marine. En plat principal, une remarquable Queue de bœuf aux amandes et fenouil. La viande fond dans la bouche, le fond de sauce est d’une grande saveur en bouche mais surtout l’association avec cette crème d’amande est fabuleuse. On a un peu l’impression de se retrouver avec une préparation type houmous ou tahiné mais évidemment réalisé avec des amandes. Cette crème associée à la viande est d’un équilibre parfait. Comme je l’écris souvent, je ne suis que très peu souvent en émerveillement devant les desserts, n’étant pas un bec à miel ou alors les saveurs restent peu équilibrées. Mais ici les desserts furent d’une très grande maitrise et d’un niveau facilement proche d’un deux macarons. Pour démarrer, Litchis, agrumes et herbe. Une association de très grande fraicheur avec deux éléments glacés ; le premier un granité de Cava et le second une glace aux litchis avec en dessous si je me rappelle-bien des mangues bien que l’intitulé soit des agrumes. Comme on nous a suggéré de remplacer les fromages par un autre dessert, nous n’avons pas hésité à prendre un extraordinaire pistache et combava. La glace parfumée avec cette feuille de citronnier est sublime, le petit flan aux pistache d’une très grande gourmandise. Autre dessert appelé Chocolat noir et prunes à l’armagnac. Pas de lassant fondant au chocolat écœurant mais un subtil jeu de textures fortement parfumées à la fève de cacao sur une glace au pruneau très crémeuse. Un dessert absolument parfait appelé Fraises, olives et poivre. Le poivre de Sichuan a été utilisé dans une crème glacée ; la fraise se retrouve tout d’abord sous forme de sorbet sur un cake et sur le dessus des olives noires caramélisées. A côte des fraises en julienne dans un sirop. Un dessert qui à priori semble être classique mais les jeux de saveurs sont bluffantes. Et cela ne s’arrêtera pas la car les mignardises seront-elles aussi impressionnantes. Tout d’abord de fines lamelles de carottes roulées avec une crème de caramel et ensuite deux autres bouchées dont j’aurai malheureusement la peine de me rappeler leur préparation. La première des truffes à base de chocolat et ensuite des roulades à base de pommes. Pour accompagner ce repas, un blanc Pano Senorans Rias Baixas 2013 plutôt minéral de Galice avec des arômes de citron, pamplemousse, pommes et herbes. Et ensuite un magnifique Priorat Cruor de 2010 aux arômes d’épices douces, de chocolat, et des tanins souples. Le service fût exemplaire, aimable et souriant. Voici une des grandes tables de Barcelone qui nous a vraiment impressionnés par autant de justesse dans les cuissons, les associations et surtout les idées qui consistent par exemple à ajouter une touche glacée dans un plat chaud, l’ajout d’un élément doux dans un plat de la mer, l’utilisation d’épices ou de crustacé pour des compositions glacées. Les desserts furent absolument magnifiques, l’endroit vraiment très agréable pour ce fabuleux repas.
0 Commentaires   0 Votes   En savoir plus
Mitja Vida
Mitja Vida
26.06.2015, 17:47
http://hedofoodia.blogspot.com.es/2015/06/mitja-vida-barcelone.html « Mitja Vida » qui si je comprends bien signifie « demi-vie » est l’endroit idéal pour démarrer une soirée à Barcelone pour aller prendre un vermouth ou autre boisson. Probablement que le vermouth sera l’objectif premier car cet établissement est le « grand frère » de « Morro Fi ». Je ne reviendrai pas sur l’histoire de cet apéritif très à la mode que vous trouverez en Catalogne et plus particulièrement à Barcelone que vous trouverez ici. http://hedofoodia.blogspot.com.es/2015/01/morro-fi-barcelone.html « Mitja Vida » est un peu plus grand que « Morro Fi » et est situé dans une rue perpendiculaire à la via Augusta dans le quartier de « Sant Gervasi – Gavany ». Dans un coin d’un bâtiment, une salle en longueur avec de grandes fenêtres par laquelle l’on accède par une porte métallique. Un vaste comptoir face aux bouteilles de vermouth qui se décline en trois versions ; le blanc, le traditionnel et la cuvée que je qualifierais de « spéciale ». Devant vous une série de petits tapas que l’on peut d’ailleurs également acheter en boites. Ce vermouth servi avec glaçons et une tranche d’orange est une vraie merveille pour les amateurs du genre. Cette fois-ci nous avons gouté ces petites brochettes sur lesquelles l’on trouve de fabuleuses olives entre lesquelles se trouve un anchois type « bocarones » avec versé dessus une petite sauce pimentée. Autre tapas, une sardine fraiche et marinée déposées sur une tranche de pain avec deux olives farcies aux anchois et sur lequel on a versé un peu d’huile d’olive. A nouveau une excellente bouchée. Et l’autre spécialité de la maison, des moules mélangés toujours avec ces fabuleuses olives, des petits piments vinaigrés que l’on peut acheter en bocal et un peu de cette préparation d’huile pimentée légèrement fumée. Tout est simple mais réalisés avec des ingrédients de choix. Comme j’avais l’envie de prendre quelques chose de rafraichissant, je me suis laisser tenter par une bière artisanale « Gamberra ». Une production locale style « American Pale Ale » brassée par la microbrasserie « Cerveses Ausesken » https://www.facebook.com/cerveses.ausesken Encore un endroit très agréable pour démarrer une soirée avec d’excellents produits locaux.
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus
Brasserie de Montbenon
Brasserie de Montbenon
24.06.2015, 14:12
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/06/brasserie-de-montbenon-lausanne.html Datant de 1908, le Casino de Montbenon est un lieu d’animation culturel qui en réalité n’a jamais accueilli de salle de jeu. Idéalement placé car tout près du centre-ville et au milieu de jardins, ce bâtiment comporte deux salles de spectacles dont la Salle Paderewski et la Salle de Fêtes. Il y a quelques temps, le bâtiment hébergeait « le Grand Café » qui était un lieu plutôt privilégié pour les soirées privées. Fin 2014, ce café rebaptisé « Brasserie de Montbenon » est devenu une nouvelle enseigne où l’on peut se restaurer dans une ambiance conviviale et dans laquelle il est aussi prévu une programmation culturelle avec les artistes de la région. Repris par les propriétaires du Café de Grancy, , ce lieu a totalement été restauré, est devenu un lieu plus populaire avec comme le nom le dit, une brasserie où l’on peut rapidement ou non… venir manger un plat ou un repas plus conséquent. La salle est vraiment magnifique avec sa grande baie vitrée qui donne sur une magnifique terrasse qui propose une vue époustouflante sur le lac. Un lieu avec un cachet invraisemblable car cette rénovation a parfaitement étudié comment rendre cet endroit attrayant aussi bien pour ceux qui ne souhaitent que prendre un verre face au bar et ceux qui veulent manger dans la grande salle ou sur la terrasse. Cette grande salle est aménagée avec une série de banquettes plutôt confortables un peu comme des compartiments dans un train. Sur le côté droit en arrivant, les cuisines avec la série de chefs toqués et sur la paroi l’ensemble des crus au verre sur un énorme panneau noir. La carte n’est finalement pas si proche de ce que l’on pourrait s’attendre d’une classique brasserie avec des plats plutôt canailles mais plutôt assez contemporaine avec une sélection assez large entre plats à partager, salades, assiettes « locales » et plats plus travaillés. Ce qui est vraiment appréciable en lisant cette carte, c’est que la majorité des plats peuvent se prendre soit en demi-portion soit en portion entière. Nous commencerons avec un classique de la région, les beignets de Vinzel au fromage d’alpage de l’Etivaz. Servis en demi-portion, ils sont vraiment délicieux, croustillants et fidèles à ce qu’ils doivent être. Le mélange de salade est d’une grande fraicheur avec ces petites tranches de radis, l’assaisonnement est particulièrement gouteux. Pour moi, le vol-au-vent de la « Brasserie de Montbenon » avec des chanterelles fraiches et basilic, crème et pousses d’épinards. Plutôt un feuilleté au champignon qu’un vol-au-vent, la pâte est d’une grande légèreté. La poêlée de champignons dans sa sauce crème est parfaitement assaisonnée et subtilement associée avec les épinards. Quelques feuilles de basilic amènent un côté estival a cette assiette plutôt classique. Deux entrées parfaitement maitrisées ! Là où la satisfaction n’est pas identique c’est avec les plats principaux. Un tartare de bœuf à l’huile d’olive, oignons nouveaux et persil plat, mesclun de salade, apin de campagne grillé, frites maison. Sur une assez grande assiette, c’est tout d’abord un peu « jeté » et on a l’impression que l’on a empilé les éléments. La salade couvre le tartare, le pain est déposé sur la salade… Ce tartare coupé à la main est parfaitement assaisonné, la salade est aussi bien assaisonnée avec une jolie sélection de feuilles fraiches. Dommage que la présentation soit aussi bâclée. On a aussi l’impression que les assiettes sont bien remplies pour ceux qui ne souhaitent pas prendre d’entrées. Les frites qui sont « maison », ce qui en soit est appréciable, sont étonnement très molles et collantes. Pour moi le Fondant de veau à la moutarde en grain et oignons confits, risotto Carnaroli au parmesan, légumes du marché. La viande est comme le nom l’indique fondante mais ce qui gâche le tout selon moi, c’est goût de cette sauce moutarde un peu douceâtre. J’ai un peu l’impression de déguster une sauce à base de moutarde Thomy…ce qui ne me plait pas vraiment. Enfin les goûts et les couleurs…Je n’ai jamais considéré la moutarde Suisse comme quelque chose de bon. Une sauce moutarde se prépare selon la tradition avec une moutarde de Dijon. Le risotto lui est plutôt quelconque et arrive tiède dans un bol. Là aussi je ne suis pas trop amateur d’empilage de petits bols sur une assiette. Les légumes eux qui sont un mélange de carottes de diverses couleurs, navets, brocolis, semble avoir étés cuit à l’eau, rapidement poêlés et mis dans un coin de l’assiette avec étonnement de la salade sur le dessus… Comme précédemment, le dressage est bancal, rapidement exécuté et le résultat de cette assiette est plutôt quelconque. Avec ce repas, un Primitivo Ceppo 2011 de la maison Taurino, plutôt élégant, avec des arômes de fruits confits et de jolis tanins. Le lieu est vraiment très agréable et convivial, la salle magnifique et propice à des repas informels entre amis. Les entrées furent irréprochables dans leur style mais les plats principaux nous ont laissés très indifférents. Même si ce n’est « qu’une » brasserie, il y a potentiellement diverses clientèles comme précédemment décrit ; ceux qui viennent manger sur le pouce quelque chose de qualité et ceux qui souhaitent faire un repas plus soigné. Dommage que la seconde catégorie de personnes en ressortira probablement un peu frustrée.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Le Pot à Fu
Le Pot à Fu
23.06.2015, 09:29
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/06/le-pot-fu-bellegarde-sur-valserine.html Me retrouvant aux alentours de midi à Bellegarde-sur-Valserine, une seule pensée me vint à l’esprit, celle de retourner déjeuner au « Pot à Fu » qui m’avait tellement séduit la première fois et qui remonte déjà à près de deux ans. http://hedofoodia.blogspot.fr/2013/10/le-pot-fu-bellegarde-sur-valserine.html Un de ces bistrots qui ne laissent pas indifférent le convive mais qui demande d’y aller expressément car pas forcement sur un lieu de passage quotidien. Et c’est bien dommage car finalement l’autoroute en une demi-heure vous amène presque à destination. De plus, un parking juste en face… A méditer… Un accueil charmant par le patron qui nous place à l’une des tables encore libres. A savoir que le soir il faut probablement impérativement avoir une réservation car le lieu est toujours grandement fréquenté, surtout le weekend. L’intérieur est toujours aussi convivial et reflète parfaitement ce que l’on peut s’attendre d’un bistrot de type lyonnais où l’on va trouver une excellente cuisine roborative. Comme la première fois les mets du jour sont affichés sur un ensemble de petites ardoises dans un coin de la pièce. Sur une autre paroi, les coups de cœur viticoles du moment avec un vin du mois et un ensemble de crus au verre. Des tables de bistrot toujours aussi bien dressées avec goût ; une vaisselle parfois flirtant avec le passé et un certain nombre de composantes qui semblent avoir été dénichés dans des foires ou brocantes. Aujourd’hui cela sera un plat plutôt particulier car ce n’est pas toujours quelques chose que nous choisissons ; un Carpaccio de tête de veau. La pétillante patronne nous assure que celle-ci est excellente. Un plat traditionnel et canaille qui souvent est accompagné d’une sauce gribiche comme ici. On passe le cap « beurk » de la tête de veau et l’on goûte… Une tête bien préparée come ici a cuit au moins deux heures dans un bouillon. Ensuite finement découpée comme ici avec cette sauce dans laquelle on retrouve vinaigre, moutarde, câpres, cornichons et fines herbes. En fait je ne suis plus très sûr s’il s’agissait d’une sauce gribiche ou ravigote…. Il me semble de toute façon que les différences sont minimes… Bref, une assiette bien garnie, une texture fin en bouche, rien de gélatineux. La sauce est fine et le complément parfait. Je me laisse tenter par l’Andouillette au petit chablis. Ici aussi c’est pour moi un coup de poker car je n’apprécie pas toujours les andouillettes « qui sentent trop » mais là aussi la patronne me signale qu’ils sont changés de fournisseur il y a quelque jours et que celle-ci est tendre et peu odoriférante. Effectivement elle est parfaite, tendre, sans odeur. La sauce crémeuse comme il se doit est excellente et équilibrée; à base de vin, de moutarde et de crème. L’andouillette servie selon la tradition et magnifiquement cuisinée. Les frites ici sont « maison » et ceci vaut la peine d’être relevé car tout d’abord elles sont très bonnes et cela devient presque une exception d’en trouver des fraiches ces jours-ci… Un seul dessert, une très bonne Crème brulée aux pralines. Evidement composée de jaunes d'œufs, de sucre, de crème et de vanille. Mais ici on innove en ajoutant au fond des pralines roses concassées qui sont une spécialité de la région lyonnaise ; un bonbon fait d’une amande enrobée de sucre caramélisé, coloré et aromatisé. L'ensemble est cuit au four dans un bain-marie, puis, une fois refroidi, le dessus est caramélisé par un grill. Servie ici dans un ramequin avec une croute bien croustillante. Le vin du mois est un excellent Côte du Rhône village « Plan de dieu » de la maison Jaboulet de Tain l’Hermitage. Un simple vin onctueux et rond, à la robe intense et d’une belle teneur en bouche. A nouveau un excellent repas qui me convainc que cette table est assurément la meilleure dans sa catégorie cuisine canaille, lyonnaise, bistrotière dans la région Genevoise étendue ou France voisine.
0 Commentaires   2 Votes   En savoir plus
Le Tram' paysan
Le Tram' paysan
22.06.2015, 09:33
http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/06/mes-adresses-le-tram-paysan-chatillon.html Il suffit d’un peu parcourir la toile pour rapidement s’apercevoir qu’il y a de plus en plus de scandales sur les aliments et produits vendus la plupart du temps en grande surface. Agents conservateurs, exhausteurs de saveurs, produits chimiques divers que l’on trouve sur fruits et légumes, viandes conditionnées de manière peu scrupuleuse, élevages d’animaux absolument effrayants et j’en passe…. Le but n’est pas de dénoncer la malbouffe que l’on trouve dans la plupart des supermarchés, la piètre qualité des aliments comme viandes, poissons et légumes mais d’éveiller une certaine conscience sur les choix qui nous sont offerts. Certes il y a toute cette vague de magasins bio, de ces débats sur les vins naturels ou nature mais il faut aussi réaliser qu’il y a nos producteurs locaux qui certains sont fort scrupuleux, pas dans une mouvance « trendy », mais simplement respectueux des produits qu’ils élaborent. Certains penseront que d’acheter « bio » est l’apanage des personnes aisées mais si l’on recherche un peu, il est toujours possible de trouver quelques perles rares. C’est un peu grâce à un repas récemment pris au Resto’rond http://hedofoodia.blogspot.fr/2015/06/restorond-de-clairjoie-presilly.html que je suis parti un samedi à Chatillon en Michaille dans l’Ain à environ 40 minutes de Genève. C’est là que se trouve un magasin de producteurs de la région qui n’ouvre que deux fois par semaine, le vendredi et le samedi. Niché dans un entrepôt pas franchement attirant d’une zone industrielle classique et coincé justement entre des grandes surfaces, ce n’est pas l’un de ces magasins bio qui souvent ne proposent selon moi pas grand-chose d’intéressant dans les produits tels que viandes ou légumes. C’est un ensemble de producteurs qui amènent leurs produits qui sont effectivement bio et sans OGM mais sans justement mettre en avant ces qualités. L’intérieur est plutôt bien structuré avec des sections : viandes, pains, produits laitiers, légumes, volailles, alcools, etc… Les viandes sont conditionnées sous vide et conditionnées dans de grands frigos. Le porc provient de la ferme des Combettes de Corveissiat où sont élevés en plein air et sans OGM les bêtes. Afin de respecter au mieux la viande ainsi produite et de garantir une traçabilité sans faille, les produits sont fabriqués à la ferme, sans ajouts de conservateurs, colorants ou phosphates. Pour les préparations telles que pâtés et charcuteries, les ingrédients ajoutés aux recettes (œuf, lait, farine, …) sont choisis avec la même exigence et sont d’origine locale. On trouvera une sélection de de charcuteries et autres produits finis comme des terrines ou saucisses à griller. Les volailles de la ferme Berliet sont élevées dans une volière de 2 ha et le plan d’eau leur offrent un espace agréable. Les animaux sont également nourris avec de l’aliment sans OGM produit sur la ferme. Une jolie sélection de yaourts et autres produits laitiers, certain au lait de brebis. Les pains cuits au feu de bois proviennent de la « Le Blanc Méteil » à Clarafond avec ici une jolie présentation https://www.youtube.com/watch?v=TVCpv1OcOgQ . Des pains au levain, des levures biologiques, au blé ancien, à la farine meule de pierre. Pain au pavot, sésame, farine d’épeautre, etc… Egalement des bières de la brasserie du Plateau à Hauteville-Lompnes. Bières blondes, blanches, ambrées au miel de forêt, non pasteurisées, de fermentation haute. Les saisonnières : la blanche à l'écorce d'orange et la rousse de noël au miel de montagne et houblon sauvage du Plateau. La gamme des bières est brassée avec des malts et des houblons issus de l'agriculture biologique. Pour la rousse de Noël le houblon est sauvage, ramassé dans les paysages préservés du Plateau d'Hauteville. Les miels utilisés sont ceux de Guillaume Ponceau, apiculteur a Mongriffon. Un rayon de fromages à la coupe avec du bleu de Gex, du Comté, de la tomme de brebis et autres fromages de vache frais. Un choix de légumes plutôt restreint aujourd’hui qui fait penser qu’une visite le vendredi serait plus judicieux afin de profiter des produits de saison de François Henry de Marlioz. De la culture biologique, une utilisation des chevaux pour une partie des travaux des champs. Normalement un choix de 30 à 40 variétés de légumes cultivés tout au long de l’année. Voici le type de commerce qu’il faut encourager et qui respecte des chartes rigoureuses et tout cela avec des prix calculés, jamais démesurés comme cela peut-être parfois le cas dans d’autres « surfaces bio ».
0 Commentaires   1 Votes   En savoir plus

Mon profil

François Savary
 Membre Gold
Ville de l'établissement: Genève

J'aime: le Cadre et l'originalité des plats

Je n'aime pas: manque d'espace et bruit

61
Amis
2411
pts de réputation

Amis

André Tissot
 Membre Gold
37 Amis
757 pts de réputation
Patrick Tissot
 Membre Gold
19 Amis
577 pts de réputation
Isabelle Boulley
 Membre Gold
139 Amis
5828 pts de réputation
© 2008 - 2015 iTaste SA